La 1ère partie du PLF 2020 adoptée en première commission par la Chambre des représentants    Dakhla : Akhannouch préside l'ouverture d'un salon sur l'aquaculture    Comment Donald Trump s'est embourbé dans l'affaire ukrainienne    Nouveau Mitsubishi L200. La robustesse pour devise    CNDH : Aucune trace de torture sur les détenus du hirak du Rif    La justice américaine se prononce sur les fouilles d'ordinateurs et appareils aux frontières    Halilhodžić s'exprime sur le cas Hamdallah    Vivo Energy Maroc et Myher Holding co-actionnaires dans la société Sopétrole    Othman Benjelloun et Leila Mezian, primés «Personnalités visionnaires» à Washington    Coupe de la CAF: Groupes équilibrés pour la RSB et le HUSA    Le Raja et le Wydad s'inclinent    L'autre facette de l'Homme des temps modernes    L'international espagnol David Villa annonce sa retraite    Les jeunes du PPS et de l'Istiqlal montrent la voie du changement    Mustapha Bakkoury désigné président du comité de pilotage de l'initiative «Desert to Power»    Couverture sanitaire universelle : Rabat accueille une session de formation sur l'expérience marocaine    Casablanca : Arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    L'ancien président Lula quitte la prison…    Marrakech accueille la 3ème Conférence de la Femme Africaine    Hommages et rayonnement    FIESAD2019: «Men Po» de la Chine remporte le Grand prix    Les nouveautés du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders    Wafa Assurance. L'acquisition de Pro Assur finalisée au Cameroun    Un mal pour un bien    Une délégation de Bayt Al Hikma reçue au siège du Parti à Rabat    Le groupement parlementaire du PPS scandalisé par une «mesure discriminatoire»    Tournoi Omnium VI: Banco pour Maha Haddioui !    Boeing espère la fin de l'immobilisation au sol du 737 Max avant fin décembre    Lancement du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders à Essaouira    Forum MEDays : le président sénégalais arrive à Tanger    Radio Sol, une nouvelle radio axée « musique et divertissement »    Lancement du Fonds de l'eau de Sebou, un projet pionnier !    Alsa en situation d'oligopole ?    Nouvelle arrestation pour le BCIJ à Guelmim    Une forte délégation marocaine à Johannesburg pour présenter les atouts du Royaume    Le marocain SGTM entame la réalisation d'une embouchure aux environs d'Abidjan    Trois artistes blessés dans une attaque au couteau lors d'un spectacle à Ryad    Insolite : Voler une voiture de gendarmerie    Comment cultiver le stress positif    La pneumonie, tueuse d'enfants    Dernière rentrée de 2019 pour les Bleus    Sterling écarté de l'équipe d'Angleterre    La Supercoupe d'Espagne s'installe en Arabie Saoudite pour trois ans    Lors de l'émission «Décryptage» de MFM Radio    Guerre des chefs à la tête du Polisario    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Marocains" de Leila Alaoui atterrissent à Séville    "Lire Casablanca", une invitation à comprendre le développement urbain de la métropole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Insolite : Fier d'avoir été insulté par Trump
Publié dans Libération le 23 - 10 - 2019

L'ancien secrétaire d'Etat américain à la Défense, James Mattis, s'est dit "honoré" d'avoir été qualifié par Donald Trump de "général le plus surestimé au monde".
"Je ne suis pas seulement un général surestimé, je suis le plus grand, le plus surestimé au monde", a ironisé James Mattis lors d'un dîner de gala, jeudi à New York.
"Je suis honoré d'être considéré ainsi par Donald Trump, car il a aussi qualifié Meryl Streep d'actrice surestimée", a-t-il expliqué, en ajoutant sous les rires et les applaudissements: "J'imagine que je suis la Meryl Streep des généraux et franchement ça me semble assez bien!"
C'est lors d'une rencontre consacrée à la Syrie avec des dirigeants démocrates, mercredi à la Maison Blanche, que Donald Trump avait tenu ses propos insultants à l'égard de son ancien ministre de la Défense qui a notamment servi en Irak, en Syrie et en Afghanistan.
"J'ai fait mes preuves sur les champs de bataille (...) Donald Trump a fait les siennes avec une lettre d'un médecin" qui lui avait permis d'éviter d'aller sur le terrain, a rappelé M. Mattis.
James Mattis avait annoncé le 20 décembre 2018 qu'il quittait son poste, critiquant notamment la stratégie diplomatique de Donald Trump. Il s'était notamment toujours opposé au retrait des troupes américaines de Syrie, récemment annoncé.
Au Groenland, le défi du tourisme
Glisser en kayak le long des icebergs bleus et blancs qui dérivent près du port, flâner entre les maisons colorées, randonner dans la nature de neige parsemée: en cette fin d'été indien, la saison touristique bat son plein à Kulusuk, petite île de l'est du Groenland dans l'Arctique.
"Même en ayant très peu d'attentes, en pensant être surpris, on l'est un peu plus en fait", s'enthousiasme Sarah Bovet, face à ces paysages lunaires de glace blanche, de roche noire, entrecoupés de maisonnettes aux couleurs vives.
A Kulusuk, où vivent à l'année quelque 250 habitants, "tout est différent", lâche l'artiste suisse de 29 ans, en résidence artistique au Groenland.
Si une grande partie des 85.000 touristes qui débarquent chaque année au Groenland privilégient la côte ouest, la côte orientale a aussi ses arguments avec ses glaciers, sa nature sauvage, ses baleines et ses ours polaires.
Le tourisme et ses devises constituent désormais une source de revenus importante pour la communauté locale - en complément des activités de pêche et de chasse qui se pratiquent ici depuis des siècles, sur la banquise et les eaux argentiques de l'océan.
Justus Atuaq, un jeune chasseur de Kulusuk, emmène ainsi les touristes en traîneau en mars et avril, la haute saison du printemps qui lui garantit de quoi soigner ses chiens. "J'utilise les chiens de traîneau pour la chasse et parfois les touristes étrangers veulent aussi en faire", explique-t-il après avoir nourri ses animaux.
L'activité touristique au Groenland a augmenté de 10% en glissement annuel entre 2014 et 2017 et de 3% en 2018, selon l'office du tourisme Visit Greenland.
Ses glaciers, ses icebergs et sa faune en ont fait un endroit populaire pour les amateurs d'aventure et de nature. Même si beaucoup d'entre eux arrivent en avion, les bateaux de croisière constituent une alternative pour découvrir le littoral.
C'est un fait, ces derniers temps, le Groenland attire.
Colonisé dans les années 1700 par le Danemark, le territoire riche en réserves inexploitées de pétrole, de gaz, de minéraux et d'importants stocks de poisson et de crevettes, a acquis son autonomie en 1979.
Aujourd'hui, de nombreux partis groenlandais espèrent accéder à l'indépendance. Et alors que le territoire reçoit toujours une subvention annuelle de Copenhague, estimée à environ 535 millions de dollars en 2017, certains voient dans le tourisme un moyen de devenir auto-suffisants.
Même le président américain Donald Trump s'est révélé tenté par les ressources naturelles du territoire et son importance stratégique croissante au gré de la fonte de la banquise, quand il a annoncé en août vouloir acheter le Groenland au Danemark, laissant le royaume stupéfait.
Dans tous les cas, la hausse du nombre de visiteurs met les infrastructures de Kulusuk sous tension, en raison de la situation géographique du Groenland, de la météo et du coût des déplacements.
Avec un supermarché, un aéroport construit dans les années 50, en pleine Guerre froide, par l'armée américaine pour desservir une base radar et un port entouré de maisons en bois peintes de couleurs vives surplombant des collines autour d'un fjord, Kulusuk est resté figé dans l'histoire.
Comme beaucoup de régions du Groenland, l'île ne possède pas de route goudronnée et les visiteurs doivent arriver par avion ou par bateau. Les excursions à Kusuluk d'une journée en bateau pendant la haute saison estivale, en juillet et août, au départ de Reykjavik, sont facturées 97.000 couronnes islandaises (700 euros).
L'île ne compte qu'un seul hôtel, près d'un fjord. Trente-deux chambres au total. Depuis la salle à manger, on voit dériver de petits icebergs.
Approvisionner l'établissement n'est pas chose simple pour son propriétaire Jakob Ipsen, 48 ans, qui a grandi entre le Danemark et la côte ouest du Groenland.
"Nous devons faire toutes nos provisions avec le premier navire (qui accoste après la fonte de la banquise, ndlr) pour toute la saison estivale et avec le dernier navire pour tout l'hiver".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.