Jeux africains : La Marocaine Soukaina Sahib décroche la médaille d'or    L'article de The Wall Street Journal qui a affolé le polisario    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Dans son discours à la nation à l'occasion du 66ème anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple    Consécration du beach-volley égyptien    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    Rabat : Alsa-City bus assure le transport à la capitale    Faux et usage de faux: Arrestation d'un récidiviste à Meknès    Paris: Coups de feu sur le tournage d'un clip de Booba    M'barek Boussoufa rejoint le club qatari d'Al-Sailiya    Voici les deux premiers matches des Lions après la CAN    Fête de la Jeunesse: Grâce royale au profit de 443 personnes    Fête du Trône: Bank Al-Maghrib émet un billet commémoratif de 20 dirhams    Météo: Le temps qu'il fera mercredi    Brexit : BoJo fait le forcing à Berlin et Paris    Discours royal : Un modèle de développement nouveau avec du sang frais    Vidéo. Jeux africains : une cérémonie d'ouverture digne de l'Afrique    Fête de la jeunesse : Grâce royale au profit de 443 personnes    La Grèce n'a pas reçu de demande d'ancrage du pétrolier iranien    Algérie: Après six mois, contestation et pouvoir dans l'impasse    BAM : le contrôle sur les transferts de l'étranger vers le Maroc renforcé    Habib El Malki salue la position de Freetown    Grande Canarie : La progression de l'incendie ralentit, selon les autorités    Météo: le temps qu'il fera ce mardi    Insécurité routière : 30 décès en l'espace d'une semaine !    SM le Roi adresse un discours à la Nation, ce soir    Les FAR accueillent les premiers appelés au service militaire    Les jeunes sont l'avenir du Maroc    Le Maroc et le Fonds vert pour le climat souhaitent renforcer leur coopération    « Voix de Femmes », une 11ème édition 100% marocaine    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    46 joueurs présélectionnés pour 2 matchs amicaux    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au Pakistan, la sulfureuse Peshawar se livre aux délices de la bonne chère
Publié dans Libération le 12 - 01 - 2019

Autrefois l'une des plus dangereuses du Pakistan, la sulfureuse ville frontalière de Peshawar a su tirer parti d'une récente embellie sécuritaire dans le pays, regagnant au passage ses galons de capitale locale du barbecue.
Le fumet du mouton grillé se répand dans un dédale de ruelles délabrées. Namak Mandi (le "marché au sel"), situé dans la vieille ville, est depuis des décennies le coeur gastronomique de Peshawar.
Mohammad Fahad, un étudiant de Lahore (Est), a pour la première fois parcouru les 500 km séparant sa ville de Peshawar.
"Avant, nous entendions dire que Peshawar était un endroit dangereux", explique ce jeune homme à la courte barbe, assis à l'une des nombreuses tables basses dressées dans une cour.
A l'instar du reste du Pakistan, où la situation sécuritaire s'est nettement améliorée, la capitale de la province du Khyber-Pakhtunkhwa n'a plus rien à voir avec ce qu'elle était dans les années 2000, quand la guerre dans l'Afghanistan voisin déstabilisait son territoire et que fusillades et attaques étaient quasi-quotidiennes.
L'an passé, Peshawar n'a connu qu'un seul attentat d'ampleur, en juillet. Mohammad Fahad s'y est donc rendu sans crainte pour y "découvrir les secrets du barbecue" local, sourit-il.
La cuisine pachtoune, l'ethnie dont sont issus la plupart des habitants du Khyber-Pakhtunkhwa, abonde en plats copieux élaborés selon des recettes ancestrales.
Elle est célébrée pour sa simplicité, aux antipodes des currys complexes et aux autres plats épicés des plaines orientales et de la côte sud du Pakistan.
"Sa popularité est due au fait qu'elle est principalement à base de viande, ce qui est apprécié dans tout le pays", explique Sumayya Usmani, auteure de livres de cuisine.
Au coeur de Namak Mandi, le célèbre Tikka Nisar Charsi - ou tikka "fumeur de haschich", en référence aux habitudes assumées du patron -, connaît un succès phénoménal, bien qu'utilisant très peu d'épices, une rareté au Pakistan.
Les tikkas, ou morceaux de viande, y sont cuits lentement, au feu de bois. Généreusement salés et embrochés sur des pics, entre plusieurs bouts de graisse, ils gardent une tendreté et un goût exquis.
L'autre plat réputé, le karahi - ou ragoût de curry - est composé de tranches de mouton cuites dans de gros morceaux de graisse blanche taillés dans la croupe du mouton et de petites quantités de piment vert et de tomates.
Ces deux assiettes sont servies avec des naan (pains) tout juste sortis du four et des bols de yaourt frais.
"C'est la meilleure nourriture du monde", affirme le copropriétaire Nasir Khan, qui évalue à des centaines de kilos, ou deux douzaines de moutons, la quantité de viande engloutie chaque jour dans son restaurant.
La clientèle du "Marché au sel", composée essentiellement d'hommes, arrive généralement en larges groupes. Les plus expérimentés commandent les aliments au kilo. Ils guident les bouchers vers leurs morceaux préférés, qui sont cuits immédiatement.
L'amélioration de la sécurité à Peshawar a donné un coup de pouce aux affaires, reconnaît Nasir Khan. "Nous avons connu beaucoup de problèmes et de souffrances", se souvient-il, évoquant ses amis perdus dans des attentats.
Mais Hammad Ali, 35 ans, affirme n'avoir jamais renoncé à la cuisine du cru, même pendant les années de violences.
"Je viens ici depuis plus de 20 ans maintenant", assure cet homme, arrivé à Peshawar avec huit autres collègues depuis la capitale Islamabad, à deux heures de route, pour un déjeuner glouton.
"Ce goût est unique, c'est pourquoi nous avons fait tout ce chemin", assure-t-il.
Les commandes prennent généralement près d'une heure à arriver. En attendant, les clients boivent du thé. Ils fument parfois du haschich avant le repas.
Une pratique "ouverte" à Nisar Charsi, selon son chef Mukam Pathan. Et à laquelle il trouve son intérêt. "Quand quelqu'un fume un joint, il mange environ deux kilos de viande", commente-t-il.
Pour ceux qui aiment moins l'agneau, le chapli kebab, du boeuf haché mélangé à des épices et frit dans une poêle en fer, offre une alternative réjouissante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.