L'Allemagne paie le prix de l'hypocrisie de l'Europe vis-à-vis du Maroc, écrit Bloomberg    France : l'affaire Lamjarred renvoyée aux assises pour viol    Kamal Lahlou réélu à l'unanimité à la tête de la FMM    Béni Mellal : un mort dans l'effondrement d'une maison    ZLECAF : les entreprises marocaines auront la possibilité d'importer des intrants à plus bas coût de différents pays africains    Coupe du Trône : Le SCCM, le RBM et le MAT en quarts de finale !    RCOZ: 50 candidats au poste d'entraîneur    Chelsea enfonce Liverpool, Everton et Tottenham au contact    Hakim Ziyech à la relance en Espagne ?    CAN U20 : La Tunisie accuse l'Ouganda d'avoir triché sur l'âge des joueurs !    Elections de la CAF : Lawson Hogban, une femme qui vise le Comité Exécutif de la CAF!    Sidi Slimane    Real Madrid: Benzema se confie au sujet de Cristiano Ronaldo    Le Maroc suspend ses vols avec l'Algérie et l'Egypte (PHOTO)    Covid-19 en Espagne: aucune manifestation pour le 8 mars à Madrid    En France, Khattari El-Haimer, responsable proche du polisario, mis en examen pour «subornation de témoin»    Rajesh Vaishnaw nommé ambassadeur de l'Inde au Maroc    Campagne de vaccination anti-covid : le Maroc fait mieux que la France, selon des intellectuels français    Faut-il arrêter l'alcool 40 jours avant Ramadan ? La réponse de cheikh Fizazi    Rabat: terrible accident sur la route côtière    Ouverture officielle du consulat général de Jordanie à Laâyoune    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Chtouka-Aït Baha Dans un commerce, un père de famille tente de violer une aide-commerçante    L'Institut culturel italien de Rabat promeut la culture de son pays dès ce mois    À Tindouf, deux détenus incarcérés au pénitencier Edhaibia fustigent des exactions contre les droits de l'homme    Taxe sur les terrains non bâtis: la nouvelle formule séduit, mais présente des limites    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Une 5ème certification ISO pour l'Institut national d'hygiène    La grogne monte chez les bureaux de change    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 5 mars    Accès à l'emploi : dur, dur pour les Marocaines !    Lois électorales : Dernière ligne droite au Parlement    Saisie de plus de 4 tonnes de chira à Asilah    Projet de loi sur l'usage du cannabis : Le débat ajourné    Un autre Marocain dans le viseur de Chelsea    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Edito : Sprint final    La Grèce évalue les dégâts après un séisme de magnitude 6,3    Participation de l'USS Dwight D.Eisenhower à un exercice maritime USA-Maroc    Quelles pourraient être les causes d' une guerre entre les Etats-Unis et la Chine ?    ElGrande Toto monte le son !    2ème édition du prix Brahim Akhiat pour la diversité culturelle    Le Maroc réitère au Caire sa ferme solidarité avec le peuple palestinien    Sahel : le Maroc considère les djihadistes comme un aimant pour les cellules locales    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    Adoption en commission d'un projet de loi organique relatif à la chambre des représentants    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les chants orientaux d'Oum s'invitent en Picardie
Publié dans Libération le 29 - 11 - 2016

La célèbre chanteuse marocaine Oum a récemment donné un concert à la Maladrerie Saint-Lazare, en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, en France. L'artiste y a entonné son deuxième album « Zarabi », où elle chante l'amour, l'espoir, la liberté, les hommes et la vie. En effet, après le succès retentissant de «Soul of Morocco», qui a séduit les mélomanes à travers le monde, Oum livre avec "Zarabi" une performance d'une autre dimension. Le nouvel album évoque un Maroc pluriel, où le désert côtoie les palmeraies et les plaines verdoyantes. La voix affirmée de Oum, entre des aigus perçants et des chœurs légers, fait osciller les émotions au fil de l'écoute, telle une branche d'olivier tantôt caressée par une douce brise, tantôt accrochée pour en cueillir le fruit. La jeune chanteuse mêle, en effet, dans ses chansons, les influences musicales multiples telles que le jazz, le gospel, la soul, l'afrobeat ou encore la musique soufie. «Le deuxième album enchanteur confirme l'originalité de son style et révèle Oum comme la songwriter marocaine la plus emballante du moment», écrivait à son sujet l'hebdomadaire Télérama.
Le journal lyonnais «Le Progrès» n'en est pas moins élogieux : «La chanteuse utilise sa musique pour tisser une poésie humaine. Dès les premières notes son style se distingue. Elle lie des sonorités différentes avec ses musiciens pour faire une création plurielle», lit-on dans ledit journal. «Et nul besoin de comprendre les paroles (en dialecte marocain en l'occurrence), sa voix envoûtante, qu'elle maîtrise parfaitement entre aigus perçants et chœurs légers, son regard rieur et son sourire chavirant touchent le cœur du public. Elle chante le désir, l'amour, le vivre-ensemble. Elle utilise des images, des proverbes. Et ne manque pas d'expliquer aux spectateurs le sens de ses chansons», ajoute-t-on de même source.
Nos confrères du «Progrès» qui ont assisté à ce concert, rapportent que Oum était généreuse, tant avec son public qu'avec son équipe. «Elle prend le temps de mettre chaque musicien en avant. Lorsque Damian Nueva, à la contrebasse est en solo, on a l'impression d'être dans un concert de jazz. Yacir Rami, au oud (luth) a proposé, quant à lui, sa propre composition pour l'album avec le titre «Hna» et nous voilà transportés au Maghreb. Le percussionniste Inor Sotolongo a émerveillé de par sa pluralité, en utilisant tour à tour djembé, derbouka ou encore batterie. Et enfin Camille Passeri, trompettiste et burgien de l'étape, a su manier l'instrument comme les plus grands», soulignent-ils.
Rappelons enfin que Oum est née à Casablanca en 1978 et a passé sa jeunesse à Marrakech. Elle y a développé des capacités certaines dans les arts plastiques et le chant. A quatorze ans, son goût prononcé pour le jazz et les musiques noires la pousse à intégrer une chorale de gospel dont elle deviendra vite une des solistes. Sa voix singulière, à la fois douce et puissante, réussit à combiner les éléments de sa culture d'origine, et ceux du patrimoine musical universel qu'elle explore. Chanteuse, auteure et compositrice, Oum commence en chantant une soul éclectique dans son premier album "Lik Oum" qui mêle pop, hip-hop et blues, avant de passer, trois ans plus tard avec « Sweerty », à l'affirmation de son talent de Melody-Maker inspirée de la soul et du jazz. Vient ensuite l'album de la consécration, "Soul of Morocco", qui séduit un public de connaisseurs aussi bien au Maroc qu'en Europe et dans le monde arabe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.