Comment l'affaire Hamieddine met le PJD dans la tourmente ?    Afrique. L'intégration des marchés financiers s'impose    L'ONU aurait besoin de 5 milliards de dollars pour le Yémen    Raja-Al Ismaily en 16è de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions : Un match sous haute pression    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois individus partisans de Daech    Bourse. Les transactions en baisse au cours du troisième trimestre    Administration publique. Une étude pour améliorer la qualité de service    PLF 2019 : Les conseillers livrent leur copie    Trêve commerciale entre la Chine et l'Allemagne    Merkel, Pedro Sanchez, Tsipras… à Marrakech    Conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech    La NASA dévoile l'existence d'une «usine chimique» dans l'espace    Gilets jaunes, Les mesures prises par Macron    Zones montagneuses. La commission interministérielle se dote d'un nouveau décret    Raja: apaiser la tension du staff technique    Le Wyadad et le Hassania en tête    Belgique: Charles Michel à la tête d'un gouvernement minoritaire    Salé : Arrestation d'un individu impliqué dans un accident de circulation mortel sous l'effet de l'alcool    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    «Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge    Qui est Murad Rais, le pirate marocain qui a pillé l'Islande ?    PLF 2019 : Benchaaboun fait le point sur les amendements    Remise à Casablanca des prix aux lauréats de l'African Entrepreneurship Award 2018    Transport maritime : L'Apram souffle sa 20ème bougie    Edito : Défenseur de migrants    CAN-2019 : le pays organisateur connu le « 9 janvier »    Divers Economie    Le droit d'asile et Alger : Ça fait deux    River triomphe de Boca : Finale aseptisée à Madrid    Pour une Coupe du monde des clubs élargie    Le WAC et le HUSA prennent les commandes de l'exercice Pro 1    Semaine décisive pour Theresa May et l'accord de Brexit    Amnesty réclame une enquête formelle sur les atrocités liées à Boko Haram    Le geste inspiré de l'Hôpital 20 Août 1953    News    Fléchissement des prix des produits alimentaires à travers le monde    China Trade Week de retour à Casablanca    Le bond du Maroc dans le classement Doing Business, un signal "fort" et "positif"    Olbia, une histoire engloutie vieille de 2.000 ans    Testament d'un livre    Botola Maroc Telecom : Une reprise difficile pour le Raja    Lutte contre le diabète : La Fondation Mohammed VI lance une campagne de dépistage    Le chanteur Hamid Zahir n'est plus !    Fès : Arrestation de deux individus en possession de 5.330 comprimés d'ecstasy    «Regarde-moi», l'autisme autrement    Festival international du Film de Marrakech : L'Etoile d'Or revient au film autrichien Joy de la réalisatrice Sudabeh Mortezai    BCIJ: Saisie d'environ 1 tonne de cocaïne et arrestation de 7 personnes    Trafic international de drogue et de psychotropes : Arrestation à Casablanca d'une Brésilienne en possession de 610 grammes de cocaïne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La grande gêne d'Ouyahya en présence de Merkel
Publié dans Libération le 19 - 09 - 2018

Visiblement embarrassé, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia ne pouvait pas cacher sa gêne ! La question d'un journaliste allemand, lors d'un point de presse le réunissant avec la chancelière allemande Angela Merkel, lundi 17 septembre à Alger, l'avait pris de court. Ouyahia a été interpellé subitement sur l'implication du gouvernement algérien dans de grandes violations des droits de l'Homme. Deux dossiers brûlants : la maltraitance des migrants subsahariens et la répression systématique des homosexuels. Dans une seule question, tout a été dit. L'on découvre un Ouyahia qui perd son sang-froid que requiert pourtant le moment diplomatique et médiatique.
Il était difficile de rétorquer, d'autant plus que les critiques adressées à Alger n'émanent ni du Maroc ni de la France, encore moins des Etats-Unis, mais bel et bien d'Amnesty International, d'Human Rigths Watch, du Haut commissariat des droits de l'Homme auprès des Nations unies... Il devait, en revanche, répondre, circonstances obligent ! Et Ahmed Ouyahia de ressasser sur un ton de langue de bois : «L'Algérie ne jette pas des gens dans le désert». Un coup de brosse qui efface toutes les preuves tangibles et relayées d'abord par des médias algériens, avant que le dossier ne soit pris en charge par des médias internationaux et des organisations des droits de l'Homme indépendantes ou relevant des Nations unies.
200 activistes algériens, et à l'initiative de la Ligue algérienne de défense des droits humains (LADDH), avaient depuis plusieurs mois, condamné ces pratiques, les qualifiant de «campagne généralisée d'arrestations arbitraires, suivies d'expulsions collectives et massives, frappant l'ensemble des migrants originaires d'Afrique subsaharienne, se trouvant sur le territoire national».
L'organisation des Nations unies n'est pas restée indifférente, puisqu'en mai dernier, le Haut commissariat aux droits de l'Homme de l'ONU avait demandé au gouvernement algérien «de cesser cette pratique dont sont victimes des milliers de personnes».
Pour sa part, Human Rights Watch avait souligné que depuis janvier 2018, l'Algérie avait «expulsé des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants vers le Niger et le Mali dans des conditions inhumaines et, dans de nombreux cas, sans tenir compte de leur statut légal en Algérie ou de leurs vulnérabilités spécifiques».
Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch ne lésine pas sur les mots ni sur les accusations : «L'Algérie a le pouvoir de contrôler ses frontières, mais cela ne signifie pas qu'elle puisse regrouper les gens en fonction de la couleur de leur peau et les larguer dans le désert, indépendamment de leur statut juridique et en l'absence de garanties de procédure équitable».
Cette déclaration avait été faite sur la base d'entretiens effectués par HRW, en avril et en mai avec 30 migrants en provenance de différents pays d'Afrique subsaharienne qui avaient déclaré que les autorités algériennes avaient opéré des descentes dans des zones où se trouvaient des migrants, en procédant à des arrestations en pleine rue ou sur des chantiers de construction et à des expulsions massives à la frontière avec le Niger ou le Mali, la plupart du temps sans vivres ni eau.
Au cours de leurs entretiens avec les différents organismes des droits humains, ces migrants avaient également expliqué avoir été contraints de marcher des dizaines de kilomètres à travers le désert, par des températures élevées, avant de rallier des localités où ils ont pu obtenir une aide ou avoir accès à des moyens de transport privés. Si Ahmed Ouyahia n'a pas pu cacher sa colère, voire sa honte devant son hôte, il y a vraiment de quoi !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.