Fusillade devant un hôpital à Paris: un mort et un blessé grave    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    FRMF : Zakaria Aboub, seul rescapé de la restructuration de la DTN    Ligue des Champions : l'Afrique du nord en force en quarts de finale    Coronavirus : les déclarations chinoises sur une faible efficacité des vaccins sont un «malentendu»    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    Automobile: Inauguration à Casablanca du CETIEV 2.0    Raja: ce qu'a dit El Bekkari après la victoire contre Pyramids (CAF)    Football : mort d'un joueur après s'être effondré lors d'un match de championnat amateur    MM. Bourita et Le Drian réaffirment l'excellence des relations bilatérales    La Chine approvisionnera le Maroc de 10 millions de doses de vaccins courant avril et mai    DMG : de fortes averses orageuses et rafales de vent attendues mercredi et jeudi    Les clés de la solidarité pour ouvrir les portes du Ramadan.    Le président de la commune de Louta visé par une enquête    L'Arabie saoudite annonce le début du mois de Ramadan    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour lundi 12 avril    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    Le Sahara marocain plombe la diplomatie algérienne et envenime les relations entre Alger et Paris    Nadir Yata incarnait une formidable force militante    Tanger: localisation de deux mineurs objets d'un avis de recherche dans l'intérêt des familles    L'Ouganda et la Tanzanie se lient pour la construction d'un oléoduc    Ramadan 2021: voici les horaires de travail dans les administrations au Maroc    CDG Invest lance la 3ème promotion du programme 212Founders    France: stupeur et condamnation après des actes ciblant les musulmans à l'approche du Ramadan    Pyramids-Raja: les buts du match (VIDEO)    Liga : Bounou, En-Nesyri et Munir attendus face au Celta Vigo    Météo au Maroc: le temps qu'il fera ce lundi    Lois électorales : Feu vert de la Cour constitutionnelle    Selon le FMI, le Maroc sur une bonne trajectoire    Droits des sociétés : Les principales nouveautés    Tijara 2020 : La formation du capital humain, un véritable levier de développement    JSK-RSB (0-0) : Les Berkanais se compliquent la tâche    Malgré une perspective négative : Moody's maintient la note Ba1 pour le Maroc    Le ramadan, un mois de jeûne qui se prépare depuis plusieurs jours (Reportage)    Edito : Débat clos    Salé : Voici les lauréats du concours de sculpture métallique monumentale récompensés    Regain de tension dans le Donbass    Nora Iffa, une voyageuse engagée    Melehi et Chebaa à l'affiche    L'écriture poétique et l'esprit de l'amour… !    "L'Oiseau bleu " de Mouha Ouhdidou, Grand Prix du Festival national du court-métrage d'Oujda    Classement Forbes : deux Marocains parmi les milliardaires africains en 2021    Les Ligues régionales de football en réunion à Laâyoune : Les présidents pour un 3e mandat du président actuel de la FRMF    Agence Bayt Mal Alqods : les lauréats du concours "Les couleurs d'Al Aqsa" primés    L'Association marocaine des droits des victimes tient son assemblée générale constitutive    Le Maroc à l'OMC: La révolution contre les déchets plastiques aura-t-elle lieu ?    Covid-19/Maroc : Séance commune des deux chambres du parlement lundi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rohani met en garde Trump avant sa décision sur l'accord nucléaire iranien
Publié dans Libération le 07 - 05 - 2018

A quelques jours de la décision du président américain Donald Trump sur l'accord nucléaire iranien, Téhéran a averti dimanche que les Etats-Unis regretteraient "comme jamais" leur éventuel retrait du texte, tout en restant vague sur ses intentions.
"Si les Etats-Unis quittent l'accord nucléaire, vous verrez bientôt qu'ils le regretteront comme jamais dans l'Histoire", a dit le président iranien Hassan Rohani lors d'un discours retransmis à la télévision publique.
Cet accord a été conclu en juillet 2015 à Vienne entre Téhéran et le Groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne), avant l'arrivée à la Maison Blanche de Donald Trump.
Par ce texte, l'Iran déclare solennellement ne pas chercher à se doter de la bombe atomique et accepte de brider son programme nucléaire afin d'apporter au monde la garantie que ses activités ne sont pas à visée militaire.
En échange, la République islamique a obtenu la levée progressive et temporaire des sanctions internationales qui ont fortement nui à son économie.
Mais n'ayant pas de mot assez fort pour dénoncer cet accord conclu sous la présidence de Barack Obama, Donald Trump a donné aux Européens jusqu'au 12 mai pour trouver un nouveau texte qui remédierait aux "terribles lacunes" de l'actuel, faute de quoi les Etats-Unis s'en retireront.
A l'approche de cette date, les dirigeants iraniens soufflent le chaud et le froid.
Les ultraconservateurs maintiennent une ligne très dure. Jeudi, Ali Akbar Velayati, conseiller pour les affaires internationales du guide suprême l'ayatollah Ali Khamenei, a affirmé que l'Iran quitterait l'accord si Washington mettait sa menace à exécution.
Contrairement aux durs, M. Rohani et son ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, sont eux restés volontairement vagues ces dernières semaines sur la nature de la réaction iranienne.
"Quelle que soit la décision de Trump, nous résisterons", a déclaré dimanche le président Rohani.
Il a assuré avoir donné, "depuis plusieurs mois, (...) les ordres nécessaires", notamment à l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), en prévision de la décision de M. Trump.
M. Rohani n'a toutefois fourni aucun détail sur la nature de ces consignes.
Alors que les Européens, notamment la France, cherchent à préserver l'accord en tentant d'amener l'Iran à négocier sur la question de ses missiles et de son rôle régional, M. Rohani a de nouveau opposé un non-catégorique.
Téhéran "construira autant de missiles et d'armes nécessaires" pour sa défense, a-t-il rétorqué. "Nous respectons notre engagement, mais nous disons clairement au monde entier (que) nous ne négocierons avec personne sur nos armes et notre défense."
Le président iranien a également souligné que l'Iran était prêt à discuter des questions régionales mais pas à abandonner son combat "contre le terrorisme".
"Nous voulons parler avec le monde pour que notre région soit sûre", mais "nous ne vous permettrons pas de créer un nouveau Daech" (acronyme arabe du groupe Etat islamique), a dit M. Rohani, sans élaborer.
Le président français Emmanuel Macron a récemment plaidé pour un "renforcement" de l'accord de 2015 afin d'éviter une escalade dans l'ensemble du Moyen-Orient.
Selon lui, ce texte n'est qu'un "pilier" pour une solution globale, beaucoup plus large, comptant trois autres axes: l'après-2025 (date de l'expiration de certaines clauses concernant les activités nucléaires iraniennes), le programme balistique très critiqué de Téhéran, ainsi que son rôle jugé "déstabilisateur" dans la région (soutien à Bachar al-Assad en Syrie, au Hezbollah libanais, à des milices chiites en Irak, et aux rebelles houthis au Yémen).
Dimanche, le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, dont le pays est aussi partie prenante de l'accord de Vienne, devait débuter pour sa part une visite de deux jours à Washington, lors de laquelle il sera grandement question de l'Iran.
Dans un communiqué, il a assuré que les Occidentaux étaient "unis dans leurs efforts pour s'attaquer au type de comportement iranien qui rend la région du Moyen-Orient moins sûre".
Mardi, M. Johnson avait estimé qu'il fallait "maintenir" l'accord, "tout en le développant, afin de tenir compte des préoccupations légitimes".
Alors que M. Trump est entouré de faucons qui ne font pas secret de leur volonté de voir un changement de régime en Iran, M. Rohani a lui tenu à assurer que son pays était "uni".
"Aujourd'hui, toutes les tendances politiques, qu'elles soient de droite, de gauche, conservatrices, réformatrices et modérées, sont unies (...). Trump doit savoir que notre peuple est uni", a-t-il martelé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.