Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Zakaria Fahim: " Le nouveau modèle de développement doit encourager entrepreneuriat"    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Divers    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes
Publié dans Libération le 22 - 08 - 2019

Une étude publiée le 8 février dans la revue Nature démontre aujourd'hui comment les maladies des femmes sont diagnostiquées plus tard que celles des hommes. Elle a été menée par des chercheurs de l'Université de Copenhague au Danemark.
L'équipe s'est basée sur un très large échantillon puisqu'ils ont analysé les données de 6,9 millions de patientes au Danemark couvrant une période de 21 ans, de 1994 à 2015.
Il a été découvert que les femmes étaient diagnostiquées en moyenne 4 ans plus tard que l'âge auquel les hommes l'étaient. Il est pris pour exemple le diagnostic du cancer, qui est détecté deux ans et demi après celui des hommes, mais aussi celui du diabète qui met quatre ans et demi de plus.
L'équipe qui a produit ces recherches ne s'est concentrée que sur les personnes passées par l'hôpital et n'a pas étudié précisément les causes de ces différences. Ce qui peut inclure des biais à l'étude.
Mais Reuter Health a interrogé une spécialiste, Marcia Stefanick, directrice du centre de la santé des femmes et des différences entre les sexes en médecine à l'université de Stanford. Cette étude confirme pour elle tout ce qu'elle enseigne à ses élèves, elle se dit même "fascinée".
"Lorsque les hommes contractent des maladies que la plupart des professionnels de la santé considèrent comme des 'maladies féminines', elles sont diagnostiquées plus tard, à des stades plus graves, et vice versa", explique-t-elle.
Elle précise même : "Par exemple, les femmes sont diagnostiquées plus tard pour une maladie cardiaque, non seulement parce qu'elle est encore largement considérée comme une 'maladie de l'homme', mais aussi parce que nos tests-diagnostics sont biaisés par les hommes, en termes de présentation 'typique' de l'homme. Toutes les écoles de médecine et la formation en soins de santé devraient mettre l'accent sur les différences biologiques entre les sexes et les préjugés sexistes afin que les professionnels de la santé soient conscients des préjugés inconscients".
Un changement de mentalité nécessaire pour mieux prendre en compte les femmes
L'étude danoise prouve d'ailleurs que l'ostéoporose, maladie associée aux femmes, est la seule maladie qui est diagnostiquée avant chez les femmes et plus tard chez les hommes.
Pour un des auteurs de l'étude, Søren Brunak, cité par Science Daily, "le message est que les stratégies nationales établies doivent tenir compte de la différence. Nous ne pouvons plus utiliser un modèle 'taille unique' pour tous. Nous allons déjà dans cette direction en ce qui concerne une personnalisation de la médecine".
Un autre chercheur, David Westergaard, explique qu'il faut changer de logiciel concernant les études sur les maladies : "Nous devons penser au fait qu'il peut y avoir une différence de sexe dès le début dans les hôpitaux et dans la recherche. Traditionnellement, par exemple, 50 hommes et femmes seront recrutées pour les essais cliniques. Ensuite, vous examinez l'effet global pour les participants au test. Mais vous oubliez de faire une sous-analyse, où vous regardez les groupes séparément pour voir s'il y a des différences. Cela n'a été fait que ces dernières années".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.