Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    L'AMMC présente son guide de lutte contre le blanchiment d'argent    Incendie à Arribat Center: pas de dégâts, selon la direction    Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump    OCP MS devient le 1er centre certificateur Mobius au Maroc    Australie: Des incendies fusionnent en un « mégafeu » au nord de Sydney    Instagram veut empêcher les moins de 13 ans de s'inscrire    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    JO 2022 : Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Mouvement national, Koutla et gauche: des faits pour l'histoire    Le tourisme, un maillon à fortifier!    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    «Jeshop.ma» : Un pop-up store mis en place au FIFM    FIFM : L'âme d'Amina Rachid plane sur le palais des congrès    Bourita rencontre Pompeo    Lancement du plan national de lutte contre la mendicité des enfants    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    21e anniversaire de la disparition de Feu SM Hassan II    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    «La mer est un personnage principal dans Lalla Aïcha»    FIFM 2019: Etoile d'or du festival pour Priyanka Chopra    Soutien social au profit des handicapées : les résultats d'une étude présentés devant le conseil de gouvernement    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Les Verts sont à Kinshasa. Coulisses d'un voyage    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Kia lance la prise de rendez-vous 100% en ligne    BatenborcH International Maroc et Afrique a soufflé sa sixième bougie en novembre    La Reine d'Espagne inaugure une exposition sur les arts amazighs en présence du Dr Leila Mezian Benjelloun    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    Compétitivité    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    Ouverture à Tanger du 2ème Forum sur le rôle des zones franches et industrielles    L'APEBI appelle à la mise en place d'une gouvernance numérique regroupant l'ensemble des grands ministères    Les camps de Tindouf mis sur la sellette par le Canada    Le secrétaire général de l'UMA rend hommage à S.M le Roi    Le Raja acculé à l'exploit au stade des Martyrs à Kinshasa    Inauguration du Tribunal de Tifelt par Mohamed Benabdelkader    L'orchestre de l'opéra national du pays de Galles enchante le public rbati    "Abidat Rma" font le show à New Delhi    «Quand la question minière se pose, la sécurité se pose inéluctablement»    JO Pékin-2022: Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Le retour de Hakimi au Real est décidé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump, Le fond et la manière
Publié dans L'observateur du Maroc le 18 - 01 - 2018


Ahmed Charaï
Les dernières déclarations présumées du Président américain sur Haïti et l'Afrique, ont suscité un tollé mondial, et ce à juste titre, si elles sont avérées. Néanmoins, il faut aller au-delà de l'émotion. Le comportement de Donald Trump prend le dessus sur le fond de sa politique, même quand celle-ci peut se défendre. Il isole l'Amérique, et surtout affaiblit son leadership. L'épisode africain est symptomatique. Ce continent est un enjeu essentiel du 21ème siècle. Il est important pour la sécurité du monde, la croissance économique, les mouvements migratoires, la paix. La compétition internationale y est très ouverte. La Chine s'y investit économiquement, mais depuis peu, politiquement et militairement. C'est un secret de polichinelle, Pékin a joué un grand rôle dans le départ de Mugabe. La base de Djibouti annonce le début d'une présence militaire. L'Amérique n'a aucun intérêt à se désintéresser d'un continent au potentiel aussi fort, dans les deux sens, positif, si l'Afrique réussit son envol, négatif si elle échoue, parce que le terrorisme, l'émigration, l'instabilité règneront. Sur le dossier iranien, c'est encore une question de manière. L'accord sur le nucléaire a nécessité des années de négociations. Les USA et la France ont été les plus exigeants durant ces pourparlers. L'agence de contrôle et l'Union européenne considèrent que Téhéran respecte l'accord. Mais on peut entendre des craintes sur le programme balistique. Seulement, le Président américain met dans l'embarras ses propres alliés par son attitude, ses ultimatums, qui avant de signifier une défiance vis-à-vis de l'Iran, sont d'abord une forme de mépris vis-à-vis des autres signataires. Résultat, même la Grande-Bretagne, allié le plus sûr, frère-siamois de Washington sur les questions stratégiques, le lâche. Il y a plus grave, depuis 60 ans le Pakistan est l'allié des USA, alors que l'Inde était proche de l'URSS et leader des non-alignés. Il y a de vraies questions sur la gestion du problème afghan par Islamabad. Mais déclarer qu'on va arrêter l'aide militaire, en des termes méprisants, ne va pas régler le problème. Le Pakistan, puissance nucléaire, ne peut pas accepter cet affront. Sur chacun de ces dossiers, les positions de Donald Trump auraient pu s'exprimer par les voies de la diplomatie traditionnelle, et des pressions discrètes auraient pu exister sans révolter personne. Le mode de gouvernance de Donald Trump, les Tweets et la pression directe, à travers des déclarations, ont des résultats catastrophiques. L'Amérique risque sérieusement de perdre son leadership de manière accélérée. L'obsession anti-multilatéraliste du président américain ne fait pas sauter les conventions internationales, loin de là. Sur le climat, les migrations, les conflits régionaux, l'UNESCO, des alliances se forment pour dépasser l'absence américaine. Si le Président américain peut toujours compter sur son électorat de base, soit le tiers des Américains, cela ne peut justifier l'isolement de l'Amérique au niveau international. L'économie US est fortement dépendante de la puissance, du rayonnement à l'étranger. L'isolationnisme finira tôt ou tard par la fragiliser. L'enjeu pour la machine républicaine, c'est de contrôler les impulsions de Trump. Y arrivera-t-elle ? On peut en douter, mais il y a urgence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.