L'Espagne maintiendra les frontières avec le Maroc et l'Algérie fermées par manque de réciprocité    Le Roi félicite le Président biélorusse à l'occasion de la fête d'indépendance de son pays    Fès : comment se déroulent les épreuves du bac (VIDEO)    Le roi Mohammed VI a écrit au président biélorusse    Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité    Facebook : Les Arabes se déchaînent sur les homosexuels    Coronavirus : 246 nouveaux cas, 13.215 cas au total, vendredi 3 juillet à 10h    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Coronavirus : nouveau paquet européen d'assistance pour soutenir les groupes vulnérables en Afrique du Nord    Bac à Casablanca: la belle initiative du caïd de Sbata (VIDEO)    La finale de la Coupe du Portugal de football n'aura pas lieu à Lisbonne    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    ONCF: 350.000 voyageurs depuis l'annonce du déconfinement    Compétences numériques : Microsoft et LinkedIn soutiennent le retour à l'emploi    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 246 nouveaux cas, 13.215 au total    Casablanca : Les épreuves du Bac sous haute sécurité sanitaire    Ouvertures des frontières: L'Espagne reste fermée aux Marocains, Algériens et Chinois    Laâyoune : Près de 12 tonnes de drogue incinérées    Fès: drame évité de justesse à l'ancienne médina    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 3 juillet    Tawtik.ma : Plus de 400.000 opérations gérées annuellement sur la plateforme    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Interview – NoboxLab: Une startup tangéroise qui promeut la formation à distance    Forum Sino-Arabe : une alliance stratégique renforcée    Edito : Bac    Mohamed Ziane écope d'une année de suspension d'exercice de la fonction    Musées: Le ministère de la Culture appuie la FNM    Et si Casablanca retrouvait son statut de «ville monde»?    Le Maroc réitère sa demande à Amnesty international    Plan israélien d'annexion : le groupe arabe auprès de l'Unesco, présidé par le Maroc, vent debout contre le projet    Installation à Lima du groupe d'amitié parlementaire Pérou-Maroc    Le CSPJ plaide pour la préservation de l'indépendance de la justice    Aymane Mourid signe à Leganés jusqu'en 2024    Championnat national virtuel de muai-thaï    L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien    Le WAC se prépare à défendre son titre    Après l'allégement des mesures de confinement, la reprise des tournages fait face à une série de difficultés    Nouvelles "mesures de résistance" en faveur du cinéma    Cinq œuvres de réalisateurs marocains subventionnées par Doha Film Institute    Lions de l'Atlas. Chadli pour succéder à Revel ?    Driss Lachguar préside vendredi et samedi trois réunions régionales    Officiel: Achraf Hakimi rejoint l'Inter    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    Liga: un Marocain signe à Leganés    Visite de soutien et de solidarité du Premier secrétaire à l'Ambassadeur de Palestine à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes
Publié dans Libération le 22 - 08 - 2019

Une étude publiée le 8 février dans la revue Nature démontre aujourd'hui comment les maladies des femmes sont diagnostiquées plus tard que celles des hommes. Elle a été menée par des chercheurs de l'Université de Copenhague au Danemark.
L'équipe s'est basée sur un très large échantillon puisqu'ils ont analysé les données de 6,9 millions de patientes au Danemark couvrant une période de 21 ans, de 1994 à 2015.
Il a été découvert que les femmes étaient diagnostiquées en moyenne 4 ans plus tard que l'âge auquel les hommes l'étaient. Il est pris pour exemple le diagnostic du cancer, qui est détecté deux ans et demi après celui des hommes, mais aussi celui du diabète qui met quatre ans et demi de plus.
L'équipe qui a produit ces recherches ne s'est concentrée que sur les personnes passées par l'hôpital et n'a pas étudié précisément les causes de ces différences. Ce qui peut inclure des biais à l'étude.
Mais Reuter Health a interrogé une spécialiste, Marcia Stefanick, directrice du centre de la santé des femmes et des différences entre les sexes en médecine à l'université de Stanford. Cette étude confirme pour elle tout ce qu'elle enseigne à ses élèves, elle se dit même "fascinée".
"Lorsque les hommes contractent des maladies que la plupart des professionnels de la santé considèrent comme des 'maladies féminines', elles sont diagnostiquées plus tard, à des stades plus graves, et vice versa", explique-t-elle.
Elle précise même : "Par exemple, les femmes sont diagnostiquées plus tard pour une maladie cardiaque, non seulement parce qu'elle est encore largement considérée comme une 'maladie de l'homme', mais aussi parce que nos tests-diagnostics sont biaisés par les hommes, en termes de présentation 'typique' de l'homme. Toutes les écoles de médecine et la formation en soins de santé devraient mettre l'accent sur les différences biologiques entre les sexes et les préjugés sexistes afin que les professionnels de la santé soient conscients des préjugés inconscients".
Un changement de mentalité nécessaire pour mieux prendre en compte les femmes
L'étude danoise prouve d'ailleurs que l'ostéoporose, maladie associée aux femmes, est la seule maladie qui est diagnostiquée avant chez les femmes et plus tard chez les hommes.
Pour un des auteurs de l'étude, Søren Brunak, cité par Science Daily, "le message est que les stratégies nationales établies doivent tenir compte de la différence. Nous ne pouvons plus utiliser un modèle 'taille unique' pour tous. Nous allons déjà dans cette direction en ce qui concerne une personnalisation de la médecine".
Un autre chercheur, David Westergaard, explique qu'il faut changer de logiciel concernant les études sur les maladies : "Nous devons penser au fait qu'il peut y avoir une différence de sexe dès le début dans les hôpitaux et dans la recherche. Traditionnellement, par exemple, 50 hommes et femmes seront recrutées pour les essais cliniques. Ensuite, vous examinez l'effet global pour les participants au test. Mais vous oubliez de faire une sous-analyse, où vous regardez les groupes séparément pour voir s'il y a des différences. Cela n'a été fait que ces dernières années".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.