Marouane Chamakh prend sa retraite    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Les Berkanis à un pas du sacre    Une réaction curieusement ingrate!    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Mammifères    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Europe : Plusieurs marches féministes contre les violences sexistes et sexuelles
Publié dans L'observateur du Maroc le 24 - 11 - 2018

Des milliers de manifestants sont descendus dans la rue en France samedi 24 novembre 2018 à l'appel d'un collectif citoyen qui espérait un « raz-de-marée féministe » contre les « violences sexistes et sexuelles », une initiative qui a fait des émules dans plusieurs villes européennes, un an après la vague #MeToo.
Des défilés étaient prévus dans une cinquantaine de villes françaises, dont Paris où le cortège marchait vers l'est de la capitale, à bonne distance des échauffourées liées aux actions des « gilets jaunes », opposés à la hausse des taxes sur les carburants.
Parés de violet, les manifestants arboraient des pancartes « Ras le viol », réclamant « la fin de l'impunité des agresseurs » et « des moyens financiers suffisants ».
« Je suis là pour soutenir toutes les victimes et continuer ce combat qui a commencé bien avant moi », a déclaré, foulard violet au bras, l'actrice française Muriel Robin, qui avait réuni plus d'un millier de femmes à Paris en octobre contre les violences conjugales.
A Marseille, plusieurs centaines de personnes ont défilé, pour la plupart avec une touche de violet – foulard, boucles d'oreilles ou maquillage. « Malgré le mouvement #Metoo, dans les quartiers de Marseille, on ne parle toujours pas de ces sujets, c'est pourquoi c'est très important d'être là aujourd'hui », a témoigné Manon Millet, directrice d'un centre social.
Les féministes ont été également plusieurs centaines à battre le pavé dans le centre de Rennes (ouest), où des hommes se sont aussi joints au mouvement.
Pour Tanguy, un étudiant de 19 ans, « c'est un mouvement qui n'a pas de sexe, ce n'est pas un combat des femmes contre les hommes mais un combat des hommes et des femmes, ensemble, contre les inégalités ».
Né en septembre 2018 et appuyé par plusieurs associations, ce mouvement baptisé #NousToutes entend « passer du témoignage à l'action », un an après #MeToo, qui a fait bondir de 23% le nombre de cas de violences sexuelles signalés à la police.
D'autres marches ont également été organisées dans plusieurs villes européennes, à la veille de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le 25 novembre.
A Genève, en Suisse plusieurs centaines de personnes ont manifesté autour de slogans comme « Bats le pavé, pas ta femme ».
Quelques centaines de personnes ont également marché dans le centre d'Athènes et un peu plus de 1.000 personnes ont bravé la pluie à Rome.
En France, le président Emmanuel Macron avait décrété il y a un an l'égalité femmes/hommes comme « grande cause du quinquennat ».
Mais « s'il n'y a pas d'argent, les politiques publiques ne suivront pas », a prévenu Caroline De Haas, l'une des instigatrices de ces marches.
Les fonds consacrés à l'aide aux femmes victimes de violences conjugales devraient être portés à au moins 506 millions d'euros par an, contre 79 millions d'euros aujourd'hui, ont plaidé jeudi cinq organisations.
En France, en 2016, 123 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon, soit environ une tous les trois jours. Chaque année, près de 220.000 femmes subissent des violences de la part de leur conjoint ou ex-compagnon, selon des chiffres 2017 officiels.
En outre, plus de 250 femmes sont violées chaque jour dans le pays, et une sur trois a déjà été harcelée ou agressée sexuellement au travail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.