Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Elle fait l'actu : Marwah Rizqy, députée canadienne d'origine marocaine    Moucharaka Mouwatina : La deuxième tranche d'appui à la société civile lancée au profit de quatre régions    Mécanismes nationaux de prévention : Le CNDH organise un atelier national    Chambre des représentants. Les députés interpellés sur leur tenue vestimentaire    Personnes âgées/retraite. Il ne faut plus compter sur la solidarité familiale    Finance participative : Le 1er contrat de dépôt d'investissement d'Umnia signé    Le RCAR franchit les 5% de participation dans Maroc Telecom    Ouverture à Paris d'une Réunion de haut niveau Maroc-OCDE    El Othmani annonce un nouveau mécanisme de financement des projets d'investissement    Délais de paiement : Benchaâboun fait le point    Pascal Naudin : «Près de 320.000 nouveaux fichiers malveillants découverts chaque jour par nos équipes»    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Conférence économique à Bahreïn en faveur des Palestiniens, qui la boycottent    Dominant la course démocrate à la Maison Blanche, Biden en tête d'affiche du premier débat    Coup d'Etat avorté en Ethiopie    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    CAN 2019 : Mbarek Boussoufa redoute la Côte d'Ivoire    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    SECRETARIAT D'ETAT CHARGE DU DEVELOPPEMENT DURABLE : VOICI CE QU'A RELEVE LE RAPPORT NATIONAL RELATIF À LA QUALITE HYGIENIQUE DES PLAGES MAROCAINES POUR 2019 : ETAT D' URGENCE ET RECOMMANDATIONS    Ophtalmologues vs opticiens. Le différend continue    Facebook appelle les Etats à mieux réguler les géants du numérique    Démantèlement à Marrakech d'une bande spécialisée dans le trafic de drogue    La société civile s'implique davantage dans la gestion du Parc national du Souss-Massa et Tamri    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Un air de musique souffle sur le Royaume    Fresques d'Asilah: Quand la cité se drape d'art jusqu'aux…murs    Neila Tazi : «Nous avons besoin d'un nouvel élan de la part des pouvoirs publics»    «Quelle distance entre le soleil et la terre ?» : Un spectacle exclusivement dédié au Palais El Glaoui à Fès    Pour faciliter l'abonnement de ses fans : Le Raja fait appel aux services de Guichet.ma    Prisme tactique : Une victoire en trompe-l'œil    "Comment est-ce possible ?" Maroc-Namibie disputé sans pause fraîcheur    Le nombre de bacheliers a augmenté de 8,19%    Divers    Le strict minimum Mais c'est déja ça !    Le président de la Chambre des représentants rencontre le corps diplomatique arabe accrédité à Dublin    Mohamed Benabdelkader : Le Maroc place la restructuration de la haute fonction publique au cœur de la réforme de son administration    Insolite : Mis en examen    Construction prochaine d'une nouvelle cimenterie dans la région d'El Jadida    Au Liban, des posters vintage exposent les clichés du cinéma occidental    Découverte en Asie centrale des plus vieilles traces d'usage de cannabis    Deux jeunes Marocaines participent à Paris au "LabCitoyen" de l'Institut français    Washington a lancé des cyberattaques contre l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger
Publié dans Libération le 23 - 05 - 2019

Le célèbre réalisateur marocain Ahmed Boulane, souvent qualifié d'enfant terrible du cinéma marocain, sera le vendredi 24 mai à la Galerie Kent à Tanger pour une séance de lecture et de dédicaces de son premier livre «Ma vie est belle», une autobiographie imagée, cinématographique et sans compromis. Il y raconte, de manière fluide et spontanée et avec la technique du "Story telling", une vie éparse entre bonheur et douleurs, entre fureur et éclats et entre rage et réconciliation. «Les écrivains rêvent de passer derrière la caméra et de faire des films. Moi, j'opère le cheminement inverse et j'écris un livre», explique Ahmed Boulane qui vient de présenter son livre de 210 pages, lundi à Tétouan, en marge du 25ème Festival du cinéma méditerranéen.
«Je ne troque pas ici ma casquette pour devenir auteur. Entre les lignes de ce livre, dans le découpage, dans le style, au fil de la narration, le cinéma est bien présent, mais l'écriture est plus libre, plus aérienne et plus audacieuse», souligne-t-il dans une déclaration à la presse. «J'aime ma belle vie malgré ses épisodes les plus tristes, du coup j'ai essayé de la défiler comme dans un film en noir et blanc, avec sa reconstitution d'époque, ses coutumes, ses décors, son phrasé si spécifique et ses atmosphères inoubliables», précise l'auteur.
Il explique également qu'il y a beaucoup de choses qu'il n'a pas pu dire dans ses films pour de nombreuses raisons : «D'abord les moyens. On ne peut pas tourner de grands films où l'on va au bout de notre projet avec très peu d'argent. Ensuite, il y a la censure.
Contrairement à d'autres, je ne m'en cache pas, on ne peut pas tout filmer au Maroc. Il y a de grandes lignes rouges qu'on ne peut franchir sans y laisser beaucoup de plumes. Alors j'ai écrit et j'ai dit ce que je ne pouvais pas filmer. L'écriture permet d'autres formes de liberté, et cela m'a permis de passer à autre chose en attendant mon prochain film», souligne-t-il, avant de conclure : «C'est un livre sincère que j'ai écrit avec mes tripes sans jamais en laisser sous le capot. Et où je suis allé au bout de certaines périodes de ma vie».
Il est à noter qu'Ahmed Boulane a débuté dans le métier, en tant qu'acteur, à l'âge de 16 ans, dans la fameuse troupe nationale de la radio et de la télé. Au bout de quelque temps, il décide de traverser la Méditerranée, pour faire des études cinématographiques en Italie. Mais il ne tardera pas à rentrer au Maroc, pour reprendre ses activités d'acteur, doublé d'un technicien, au cinéma comme à la télévision, avant de devenir assistant réalisateur.
Et il ne lui faudra pas moins de 25 ans, en tant qu'assistant dans des productions internationales, pour accéder au titre de réalisateur ! Dans les années 90, il tourne des courts-métrages de fiction, des documentaires vidéo, et même des spots publicitaires.
Quant à son premier long-métrage, "Ali, Rabéa et les autres", il sort en 2000. C'est l'histoire d'un homme qui, ayant retrouvé sa liberté, après vingt longues années en prison, a du mal à admettre que tout a changé autour de lui.
En 2003, Boulane réalise "Jawhara, fille de prison". En 2007, il crée l'événement avec son long-métrage "Anges de Satan". Film inspiré de l'histoire vraie de 14 jeunes hard-rockers marocains, arrêtés et condamnés à des peines de prison, allant de 3 mois à 1 an, après un procès kafkaïen, pour "satanisme" et "ébranlement de la foi musulmane". En 2015, notre bouillonnant artiste dont les films ont toujours un côté politique, quoi qu'il refuse d'être étiqueté de "politicien", a sorti «La Isla» où il revient sur une affaire qui avait défrayé la chronique, en 2002: l'affaire, ou plutôt la crise de "Jaziret Leila".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.