Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    Le grand bazar    Repli de l'IPPIEM hors raffinage de pétrole en avril    Ebranlés par la crise, les professionnels du tourisme dans l'expectative    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Un communiqué riche en enseignements    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    Ils sont tous devenus des épidémiologistes et des économistes !    Le cérémonial sahraoui du thé bousculé par le coronavirus    Le satisfecit de l'Université Mohammed V    L'Université Hassan II tient son premier festival culturel à distance    3673 demandes examinées par le CNP et 2928 cartes attribuées    Réunion à distance sur la création d'un centre culturel et gastronomique à Agadir    «Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Amélioration à tous les étages    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Al-Omrane: reprise progressif des chantiers à l'échelle régionale    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    France: C'est l'heure de la reprise économique    Hyperpuissance    Les Etats-Unis s'embrasent    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au Pakistan, la sulfureuse Peshawar se livre aux délices de la bonne chère
Publié dans Libération le 12 - 01 - 2019

Autrefois l'une des plus dangereuses du Pakistan, la sulfureuse ville frontalière de Peshawar a su tirer parti d'une récente embellie sécuritaire dans le pays, regagnant au passage ses galons de capitale locale du barbecue.
Le fumet du mouton grillé se répand dans un dédale de ruelles délabrées. Namak Mandi (le "marché au sel"), situé dans la vieille ville, est depuis des décennies le coeur gastronomique de Peshawar.
Mohammad Fahad, un étudiant de Lahore (Est), a pour la première fois parcouru les 500 km séparant sa ville de Peshawar.
"Avant, nous entendions dire que Peshawar était un endroit dangereux", explique ce jeune homme à la courte barbe, assis à l'une des nombreuses tables basses dressées dans une cour.
A l'instar du reste du Pakistan, où la situation sécuritaire s'est nettement améliorée, la capitale de la province du Khyber-Pakhtunkhwa n'a plus rien à voir avec ce qu'elle était dans les années 2000, quand la guerre dans l'Afghanistan voisin déstabilisait son territoire et que fusillades et attaques étaient quasi-quotidiennes.
L'an passé, Peshawar n'a connu qu'un seul attentat d'ampleur, en juillet. Mohammad Fahad s'y est donc rendu sans crainte pour y "découvrir les secrets du barbecue" local, sourit-il.
La cuisine pachtoune, l'ethnie dont sont issus la plupart des habitants du Khyber-Pakhtunkhwa, abonde en plats copieux élaborés selon des recettes ancestrales.
Elle est célébrée pour sa simplicité, aux antipodes des currys complexes et aux autres plats épicés des plaines orientales et de la côte sud du Pakistan.
"Sa popularité est due au fait qu'elle est principalement à base de viande, ce qui est apprécié dans tout le pays", explique Sumayya Usmani, auteure de livres de cuisine.
Au coeur de Namak Mandi, le célèbre Tikka Nisar Charsi - ou tikka "fumeur de haschich", en référence aux habitudes assumées du patron -, connaît un succès phénoménal, bien qu'utilisant très peu d'épices, une rareté au Pakistan.
Les tikkas, ou morceaux de viande, y sont cuits lentement, au feu de bois. Généreusement salés et embrochés sur des pics, entre plusieurs bouts de graisse, ils gardent une tendreté et un goût exquis.
L'autre plat réputé, le karahi - ou ragoût de curry - est composé de tranches de mouton cuites dans de gros morceaux de graisse blanche taillés dans la croupe du mouton et de petites quantités de piment vert et de tomates.
Ces deux assiettes sont servies avec des naan (pains) tout juste sortis du four et des bols de yaourt frais.
"C'est la meilleure nourriture du monde", affirme le copropriétaire Nasir Khan, qui évalue à des centaines de kilos, ou deux douzaines de moutons, la quantité de viande engloutie chaque jour dans son restaurant.
La clientèle du "Marché au sel", composée essentiellement d'hommes, arrive généralement en larges groupes. Les plus expérimentés commandent les aliments au kilo. Ils guident les bouchers vers leurs morceaux préférés, qui sont cuits immédiatement.
L'amélioration de la sécurité à Peshawar a donné un coup de pouce aux affaires, reconnaît Nasir Khan. "Nous avons connu beaucoup de problèmes et de souffrances", se souvient-il, évoquant ses amis perdus dans des attentats.
Mais Hammad Ali, 35 ans, affirme n'avoir jamais renoncé à la cuisine du cru, même pendant les années de violences.
"Je viens ici depuis plus de 20 ans maintenant", assure cet homme, arrivé à Peshawar avec huit autres collègues depuis la capitale Islamabad, à deux heures de route, pour un déjeuner glouton.
"Ce goût est unique, c'est pourquoi nous avons fait tout ce chemin", assure-t-il.
Les commandes prennent généralement près d'une heure à arriver. En attendant, les clients boivent du thé. Ils fument parfois du haschich avant le repas.
Une pratique "ouverte" à Nisar Charsi, selon son chef Mukam Pathan. Et à laquelle il trouve son intérêt. "Quand quelqu'un fume un joint, il mange environ deux kilos de viande", commente-t-il.
Pour ceux qui aiment moins l'agneau, le chapli kebab, du boeuf haché mélangé à des épices et frit dans une poêle en fer, offre une alternative réjouissante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.