Jeux africains : Le prince Moulay Rachid donne le coup d'envoi    Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Ce que veut dire la Révolution du Roi et du Peuple    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Karim Alami perd tragiquement son fils    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La France se prépare à accueillir le G7    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Le fauteuil    La prise de conscience!    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Météo: les prévisions de ce lundi    Parcs zoologiques. Vers la fin de la capture et la vente des éléphants d'Afrique    Le Maroc: marché international de commerce de fossiles    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations
Publié dans Libération le 20 - 07 - 2019


L'ancien Premier
ministre guinéen, Kabiné Komara, a participé à une conférence au Forum de la paix en Normandie sur le thème "Les chemins de la paix : erreur et succès 2019". Il a traité de la
problématique de la gestion de l'eau entre les pays, une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus
et les nations.
Libé : Lors de votre intervention au Forum de la paix en Normandie, vous avez soulevé l'enjeu vital de l'eau dans les relations internationales. Vous avez présenté le cas de la crise entre l'Egypte et l'Ethiopie. Cela menace-t-il la paix dans cette région africaine ?
Kabiné Komara : La question se pose dans plusieurs régions du monde. Quand il y a un problème mal réglé dès le début, cela peut soulever des réactions. De plus, dans le bassin du Nil, c'est l'Angleterre qui a fait ce partage unilatéral de l'eau dans la région. Les pays de cette région ont été colonisés dans le passé et aujourd'hui certains ne se sentent pas concernés par le partage fait par les Britanniques à l'époque coloniale. C'est le Soudan qui a réagi le premier. L'Angleterre a donc modifié son partage en donnant davantage d'eau au Soudan, mais cela avait touché d'autres pays de la région en amont.
Après l'indépendance de ces pays, chacun a commencé à réclamer plus de quantité d'eau. Ils ont créé une organisation des pays du Bassin du Nil mais sans avoir intégré l'Egypte qui n'a pas accepté les changements au niveau des quantités d'eau distribuées entre ces pays. Cette situation a bloqué les décisions et les autres pays ont évolué sans l'Egypte. L'Ethiopie est en train de s'allier avec de nombreux pays. Il n'y a pas de solution pour le moment. De plus, les études montrent que, dans quelques années, les quantités actuelles d'eau ne vont pas couvrir 60% des besoins de ces pays. Il faudra donc coopérer.
Y a-t-il un danger de conflit dans la région du Bassin du Nil ?
Pour le moment, il y a beaucoup d'initiatives dans la région pour l'éviter. Le président égyptien est allé en Ouganda l'année dernière afin que ce pays joue le rôle de médiateur entre les pays du Bassin du Nil. Il y a d'autres initiatives comme celle de la Banque mondiale qui a fait des études. Des projets se mettent en place mais la solidarité fait défaut entre les pays du Bassin du Nil.
Vous avez dirigé l'organisation sous-régionale, l'OMVS, c'est-à-dire la mise en valeur du fleuve Sénégal qui regroupe la Guinée, le Mali, le Sénégal et la Mauritanie. C'est un exemple de coopération et de gestion des eaux transfrontalières. Est-ce un modèle aujourd'hui de la gestion transfrontière ?
Je peux dire que c'est le modèle idéal pour la gestion de l'eau au niveau transfrontalier, que j'ai eu l'honneur de présider pendant 4 ans.
Ces pays ont créé l'OMVS en 1972 pour gérer l'eau du fleuve. Grâce à cette organisation, le problème a été résolu. Le fleuve Sénégal fait 1800 km de long : il prend sa source en Guinée, traverse le Mali et la Mauritanie et son cours s'achève au Sénégal. Ces pays ont décidé que ce fleuve devienne international et que l'ensemble de ses ressources soient gérées par les quatre pays. Aucun ouvrage ne peut être construit sans l'accord de ces pays.
Vous avez beaucoup travaillé sur ce sujet. Comment voyez-vous l'avenir pour le partage de l'eau en Afrique d'une façon équitable vu la croissance démographique ?
C'est exactement là le problème pour le bassin frontalier. Il faut créer des organismes de gestion, dans chacun des bassins frontaliers. Il y en a environ 59 en Afrique. Il faut encourager le partage et la gestion commune de ces bassins.
Certains pays sont dans une situation de force, d'autres le sont moins, mais je ne crois pas qu'il y ait des conflits d'eau, mais seulement des tensions. Ces tensions ne peuvent être résolues que par la négociation. Mais le plus grave, est ce qui se passe à l'intérieur de certains pays : il y a des déplacements de population et des problèmes interethniques. Les hommes recherchent l'eau et des terres arables.
L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations. Les réserves d'eau douce sont inégalement distribuées. A l'horizon 2030, le changement climatique et les pressions démographiques seront susceptibles de renforcer ces tensions . Une collaboration accrue entre les Etats pour la préservation des ressources en eau est donc indispensable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.