Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    El Othmani chez les députés jeudi prochain    Samir: La capacité de stockage louée à l'Onhym    L'APD se penche sur la résilience des entreprises post-Covid    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Crime social    Evolution de la pandémie: Les modèles prédictifs risqués    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Les principaux secteurs de l'économie nationale accusent le coup de la pandémie    Benzema a très envie de revenir à la compétition    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    Casablanca-Settat: Ce qu'il faut retenir de la 1ère réunion du comité régional de vigilance économique    Coronavirus: 56 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 6866 guérisons    Retour au bercail des étudiants    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    Le roman de Saeida Rouass adapté à l'écran par un producteur hollywoodien    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Réflexions sur quel Maroc de l'après covid-19?    ONU: les ambassadeurs de Suisse et du Maroc à New York lancent le processus    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Trois millions de personnes affiliées à la CNSS    Naples pense à Oussama Idrissi    Lions de l'Atlas: Feddal sur les traces de Naybet?    Madrid ne jouera plus à Bernabeu cette saison    Tourisme : les opérateurs se mobilisent pour la relance du secteur    Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations
Publié dans Libération le 20 - 07 - 2019


L'ancien Premier
ministre guinéen, Kabiné Komara, a participé à une conférence au Forum de la paix en Normandie sur le thème "Les chemins de la paix : erreur et succès 2019". Il a traité de la
problématique de la gestion de l'eau entre les pays, une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus
et les nations.
Libé : Lors de votre intervention au Forum de la paix en Normandie, vous avez soulevé l'enjeu vital de l'eau dans les relations internationales. Vous avez présenté le cas de la crise entre l'Egypte et l'Ethiopie. Cela menace-t-il la paix dans cette région africaine ?
Kabiné Komara : La question se pose dans plusieurs régions du monde. Quand il y a un problème mal réglé dès le début, cela peut soulever des réactions. De plus, dans le bassin du Nil, c'est l'Angleterre qui a fait ce partage unilatéral de l'eau dans la région. Les pays de cette région ont été colonisés dans le passé et aujourd'hui certains ne se sentent pas concernés par le partage fait par les Britanniques à l'époque coloniale. C'est le Soudan qui a réagi le premier. L'Angleterre a donc modifié son partage en donnant davantage d'eau au Soudan, mais cela avait touché d'autres pays de la région en amont.
Après l'indépendance de ces pays, chacun a commencé à réclamer plus de quantité d'eau. Ils ont créé une organisation des pays du Bassin du Nil mais sans avoir intégré l'Egypte qui n'a pas accepté les changements au niveau des quantités d'eau distribuées entre ces pays. Cette situation a bloqué les décisions et les autres pays ont évolué sans l'Egypte. L'Ethiopie est en train de s'allier avec de nombreux pays. Il n'y a pas de solution pour le moment. De plus, les études montrent que, dans quelques années, les quantités actuelles d'eau ne vont pas couvrir 60% des besoins de ces pays. Il faudra donc coopérer.
Y a-t-il un danger de conflit dans la région du Bassin du Nil ?
Pour le moment, il y a beaucoup d'initiatives dans la région pour l'éviter. Le président égyptien est allé en Ouganda l'année dernière afin que ce pays joue le rôle de médiateur entre les pays du Bassin du Nil. Il y a d'autres initiatives comme celle de la Banque mondiale qui a fait des études. Des projets se mettent en place mais la solidarité fait défaut entre les pays du Bassin du Nil.
Vous avez dirigé l'organisation sous-régionale, l'OMVS, c'est-à-dire la mise en valeur du fleuve Sénégal qui regroupe la Guinée, le Mali, le Sénégal et la Mauritanie. C'est un exemple de coopération et de gestion des eaux transfrontalières. Est-ce un modèle aujourd'hui de la gestion transfrontière ?
Je peux dire que c'est le modèle idéal pour la gestion de l'eau au niveau transfrontalier, que j'ai eu l'honneur de présider pendant 4 ans.
Ces pays ont créé l'OMVS en 1972 pour gérer l'eau du fleuve. Grâce à cette organisation, le problème a été résolu. Le fleuve Sénégal fait 1800 km de long : il prend sa source en Guinée, traverse le Mali et la Mauritanie et son cours s'achève au Sénégal. Ces pays ont décidé que ce fleuve devienne international et que l'ensemble de ses ressources soient gérées par les quatre pays. Aucun ouvrage ne peut être construit sans l'accord de ces pays.
Vous avez beaucoup travaillé sur ce sujet. Comment voyez-vous l'avenir pour le partage de l'eau en Afrique d'une façon équitable vu la croissance démographique ?
C'est exactement là le problème pour le bassin frontalier. Il faut créer des organismes de gestion, dans chacun des bassins frontaliers. Il y en a environ 59 en Afrique. Il faut encourager le partage et la gestion commune de ces bassins.
Certains pays sont dans une situation de force, d'autres le sont moins, mais je ne crois pas qu'il y ait des conflits d'eau, mais seulement des tensions. Ces tensions ne peuvent être résolues que par la négociation. Mais le plus grave, est ce qui se passe à l'intérieur de certains pays : il y a des déplacements de population et des problèmes interethniques. Les hommes recherchent l'eau et des terres arables.
L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations. Les réserves d'eau douce sont inégalement distribuées. A l'horizon 2030, le changement climatique et les pressions démographiques seront susceptibles de renforcer ces tensions . Une collaboration accrue entre les Etats pour la préservation des ressources en eau est donc indispensable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.