Fernando Da Cruz, nouvel entraineur de l'AS FAR (PHOTO)    USA : l'écrivain Salman Rushdie entre la vie et la mort après une attaque à l'arme blanche (VIDEO)    Une hausse dans les opérations en ligne via cartes bancaires    Météo: les prévisions du samedi 13 août    Le dirham se déprécie de 2,47% vis-à-vis du dollar en juillet    Retraite : L'horizon d'épuisement des réserves de la CNSS se situe à 2038    Jeux de la solidarité islamique : Les athlètes marocains décrochent deux médailles d'or et deux de bronze    Fouzi Lekjaa revient sur les raisons du limogeage de Vahid Halilhodzic    FIFA: le coup d'envoi du Mondial-2022 fixé au 20 novembre    HCP: près de 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes au Maroc    Arrestation de l'agresseur d'un policier à Casablanca    Canicule au Maroc : Jusqu'à 46°C ces vendredi et samedi    E-commerce au Maroc: 12,8 millions d'opérations à fin juin    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    Benzema, Courtois et De Bruyne nommés pour le titre de Joueur européen de l'année    E-commerce: 85% des consommateurs au Maroc préoccupés par la protection de leurs données personnelles    Des écologistes plaident pour un changement radical de la politique agricole    L'Algérie rejette la main tendue de SM le Roi    Rabat-Salé-Kénitra: destruction par incinération d'une importante quantité de drogues    L'actrice américaine Anne Heche succombe à ses blessures    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    Avec sa nouvelle loi sur l'immigration, le Portugal pourrait bénéficier de la main-d'œuvre marocaine    Bourse de Casablanca: Clôture dans le vert    Reportage / Mondial-2022: Un QG unique pour parer aux incidents dans les stades    Liga saison 2022-2023 : Début ce soir avec Osasuna - FC Séville (20h00)    Le Maroc compte 5,9 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans    Transport aérien : Ryanair annonce la fin des billets à 10 euros    Biens culturels volés : Le Maroc adhère à la convention d'Unidroit de 1995    Diagnostic confirmé, Hamid El Hadri souffre bien d'une tumeur cérébrale (PHOTO)    Saad Lamjarred dévoile son tout dernier single « Alacheq Alhayem » (VIDEO)    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    Le problème des visas pour la France arrive au parlement    « Pegasus » révèle que 12 pays européens ont utilisé son programme    Président du parti politique argentin Demos : le Maroc a montré le « cap » d'ouverture sur le Monde    Sécheresse chronique: la Californie veut stocker davantage d'eau    USA/Ohio: Un homme armé tué après avoir tenté d' »entrer par effraction » dans les bureaux du FBI à Cincinnati    Les Marocains deuxièmes bénéficiaires des premiers permis de séjour en Europe en 2021    Nouvelle vision pour les polices marocaine et espagnole    Des journalistes MRE découvrent de près la promotion du service audiovisuel public    Perquisition au domicile de Trump en Floride: Le FBI cherchait des documents liés au nucléaire (presse)    ONU/Ukraine: l'AIEA réclame l'accès à la centrale nucléaire de Zaporijjia    Mohammedia : Coup d'envoi du 5ème Festival du film éducatif pour les enfants en colonies de vacances    Le Polisario en quête d'une sortie honorable pour sa «guerre contre le Maroc»    La météo pour ce vendredi 12 août 2022    La revue de presse du vendredi 12 août    Création numérisée : 11,5 millions de dirhams pour cinq cinémas    Mondial 2022: la Fifa entérine l'avancement d'une journée du match d'ouverture    Interview avec Hicham Lasri : « La majorité des films marocains sont des soap opéras »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les djihadistes mènent une danse de mort au Sahel
Publié dans L'observateur du Maroc le 08 - 07 - 2018


Mireille Duteil
Entre Emmanuel Macron et l'Afrique, il y a un gouffre : celui qui sépare un homme pressé d'un continent où le temps compte encore trop peu. Même quand il s'agit de la sécurité de plus en plus malmenée de cette immense région sahélienne.
Comment mettre enfin en route la force militaire conjointe des cinq pays sahéliens (Mali, Niger, Burkina Faso, Mauritanie et Tchad) alors que les djihadistes ont retrouvé un nouveau souffle ? Impossible de savoir si les cinq chefs d'Etat réunis, à Nouakchott, avec le président français, le week-end passé, ont trouvé une réponse. Pourtant le temps presse. A la veille de la rencontre, le « Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans » lié à Al Qaida du Malien Iyad al-Ghali, n'hésitait pas à signer un double attentat meurtrier : l'un contre le nouveau QG de la force africaine du G5 Sahel, à Sévaré, dans le centre du Mali (3 morts); l'autre, contre des soldats français de l'opération « Barkhane », à Gao (4 morts et 28 blessés dont de nombreux civils). une façon de procéder classique à la veille d'une rencontre internationale, mais qui montre que les djihadistes sont toujours, au moins partiellement, les maitres du terrain.
Trois principaux blocages expliquent cette lente mise en place d'une force qui n'en finit pas de naître. Officiellement, elle a vu le jour en janvier 2017.
Premier blocage : le financement. Personne n'ouvre largement les cordons de sa bourse. Les cinq pays sont parmi les plus pauvres du monde, ils doivent compter sur l'aide internationale. Or, la force du G5 Sahel a besoin de 480 millions d'euros pour s'installer la première année et 75 millions chaque nouvelle année. Si 423 millions d'euros ont été promis, très peu ont été décaissés. Les Africains aimeraient que les Nations unies la prennent en charge, financièrement et politiquement, ceux-ci y sont réticents et les Etats-unis (qui paient peu) totalement opposés.
Deuxième handicap : l'absence d'entente entre les cinq. Le Tchad et la Mauritanie aux soldats efficaces et formés réclament une mise à niveau des armées de leurs voisins. Ceci demandera du temps. Sans oublier que les états-majors ont des approches différentes des problèmes de commandement et de contrôle des bataillons (5.000 hommes au total).
Dernier handicap, le plus grave, si on veut résoudre les questions de sécurité dans toute la région : la faillite de l'Etat malien. Au fil des années, l'Etat a lâché du lest, au nord, d'abord, au centre et au sud du pays, ensuite. Les salafistes ont rempli les vides (écoles), les djihadistes s'y déploient de plus en plus aisément. une insécurité qui gagne le voisin burkinabe et inquiète les autres capitales. Faute d'une réelle réinstallation de l'Etat malien à l'intérieur du pays pour y sécuriser les populations, les 12.000 hommes de la Minusma et les 4.000 Français de l'opération Barkhane risquent de ne pas être d'une grande utilité. Encore faut-il que les soldats maliens, accusés parfois de graves violations des droits de l'Homme, n'éloignent pas encore plus leurs concitoyens d'un Etat incapable de les protéger. Aujourd'hui, du succès de la sécurité au Mali dépend celle du Sahel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.