HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    Le projet solaire Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF Renouvelables    Une troisième recrue pour le Raja    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    BAM: l'immobilier en berne    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    Divers sportifs    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers    En Libye, la guerre est aussi économique    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soutien international à l'initiative "Ceinture bleue" lancée par le Maroc
Publié dans Libération le 21 - 02 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/30908931-29325417.jpg?v=1550667824" alt="Soutien international à l'initiative "Ceinture bleue" lancée par le Maroc" title="Soutien international à l'initiative "Ceinture bleue" lancée par le Maroc" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/30908931-29325417.jpg?v=1550667841" alt="Soutien international à l'initiative "Ceinture bleue" lancée par le Maroc" title="Soutien international à l'initiative "Ceinture bleue" lancée par le Maroc" width="708" /
Les ministres, les représentants d'Etat, d'organisations internationales et régionales et la représentante de la Commission européenne, réunis mardi à Agadir dans le cadre d'une conférence de haut niveau, ont apporté leur soutien à l'initiative «Ceinture Bleue», lancée par le Maroc lors de la COP 22 à Marrakech en novembre 2016.
Dans la «Déclaration d'Agadir» formulée lors de la clôture de la conférence «La Ceinture bleue, une plateforme pour l'action en faveur de la durabilité de la pêche et de l'aquaculture en Afrique», ils ont appelé à la mise en place de mécanismes institutionnels et financiers appropriés permettant la concrétisation et l'animation de la plateforme collaborative dans le cadre de partenariats facilitant l'innovation technologique et sociale, l'échange de bonnes pratiques et l'entrepreneuriat social, augmentant, ainsi, les bénéfices socioéconomiques et environnementaux tels la création d'emplois, la formation et l'emploi des jeunes, la sécurité alimentaire, l'éradication de la pauvreté, la préservation des écosystèmes marins et l'adaptation au changement climatique.
Ils ont également invité à investir dans l'économie bleue, et plus particulièrement la pêche et l'aquaculture durables, innovantes et protectrices des océans, et augmenter les financements associés en incluant des mécanismes de financements novateurs et en facilitant l'accès aux financements internationaux notamment aux Fonds climats (Fonds d'Adaptation et Fonds Vert).
En outre, les participants ont plaidé pour la promotion du développement de la recherche et de l'innovation pour favoriser l'émergence d'une économie bleue axée sur la connaissance scientifique durable, ainsi que pour la création d'une «community partners» permettant la concrétisation et l'animation de la plateforme collaborative de l'initiative de la Ceinture bleue.
Rappelant les principes universels contenus dans la convention des Nations unies sur le droit de la mer (UNCLOS), qui établit le cadre juridique dans lequel les activités doivent être menées dans les océans et les mers, les conférenciers ont réaffirmé l'engagement en faveur de l'Agenda 2020, adopté par l'assemblée générale de l'ONU en septembre 2015, et ses Objectifs de développement durable (ODD), notamment l'ODD 13 (lutte contre les changements climatiques) et l'ODD 14 (conserver et exploiter de manière durable les océans et les mers aux fins du développement durable).
Ils ont également rappelé le premier Sommet africain de l'action, tenu à Marrakech en marge de la COP 22, consacré à la discussion des défis liés à la lutte contre les changements climatiques et des mesures pratiques à mettre en place pour y faire face et se sont félicités des engagements pris par les pays participants à la conférence «Our Ocean» (Bali en octobre 2018), notamment ceux concernant l'établissement d'aires marines protégées, la gestion durable des pêcheries, la promotion de l'économie bleue et la lutte contre le changement climatique.
Ils ont, de même, rappelé la conférence de haut niveau sur l'économie bleue durable de Nairobi (novembre 2018) ayant mis en exergue le rôle des administrations nationales et locales, le secteur privé, la société civile et les institutions financières nationales et internationales dans l'investissement dans l'économie bleue et la définition des moyens durables de son exploitation.
Par ailleurs, les participants se sont dit conscients du rôle stratégique que représente l'économie des océans et l'aquaculture en Afrique en termes d'alimentation, de croissance économique, d'emplois et d'innovations, et que le développement durable de la pêche et de l'aquaculture pourrait être une solution aux défis futurs de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans le monde et contribuer à la réalisation des ODD notamment ceux relatifs à mettre fin à la faim et à l'éradication de la pauvreté.
Reconnaissant les défis posés par le changement climatique, ses menaces sur l'équilibre des écosystèmes côtiers et marins et ses impacts sur la pêche et l'aquaculture, sources d'emplois et de sécurité alimentaire de plusieurs personnes en Afrique, ils se sont dit convaincus que l'océan est fondamental dans la préservation de la vie, soulignant l'importance des écosystèmes océaniques dans l'atténuation des impacts du changement climatique et pour s'y adapter.
Ils ont, en outre, souligné l'exigence d'œuvrer pour la promotion de l'économie bleue, notamment la préservation des ressources et écosystèmes marins comme approche intégrée pour réussir le développement durable des océans, la nécessité de faire émerger de nouvelles opportunités de développement économique de manière planifiée et harmonieuse, dans une approche inclusive intégrant les services économiques et sociaux issus de la mer et des océans et de renforcer la coopération et la convergence des initiatives en faveur du développement de la pêche et de l'aquaculture durable.
Initiée par le ministère de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, cette conférence de haut niveau, tenue à l'occasion de la 5ème édition du Salon Halieutis, a pour objectif principal de fournir une plateforme de discussions à tous les participants sur les opportunités de mise en œuvre de l'initiative de la «Ceinture bleue», de renforcer la coopération dans les domaines de la pêche, de l'aquaculture et de l'observation des océans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.