La masse monétaire progresse de 9,2% en janvier    Nigeria : 42 personnes relâchées, dont 27 élèves, après un enlèvement dans un pensionnat    Algérie : le Hirak de retour pour dénoncer le pouvoir militaire et réclamer plus de démocratie    Covid-19 : plus de 3 400 000 personnes vaccinées    Allemagne : la commission vaccinale envisage de recommander le vaccin AstraZeneca pour les plus âgés    La HACA et la SNRT lancent à Dakhla des visites aux sites régionaux de production et de diffusion de radio et de télévision    Covid19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 février 2021 à 18H00    Talib viré du TAS    L'ONU annonce de nouveaux dispositifs d'identification pour lutter contre la pêche illégale    CAN U20 : Les tirs de la chance privent le Maroc de la demi-finale !    AS FAR-SCCM (1-1) : Les Militaires rejoints sur la ligne d'arrivée !    Des manifestations monstres contre les caciques : Les Algériens disent «degage» au régime    Luca Attanasio, ambassadeur italien, tué en RDC    Le secrétaire général du Polisario reçu par le président Algérien    Deuxième anniversaire du Hirak : retour sur les faits saillants qui ont marqué les manifestations du 22 février    Groupe Al Omrane: Mise en chantier en 2020 de 46 projets d'une consistance de près de 17.000 unités    Le Maroc, un modèle en matière de vaccination    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    Marché de capitaux: 4,83 MMDH de levées en janvier 2022    Alerte – Veille – Relance post-covid19 – Investissements étrangers et compétition internationale – Ce que préparent les concurrents du Maroc    Les entrepreneurs marocains invités à investir au Burundi    Meurtre de Khashoggi: Washington accuse le prince saoudien...Ryad dénonce !    La Chambre des représentants libyenne tend à former un gouvernement provisoire restreint composé des compétences de toutes les régions du pays    Marrakech : 29 interpellations pour violation de l'état d'urgence sanitaire et aménagement d'une villa pour les jeux de hasard    ONCF: un chiffre d'affaires consolidé de 3,1 MMDH en 2020    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud    Une nouvelle Ecole Américaine à Benguerir    Mustapha Ramid sera opéré ce samedi    Le dirham s'apprécie de 0,32% par rapport à l'euro    Gouvernement : Mustapha Ramid jette l'éponge    Réforme électorale : les très attendus amendements dès la semaine prochaine    Les Golden Globes remettent leurs prix sans public ni tapis rouge    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    Percevoir le cannabis tout autrement    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Sahara : D'éminentes personnalités internationales appellent Biden à appuyer la décision Américaine    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    Administration pénitentiaire: Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    DGSN: opération sécuritaire à l'Agdal, au centre de Rabat    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





T : Le parcours du combattant des usagers du bus casaoui
Publié dans Le Soir Echos le 02 - 09 - 2013

Il est 8h du matin et déjà pléthore de personnes se tiennent debout attendant impatiemment l'arrivée du bus. Celui qui arrive au loin, dévoile son aspect décrépit et affirme ses quinze ans d'âge.
Au fur et à mesure qu'il avance vers l'arrêt de bus pour prendre les passagers, les stigmates du manque d'entretien apparaissent flagrants. Une partie du pare-brise est brisée et les essuie-glaces ne fonctionnent plus, sans doute à cause d'un accident.
Dès son arrivée, étudiants, fonctionnaires… se bousculent pour monter rapidement. Les portes ouvertes laissent passer un bruit tonitruant. À l'intérieur du bus, le receveur est jeune mais fait la grimace et ses longs soupires reflètent son insatisfaction du job. « Franchement, j'en ai marre de ce travail. Je suis toujours en contact avec une panoplie de personnes. Parfois, ça dégénère et les querelles commencent», regrette Ayoub avant de lâcher être à la recherche « d'un nouveau travail ». Si certains chauffeurs sont aimables et serviables, d'autres le sont moins et sont même parfois agressifs. Certains n'hésiter pas à hurler sur les usagers qui ne sont pas descendus par la porte arrière ou qui demandent de s'arrêter quelques mètres avant l'arrêt du bus. «Un jour, explique Mohammed passager d'un certain âge, j'ai failli tomber en descendant, parce que mon pied s'est coincé dans la portière du bus. Le chauffeur ne faisait pas attention. Je lui ai demandé, poliment, d'ouvrir immédiatement la porte, mais, il m'a accablé d'injures ».
La peur au ventre
Une fois le ticket payé, les clients tentent de gagner une place dans le bus. Les sièges sont insuffisants, inconfortables et la poussière vole de toute part. Assis, on découvre des comportements et une atmosphère propres au bus casaoui. Les fenêtres diaphanes laissent passer les rayons du soleil qui tape fort. Tout le monde est gêné et chacun cherche à sa manière une façon de dissimuler son visage. À chaque arrêt cinq personnes descendent de la porte arrière, alors qu'une dizaine montent par la porte avant. Lorsque les portes s'ouvrent elles laissent pénétrer une bouffée de chaleur qui envahit l'autobus en faisant de lui un espace suffocant. «Emprunter le bus quotidiennement est un calvaire pour moi. Je ne me sens ni à l'aise ni en sécurité.», déplore Hicham, un jeune étudiant. Plusieurs agressions et harcèlements ont lieu dans le bus. «Un jour, j'ai assisté à une scène de vol à bord. Quatre assaillants ont entouré une jeune femme et lui ont saisi son sac. Ils l'ont dépouillée de tous ses bijoux», nous confie Khadija, les larmes aux yeux, parce qu'elle aussi, un jour, a été l'objet d'un harcèlement. Quand elle voit, dans le bus, une personne dont la figure est balafrée et dont le bras est plein de cicatrices, une peur incontrôlable l'a saisit. «Un jour, je me suis assis à côté d'un jeune homme qui sentait l'alcool. Je n'arrivais pas à respirer», relate Samir. Outre le manque de sécurité, le bus ne respecte jamais ses horaires. « Le trajet d'El Bernoussi à la gare Ain Sbaa devrait durer quinze minutes en moyenne, mais chaque jour le trajet se fait en une trentain minutes en raison des nombreux retards accumulés sur la route. « Pour ces raisons je ne suis jamais à l'heure au travail », s'indigne un agent de sécurité.
Un lieu de mendicité
Lors d'un trajet en bus à Casablanca, on peut s'attendre à tout. Les discussions à voix haute sont très animées et il n'est pas rare d'assister à des chamailleries avec des personnes au caractère bien trempé. Lors d'un voyage dans un bus qui provenait d'Al Kodss et à destination de la Médina, une femme âgée de la trentaine, le visage bien maquillé, les cheveux bouclés et plaqués en arrière, ne cesse de parler de n'importe quoi avec n'importe qui. Les critiques fusent dans sa bouche. Elle est à deux doigts d'insulter un «grab» en train de mendier et qui lui a touché la main.
Au même moment, un homme d'une cinquantaine d'années monte dans le bus. Son visage est ridé, ses dents sont cassées et pleines de carie, son bras gauche est amputé, et le droit est déformé. Avant de prononcer quelques mots pour implorer les gens de lui donner des dirhams, plusieurs mains s'étaient déjà tendues. Une femme, touchée par l'homme, lui donne 20 DHS. «Vous avez vu sa situation. Il est handicapé. Il ne peut rien faire. J'espère que lui donner lui sera utile. 20 DHS c'est très minime, c'est à peine un déjeuner et un dîner, un peu nutritif.», estime la vieille Lalla Fatima.
Face à une insécurité flagrante, à des conditions insalubres de voyages, aux retards fréquents, à la mendicité, le conseil de la ville et M'dina Bus doivent trouver des solutions pour palier à tous ces problèmes et garantir des prestations de meilleure qualité.
Adil Chadli ( Stagiaire)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.