Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Chauffeurs de taxi: Cet autre corps de métier qui pâtit de la crise sanitaire    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    «Avoir un bon réseau est utile dans l'insertion sociale et professionnelle future»    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    ADM invite les usagers à vérifier leur solde Jawaz    Le coût du confinement en Afrique s'élève mensuellement à 09 milliards de dollars    La vérité derrière le mensonge    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Cyclisme: Prudence et sécurité, maîtres mots de la reprise    Exclu-Al Bayane: Boutaib en discussion avancée avec un club de la Botola    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 8.030 au total, vendredi 5 juin à 10h    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Parlement: Les conseillers préparent leur déconfinement    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Le virus prépare une révolution monétaire    Débat sur la place de la culture dans le Maroc d'après-pandémie    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Retour d'expérience et stratégies de déconfinement    Le tourisme et le transport seront essentiels à la reprise de l'économie nationale après la crise    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    La stratégie de développement durable remise sur le chantier    La ministre de la Solidarité détaille son action devant la commission parlementaire des secteurs sociaux    Opération exceptionnelle d'établissement des CNIE pour les MRE    Covid-19 aidant, SAMIR met à disposition ses bacs de stockage    Les éclaircissements de la Chabiba ittihadia    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Familly School, l'éducation comme figure de proue
Publié dans Libération le 20 - 07 - 2019

"Une société où chaque membre de la famille vit en sécurité, réalise ses objectifs aussi bien personnels que professionnels » C'est l'ambitieux mais néanmoins ardu objectif auquel s'attache l'Association Family School. Créée il y a un peu plus de deux ans, cette structure à but non lucratif s'assignait comme objectif de répondre à un vieux serpent de mer. Une cause qui remonte à la nuit des temps et qui met en scène la relation parent-enfant, avec l'éducation pour trait d'union.
Aujourd'hui spécialiste des questions de la femme, de l'éducation et de l'autonomisation économique, Nada Diouri, présidente-fondatrice de Family School a été fortement impactée par ses expériences passées. Neuf ans d'observations au sein d'actions caritatives sur l'ensemble du territoire marocain, agrémentés d'une expérience en tant que « directrice, chargée de projets et consultante, dans le domaine du développement humanitaire au Maroc et dans la région MENA » nous a-t-elle précisé.
Nul doute que tout un chacun est conscient de la relation de cause à effet qui régit l'éducation parentale et la destinée des enfants. Ce lien indéfectible qui mène vers l'échec ou la réussite. Idem pour Nada Diouri, jusqu'au jour où elle s'est rendu compte que le lien s'est distendu. « J'avoue que j'ai été marquée par une situation particulière », révèle-t-elle, « de parents surpris que leurs enfants rejoignent Daech du jour au lendemain sans qu'ils en aient le moindre doute » Autrement dit, ces parents n'ont rien vu venir. Ils n'ont pas su percevoir les signes avant-coureurs. La parfaite illustration d'un décalage générationnel et d'une difficulté des parents au moment de s'accorder avec l'air du temps.
Cette nouvelle tendance fut l'une des principales raisons de la création de la Family School, au même titre qu'un « échange professionnel, financé par le département d'Etat américain, en immersion dans une association de droits humains à Washington en 2016, où il a été question d'élaborer la stratégie, les orientations et la vision de l'association qui aujourd'hui porte fièrement son nom », ajoute Nada Diouri.
Pour expliquer cette tendance, notre interlocutrice a mis en avant une société en mutation « selon des études de chercheurs en discipline positive (lire entretien), il a été démontré que les enfants acceptent de moins en moins d'obéir aux parents, aux professeurs ». Et de comparer : «Alors que jadis, les enfants voyaient une mère, une grand-mère ou un grand frère comme un modèle. Ils obéissaient aux ordres avec une timidité ou des signes de respect marquants devant les aînés ».
La fondatrice de l'association estime aussi que les nouvelles mutations sociales, et notamment celles symbolisées par « des femmes émancipées qui travaillent » débouchent sur des ordres sociaux mouvants. Du coup, « l'enfant imite et s'impose. Il forge une identité propre à lui. Ce qui pousse beaucoup de parents à se demander pourquoi l'éducation de nos enfants nous est difficile. La réponse est dans une structure de la société en mutation que nous, au sein de Family School, voulons avant tout accompagner en passant d'une démarche imposée ou incomprise vers une mutation sur des bases scientifiques par le jeu », argumente-t-elle.
Influencée par le modèle d'éducation canadien, Nada Diouri ambitionne de « permettre un accès égal et généralisé pour tous à une éducation parentale afin d'aider les parents, tuteurs et éducateurs dans leur noble mission ». Un appui social que Family School espère concrétiser via un programme complet et varié. En effet, outre l'accompagnement de six femmes isolées, dont les maris ont quitté le foyer, Family School a développé des formations décrites comme « ludiques » et consacrées, d'une part, aux droits des enfants, et d'autre part, à l'empathie. Sans oublier des formations sur l'équité dans l'éducation au sein des familles, quatre formations pour les enfants de 3 à 6 ans autour des émotions de l'écoute, de la confiance en soi, ainsi que six autres pour les enfants de 6 à 12 avec les mêmes objectifs.
Bref, autant d'efforts qui rappellent que « démocratiser l'accès à l'éducation parentale et de l'enfant en prévention des fléaux et problèmes d'aujourd'hui », c'est-à-dire la raison d'être de Family School, n'est pas chose aisée, mais pas utopique non plus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.