Bank Al-Maghrib lance le service de centralisation des chèques irréguliers    La Bourse de Casablanca clôture en bonne mine    La Comader réfute les allégations sur la qualité du blé    Délais de paiement: les TPE lourdement impactées    Piratage de 19 millions de comptes Facebook au Maroc    Ramadan au Maroc: cette catégorie n'est pas concernée par le couvre-feu    13.850 bénéficiaires de l'Opération Ramadan 1442    Un an après le début de la pandémie du Covid-19 au Maroc,Festival du rire de Casablanca : Malgré la pandémie, le rire réunit les Bidaouis !    Maintien de la fermeture des salles de cinéma au Maroc    Tout faire pour développer le sens artistique et culturel des élèves    "Echos de la mémoire sur les montagnes du Rif", de Fatiha Saidi    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    L'OCP au chevet de la riziculture ivoirienne    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    AMO : vers l'inclusion de 1,6 million agriculteurs et leurs familles    Neymar se dit " plus heureux qu 'avant" à Paris    WAC-MCO en prologue de la 12ème manche de la Botola Pro D1    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    Un ministre australien en Europe pour régler un différend au sujet des vaccins    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Coupes africaines : Le tirage au sort fixé au 30 avril au Caire    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    Ligue des Champions : Le bus du Real attaqué par des hooligans !    Programme de la 5ème journée de la CAF : Tous les matchs se jouent le 21 avril    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Fruit d'un partenariat avec le ministère de l'éducation nationale : 27 centres des classes prépa équipés par OCP    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    Nos vœux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Intensité des événements et perturbation des rythmes
Publié dans Libération le 12 - 01 - 2021

Au Maroc, la pluviométrie joue un rôle socioéconomique très important et plusieurs secteurs en dépendent, particulièrement les ressources en eau et l'agriculture. Durant les périodes sèches, l'agriculture irriguée, l'approvisionnement en eau et la production électrique sont souvent menacés et l'intensité de cette menace dépend de l'accentuation des sécheresses qui frappent le pays comme lors de la saison 1994-1995. Une pluviométrie abondante constitue également une menace pour les vies et les infrastructures (les inondations de novembre 2009 - février 2010).
Précipitations : irrégularité dans l'espace et variabilité temporelle
Les précipitations au Maroc sont caractérisées par une irrégularité dans l'espace. Elles culminent à 150 milliards de m3/an en moyenne dont 80,6%, soit 121 milliards s'évaporent, 29 milliards (19,4 %) s'écoulent et seulement 15% du territoire national reçoit plus de la moitié des pluies. Les régions montagneuses connaissent un « apport pluvial important » et le Rif occidental représente « le pôle de la pluviométrie au Maroc ». Dans cette région, les précipitations atteignent les 1.200 mm/an à l'inverse des hauts plateaux de l'Oriental et la bande sud-atlasique où les chiffres enregistrés annuellement varient entre 200 et 300 mm/an. Une grande variabilité temporelle caractérise les précipitations interannuelles qui connaissent des périodes de sécheresse répétitives plus au moins longues selon les périodes. Une sorte d'alternance marque l'évolution des précipitations au Maroc oscillant entre des périodes sèches et des périodes humides pendant le siècle écoulé. L'analyse des données pluviométriques sur le dernier millénaire révèle que le Maroc a connu et connaîtra probablement une sécheresse tous les huit ans en moyenne. Les cinquante dernières années ont été marquées par une nette hausse de la fréquence des sécheresses et inondations. Ainsi, entre 1955 et 2004, 7 périodes de sécheresse généralisée ont été enregistrées au Maroc (1957 ; 1966 ; 1974/75 ; 1980/85 ; 1986/87 ; 1990/95 et de 1998 à 2000). Toutefois, il faut souligner que la diminution des précipitations n'a pas empêché l'augmentation de la fréquence des inondations suite à des « pluies très rares mais très intenses ».
Le changement climatique est déjà là
Ces évolutions ont-elles une relation avec le dérèglement climatique ? « Oui », répondent certains climatologues qui soutiennent que le changement climatique est une réalité au Maroc dont les effets se font déjà sentir dans plusieurs secteurs biophysiques. Le 4ème rapport d'évaluation du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a identifié le Maroc comme un pays très vulnérable qui risque de devenir le pays d'Afrique du Nord le plus durement frappé par les effets néfastes du changement climatique. Une réalité dont attestent plusieurs phénomènes (progression des régions à climat semi-aride et aride au détriment des régions classées sous climat humide et subhumide, hausse de la température annuelle moyenne de 0,16°C par décennie, baisse des précipitations printanières de 47% à l'échelle nationale, élévation du niveau de la mer ou inondations).
Une situation désormais structurelle
Mohammed Said Karrouk, climatologue et professeur universitaire, soutient dans son livre « Dynamique des climats du Maroc : Genèses, évolutions et développement des phénomènes, espaces, et milieux climatiques », que le Maroc est « un pays à climat dépendant » subissant les influences des circulations atmosphériques des latitudes élevées et basses qui rendent de plus en plus importante la vulnérabilité aux extrêmes du changement climatique. « Sous le régime de la circulation tropicale, le risque de sécheresse est anormalement élevé (cas des hivers 1981, 1983, 1993, et 1995), etsous le régime polaire, c'est le risque d'inondations en raison des précipitations anormalement abondantes (cas des hivers 1963, 1977, 1996 et 1997), et ce dans le sens de la variabilité climatique déjà connue au Maroc». A ce propos, il avance que le changement climatique actuel au Maroc se distingue par une stimulation de l'intensité des événements climatiques et une perturbation des rythmes climatiques conduisant à un bouleversement des éco-sociosystèmes. Par intensité des événements climatiques, Mohammed Said Karrouk désigne la vitesse record avec laquelle s'effectue le changement climatique par rapport à l'évolution normale connue de l'histoire naturelle du climat ainsi que le caractère « extrêmement dommageable» du changement climatique qui restent « prédictibles dans les scénarios évolutifs, mais imprévisibles dans le temps et dans l'espace (vagues de chaleur, sécheresses prolongées, retours abondants et concentrés des précipitations et des averses) ». Concernant la perturbation des rythmes climatiques, Mohammed Said Karrouk souligne la modification des rythmes habituels des éléments et phénomènes climatiques. Tel est le cas de la perturbation des cycles hydrologiques à la source et le risque d'inondations au moment des précipitations, et celui du dessèchement après cette période due aux précipitations neigeuses qui ne se reproduisent plus à cause de la hausse des températures. En d'autres termes, l'intensité et la fréquence des vagues de chaleur intensifient le pouvoir d'évaporation de l'atmosphère, perturbent, en conséquence, à l'aval le cycle hydrologique habituel et rendent caducs les moyens actuels de stockage et de gestion de l'eau. Mohammed Said Karrouk conclut que cette situation structurelle doit être prise en considération dans toute analyse concernant les événements climatiques auxquels le Maroc se trouve exposé et dans toute politique publique destinée à agir sur ces événements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.