Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump, Le fond et la manière
Publié dans L'observateur du Maroc le 18 - 01 - 2018


Ahmed Charaï
Les dernières déclarations présumées du Président américain sur Haïti et l'Afrique, ont suscité un tollé mondial, et ce à juste titre, si elles sont avérées. Néanmoins, il faut aller au-delà de l'émotion. Le comportement de Donald Trump prend le dessus sur le fond de sa politique, même quand celle-ci peut se défendre. Il isole l'Amérique, et surtout affaiblit son leadership. L'épisode africain est symptomatique. Ce continent est un enjeu essentiel du 21ème siècle. Il est important pour la sécurité du monde, la croissance économique, les mouvements migratoires, la paix. La compétition internationale y est très ouverte. La Chine s'y investit économiquement, mais depuis peu, politiquement et militairement. C'est un secret de polichinelle, Pékin a joué un grand rôle dans le départ de Mugabe. La base de Djibouti annonce le début d'une présence militaire. L'Amérique n'a aucun intérêt à se désintéresser d'un continent au potentiel aussi fort, dans les deux sens, positif, si l'Afrique réussit son envol, négatif si elle échoue, parce que le terrorisme, l'émigration, l'instabilité règneront. Sur le dossier iranien, c'est encore une question de manière. L'accord sur le nucléaire a nécessité des années de négociations. Les USA et la France ont été les plus exigeants durant ces pourparlers. L'agence de contrôle et l'Union européenne considèrent que Téhéran respecte l'accord. Mais on peut entendre des craintes sur le programme balistique. Seulement, le Président américain met dans l'embarras ses propres alliés par son attitude, ses ultimatums, qui avant de signifier une défiance vis-à-vis de l'Iran, sont d'abord une forme de mépris vis-à-vis des autres signataires. Résultat, même la Grande-Bretagne, allié le plus sûr, frère-siamois de Washington sur les questions stratégiques, le lâche. Il y a plus grave, depuis 60 ans le Pakistan est l'allié des USA, alors que l'Inde était proche de l'URSS et leader des non-alignés. Il y a de vraies questions sur la gestion du problème afghan par Islamabad. Mais déclarer qu'on va arrêter l'aide militaire, en des termes méprisants, ne va pas régler le problème. Le Pakistan, puissance nucléaire, ne peut pas accepter cet affront. Sur chacun de ces dossiers, les positions de Donald Trump auraient pu s'exprimer par les voies de la diplomatie traditionnelle, et des pressions discrètes auraient pu exister sans révolter personne. Le mode de gouvernance de Donald Trump, les Tweets et la pression directe, à travers des déclarations, ont des résultats catastrophiques. L'Amérique risque sérieusement de perdre son leadership de manière accélérée. L'obsession anti-multilatéraliste du président américain ne fait pas sauter les conventions internationales, loin de là. Sur le climat, les migrations, les conflits régionaux, l'UNESCO, des alliances se forment pour dépasser l'absence américaine. Si le Président américain peut toujours compter sur son électorat de base, soit le tiers des Américains, cela ne peut justifier l'isolement de l'Amérique au niveau international. L'économie US est fortement dépendante de la puissance, du rayonnement à l'étranger. L'isolationnisme finira tôt ou tard par la fragiliser. L'enjeu pour la machine républicaine, c'est de contrôler les impulsions de Trump. Y arrivera-t-elle ? On peut en douter, mais il y a urgence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.