Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les ambitions affichées de Renault
Publié dans Le temps le 18 - 03 - 2011

L'usine de Tanger semble bien positionnée comme pièce maîtresse du plan stratégique de Renault. Explications.
Renault affiche clairement ses ambitions pour le développement de ses modèles low-cost. Son usine à Tanger sera à coup sûr au cœur de ce nouveau dispositif, au moins pour des marchés de proximité, notamment ceux de l'Afrique et du Moyen-Orient. Renault, qui réalise environ 10% de marge sur les Dacia, a tout à gagner à développer ce segment. Carlos Ghosn, président-directeur général de Renault, espère ainsi que sa gamme «Entry» (qui comprend les Logan, Stepway, Sandero, Duster et le futur monospace Logan…) représente, en 2013, 28% des ventes, soit quelque 840 000 unités sur les trois millions que le groupe compte écouler à cette date. L'usine de Tanger, qui entrera en service bien avant cette date, début 2012 plus précisément, aura un rôle important à jouer pour concrétiser cet objectif. Dès 2012, en effet, le 4x4 Duster attaquera le marché africain et celui du Moyen-Orient en s'appuyant sur le nouveau site de Tanger. Chez notre voisin de l'Est l'Algérie, dont les frontières avec le Maroc demeurent fermées, donc entravant toute forme d'échange, Renault serait par ailleurs disposé à ouvrir une usine au cas où les décideurs algériens souhaiteraient développer une industrie locale. Sur ce marché, beaucoup plus grand que le marché marocain et où Renault est leader, Carlos Ghosn doit poursuivre des négociations qui deviennent de plus en plus serrées dans la mesure où des ténors de l'industrie automobile veulent également s'y installer, à l'image de l'allemand Volkswagen.
Le retour de Nissan
Signe de l'importance stratégique de l'usine de Tanger est l'annonce faite par Carlos Ghosn lors de la présentation, la semaine écoulée à Paris, des résultats financiers 2010 du groupe et de son plan stratégique 2016, du retour de son partenaire Nissan sur le site de Melloussa. Sans donner plus de détails sur cet éventuel retour du constructeur japonais, qui a dû y renoncer en 2008 sous la pression de la mauvaise conjoncture internationale marquée par l'éclatement de la crise économique et financière, M. Ghosn souligne cependant que la deuxième ligne prévue à Tanger sera exclusivement dédiée à Renault. «Cette deuxième ligne sera réservée uniquement à Renault, mais Nissan reviendra à Tanger, ça je vous le confirme.» Parole de Carlos Ghosn, par ailleurs président de l'alliance Renault-Nissan. Il aura suffi de cette annonce pour que les industriels marocains se montrent confiants et affichent leur satisfaction quant au bon état d'avancement de l'usine de Tanger. Mohamed Ouzif, directeur de l'Amica (Association marocaine pour l'industrie et le commerce de l'automobile) estime dans une déclaration au Temps que «le plus important pour nous, industriels marocains, est cette réaffirmation de Renault de l'entrée en activité de la deuxième ligne de l'usine de Tanger en 2013. Ce qui est de nature à doubler le volume de production pour le porter à terme à 400 000 véhicules par an». Pour anticiper cette montée en puissance de l'usine de Tanger, les industriels marocains auront «du pain sur la planche», selon M. Ouzif. Dans cette perspective, les contacts avec des équipementiers de premier degré se multiplient afin de les inciter à venir s'installer au Maroc. «Certains d'entre eux ont déjà confirmé leur implantation et devront entrer en activité dès janvier 2012», renchérit M. Ouzif. En clair, Renault-Tanger, dont l'investissement nécessitera 600 millions d'euros, ambitionne de devenir l'un des plus importants centres de production automobile du bassin méditerranéen.
90% à l'export
La future production du site tangérois sera, à hauteur de 90%, orientée vers l'export, notamment sur les marchés de l'Afrique et du Moyen-Orient, tandis que les 10 % restants seront écoulés sur le marché local. L'usine de Tanger Med «va permettre d'épauler nos efforts au Moyen-Orient, mais aussi en Afrique, un continent qui compte un potentiel inexploité», explique Carlos Ghosn. «Nous avons accueilli avec satisfaction ces déclarations. Le Maroc est parmi les marchés cibles et très importants de Renault. Cette dernière s'active pour respecter l'échéancier du début opérationnel de l'usine de Melloussa», commente, dans une déclaration au Temps M'hamed Tazi, directeur communication de Renault Maroc. Maintenant que l'échéancier du démarrage effectif de l'usine de Tanger est maintenu et sera respecté, reste un élément de taille à régler : la qualification des ressources humaines. A ce niveau, les choses semblent avancer convenablement. En effet, comme nous le rappelle M. Ouzif, en plus du centre de formation de Renault à Tanger qui sera incessamment opérationnel (2500 opérateurs et 6000 à terme), trois autres instituts de formation aux métiers de l'automobile sont à un stade très avancé. «Nous avons pu bénéficier de l'assistance technique de plusieurs partenaires étrangers pour développer des compétences par métier», ajoute M. Ouzif. Trois centres de formation aux métiers de l'automobile basés à Tanger, Kenitra et Casablanca, ouvriront leurs portes dans les mois qui viennent. Le Plan de l'émergence industrielle accorde en effet une importance particulière au développement des ressources humaines et à la qualification des compétences. «Actuellement, les différents collaborateurs suivent des formations pour être opérationnels dès l'ouverture de l'usine de Tanger», nous confie le directeur de communication de Renault Maroc.
Dans cette perspective, l'alliance Renault-Nissan a annoncé récemment avoir entamé la formation de 30 cadres supérieurs indiens de différentes spécialités dans son usine de Chennai (sud de l'Inde) et qui devront par la suite superviser la formation de techniciens marocains de l'usine de Tanger. Selon le quotidien indien des affaires Business Standard, les usines de Tanger et de Chennai devront fonctionner de la même manière dans la mesure où les techniciens marocains appliqueront, après leur formation, les mêmes techniques de travail à Tanger. A rappeler que le futur complexe de Tanger, s'étalant sur une superficie de 300 ha dans la zone économique spéciale du méga projet Tanger-Med, permettra la création de 6.000 emplois directs et près de 30.000 autres indirects. Qui dit mieux !
Said El Hadini
Jacques Chauvet, leader de la région Euromed chez Renault.
«Renault a besoin de Tanger»
Carlos Ghosn a évoqué un retour imminent de Nissan sur l'usine de Tanger. Peut-on avoir plus de détails à ce sujet ?
Notre président n'a jamais parlé d'un retour imminent de Nissan à Tanger. Il a seulement dit que Nissan viendrait, sans préciser la date.
Quel est le positionnement de l'usine de Tanger dans le plan stratégique 2016 que vient de dévoiler M. Ghosn ?
L'usine de Tanger est un investissement stratégique de création de nouvelles capacités compétitives de production de véhicules de la gamme Entry (famille Logan et dérivés). Des capacités dont le groupe Renault a besoin pour faire face à la demande mondiale de véhicules de ce segment. La production de Tanger démarrera début 2012. En 2016, horizon du plan, l'usine aura une capacité installée de 2 lignes à 30 véhicules par heure chacune.
Où en sont les discussions entre Renault et les autorités algériennes pour une éventuelle implantation de votre groupe ?
Concernant l'Algérie, nous sommes en discussions mais rien n'a encore abouti. Le projet servira en priorité le marché algérien. Je ne peux pas vous en dire plus. C'est un projet industriel visant d'abord à satisfaire le marché algérien où Renault a une position de leader avec 28% de part de marché en 2010. Les deux parties sont en discussions et donc soucieuses de confidentialité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.