Sahara marocain : Franc succès de la Conférence ministérielle africaine de Marrakech    Quelle médiocrité !    Le Maroc et l'Espagne renforcent leur coopération judiciaire    Foot : Des trains et des prix spéciaux pour Maroc-Argentine    BMCE Bank of Africa et Mastercard lancent de nouvelles cartes intelligentes de paiement    Face à Xi Jinping, Macron, Merkel et Juncker cherchent une unité européenne    L'enquête russe derrière lui, Trump promet de prendre sa revanche    Le Pentagone débloque 1 milliard de dollars pour le mur de Trump    Doukkali : Le Maroc recense 30 000 cas de tuberculose chaque année    Enseignants contractuels. Pas de concession gouvernementale    Ryad Square ouvre en avril    Région de Rabat-Salé-Kénitra : Les nuitées touristiques en hausse de 7% en 2018    Dakhla : Interdiction de la récolte du couteau en raison de teneurs anormales de biotoxines marines    La HACA et son homologue de l'Union des Comores s'allient    Météo : De fortes rafales de vent et des vagues dangereuses mardi et mercredi    La «Tbourida» candidate à la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco    Brexit: Theresa May joue sa dernière carte    Sahara marocain. Déclaration finale de la conférence ministérielle africaine de Marrakech    Les étudiants médecins boycottent les cours : le pourquoi du comment    Incitation à la violence contre les femmes : L'AMDH réagit au clip de Mr Crazy    Al-Khelaïfi, discret, puissant, mais de plus en plus fragilisé    Maroc-Argentine pour un match de gala au Grand stade de Tanger    Disparition de Sala: Cardiff estime le transfert de Nantes « nul et non avenu »    Brexit : Quel impact pour la Premier League ?    La CEA recommande l'alignement des politiques budgétaires sur le cycle économique    Intervenant lors de l'université populaire sur «La démocratie linguistique et culturelle au Maroc»    L'indicible quotidien des migrants en région du Nord    La cassette audio n'a pas dit son dernier mot    Les Etats-Unis autorisent le premier médicament contre la dépression post-partum    Indicateurs conjoncturels mitigés au début de l'année    Qualifs Euro-2020 Fortunes diverses pour l'Allemagne et la Croatie    Le rôle de la littérature est-il simplement de se poser des questions?    Insolite : Graffeur pro-Trump    "Emwas" Des souvenirs en reconstruction    Météo : Attention, ça va souffler…    Le 18ème Festival international du cinéma d'animation se poursuit jusqu'au 27 mars : Les moments forts de l'ouverture    Accord de principe entre le Raja et Mouhcine Moutwali    JETMODE, l'événement mode de l'année !    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Session régionale du Parlement de l'enfant à Fès    Divers    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Israël: une roquette frappe à Tel-Aviv, cinq blessés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ODD : Le Maroc s'est engagé de « manière claire » dans l'absence d'un cadre institutionnel
Publié dans L'observateur du Maroc le 20 - 02 - 2019

Le Maroc s'est engagé de « manière claire » pour mettre en œuvre le Programme 2030 des Objectifs de développement durable (ODD), a indiqué la Cour des comptes, relevant, toutefois, l'absence d'un cadre institutionnel chargé de la coordination entre les parties prenantes.
La Cour des comptes a réalisé en 2018 une revue de l'état de préparation du Maroc à la mise en œuvre des ODD (2015-2030), qui a permis de constater que le Maroc « s'est engagé de manière claire pour mettre en œuvre le Programme 2030 », a précisé la Cour dans un communiqué suite à la publication d'un rapport thématique relatif à cette revue.
Le Maroc dispose d'un cadre constitutionnel et législatif « favorable » pour mettre en œuvre ce programme, fait savoir le communiqué, rappelant qu'une consultation nationale a été organisée par le gouvernement en 2016 afin d'initier des consultations et un débat national entre les différents acteurs concernés par la mise en œuvre des ODD.
Toutefois, la Cour a constaté que le gouvernement n'a pas pris les mesures nécessaires pour mettre en œuvre les recommandations issues de ces consultations, notant que le niveau d'appropriation des objectifs par les parties prenantes notamment le secteur public, le secteur privé, la société civile et les citoyens s'avère « peu satisfaisant ».
Cette situation résulte, d'une part, de l'absence d'un cadre institutionnel national dont la mission est d'améliorer le niveau de coordination et de complémentarité entre les parties prenantes, et d'autre part, de l'absence d'une stratégie de communication afin d'améliorer la prise de conscience et la connaissance des objectifs et leur appropriation, a expliqué la Cour.
Le retard dans la mise en place de ce cadre a eu comme conséquence la faible implication et le défaut de concertation des parties prenantes autour des ODD, l'absence de la répartition des rôles et des responsabilités et la non adoption d'un plan national qui arrête les priorités, les plans d'exécution, les délais, les intervenants et les sources de financement, selon le communiqué.
Par ailleurs, la Cour a noté le « rythme lent » de la mise en œuvre des mesures de convergence, d'alignement et de mise en cohérence de la stratégie nationale du développement durable (SNDD) et des stratégies sectorielles avec les ODD et leurs cibles.
La mise en œuvre de la SNDD fait face à certaines difficultés liées à une « appropriation insuffisante » par certaines parties prenantes et l'existence de discordances sur le cadre adéquat pour arrêter les projets, leur mise en œuvre, leur alignement avec les ODD et la responsabilité du suivi et de la coordination.
Dans ce contexte, la Cour a constaté que « plusieurs ministères prennent des initiatives séparées pour l'appropriation des objectifs et leur mise en œuvre dans leurs politiques sectorielles en l'absence d'un cadre stratégique de coordination de l'action des différents partenaires et d'une approche unifiée et intégrée qui définit les priorités nationales ».
Cette pratique ne respecte pas le cadre défini par le programme 2030 qui encourage la coordination entre les parties prenantes et la répartition des responsabilités afin d'assurer une meilleure exécution et l'exploitation des potentialités nationales dans le cadre d'un projet intégré, a estimé la juridiction financière.
Concernant les données relatives à la mesure des indicateurs, la Cour a noté que le système statistique national répond aux principaux standards internationaux et dispose des capacités requises pour générer les différents indicateurs.
Toutefois, ce système est « appelé à dépasser certaines insuffisances liées au manque de coordination et d'harmonisation des actions et des opérations statistiques effectuées séparément par ses différentes composantes », a jugé la Cour des comptes.
De même ce système souffre de l'insuffisance du niveau de coopération et d'intégration entre les différents producteurs des informations statistiques.
De plus, la Cour des comptes a relevé le faible rôle joué par le comité de coordination des études statistiques et le retard pris dans la revue du cadre juridique y afférent et la création du conseil national statistique.
S'agissant de la couverture des indicateurs et des cibles, la Cour a constaté que la liste définitive des indicateurs susceptible d'être produits par le système statistique national n'a pas encore été arrêtée.
Dans ce sens, le diagnostic préliminaire réalisé par certaines composantes du système statistique national a conclu à la capacité de produire 48% des indicateurs. En revanche, la liste des valeurs de référence des indicateurs n'a pas encore été établie.
Ces données n'ont pas changé depuis 2016, ce qui montre une réactivité limitée par rapport aux exigences du suivi de la mise en œuvre des objectifs et la mesure des indicateurs par les composantes du système statistique national ainsi que l'absence d'une approche nationale dans ce sens.
Au niveau du suivi et du reporting, le Haut-commissariat au plan été désigné, en vertu du nouveau décret portant sur sa réorganisation, pour établir les rapports sur les ODD. Toutefois, aucune mention explicite n'a été faite sur la mission de suivi et du reporting.
Enfin, tout en soulignant l'engagement du Maroc pour le développement durable qui est clairement affiché par les pouvoirs publics, la revue a relevé certaines insuffisances et propose des points d'amélioration sur lesquels le gouvernement est appelé à travailler pour permettre une meilleure exécution du programme 2030 et l'atteinte des objectifs fixés.
Le rapport relatif à la revue de l'état de préparation du Maroc à la mise en œuvre des ODD 2015-2030 ainsi que sa synthèse peuvent être téléchargés à partir du site de la Cour des comptes : www.courdescomptes.ma
Le rapport porte sur l'état de préparation du Maroc à la mise en œuvre des ODD 2015-2030, qui ont été adoptés par l'Assemblée Générale des Nations Unis lors de sa soixante-dixième session tenue en date du 25 septembre 2015.
Ce programme a mis en place, à l'horizon 2030, un cadre mondial de travail basé sur la mise en œuvre de 17 ODD déclinés en 169 cibles. Le Maroc était parmi les pays qui ont adhéré à ce programme et se sont engagés à sa mise en œuvre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.