Cinq matchs à huis clos et 85.000 DH d'amende pour le MCO    Halieutis. Le Maroc récolte les fruits d'une stratégie audacieuse    Casablanca : Deux sociétés délégataires s'occuperont de la gestion des déchets    HCP : Seulement 4,2% des travailleurs indépendants ont un diplôme de niveau supérieur    2è Eco-Trail Lalla Takerkoust : Sport, nature et… solidarité    La Tribune de Nas : Une vieille dame kidnappée en Uruguay    Un Marocain signe un record de traversée en dériveur dans le golfe de Thaïlande    Casablanca : Une domestique de 13 ans torturée, la DGSN réagit    Le pape veut « du concret » lors d'un sommet sur les abus sexuels du clergé    Théâtre : «Bourass» en tournée nationale et internationale    Lacage Urban Music Awards : Remise des trophées le 23 février    Fouad Laroui présente son ouvrage «Lumières marocaines»    Infrastructures : Fquih Ben Saleh se dote d'une nouvelle salle couverte omnisports    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    L'ENCG ouvre ses portes à Meknès à la prochaine rentrée universitaire    Près de 3485 morts sur les routes marocaines en 2018    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    « WA DRARI » : Le documentaire qui plonge au coeur du phénomène SHAYFEEN    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    Crédits garantis. La CCG affiche ses performances    Un groupe de travail rattaché à l'ONU recardé pour s'être mêlé à l'affaire Bouachrine    Zakia Driouich : «Halieutis constitue aujourd'hui une vitrine du développement du secteur de la pêche»    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    4e Forum parlementaire sur la justice sociale : Bouayach appelle à nouer avec la logique des droits    Marrakech : Quelque 25 agences de voyages autorisées à organiser le Hajj 1440    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Edito : Rattraper le retard    1,2,3, où va l'Algérie ?    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    News    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La grande gêne d'Ouyahya en présence de Merkel
Publié dans Libération le 19 - 09 - 2018

Visiblement embarrassé, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia ne pouvait pas cacher sa gêne ! La question d'un journaliste allemand, lors d'un point de presse le réunissant avec la chancelière allemande Angela Merkel, lundi 17 septembre à Alger, l'avait pris de court. Ouyahia a été interpellé subitement sur l'implication du gouvernement algérien dans de grandes violations des droits de l'Homme. Deux dossiers brûlants : la maltraitance des migrants subsahariens et la répression systématique des homosexuels. Dans une seule question, tout a été dit. L'on découvre un Ouyahia qui perd son sang-froid que requiert pourtant le moment diplomatique et médiatique.
Il était difficile de rétorquer, d'autant plus que les critiques adressées à Alger n'émanent ni du Maroc ni de la France, encore moins des Etats-Unis, mais bel et bien d'Amnesty International, d'Human Rigths Watch, du Haut commissariat des droits de l'Homme auprès des Nations unies... Il devait, en revanche, répondre, circonstances obligent ! Et Ahmed Ouyahia de ressasser sur un ton de langue de bois : «L'Algérie ne jette pas des gens dans le désert». Un coup de brosse qui efface toutes les preuves tangibles et relayées d'abord par des médias algériens, avant que le dossier ne soit pris en charge par des médias internationaux et des organisations des droits de l'Homme indépendantes ou relevant des Nations unies.
200 activistes algériens, et à l'initiative de la Ligue algérienne de défense des droits humains (LADDH), avaient depuis plusieurs mois, condamné ces pratiques, les qualifiant de «campagne généralisée d'arrestations arbitraires, suivies d'expulsions collectives et massives, frappant l'ensemble des migrants originaires d'Afrique subsaharienne, se trouvant sur le territoire national».
L'organisation des Nations unies n'est pas restée indifférente, puisqu'en mai dernier, le Haut commissariat aux droits de l'Homme de l'ONU avait demandé au gouvernement algérien «de cesser cette pratique dont sont victimes des milliers de personnes».
Pour sa part, Human Rights Watch avait souligné que depuis janvier 2018, l'Algérie avait «expulsé des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants vers le Niger et le Mali dans des conditions inhumaines et, dans de nombreux cas, sans tenir compte de leur statut légal en Algérie ou de leurs vulnérabilités spécifiques».
Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch ne lésine pas sur les mots ni sur les accusations : «L'Algérie a le pouvoir de contrôler ses frontières, mais cela ne signifie pas qu'elle puisse regrouper les gens en fonction de la couleur de leur peau et les larguer dans le désert, indépendamment de leur statut juridique et en l'absence de garanties de procédure équitable».
Cette déclaration avait été faite sur la base d'entretiens effectués par HRW, en avril et en mai avec 30 migrants en provenance de différents pays d'Afrique subsaharienne qui avaient déclaré que les autorités algériennes avaient opéré des descentes dans des zones où se trouvaient des migrants, en procédant à des arrestations en pleine rue ou sur des chantiers de construction et à des expulsions massives à la frontière avec le Niger ou le Mali, la plupart du temps sans vivres ni eau.
Au cours de leurs entretiens avec les différents organismes des droits humains, ces migrants avaient également expliqué avoir été contraints de marcher des dizaines de kilomètres à travers le désert, par des températures élevées, avant de rallier des localités où ils ont pu obtenir une aide ou avoir accès à des moyens de transport privés. Si Ahmed Ouyahia n'a pas pu cacher sa colère, voire sa honte devant son hôte, il y a vraiment de quoi !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.