Maroc : Les travaux de réalisation de l'usine de fabrication de vaccins anti Covid-19 lancés par le roi    Réouverture des frontières: une décision sera prise « dans les deux prochains jours » (Baitas)    Le PDG de Recipharm commente le lancement des travaux de l'usine de vaccins à Benslimane    Benslimane: Le Roi préside le lancement des travaux de réalisation d'une usine de fabrication de vaccins anti Covid-19    CAN 2021 : Reprise pour Fayçal Fajr et Nayef Aguerd, d'autres joueurs absents    CAN: Yassine Bounou s'exprime avant Maroc-Egypte (VIDEO)    Italie : Abdelhamid Sabiri aurait trouvé un accord avec un club de Seria A    Paxlovid: la pilule anti-Covid de Pfizer approuvée par l'EU    Casablanca : La galerie d'art ''L'atelier 21'' accueille Saïd Afifi    Justin Trudeau, cas contact testé négatif, à l'isolement pour 5 jours    Le CESE lance sa plateforme participative « Ouchariko »    Lois sur la concurrence : une mesurette en attendant la grande réforme    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 Janvier 2022 à 16H00    Wall Street ouvre en hausse, portée par de bons indicateurs et des résultats d'entreprises    L'artiste Abdellatif Hilal n'est plus    CAN: Derraji félicite les Marocains (PHOTO)    Burkina-Faso: Les militaires arrêtent le président    L'essentiel est de gagner et de passer au prochain tour    Mise en exergue de l'importance du projet de loi relatif aux droits d'auteur et droits voisins    BERD : le financement vert domine les investissements réalisés au Maroc en 2021    Alerte au phishing, une campagne use de documents powerpoint malveillants    Approbation d'une série de projets de développement social et humain pour un million de dollars    Alerte météo : fortes pluies attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces    L'ONU salue le leadership du Maroc    La Guinée équatoriale et l'Egypte complètent le tableau des quarts de finale    USFP : Abdelkrim Benatiq retire sa candidature au poste de Premier secrétaire    Investigation : "Pegasus, les dessous d'une affaire" (Replay)    Maroc: Rebond « exceptionnel » de l'économie en 2021    Marrakech: le wali règlemente l'usage de l'eau courante et de la nappe phréatique    L'alliance Nissan-Renault-Mitsubishi va dépenser 23 milliards d'euros pour promouvoir les véhicules électriques    Covid-19: Certains médicaments seraient inefficaces contre Omicron    Les Etats-Unis fournissent près de 1,6 million de doses Pfizer au Maroc    Températures prévues pour le vendredi 28 janvier 2022    « Pas positif »: froideur russe après la réaction américaine à ses exigences    CAN 2021 / Ghana : Milovan Rajevac officiellement limogé    Pegasus: Le tribunal de Paris va-t-il ouvrir le dossier ?    France : La Fondation Tayeb Saddiki représentante du Maroc à Versailles pour les 400 ans de Molière    Délais de paiement : ce qui va changer avec la nouvelle loi    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Conseil de gouvernement : l'état d'urgence sanitaire sera-t-il prolongé ?    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    OMC : La Chine autorisée à imposer des sanctions tarifaires aux Etats Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Samir-Etat Le grand désamour
Publié dans Le temps le 02 - 03 - 2010

Attaqué par l'Etat sur son image et son «core business», la Samir plie mais ne rompt pas.
Le lundi 28 décembre 2009, la Samir reçoit un curieux cadeau de fin d'année du Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) : un avertissement en bonne et due forme ! Motif du carton jaune : le raffineur avait «oublié» d'actualiser ses prévisions de bénéfices au titre de l'exercice 2008, publiées dans la note d'information relative à une émission obligataire remontant au 18 décembre 2008. La sanction tombe comme un couperet, forçant la Samir à consentir un «petit geste» en faveur des investisseurs, en relevant le taux d'intérêt de ses obligations en circulation. La citadelle Samir vacille, mais ne cède pas. Pour le moment…
Car deux semaines plus tard, Amina Benkhadra décoche une seconde flèche en direction de la filiale du groupe saoudien Corral : la ministre de l'Énergie et des Mines annonce le lancement des travaux de construction d'une nouvelle raffinerie à Jorf Lasfar, projet qui entrera en service à partir de 2015 (lire encadré). L'annonce est un véritable coup de tonnerre pour la Samir qui se voit attaquée de front dans son core business, et qui perd, à terme, son monopole historique sur le marché des produits pétroliers raffinés (gasoil, essence, fioul, butane…).
Accords et désaccords
Dans le milieu des affaires, l'opération est perçue comme une «punition» orchestrée par l'Etat marocain. «Les relations entre l'Etat et la Samir se sont fortement dégradées depuis l'arrivée de Benkhadra à la tête du ministère en 2007, confie ce proche collaborateur de la ministre. Cette dernière n'a jamais apprécié les atermoiements de la Samir et son manquement à nombre d'accords et de conventions signées avec le gouvernement marocain». Exemple : lors de la privatisation de la raffinerie, ses nouveaux propriétaires saoudiens s'étaient engagés à moderniser l'outil de production. Objectif : améliorer la qualité des produits en les adaptant aux normes environnementales européennes, notamment la réduction du taux de souffre dans le gazole et la suppression du plomb dans l'essence. Las. «Depuis sa cession par l'Etat au groupe Corral en 1997, la Samir n'a cessé de repousser dans le temps le calendrier des travaux de modernisation et les investissements qui vont avec», ajoute notre interlocuteur.
Ce n'est qu'en 2009, soit 12 ans après sa privatisation, que la Samir a bouclé la mise à niveau de ses installations. Un projet qui a coûté la bagatelle de 9 milliards de dirhams et qui a débouché, enfin, sur la commercialisation du gazole 50 ppm (au lieu du 10.000, puis du 350 ppm) et la généralisation de l'essence sans plomb.
Et encore, ce colossal investissement, censé alimenter l'économie marocaine en devises, a été financé en grande partie par une dette locale, consentie en 2006 par un consortium de 7 banques marocaines (Attijariwafa bank, BCP, CDG Capital, BMCI, CDM, Arab Bank et Crédit Agricole du Maroc), et complété deux ans plus tard par un emprunt obligataire de quelque 800 millions de dirhams. «L'Etat sait aujourd'hui qu'il ne peut plus s'appuyer totalement sur la Samir pour répondre aux besoins du marché national. D'où la nécessité d'une alternative : la mise en place d'une nouvelle raffinerie», commente ce professionnel du secteur.
La Samir : «Même pas peur !»
Mais réduire les objectifs du projet de raffinerie aux chamailleries entre l'Etat marocain et le groupe Corral serait réducteur. La raffinerie de Jorf Lasfar répond aussi, et surtout, à une logique purement économique. Appelée à doubler à l'horizon 2020, la demande nationale en produits pétroliers ne peut être satisfaite par la seule raffinerie de Mohammedia… qui a déjà du mal à combler les besoins actuels. «Avec une production annuelle de 6,25 millions de tonnes, la Samir ne répond qu'à 60% de la demande nationale qui avoisine les 9 millions de tonnes. Le reliquat en produits raffinés est directement importé par les distributeurs», précise Moulay Abdellah Alaoui, président de la Fédération de l'énergie. C'est dans cette brèche que s'engouffrera la future raffinerie, qui disposera (à plein régime) d'une capacité de production dépassant les 10 millions de tonnes par an. Un volume suffisant pour satisfaire la demande latente… et même grignoter des parts de marché à la Samir !
De quoi inquiéter le raffineur historique ? Pas outre mesure, à en croire le ton très conciliant de l'état-major de la Samir. «La physionomie du marché montre qu'il y a bien de la place pour tout le monde. La raffinerie de Jorf Lasfar n'aura pas d'incidence sur le leadership de la Samir», tranche un haut cadre de l'unité de Mohammedia, qui poursuit : «Le facteur expérience et la connaissance que nous avons du marché joueront clairement en notre faveur». Le raisonnement est appuyé par Wydad Ouardi, analyste financier chez Integra Bourse : «La Samir est bien rôdée aux rouages du marché. Elle a aussi déjà dépassé sa phase de rentabilité et peut, par conséquent, se permettre des investissements supplémentaires pour améliorer ses capacités et ses marges».
Mieux, l'analyste va jusqu'à avancer que la concurrence rendrait plutôt service au raffineur de Mohammedia. «Cela poussera l'entreprise à améliorer son organisation, ses processus de gestion et de couverture des risques pour sauvegarder des niveaux de marges confortables», argumente-t-elle. Enfin, la filiale du groupe Corral dispose encore d'un délai de grâce de 5 ans. Suffisamment pour verrouiller son marché et de se roder au jeu de la concurrence… qui s'ouvrira dès 2012, avec la libéralisation du marché des produits pétroliers raffinés. «À partir de cette date, les distributeurs auront le choix entre s'approvisionner chez nous ou importer directement, détaille ce haut cadre de la Samir. Mais vu leurs capacités logistiques limitées, nous écartons la possibilité d'un recours massif aux importations».
L'esprit du maître
En fait, la Samir a eu déjà à affronter une libéralisation avant l'heure. Et sait résolument de quoi l'avenir sera fait. Les inondations de Mohammedia et l'incendie qui a ravagé les installations techniques du raffineur en 2002 ont poussé l'Etat à ouvrir aux distributeurs les vannes de l'import, en supprimant provisoirement les droits de douanes sur les produits raffinés à grande consommation (Gazole notamment). Objectif: assurer la sécurité énergétique du pays. Un objectif qui a été bel et bien assuré, mais non moins sans encombres. Les distributeurs ayant du mal à suivre le flux croissant des importations, faute de capacité de stockage. «La Samir a déjà eu à tester les capacités des distributeurs. Et sait parfaitement que le marché ne peut se faire sans elle», précise ce professionnel du secteur. Cette assurance se reflète parfaitement sur le parcours boursier de la valeur Samir. Ni la sanction du CDVM, ni l'annonce de Amina Benkhadra n'ont eu d'impact sur le titre, qui reste stable depuis bien des mois autour des 600 DH. «Le flottant en Bourse de La Samir est détenu principalement par des investisseurs institutionnels qui ne cèdent pas à la moindre sirène. Car Samir est avant tout une valeur de fond de portefeuille», commente un gestionnaire de portefeuille action. L'identité de l'actionnaire de référence du raffineur est également de nature à rassurer le marché. Le Groupe saoudien Corral bénéficie d'une force de frappe inégalable incarnée par la forte personnalité et le poids de son propriétaire, Cheikh Mohammed Al Amoudi. Proche de la famille royale de l'Arabie saoudite, cet homme d'affaires éthiopien naturalisé Saoudien est considéré comme l'un des hommes les plus influents au monde. Avec une fortune estimée à 9 milliards de dollars, ce self made man âgé de 64 ans est l'homme le plus riche d'Ethiopie et la 43ème plus grande fortune mondiale selon le célèbre magazine Forbes. En plus de ses diverses activités dans la finance, l'homme trône à la tête d'un empire dans l'industrie du pétrole, dont les tentacules s'étendent du Moyen Orient, à la Scandinavie en passant par l'Afrique du Nord. «Samir a le dos solide et ne se laissera pas faire facilement», tranche notre gestionnaire de fonds.
Pour le raffineur de Fédala, tout est donc pour le mieux dans le meilleur des mondes. Jusqu'au prochain coup de semonce ?
Mehdi Michbal
Les ambitions de la future raffinerie
Annoncé le 12 janvier 2010 par le ministère de l'Energie et des Mines, la future raffinerie de pétrole de Jorf Lasfar devrait bientôt entrer en chantier, pour un démarrage effectif à l'horizon 2015. Nécessitant un investissement d'environ 5 milliards de dollars, le projet intéresserait d'ores et déjà une pléiade d'investisseurs internationaux. The International Petroleum Investment Company, groupe pétrolier d'Abu Dhabi, a déjà officiellement manifesté son intérêt pour le projet. Et selon des sources du département de Benkhadra, le tour de table pourrait également comprendre des investisseurs locaux, voire l'Etat marocain, à travers son habituel bras armé, la Caisse de dépôt et de gestion (CDG). Avec une capacité raffinage de 10 millions de tonnes par an, dépassant largement les besoins futurs du marché intérieur, l'unité de Jorf Lasfar cible d'emblée les marchés à l'export, qui devraient absorber 70% de sa production. Mais rien ne l'empêchera de marcher sur les plates-bandes de la Samir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.