Coronavirus : le ministère des Finances met fin à la guerre des masques    Plusieurs clusters familiaux de contamination ont été constatés.    Liga : Achraf Hakimi retrouve le Real Madrid    Fadel Sekkat tire sa révérence    Kenzi Hotels héberge le personnel médical    Coronavirus : selon le prix Nobel d'économie 2019, il ne faut pas s'inquiéter de la facture de la crise sanitaire    Le Roi félicite le président sénégalais à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Coronavirus : les autorités marocaines prennent en charge les Marocains bloqués en Turquie    Golf : Report de la 47è édition du Trophée Hassan II et de la 26è édition de la Coupe Lalla Meryem    Marrakech: Environ 1400 chambres d'hôtels mises à disposition du corps médical    Fonds Covid-19 : L'ANAM fait don de 10 MDH    Coronavirus : le port du masque sera-t-il obligatoire même après le confinement ?    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    Commande publique : une réponse urgente à la pandémie Covid19    Covid19: Aucun cas en Corée du Nord ?    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Le PPS appelle à un large débat sur la crise et l'après-crise du Coronavirus    Le gouvernement britannique appelle les joueurs de foot à réduire leur salaire    L'administration publique entre à petits pas dans l'ère du numérique    Retour à la prudence sur les marchés mondiaux    Allégement du déficit du compte courant    Les soldats de l'ombre en rangs serrés contre le Covid-19    Athlétisme: Le programme antidopage mondial fortement affecté    4.835 personnes poursuivies pour violation de l'état d'urgence sanitaire    L'hôpital de campagne de Benslimane prêt à entrer en action    Mobilisation générale contre le coronavirus dans la région de Marrakech-Safi    Report des JO: Des coûts additionnels pour le Japon et la famille olympique    Clap de fin sur la série "Le Bureau des légendes"    Reprise belge du tube caritatif "We Are The World" pour remercier le personnel soignant    En pleine pandémie, une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Harit renonce à une partie de son salaire    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Chelsea, la Juve, le Bayern et le PSG lorgnent Hakimi    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    «Masrah net»… des spectacles à suivre en direct depuis son salon    Crise du Venezuela: Le nouveau plan de Washington    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Frontières maritimes : Entrée en vigueur et réserves espagnoles    Les agents d'autorité de la capitale s'estiment insultés par le Wali de Rabat-Salé Kénitra    Condition physique et mode alimentaire au profit des joueurs et joueuses : Le programme individuel spécial de la FRMF    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Le point avec Abdellah El Ouardi, préfet de police de Casablanca    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Digital : La Cour des Comptes exhorte le secteur public à publier les données non personnelles
Publié dans L'observateur du Maroc le 20 - 05 - 2019

Le secteur public dispose d'informations d'une grande valeur, notamment les données non personnelles, dont la publication digitalisée permettrait aux usagers, notamment les PME du secteur digital, et à l'administration elle-même, de développer de nouveaux produits et services innovants, a relevé la Cour des comptes dans son rapport sur les services publics en ligne.
Dans ce rapport, la Cour indique que « la publication digitalisée des informations dont dispose le secteur public, notamment les données non personnelles (géographiques, démographiques, statistiques, environnementales …), dans un format facilement exploitable, permettrait aux usagers, notamment les PME du secteur digital, et à l'administration elle-même, de développer de nouveaux produits et services innovants ».
Sur cet aspect, la Cour a relevé l'absence d'un document publié sur la politique ou stratégie en la matière, et qu'aucun document ne spécifie les jeux de données à publier, les formats à utiliser ou les licences à appliquer.
L'ouverture des données publiques a également été impactée par le retard dans l'adoption de la loi n°31-13 relative au droit d'accès à l'information qui n'a eu lieu qu'en mars 2018, ajoute le rapport, notant que les données les plus importantes, répondant aux besoins des citoyens, ne sont pas publiées selon les normes reconnues mondialement dans ce domaine.
Le rapport fait savoir en outre que le Maroc a atteint en 2014 son meilleur niveau dans le classement des Nations-Unies sur les services en ligne durant la période 2008-2018.
En effet, sur un total de 193 pays, le Royaume est passé du 115è rang en 2008 au 30è rang en 2014, précise la Cour, regrettant toutefois que cette évolution positive ne s'est pas inscrite dans la durée et que le Maroc a ainsi régressé au 78ème rang en 2018.
En ce qui concerne les deux autres composantes du classement des Nations-Unies sur l'e-gouvernement, à savoir le capital humain et l'infrastructure IT, le niveau du Maroc n'a pas beaucoup évolué et a demeuré dans des niveaux bas du classement mondial, en occupant le 104è rang dans l'infrastructure IT et 148è dans le capital humain, ce qui constitue une entrave à une large utilisation des services en ligne développés par les secteurs publics, estime la Cour des comptes.
Par ailleurs, la comparaison avec les pays de l'Union européenne (UE), effectuée sur un panier de 15 services importants, montre que le Maroc réalise de bons niveaux de maturité sur 8 services, dont les services liés aux impôts (IR, IS et TVA) et aux droits de douane, précise le document.
En revanche, les 7 autres services restent loin de la moyenne européenne dans leurs niveaux de maturité, notamment ceux relatifs à la demande de documents personnels, l'immatriculation des voitures, l'immatriculation des sociétés et la transmission des données statistiques des sociétés à l'organisme chargé des statistiques, regrette l'institution constitutionnelle.
En s'inspirant du benchmark européen, la Cour a examiné la disponibilité en ligne des services d'une sélection de six événements de vie, considérés comme couvrant des domaines parmi les plus courants de services publics pour le citoyen et l'entreprise, à savoir la perte et la recherche d'un emploi, l'entame d'une procédure courante de plainte la possession et la conduite d'une voiture, la poursuite d'études dans un établissement d'enseignement supérieur, la création d'une entreprise et la réalisation de ses premières opérations et la réalisation des opérations régulières de l'entreprise.
Sur cet aspect, la Cour a relevé que, pour chaque évènement de vie, certains services de base ne sont pas disponibles en ligne au Maroc alors qu'ils sont disponibles dans de larges proportions chez les pays européens.
Sur un autre registre, le rapport fait remarquer que depuis l'arrivée de la stratégie Maroc Numeric 2013 (MN 2013) à son terme, le Royaume a tardé à se doter d'une stratégie numérique avec des objectifs détaillés et des indicateurs de performance.
De plus, les comités de coordinations institués dans le cadre de la stratégie MN2013 ont arrêté leurs réunions depuis lors et ce n'est qu'en 2017 qu'un nouveau cadre de gouvernance a été institué avec l'adoption de la loi n°61-16 portant création de l'Agence de développement du digital, poursuit le rapport.
La cour a également relevé qu'en matière de développement de l'administration électronique, le rôle du ministère en charge de la modernisation de l'administration n'est pas suffisamment clarifié et prête à confusion avec celui du ministère en charge de l'économie numérique, signale le rapport, soulignant que de ce fait, le développement de l'administration électronique demeure partagé entre les deux ministères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.