La terrible blessure de Lionel Messi avant le classico (Vidéo)    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    Rabat : Le Conseil de la ville toujours en mode "Stand-by"    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Espace : Une expédition scientifique en route vers Mercure    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Assassinat de Khashoggi : L'aveu complet du Riyad    Les réformes de la justice au Maroc saluées par une commission européenne    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    La Russie se félicite de son bilan d'intervention    4ème Commission de l'ONU : Une victoire diplomatique certaine pour le Maroc    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Comment sortir de la malédiction de l'Oukaimeden!    Un Monde Fou    Théâtre: Quand les femmes font comme les hommes    Les Lionnes de l'Atlas l'emportent face à l'Algérie    Prix Katara du roman arabe 2018 : deux critiques marocains distingués    Filière équine : Le Plan décennal 2011-2020 de la Sorec tient ses promesses    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Désillisions    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Premier League : Une manche show    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Hicham El Mansour ou "la vue fauviste la plus parfaite jamais réalisée pour Tanger"    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Fouad Laroui présente à Paris son nouveau livre «Dieu, les mathématiques, la folie»    Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier    Khashoggi : Des employés du consulat témoignent, une crise en vue entre Ryad et ses alliés    Ouverture mercredi du pont géant reliant Hong Kong à la Chine continentale    La réforme des soins de santé primaires va bon train    Man City-Messi. "La pulga" fidèle au FCB à tout prix    Les députés du PPS demandent une réunion d'urgence    Arrestation de deux individus impliqués dans une affaire de viol ayant entraîné la mort, détails !    Sahara marocain: Le processus politique conforté sur la voie onusienne    Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019    Le PIB agricole a grimpé de 60% en 10 ans    Plus de 15 millions de cartes bancaires en circulation    L'Institut français d'Oujda déménage    Divers    Au moins 18 morts dans une fusillade en Crimée    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La grande gêne d'Ouyahya en présence de Merkel
Publié dans Libération le 19 - 09 - 2018

Visiblement embarrassé, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia ne pouvait pas cacher sa gêne ! La question d'un journaliste allemand, lors d'un point de presse le réunissant avec la chancelière allemande Angela Merkel, lundi 17 septembre à Alger, l'avait pris de court. Ouyahia a été interpellé subitement sur l'implication du gouvernement algérien dans de grandes violations des droits de l'Homme. Deux dossiers brûlants : la maltraitance des migrants subsahariens et la répression systématique des homosexuels. Dans une seule question, tout a été dit. L'on découvre un Ouyahia qui perd son sang-froid que requiert pourtant le moment diplomatique et médiatique.
Il était difficile de rétorquer, d'autant plus que les critiques adressées à Alger n'émanent ni du Maroc ni de la France, encore moins des Etats-Unis, mais bel et bien d'Amnesty International, d'Human Rigths Watch, du Haut commissariat des droits de l'Homme auprès des Nations unies... Il devait, en revanche, répondre, circonstances obligent ! Et Ahmed Ouyahia de ressasser sur un ton de langue de bois : «L'Algérie ne jette pas des gens dans le désert». Un coup de brosse qui efface toutes les preuves tangibles et relayées d'abord par des médias algériens, avant que le dossier ne soit pris en charge par des médias internationaux et des organisations des droits de l'Homme indépendantes ou relevant des Nations unies.
200 activistes algériens, et à l'initiative de la Ligue algérienne de défense des droits humains (LADDH), avaient depuis plusieurs mois, condamné ces pratiques, les qualifiant de «campagne généralisée d'arrestations arbitraires, suivies d'expulsions collectives et massives, frappant l'ensemble des migrants originaires d'Afrique subsaharienne, se trouvant sur le territoire national».
L'organisation des Nations unies n'est pas restée indifférente, puisqu'en mai dernier, le Haut commissariat aux droits de l'Homme de l'ONU avait demandé au gouvernement algérien «de cesser cette pratique dont sont victimes des milliers de personnes».
Pour sa part, Human Rights Watch avait souligné que depuis janvier 2018, l'Algérie avait «expulsé des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants vers le Niger et le Mali dans des conditions inhumaines et, dans de nombreux cas, sans tenir compte de leur statut légal en Algérie ou de leurs vulnérabilités spécifiques».
Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch ne lésine pas sur les mots ni sur les accusations : «L'Algérie a le pouvoir de contrôler ses frontières, mais cela ne signifie pas qu'elle puisse regrouper les gens en fonction de la couleur de leur peau et les larguer dans le désert, indépendamment de leur statut juridique et en l'absence de garanties de procédure équitable».
Cette déclaration avait été faite sur la base d'entretiens effectués par HRW, en avril et en mai avec 30 migrants en provenance de différents pays d'Afrique subsaharienne qui avaient déclaré que les autorités algériennes avaient opéré des descentes dans des zones où se trouvaient des migrants, en procédant à des arrestations en pleine rue ou sur des chantiers de construction et à des expulsions massives à la frontière avec le Niger ou le Mali, la plupart du temps sans vivres ni eau.
Au cours de leurs entretiens avec les différents organismes des droits humains, ces migrants avaient également expliqué avoir été contraints de marcher des dizaines de kilomètres à travers le désert, par des températures élevées, avant de rallier des localités où ils ont pu obtenir une aide ou avoir accès à des moyens de transport privés. Si Ahmed Ouyahia n'a pas pu cacher sa colère, voire sa honte devant son hôte, il y a vraiment de quoi !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.