Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Elections sénatoriales-Egypte: un Marocain à la tête d'une mission d'observation    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    Violation de l'état d'urgence sanitaire: 742 personnes poursuivies à Taroudant    Covid-19: l'essentiel de la déclaration du ministère de la Santé    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    Météo Maroc : prévisions du lundi 10 août 2020    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le Groupe OCP fête ses 100 ans d'existence    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Dépression : La vitamine D ne sert à rien    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant    Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Réouverture des salles de sport    Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Présentiel ou enseignement à distance : les précisions du département de l'Education Nationale    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Lyon élimine la Juventus et jouera City en quarts    Maroc Télécom a boosté les revenus des sociétés de bourse en 2019    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    Le Bayern et le Barça en quart !    El Otmani: La situation épidémiologique connaît des évolutions inquiétantes    De la nécessité des évolutions structurelles des écosystèmes et des chaînes de valeur    Au bord du naufrage!    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    «De l'encre sur la marge» de M'barek Housni    Casablanca à l'heure de son premier festival de Hip-Hop «On-line»    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    La terre a de nouveau tremblé en Algérie    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Insolite : Fier d'avoir été insulté par Trump
Publié dans Libération le 23 - 10 - 2019

L'ancien secrétaire d'Etat américain à la Défense, James Mattis, s'est dit "honoré" d'avoir été qualifié par Donald Trump de "général le plus surestimé au monde".
"Je ne suis pas seulement un général surestimé, je suis le plus grand, le plus surestimé au monde", a ironisé James Mattis lors d'un dîner de gala, jeudi à New York.
"Je suis honoré d'être considéré ainsi par Donald Trump, car il a aussi qualifié Meryl Streep d'actrice surestimée", a-t-il expliqué, en ajoutant sous les rires et les applaudissements: "J'imagine que je suis la Meryl Streep des généraux et franchement ça me semble assez bien!"
C'est lors d'une rencontre consacrée à la Syrie avec des dirigeants démocrates, mercredi à la Maison Blanche, que Donald Trump avait tenu ses propos insultants à l'égard de son ancien ministre de la Défense qui a notamment servi en Irak, en Syrie et en Afghanistan.
"J'ai fait mes preuves sur les champs de bataille (...) Donald Trump a fait les siennes avec une lettre d'un médecin" qui lui avait permis d'éviter d'aller sur le terrain, a rappelé M. Mattis.
James Mattis avait annoncé le 20 décembre 2018 qu'il quittait son poste, critiquant notamment la stratégie diplomatique de Donald Trump. Il s'était notamment toujours opposé au retrait des troupes américaines de Syrie, récemment annoncé.
Au Groenland, le défi du tourisme
Glisser en kayak le long des icebergs bleus et blancs qui dérivent près du port, flâner entre les maisons colorées, randonner dans la nature de neige parsemée: en cette fin d'été indien, la saison touristique bat son plein à Kulusuk, petite île de l'est du Groenland dans l'Arctique.
"Même en ayant très peu d'attentes, en pensant être surpris, on l'est un peu plus en fait", s'enthousiasme Sarah Bovet, face à ces paysages lunaires de glace blanche, de roche noire, entrecoupés de maisonnettes aux couleurs vives.
A Kulusuk, où vivent à l'année quelque 250 habitants, "tout est différent", lâche l'artiste suisse de 29 ans, en résidence artistique au Groenland.
Si une grande partie des 85.000 touristes qui débarquent chaque année au Groenland privilégient la côte ouest, la côte orientale a aussi ses arguments avec ses glaciers, sa nature sauvage, ses baleines et ses ours polaires.
Le tourisme et ses devises constituent désormais une source de revenus importante pour la communauté locale - en complément des activités de pêche et de chasse qui se pratiquent ici depuis des siècles, sur la banquise et les eaux argentiques de l'océan.
Justus Atuaq, un jeune chasseur de Kulusuk, emmène ainsi les touristes en traîneau en mars et avril, la haute saison du printemps qui lui garantit de quoi soigner ses chiens. "J'utilise les chiens de traîneau pour la chasse et parfois les touristes étrangers veulent aussi en faire", explique-t-il après avoir nourri ses animaux.
L'activité touristique au Groenland a augmenté de 10% en glissement annuel entre 2014 et 2017 et de 3% en 2018, selon l'office du tourisme Visit Greenland.
Ses glaciers, ses icebergs et sa faune en ont fait un endroit populaire pour les amateurs d'aventure et de nature. Même si beaucoup d'entre eux arrivent en avion, les bateaux de croisière constituent une alternative pour découvrir le littoral.
C'est un fait, ces derniers temps, le Groenland attire.
Colonisé dans les années 1700 par le Danemark, le territoire riche en réserves inexploitées de pétrole, de gaz, de minéraux et d'importants stocks de poisson et de crevettes, a acquis son autonomie en 1979.
Aujourd'hui, de nombreux partis groenlandais espèrent accéder à l'indépendance. Et alors que le territoire reçoit toujours une subvention annuelle de Copenhague, estimée à environ 535 millions de dollars en 2017, certains voient dans le tourisme un moyen de devenir auto-suffisants.
Même le président américain Donald Trump s'est révélé tenté par les ressources naturelles du territoire et son importance stratégique croissante au gré de la fonte de la banquise, quand il a annoncé en août vouloir acheter le Groenland au Danemark, laissant le royaume stupéfait.
Dans tous les cas, la hausse du nombre de visiteurs met les infrastructures de Kulusuk sous tension, en raison de la situation géographique du Groenland, de la météo et du coût des déplacements.
Avec un supermarché, un aéroport construit dans les années 50, en pleine Guerre froide, par l'armée américaine pour desservir une base radar et un port entouré de maisons en bois peintes de couleurs vives surplombant des collines autour d'un fjord, Kulusuk est resté figé dans l'histoire.
Comme beaucoup de régions du Groenland, l'île ne possède pas de route goudronnée et les visiteurs doivent arriver par avion ou par bateau. Les excursions à Kusuluk d'une journée en bateau pendant la haute saison estivale, en juillet et août, au départ de Reykjavik, sont facturées 97.000 couronnes islandaises (700 euros).
L'île ne compte qu'un seul hôtel, près d'un fjord. Trente-deux chambres au total. Depuis la salle à manger, on voit dériver de petits icebergs.
Approvisionner l'établissement n'est pas chose simple pour son propriétaire Jakob Ipsen, 48 ans, qui a grandi entre le Danemark et la côte ouest du Groenland.
"Nous devons faire toutes nos provisions avec le premier navire (qui accoste après la fonte de la banquise, ndlr) pour toute la saison estivale et avec le dernier navire pour tout l'hiver".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.