HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    Le projet solaire Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF Renouvelables    Une troisième recrue pour le Raja    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    BAM: l'immobilier en berne    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    Divers sportifs    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers    En Libye, la guerre est aussi économique    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ODD : Le Maroc s'est engagé de « manière claire » dans l'absence d'un cadre institutionnel
Publié dans L'observateur du Maroc le 20 - 02 - 2019

Le Maroc s'est engagé de « manière claire » pour mettre en œuvre le Programme 2030 des Objectifs de développement durable (ODD), a indiqué la Cour des comptes, relevant, toutefois, l'absence d'un cadre institutionnel chargé de la coordination entre les parties prenantes.
La Cour des comptes a réalisé en 2018 une revue de l'état de préparation du Maroc à la mise en œuvre des ODD (2015-2030), qui a permis de constater que le Maroc « s'est engagé de manière claire pour mettre en œuvre le Programme 2030 », a précisé la Cour dans un communiqué suite à la publication d'un rapport thématique relatif à cette revue.
Le Maroc dispose d'un cadre constitutionnel et législatif « favorable » pour mettre en œuvre ce programme, fait savoir le communiqué, rappelant qu'une consultation nationale a été organisée par le gouvernement en 2016 afin d'initier des consultations et un débat national entre les différents acteurs concernés par la mise en œuvre des ODD.
Toutefois, la Cour a constaté que le gouvernement n'a pas pris les mesures nécessaires pour mettre en œuvre les recommandations issues de ces consultations, notant que le niveau d'appropriation des objectifs par les parties prenantes notamment le secteur public, le secteur privé, la société civile et les citoyens s'avère « peu satisfaisant ».
Cette situation résulte, d'une part, de l'absence d'un cadre institutionnel national dont la mission est d'améliorer le niveau de coordination et de complémentarité entre les parties prenantes, et d'autre part, de l'absence d'une stratégie de communication afin d'améliorer la prise de conscience et la connaissance des objectifs et leur appropriation, a expliqué la Cour.
Le retard dans la mise en place de ce cadre a eu comme conséquence la faible implication et le défaut de concertation des parties prenantes autour des ODD, l'absence de la répartition des rôles et des responsabilités et la non adoption d'un plan national qui arrête les priorités, les plans d'exécution, les délais, les intervenants et les sources de financement, selon le communiqué.
Par ailleurs, la Cour a noté le « rythme lent » de la mise en œuvre des mesures de convergence, d'alignement et de mise en cohérence de la stratégie nationale du développement durable (SNDD) et des stratégies sectorielles avec les ODD et leurs cibles.
La mise en œuvre de la SNDD fait face à certaines difficultés liées à une « appropriation insuffisante » par certaines parties prenantes et l'existence de discordances sur le cadre adéquat pour arrêter les projets, leur mise en œuvre, leur alignement avec les ODD et la responsabilité du suivi et de la coordination.
Dans ce contexte, la Cour a constaté que « plusieurs ministères prennent des initiatives séparées pour l'appropriation des objectifs et leur mise en œuvre dans leurs politiques sectorielles en l'absence d'un cadre stratégique de coordination de l'action des différents partenaires et d'une approche unifiée et intégrée qui définit les priorités nationales ».
Cette pratique ne respecte pas le cadre défini par le programme 2030 qui encourage la coordination entre les parties prenantes et la répartition des responsabilités afin d'assurer une meilleure exécution et l'exploitation des potentialités nationales dans le cadre d'un projet intégré, a estimé la juridiction financière.
Concernant les données relatives à la mesure des indicateurs, la Cour a noté que le système statistique national répond aux principaux standards internationaux et dispose des capacités requises pour générer les différents indicateurs.
Toutefois, ce système est « appelé à dépasser certaines insuffisances liées au manque de coordination et d'harmonisation des actions et des opérations statistiques effectuées séparément par ses différentes composantes », a jugé la Cour des comptes.
De même ce système souffre de l'insuffisance du niveau de coopération et d'intégration entre les différents producteurs des informations statistiques.
De plus, la Cour des comptes a relevé le faible rôle joué par le comité de coordination des études statistiques et le retard pris dans la revue du cadre juridique y afférent et la création du conseil national statistique.
S'agissant de la couverture des indicateurs et des cibles, la Cour a constaté que la liste définitive des indicateurs susceptible d'être produits par le système statistique national n'a pas encore été arrêtée.
Dans ce sens, le diagnostic préliminaire réalisé par certaines composantes du système statistique national a conclu à la capacité de produire 48% des indicateurs. En revanche, la liste des valeurs de référence des indicateurs n'a pas encore été établie.
Ces données n'ont pas changé depuis 2016, ce qui montre une réactivité limitée par rapport aux exigences du suivi de la mise en œuvre des objectifs et la mesure des indicateurs par les composantes du système statistique national ainsi que l'absence d'une approche nationale dans ce sens.
Au niveau du suivi et du reporting, le Haut-commissariat au plan été désigné, en vertu du nouveau décret portant sur sa réorganisation, pour établir les rapports sur les ODD. Toutefois, aucune mention explicite n'a été faite sur la mission de suivi et du reporting.
Enfin, tout en soulignant l'engagement du Maroc pour le développement durable qui est clairement affiché par les pouvoirs publics, la revue a relevé certaines insuffisances et propose des points d'amélioration sur lesquels le gouvernement est appelé à travailler pour permettre une meilleure exécution du programme 2030 et l'atteinte des objectifs fixés.
Le rapport relatif à la revue de l'état de préparation du Maroc à la mise en œuvre des ODD 2015-2030 ainsi que sa synthèse peuvent être téléchargés à partir du site de la Cour des comptes : www.courdescomptes.ma
Le rapport porte sur l'état de préparation du Maroc à la mise en œuvre des ODD 2015-2030, qui ont été adoptés par l'Assemblée Générale des Nations Unis lors de sa soixante-dixième session tenue en date du 25 septembre 2015.
Ce programme a mis en place, à l'horizon 2030, un cadre mondial de travail basé sur la mise en œuvre de 17 ODD déclinés en 169 cibles. Le Maroc était parmi les pays qui ont adhéré à ce programme et se sont engagés à sa mise en œuvre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.