Mohamed Boudra, représente l'Afrique pour la présidence du CGLU-Monde    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    ONG Freedom House : le Maroc « partiellement libre » sur internet    LaLiga en opération de charme à Casablanca    TGR : Le déficit budgétaire continue de se creuser    Nador: 8e Festival international de cinéma et mémoire commune    Après 38 ans de recherches, l'acteur Rabie Kati retrouve la tombe de son père    Le PLF 2020 au cœur des réunions parlementaires    Négociateurs d'instruments financiers : 30 professionnels certifiés par l'AMMC    Voici les adversaires de la RSB et du HUSA en Coupe de la CAF    Blessé, Marco Ansensio est à Marrakech !    Fatimazahra Akhiar au sprint final de l'Arab Reading Challenge    Kamal Hachkar explore l'héritage musical judéo-marocain    Cameroun : Wafa Assurance acquiert 65% du capital de Pro Assur SA    Hong Kong: Les manifestations touchent les universités et le quartier des affaires    Concours télévisé à Moscou    Gastronomie: Une semaine pour consacrer le Made in Italy    Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja de Casablanca    La Tribune de Nas : Liverpool…Oh la main…    Enfants en institution. Le Parquet s'allie à l'UNICEF    Africagua 2019. Le Maroc invité d'honneur    Le discours de la vérité!    ZLECA, une aubaine pour les échanges intra-maghrébins    Il y a 30 ans aujourd'hui que le «Mur de Berlin» est tombé…    «Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»    Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Découverte: Un virus capable d'exterminer tous les types de cancers    Tous responsables    Programme emploi FBR du MCC : 6,2 millions de dollars pour les 9 premiers boursiers    Table ronde: Le paysage politique après le remaniement gouvernemental, quels enjeux?    Convention de partenariat : TIBU Maroc devient le représentant officiel de STEM Sports au Maroc    Coupe du Trône : Le TAS sort le DHJ et retrouve le HUSA dans une finale inédite    Politique budgétaire. Le Maroc, bon élève du FMI    Le Maroc et la Mauritanie font revivre leur histoire d'amour à Chinguetti    Météo: Le temps qu'il fera ce mardi    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    Rabat : L'ouverture du forum libyen international d'économie et d'investissement    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    Chili: Le gouvernement accepte de changer de Constitution    Hong Kong paralysé par le mouvement pro-démocratie, un manifestant blessé à balle réelle    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Le zoo de Rabat se dote d'un vivarium    Costa Gavras invité de marque des Semaines du film européen    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    Aya Nakamura : Ma fille ne connaît pas mon métier    Discours de SM le Roi à l'occasion du 44e anniversaire de la Marche verte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Délais de paiement: Beaucoup reste à faire
Publié dans L'observateur du Maroc le 20 - 07 - 2018

La problématique de délais s'aggrave de plus en plus. La TPE en est la première victime. L'observatoire dédié publiera son premier rapport en 2019. D'ici là, la CGEM et le ministère des finances tentent de trouver des issues !
Les délais de paiement dans les entreprises ont battu tous les records », lance d'un ton sérieux le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Salaheddine Mezouar lors d'une rencontre dédiée à la présentation de l'Observatoire des délais de paiement.
Selon les chiffres d'Inforisk, la TPE est la première victime du délai de paiement. Ce dernier a atteint 10 mois en 2015 et s'est allongé de plus de 77 jours depuis 2010. Dans les TPE, dont le chiffre d'affaires est de 10 millions DH, le délai est de 9,9 mois pour encaisser et 6,6 mois pour payer les factures reçues. Pour les PME de 200 millions DH de chiffre d'affaires, le délai va de 5,1 mois à 3,5 mois.
La même source soulugne que le crédit entreprise s'établit à 387 MMDH, soit 39% du PIB. Le secteur public est aussi concerné. Les chiffres montrent une aggravation des délais de paiement qui dépassent les 72 jours, mais avec « une amélioration sensible au début de l'année 2018 puisqu'on a gagné 6 jours depuis décembre à aujourd'hui ». Sur un échantillon d'EEP qui représentent les 3/4 des investissements, le nombre d'EEP qui respectent les délais contractuels est de 18.
Face à cette problématique, le patron des patrons appelle le gouvernement à prendre le taureau par les cornes par l'accélération de la mise en place des décrets d'application de la loi consacrée aux délais de paiement. Il propose aussi la création d'une commission dans ce sens.
Pour le ministre de l'économie et des finances, Mohamed Boussaid, le sujet des délais de paiement est « brûlant et devient plus pesant, voire complexe » de par le foisonnement des chiffres entre autres. D'où l'intérêt d'un observatoire dédié qui d'après lui, permettra de « fiabiliser les chiffres et identifier les obstacles pour les redresser».
« Au titre de l'année en cours, l'ODP procédera à la mise en place de son cadre organisationnel et de son secrétariat ainsi qu'à l'élaboration d'un plan de communication. En 2019, l'Observatoire élaborera son premier rapport et renforcera ses actions en matière d'analyse et de suivi des délais de paiement ainsi que les capacités de la dEPP », déclare Zineb El Alaoui, chef de service à la Direction des entreprises publiques et de la privatisation (DEPP).
Notons que de nombreuses actions ont été entreprises ces dernières années pour faire face à ce fléau notamment au niveau réglementaire avec l'amendement de la loi relative aux délais de paiement 49-15. Boussaïd évoque également des actions opérationnelles à l'instar du remboursement de la TVA à l'export et des initiatives destinées à reconnaître le butoir ainsi que des actions au niveau de la trésorerie et établissements publics. « Mais ce n'est pas suffisant », reconnait le ministre. Ainsi, ces actions seront renforcées par la mise en ligne de la plateforme électronique des réclamations des fournisseurs sur les délais de paiement des EEP. Il s'agit d'une plateforme élaborée selon une approche participative impliquant les EEP et en concertation avec la CGEM. Cette plateforme est dédiée à la réception et au traitement des réclamations des fournisseurs en les mettant en lien direct avec les EEP.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.