Marché des changes (10-16 juin): Le dirham s'apprécie face à l'euro    Football / Coupe Arabe des Nations (U20): Le Maroc domine le Tadjikistan (6-1)    Baccalauréat-2021 : Un taux de réussite de 68,43%    Benabdallah appelle à une participation massive des jeunes aux prochaines échéances électorales    Le SG du PPS reçoit une délégation de Hamas conduite par Ismaïl Haniyeh    Le vote est une nécessité et la parité Homme/Femme un principe cardinal    Maroc-Espagne: Gonzalez Laya toujours confiante pour une sortie de crise    Nouvelles MINI. Elles montent toutes en gamme    Collectivités territoriales. Voici le dernier délai pour bénéficier de l'amnistie sur la fiscalité locale    Benguérir: Partenariat pour la protection sociale    VEFA: «Les innovations de la récente loi restent contournables»    La Bourse et la reprise économique    Madaëf mobilisé pour la relance du secteur du tourisme    Chef Najat Kaanache propose ses expériences culinaires uniques    La coopération militaire est «illimitée» et riche en opportunités    Régionales françaises : la droite s'accroche, la droite dure moins vigoureuse que prévu    ONU: adoption d'une résolution condamnant le putsch en Birmanie    Israël : feu vert à une commission d'enquête sur la tragédie du mont Meron    Sri Lanka : ouverture d'une enquête sur des soldats suspectés d'humilier des musulmans    Covid-19: Hausse des cas attribués au variant Delta au Canada    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    L'Opinion : Coup de semonce pour le PJD    Botola D1 : Les FAR et le SCCM bénéficiaires des matches joués samedi    Euro 2020 : Les Allemands se reprennent face aux Portugais (4-2)    Ligue des champions : le WAC surclassé à Casablanca par Kaizer Chiefs (0-1)    Coupe de la CAF : Le Raja face à l'épreuve Pyramids pour une place en finale    Jose Mourinho et Stefano Pioli à la lutte pour Ziyech!    Tennis: Raonic ne disputera pas Wimbledon    Euro: les joueurs du Danemark rassérénés par la visite d'Eriksen (entraîneur)    Ismail Ould Cheikh Ahmed :«sur le Sahara, la Mauritanie ne joue pas un rôle de médiateur, mais elle maintient sa position de neutralité positive»    Compteur coronavirus : 288 nouveaux cas, 9.375.240 personnes vaccinées    Nador: il sème le chaos et fracasse trois voitures (DGSN)    René-Marc Chikli, Pdt du Syndicat français des Entreprises de Tour Operating :«la décision du Maroc de placer la France sur sa liste A et d'ouvrir ses frontières nous a fait plaisir et nous arrange»    Plaidoyer pour un système de santé équitable    Sources médicales: Souleymane Raissouni se porte bien    Adam Muhammed écrit à l'AMDV pour le soutenir contre S. Rassouni, Wahiba Kharchich, Chafik Amrani et Mohamed Hajib    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    Une vitrine de la haute couture traditionnelle marocaine    La littérature, la catharsis, et l'essence de l'humanité    Parution de l'ouvrage «Histoires des Prophètes»    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    Le Maroc change de fusil d'épaule...    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    Le roi Mohammed VI, personnalité de la semaine selon le quotidien hollandais NRC Handelsblad    Union Africaine: une pléiade d'experts africains appellent à exclure le polisario    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Covid-19. Doit-on avoir peur des vaccins à ARN ?
Publié dans L'observateur du Maroc le 08 - 12 - 2020

Les nouveaux vaccins contre le Covid-19, comme ceux de Pfizer et Moderna, qui comportent une infime partie du code génétique du virus peuvent-ils modifier l'ADN des malades et nous transformer en mutants ?


Lancés dans une course effrénée contre la montre depuis l'apparition du SARS-CoV-2 en Chine en novembre dernier, les scientifiques les plus expérimentés au niveau international se sont penchés sur l'étude de ce virus ayant causé la mort de millions de personne de par le monde.
Plusieurs vaccins ont été conçus depuis, 48 sont actuellement à l'essai chez l'homme. les Les laboratoires pharmaceutiques Moderna et Pfizer ayant communiqué à ce jour sur leurs avancées, utilisent la même technologie : un vaccin à « ARN messager ». Ce dernier consiste à reproduire et à injecter au malade une petite portion de l'ARN du virus, et donc un morceau inoffensif de son matériel génétique.
Cette partie d'ARN créera les « protéines spikes » grâce auxquelles le virus nous infecte, dans le corps du patient vacciné. En l'injectant, le vaccin fournit à l'organisme une sorte de mode d'emploi pour fabriquer des petits morceaux de virus inoffensifs, des sortes de cibles pour s'entraîner. Résultat, lorsque l'organisme détecte le véritable virus, il pourra se défendre contre lui et le combattre efficacement. Un procédé quasiment identique à celui utilisé pour les vaccins traditionnels qui n'utilisent pas de morceau génétique mais une partie du virus lui-même ou un virus inactivé. Inquiets, plusieurs personnes émettent des réserves quant au caractère inoffensif de ces nouveaux vaccins et redoutent que leur ARN puisse modifier l'ADN des malades ayant été inoculés.

Un vaccin à ARN ne peut pas modifier notre ADN



Pour les scientifiques, il est impossible pour un vaccin à ARN de modifier notre ADN. Pour Bruno Pitard, chercheur du CNRS au Centre de cancérologie et d'immunologie Nantes-Angers, spécialisé dans les vaccins, « les molécules d'ARN restent dans le cytoplasme, un compartiment de la cellule qui se trouve entre la membrane et le noyau. C'est là qu'il fabrique ses protéines. L'ARN ne peut pas entrer dans le noyau, où seul l'ADN se trouve. Il n'y a pas d'interaction entre notre ADN et l'ARN de virus injecté ».
De plus, l'ARN est automatiquement détruit par le corps en un laps de temps. « L'ARN est une molécule fragile et très instable. Elle survit dans l'organisme l'espace de quelques heures, voire de quelques jours maximum après avoir donné ses instructions. » Au-delà, le système s'autodétruit, explique-t-il. « Après la vaccination, les cellules qui expriment la protéine virale seront détruites pas le système immunitaire, peu importe où elles se trouvent, dans les poumons ou ailleurs. »
Le SARS-CoV-2 ne transforme pas l'ADN
Bruno Pitard rappelle que de nombreux vaccins fonctionnent sur ce principe comme le vaccin contre la grippe ou celui contre l'hépatite B. « Si l'introduction de l'ARN du virus dans notre organisme pouvait modifier notre ADN, toutes les personnes contaminées par le SARS-CoV-2 et ayant contracté le Covid-19 seraient alors concernées », précise-t-il. Or ce n'est pas le cas : le virus et son ARN sont bien présents dans l'organisme, sans avoir d'effet sur l'identité génétique des malades.
La technologie du vaccin à ARN avait déjà été utilisée lors des épidémies d'Ebola et de Zika. Ceci étant, le temps nécessaire pour mettre un vaccin au point n'avait pas été aussi réduit. Les essais cliniques sur l'humain n'ont pas pu se tenir faute de malades disponibles.
Les vaccins chinois, « les plus surs au monde »
Pour le Dr My Said Afif, président de la Société Marocaine des Sciences Médicales et membre du comité technique et scientifique de la vaccination Covid, le procédé du vaccin Sinopharm qui va être utilisé au Maroc est un procédé sûr car il utilise le virus inactivé ». Les vaccins chinois sont fabriqués de manière « classique », explique-t-il, déjà utilisée et donc plus sûre. « Le virus lui-même est utilisé comme élément principal pour fabriquer les anticorps et entraîner une immunité protectrice. Le virus passe par plusieurs méthodes chimiques pour être tué, il est donc inactif », affirme-t-il.
Lors de son passage dans l'émission "Bourdin direct" sur la chaîne française BFM TV, Axel Kahn, l'un des plus éminents scientifiques généticiens français avait lui aussi affirmé que le vaccin chinois Sinopharm « old-fashioned » élaboré à partir de virus inactivés utilisait la technologie la plus simple et la plus répandue pour élaborer des vaccins. « Si je devais me faire vacciner aujourd'hui, ce serait le vaccin chinois sans aucun problème, ajoutant que les vaccins chinois sont les plus avancés au monde », a-t-il conclu.

LIRE AUSSI :
Covid-19 : Voici la première patiente au monde à recevoir le vaccin de Pfizer/BioNTech a 90 ans (vidéo)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.