Les pays réfractaires campent sur leur position    Karim El Aynaoui : «Nous avons constitué au fil du temps une communauté qui a une force de proposition»    Une délégation du PPS se recueille sur la tombe de feu Sa Majesté Hassan II    Affaires des deux touristes assassinées : Une personne arrêtée    La misère!    Insolite : Un braconnier contraint de regarder "Bambi"    Les autorités françaises ferment une école clandestine salafiste    Zagora: Le film indien «La chanson des scorpions» décroche le Grand prix    Laaraj : Pour une présence plus marquée de l'amazigh dans les chaînes publiques    Taroudant danse au rythme de la Taskiwin    Sidaction 2018: Nouvel appui d'Intelcia à l'ALCS    BENATIQ: « La migration est un facteur d'enrichissement »    #International.. Cinq actus qu'il ne faut pas avoir raté    TUI fly renforce ses dessertes France-Maroc    Un acteur du «Prince de Bel Air» accuse le jeu Fortnite d'avoir plagié sa danse    Le secteur bio fait sa promotion à Rabat    Efficacité énergétique : Said Mouline appelle l'Afrique à renforcer ses capacités    Le gotha de la formation professionnelle en Afrique réuni à Dakhla    Accord de coopération entre la MAP et l'agence russe Sputnik    Une Norvégienne et une Danoise retrouvées mortes dans la commune d'Al Haouz    GB-Brexit : Theresa May assaillie de toutes parts…    Espagne : Les restes de Franco seront bien exhumés du mausolée de Valle de los Caidos    Le Souverain préside une veillée religieuse en commémoration du 20e anniversaire de la disparition de feu SM Hassan II    Agriculture Triple A : M. Akhannouch reçoit Mme Kalibata    «Financial Times» : Cinq raisons pour vivre à Casablanca    Edito : PLF    Saham Assurance : MHE s'engage financièrement pour honorer le deal avec Sanlam    Double meurtre près de Toubkal    Le Maroc à l'heure de la Journée internationale du migrant    Le dirham reste stable par rapport à l'euro et se déprécie vis-à-vis du dollar    La place du diplôme des écoles de textile dans le système industriel débattue à Tanger    Des experts marocains débattent de la durabilité et de l'innovation dans le secteur touristique    Madagascar: Le PDG et le "dandy", dix ans d'une rivalité politique féroce    Insolite : Un stagiaire pas comme les autres    Les réseaux sociaux, une occupation à grands risques pour les enfants Comment les en protéger    Les sanctions américaines menacent la dénucléarisation de la Corée    Coupe de la CAF : Le Raja cartonne d'entrée    La bonne opération du CAYB et de l'AS. FAR    CAN-2019 : Forces et faiblesses des candidatures sud-africaine et égyptienne    Démarche unioniste des syndicats des collectivités locales    "T-Jonction", lorsque la mort mène à une nouvelle vie    Spider-Man s'accroche en haut du box-office    Marwan Hamed, lauréat du Festival du film arabe    Mohamed Salah à nouveau élu joueur africain de l'année par la BB    Allemagne : Achraf Hakimi, un «élément clé» du Borussia Dortmund    Africa Gaming Fest : Le premier événement du genre en Afrique avec un Cash Prize de 150.000$    Vidéo – Coupe de la CAF : Les cinq buts du Raja face au Cercle Mberi Sportif du Gabon    En vidéo – Moulay El Hassan préside la finale de la Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Institut français de Fès célèbre l'Aïta au Complexe culturel Al Houria : La capitale spirituelle accueille «Les Nuits des Chikhates»
Publié dans Libération le 20 - 01 - 2010

De grands moments d'émotion et de détente ce week-end. Voilà ce que promet l'Institut français de Fès lors de l'événement « Les Nuits des Chikhate » qui accueille à cette occasion deux grandes dames de l'art de l'Aïta, un art musical ancestral très apprécié des populations.
Sont en effet attendues à cet exceptionnel rendez-vous musical, les chanteuses Hada Ouaki et Khadija Margoum pour un moment de bonheur dont seules ces deux professionnelles ont le secret. Ces deux grandes pointures proposent aux amateurs de cet art deux soirées hautes en couleurs.
Hada Ouaki et Khadija Margoum se produiront respectivement, vendredi 22 et samedi 23 janvier, à partir de 19h, au Complexe culturel Al Houria à Fès. Deux rendez-vous à ne pas manquer tant il est vrai qu'ils promettent un show propre à cet art, agréable, rythmé et enflammé. Une belle ambiance.
Art musical ancestral, « l'Aïta se décline en différentes facettes en raison de la diversité de ses origines. On le retrouve de la Chaouia au Haouz en passant par les plaines de Zaër. Les Chikhates sont des chanteuses professionnelles qui animent les fêtes familiales et les moussems. Elles racontent des histoires d'amour, d'amitié, de trahison. Tout cela, dans un langage populaire où le texte cède la place à une musique envoûtante », souligne-t-on à l'Institut français. Qui entend rendre hommage à cette tradition, à travers cette manifestation et les chanteuses conviées.
Originaire de Zawit n Ayt Ish'aq (Khénifra), Hadda Ouakki se lance dans la musique à partir des années soixante en animant des fêtes traditionnelles et des soirées privées. Ce n'est qu'en 1969 que sa carrière professionnelle décolle véritablement avec la troupe de Bennaceur Oukhouya.
Grâce à cette collaboration, l'izli amazigh franchit la région du Moyen-Atlas pour aller conquérir l'ensemble des Marocains.
Seule chanteuse du Moyen Atlas à réussir à se faire une place dans le milieu professionnel, Hadda Ouakki l'a été durant plusieurs années
La chanteuse est aujourd'hui considérée comme la grande dame de la chanson tamazight du Moyen Atlas.
«Ce qui caractérise une chanteuse amazighe, c'est cette capacité de passer d'un registre très grave à une voix très aiguë et ce, dans le même couplet. Hadda Ouakki excelle dans cette figure artistique. Elle agrémente également son chant par des timawayins (pluriel de tamawayt). C'est un chant en solo dont les motifs sont inaccessibles aux communs des chanteuses et ne peut être exécuté que par une voix puissante et sûre. Hadda a atteint la parfaite maîtrise de cet exercice », expliquent les organisateurs.
Khadija Margoum compte parmi les rares chanteuses à exceller dans cet art qu'elle a su défendre à de nombreuses occasions, notamment lors des festivals nationaux et internationaux auxquels elle a participé. En compagnie de quelques groupes avant d'en fonder un.
Vendredi 22 janvier : Hada Ouaki
Samedi 23 janvier : Khadija Margoum
Complexe Culturel Al Houria à 19h.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.