Algérie: Peine de prison pour 22 manifestants ayant arboré un drapeau berbère    Espagne: Accord entre socialistes et Podemos pour former un gouvernement    Soldes monstres en Chine: Alibaba bat son record mais la croissance ralentit    Casablanca: arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    Insurance: ACAPS asserting control    L'Université Al Akhawayn classée première université marocaine pour la 5ème année consécutive    Le grand cinéaste Costa Gavras à Marrakech pour les Semaines du film européen    ONG Freedom House : le Maroc « partiellement libre » sur internet    Mohamed Boudra, représente l'Afrique pour la présidence du CGLU-Monde    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    LaLiga en opération de charme à Casablanca    TGR : Le déficit budgétaire continue de se creuser    Nador: 8e Festival international de cinéma et mémoire commune    Après 38 ans de recherches, l'acteur Rabie Kati retrouve la tombe de son père    Fatimazahra Akhiar au sprint final de l'Arab Reading Challenge    Le PLF 2020 au cœur des réunions parlementaires    Négociateurs d'instruments financiers : 30 professionnels certifiés par l'AMMC    Voici les adversaires de la RSB et du HUSA en Coupe de la CAF    Blessé, Marco Ansensio est à Marrakech !    Kamal Hachkar explore l'héritage musical judéo-marocain    Cameroun : Wafa Assurance acquiert 65% du capital de Pro Assur SA    Hong Kong: Les manifestations touchent les universités et le quartier des affaires    Concours télévisé à Moscou    Gastronomie: Une semaine pour consacrer le Made in Italy    Le discours de la vérité!    Enfants en institution. Le Parquet s'allie à l'UNICEF    Il y a 30 ans aujourd'hui que le «Mur de Berlin» est tombé…    Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja de Casablanca    La Tribune de Nas : Liverpool…Oh la main…    ZLECA, une aubaine pour les échanges intra-maghrébins    Africagua 2019. Le Maroc invité d'honneur    «Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»    Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : Le TAS sort le DHJ et retrouve le HUSA dans une finale inédite    Programme emploi FBR du MCC : 6,2 millions de dollars pour les 9 premiers boursiers    Table ronde: Le paysage politique après le remaniement gouvernemental, quels enjeux?    Politique budgétaire. Le Maroc, bon élève du FMI    Tous responsables    Convention de partenariat : TIBU Maroc devient le représentant officiel de STEM Sports au Maroc    Le Maroc et la Mauritanie font revivre leur histoire d'amour à Chinguetti    Météo: Le temps qu'il fera ce mardi    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    Rabat : L'ouverture du forum libyen international d'économie et d'investissement    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Europe : Plusieurs marches féministes contre les violences sexistes et sexuelles
Publié dans L'observateur du Maroc le 24 - 11 - 2018

Des milliers de manifestants sont descendus dans la rue en France samedi 24 novembre 2018 à l'appel d'un collectif citoyen qui espérait un « raz-de-marée féministe » contre les « violences sexistes et sexuelles », une initiative qui a fait des émules dans plusieurs villes européennes, un an après la vague #MeToo.
Des défilés étaient prévus dans une cinquantaine de villes françaises, dont Paris où le cortège marchait vers l'est de la capitale, à bonne distance des échauffourées liées aux actions des « gilets jaunes », opposés à la hausse des taxes sur les carburants.
Parés de violet, les manifestants arboraient des pancartes « Ras le viol », réclamant « la fin de l'impunité des agresseurs » et « des moyens financiers suffisants ».
« Je suis là pour soutenir toutes les victimes et continuer ce combat qui a commencé bien avant moi », a déclaré, foulard violet au bras, l'actrice française Muriel Robin, qui avait réuni plus d'un millier de femmes à Paris en octobre contre les violences conjugales.
A Marseille, plusieurs centaines de personnes ont défilé, pour la plupart avec une touche de violet – foulard, boucles d'oreilles ou maquillage. « Malgré le mouvement #Metoo, dans les quartiers de Marseille, on ne parle toujours pas de ces sujets, c'est pourquoi c'est très important d'être là aujourd'hui », a témoigné Manon Millet, directrice d'un centre social.
Les féministes ont été également plusieurs centaines à battre le pavé dans le centre de Rennes (ouest), où des hommes se sont aussi joints au mouvement.
Pour Tanguy, un étudiant de 19 ans, « c'est un mouvement qui n'a pas de sexe, ce n'est pas un combat des femmes contre les hommes mais un combat des hommes et des femmes, ensemble, contre les inégalités ».
Né en septembre 2018 et appuyé par plusieurs associations, ce mouvement baptisé #NousToutes entend « passer du témoignage à l'action », un an après #MeToo, qui a fait bondir de 23% le nombre de cas de violences sexuelles signalés à la police.
D'autres marches ont également été organisées dans plusieurs villes européennes, à la veille de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le 25 novembre.
A Genève, en Suisse plusieurs centaines de personnes ont manifesté autour de slogans comme « Bats le pavé, pas ta femme ».
Quelques centaines de personnes ont également marché dans le centre d'Athènes et un peu plus de 1.000 personnes ont bravé la pluie à Rome.
En France, le président Emmanuel Macron avait décrété il y a un an l'égalité femmes/hommes comme « grande cause du quinquennat ».
Mais « s'il n'y a pas d'argent, les politiques publiques ne suivront pas », a prévenu Caroline De Haas, l'une des instigatrices de ces marches.
Les fonds consacrés à l'aide aux femmes victimes de violences conjugales devraient être portés à au moins 506 millions d'euros par an, contre 79 millions d'euros aujourd'hui, ont plaidé jeudi cinq organisations.
En France, en 2016, 123 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon, soit environ une tous les trois jours. Chaque année, près de 220.000 femmes subissent des violences de la part de leur conjoint ou ex-compagnon, selon des chiffres 2017 officiels.
En outre, plus de 250 femmes sont violées chaque jour dans le pays, et une sur trois a déjà été harcelée ou agressée sexuellement au travail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.