Jeux africains : Le prince Moulay Rachid donne le coup d'envoi    Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Ce que veut dire la Révolution du Roi et du Peuple    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Karim Alami perd tragiquement son fils    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La France se prépare à accueillir le G7    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Le fauteuil    La prise de conscience!    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Météo: les prévisions de ce lundi    Parcs zoologiques. Vers la fin de la capture et la vente des éléphants d'Afrique    Le Maroc: marché international de commerce de fossiles    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Familly School, l'éducation comme figure de proue
Publié dans Libération le 20 - 07 - 2019

"Une société où chaque membre de la famille vit en sécurité, réalise ses objectifs aussi bien personnels que professionnels » C'est l'ambitieux mais néanmoins ardu objectif auquel s'attache l'Association Family School. Créée il y a un peu plus de deux ans, cette structure à but non lucratif s'assignait comme objectif de répondre à un vieux serpent de mer. Une cause qui remonte à la nuit des temps et qui met en scène la relation parent-enfant, avec l'éducation pour trait d'union.
Aujourd'hui spécialiste des questions de la femme, de l'éducation et de l'autonomisation économique, Nada Diouri, présidente-fondatrice de Family School a été fortement impactée par ses expériences passées. Neuf ans d'observations au sein d'actions caritatives sur l'ensemble du territoire marocain, agrémentés d'une expérience en tant que « directrice, chargée de projets et consultante, dans le domaine du développement humanitaire au Maroc et dans la région MENA » nous a-t-elle précisé.
Nul doute que tout un chacun est conscient de la relation de cause à effet qui régit l'éducation parentale et la destinée des enfants. Ce lien indéfectible qui mène vers l'échec ou la réussite. Idem pour Nada Diouri, jusqu'au jour où elle s'est rendu compte que le lien s'est distendu. « J'avoue que j'ai été marquée par une situation particulière », révèle-t-elle, « de parents surpris que leurs enfants rejoignent Daech du jour au lendemain sans qu'ils en aient le moindre doute » Autrement dit, ces parents n'ont rien vu venir. Ils n'ont pas su percevoir les signes avant-coureurs. La parfaite illustration d'un décalage générationnel et d'une difficulté des parents au moment de s'accorder avec l'air du temps.
Cette nouvelle tendance fut l'une des principales raisons de la création de la Family School, au même titre qu'un « échange professionnel, financé par le département d'Etat américain, en immersion dans une association de droits humains à Washington en 2016, où il a été question d'élaborer la stratégie, les orientations et la vision de l'association qui aujourd'hui porte fièrement son nom », ajoute Nada Diouri.
Pour expliquer cette tendance, notre interlocutrice a mis en avant une société en mutation « selon des études de chercheurs en discipline positive (lire entretien), il a été démontré que les enfants acceptent de moins en moins d'obéir aux parents, aux professeurs ». Et de comparer : «Alors que jadis, les enfants voyaient une mère, une grand-mère ou un grand frère comme un modèle. Ils obéissaient aux ordres avec une timidité ou des signes de respect marquants devant les aînés ».
La fondatrice de l'association estime aussi que les nouvelles mutations sociales, et notamment celles symbolisées par « des femmes émancipées qui travaillent » débouchent sur des ordres sociaux mouvants. Du coup, « l'enfant imite et s'impose. Il forge une identité propre à lui. Ce qui pousse beaucoup de parents à se demander pourquoi l'éducation de nos enfants nous est difficile. La réponse est dans une structure de la société en mutation que nous, au sein de Family School, voulons avant tout accompagner en passant d'une démarche imposée ou incomprise vers une mutation sur des bases scientifiques par le jeu », argumente-t-elle.
Influencée par le modèle d'éducation canadien, Nada Diouri ambitionne de « permettre un accès égal et généralisé pour tous à une éducation parentale afin d'aider les parents, tuteurs et éducateurs dans leur noble mission ». Un appui social que Family School espère concrétiser via un programme complet et varié. En effet, outre l'accompagnement de six femmes isolées, dont les maris ont quitté le foyer, Family School a développé des formations décrites comme « ludiques » et consacrées, d'une part, aux droits des enfants, et d'autre part, à l'empathie. Sans oublier des formations sur l'équité dans l'éducation au sein des familles, quatre formations pour les enfants de 3 à 6 ans autour des émotions de l'écoute, de la confiance en soi, ainsi que six autres pour les enfants de 6 à 12 avec les mêmes objectifs.
Bref, autant d'efforts qui rappellent que « démocratiser l'accès à l'éducation parentale et de l'enfant en prévention des fléaux et problèmes d'aujourd'hui », c'est-à-dire la raison d'être de Family School, n'est pas chose aisée, mais pas utopique non plus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.