Amical : Les Aigles de Carthage s'inclinent face aux Lionnes de l'Atlas    Festival international des nomades : la 17ème édition aura lieu du 19 au 21 mars à M'hamid El Ghizlane    Protection de l'enfance : Le DTIPE est là pour « renforcer » les programmes existants, dixit El Othmani    Casablanca : Arrestation d'un individu impliqué dans une agression à l'arme blanche    CAN Futsal 2020: A quelle Heure et quelle chaîne Maroc- Libye    Marathon international de Marrakech : Les athlètes marocains survolent la compétition    Tan-Tan : Enquête à l'encontre de deux individus pour faux et usage de faux    Coronavirus : Le ministère de la santé appelle à la vigilance    Hausse significative du trafic aérien à l'aéroport de Dakhla    Dans sa galerie à Rabat : La Banque populaire expose les «Parcours croisés» de Moa et Kim Bennani    Le PPS au parlement    La Mauritanie à l'honneur    Angola: Le scandale Isabel dos Santos…    Samir Belfkih brigue la présidence du PAM    Tesla: de 0 à 100 milliards en moins de 17 ans    Algérie : le crash d'un avion militaire fait deux morts    Liga: Le Real prend les rênes devant le Barça    Procès en destitution: La défense de Trump tente de parer les révélations de Bolton    Le RNI à l'écoute des Marocains de l'Afrique subsaharienne    Le Roi Mohammed VI ordonne le rapatriement des Marocains dans la région de Wuhan    Benchamach recadre sévèrement Ouahbi pour son parallèle douteux entre le référentiel du PJD et la Commanderie des croyants    Taroudant : 6 mois de prison ferme pour l'instituteur qui a violenté son élève de 8 ans    Bruno Le Maire attendu au Maroc le 31 janvier    Le Mexique refoule 2.300 Honduriens entrés avec une caravane humaine    Brexit: Ce qui va changer au 1er février    Enfin des explications sur la faiblesse de la croissance économique    Othman Benjelloun réitère l'engagement du secteur bancaire à soutenir les PME    Relance du crédit aux entreprises : les nouvelles mesures de BAM    Voici le temps qu'il fera ce mardi 28 janvier    LDC Afrique-Coupe de la CAF: Le programme de la dernière journée    Brexit: Le divorce bientôt consommé    Sauvez le KACM : Le Kawkab a cessé de briller    Bachir Dkhil : La marocanité du Sahara est irréversible    Les bergers afghans menacés par la sécheresse due au changement climatique    Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires    Présentation du livre "La Déclaration universelle des droits de l'Homme: lectures et éclairages"    Les prix des produits de consommation ne cessent d'augmenter depuis une décennie    Forte hausse des exportations des produits agroalimentaires entre 2010 et 2018    La Mongolie ferme sa frontière terrestre avec la Chine    Partenariat entre l''éducation nationale et Math&Maroc    L'ONEE et Taqa Morocco signent les contrats relatifs à la rénovation des unités 1 à 4 de la Centrale thermique de Jorf Lasfar    Le hacker portugais Rui Pinto révèle avoir été derrière les "Luanda Leaks"    Kobe Bryant étoile filante de la NBA    L'exposition "Mains de lumière" rend hommage à l'artiste peintre Malika Agueznay    Grand chelem pour la jeune Billie Eilish aux Grammy Awards    Bouillon de culture    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Edito : Triste déballage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger
Publié dans Libération le 23 - 05 - 2019

Le célèbre réalisateur marocain Ahmed Boulane, souvent qualifié d'enfant terrible du cinéma marocain, sera le vendredi 24 mai à la Galerie Kent à Tanger pour une séance de lecture et de dédicaces de son premier livre «Ma vie est belle», une autobiographie imagée, cinématographique et sans compromis. Il y raconte, de manière fluide et spontanée et avec la technique du "Story telling", une vie éparse entre bonheur et douleurs, entre fureur et éclats et entre rage et réconciliation. «Les écrivains rêvent de passer derrière la caméra et de faire des films. Moi, j'opère le cheminement inverse et j'écris un livre», explique Ahmed Boulane qui vient de présenter son livre de 210 pages, lundi à Tétouan, en marge du 25ème Festival du cinéma méditerranéen.
«Je ne troque pas ici ma casquette pour devenir auteur. Entre les lignes de ce livre, dans le découpage, dans le style, au fil de la narration, le cinéma est bien présent, mais l'écriture est plus libre, plus aérienne et plus audacieuse», souligne-t-il dans une déclaration à la presse. «J'aime ma belle vie malgré ses épisodes les plus tristes, du coup j'ai essayé de la défiler comme dans un film en noir et blanc, avec sa reconstitution d'époque, ses coutumes, ses décors, son phrasé si spécifique et ses atmosphères inoubliables», précise l'auteur.
Il explique également qu'il y a beaucoup de choses qu'il n'a pas pu dire dans ses films pour de nombreuses raisons : «D'abord les moyens. On ne peut pas tourner de grands films où l'on va au bout de notre projet avec très peu d'argent. Ensuite, il y a la censure.
Contrairement à d'autres, je ne m'en cache pas, on ne peut pas tout filmer au Maroc. Il y a de grandes lignes rouges qu'on ne peut franchir sans y laisser beaucoup de plumes. Alors j'ai écrit et j'ai dit ce que je ne pouvais pas filmer. L'écriture permet d'autres formes de liberté, et cela m'a permis de passer à autre chose en attendant mon prochain film», souligne-t-il, avant de conclure : «C'est un livre sincère que j'ai écrit avec mes tripes sans jamais en laisser sous le capot. Et où je suis allé au bout de certaines périodes de ma vie».
Il est à noter qu'Ahmed Boulane a débuté dans le métier, en tant qu'acteur, à l'âge de 16 ans, dans la fameuse troupe nationale de la radio et de la télé. Au bout de quelque temps, il décide de traverser la Méditerranée, pour faire des études cinématographiques en Italie. Mais il ne tardera pas à rentrer au Maroc, pour reprendre ses activités d'acteur, doublé d'un technicien, au cinéma comme à la télévision, avant de devenir assistant réalisateur.
Et il ne lui faudra pas moins de 25 ans, en tant qu'assistant dans des productions internationales, pour accéder au titre de réalisateur ! Dans les années 90, il tourne des courts-métrages de fiction, des documentaires vidéo, et même des spots publicitaires.
Quant à son premier long-métrage, "Ali, Rabéa et les autres", il sort en 2000. C'est l'histoire d'un homme qui, ayant retrouvé sa liberté, après vingt longues années en prison, a du mal à admettre que tout a changé autour de lui.
En 2003, Boulane réalise "Jawhara, fille de prison". En 2007, il crée l'événement avec son long-métrage "Anges de Satan". Film inspiré de l'histoire vraie de 14 jeunes hard-rockers marocains, arrêtés et condamnés à des peines de prison, allant de 3 mois à 1 an, après un procès kafkaïen, pour "satanisme" et "ébranlement de la foi musulmane". En 2015, notre bouillonnant artiste dont les films ont toujours un côté politique, quoi qu'il refuse d'être étiqueté de "politicien", a sorti «La Isla» où il revient sur une affaire qui avait défrayé la chronique, en 2002: l'affaire, ou plutôt la crise de "Jaziret Leila".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.