Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hafsa Boutahar livre les détails de son viol présumé par Omar Radi
Publié dans L'observateur du Maroc le 19 - 08 - 2020

«Il s'agit de ma dignité d'être humain et de femme». C'est ainsi que résume Hafsa Boutahar l'affaire qu'elle a portée devant la justice contre son violeur présumé, Omar Radi. Les détails.
Dans un témoignage livré hier mardi 18 août à notre confrère Le360, Hafsa Boutahar révèle les dessous de la plainte pour viol qu'elle a déposée à l'encontre de Omar Radi.
D'après ses déclarations, les faits s'étaient déroulés dans la villa située à Casa Green Town, dans la périphérie casablancaise, qui fait à la fois office de lieu d'habitation du patron du Desk et de salle de rédaction. La plaignante y travaille et affirme s'être toujours comporté, en toute neutralité avec Omar Radi qu'elle dit considérer comme un collègue et rien de plus.
Le 12 juillet, tout va changer. «Ce jour-là, Radi est arrivé, il était joyeux et ivre», raconte la plaignante. Elle ajoute qu'après lui avoir demandé de lui ramener une guitare pour mettre de l'ambiance, il l'avait suivie dans les escaliers. «Il se montrait pressant et j'ai fait en sorte de l'esquiver et de le repousser», précise-t-elle. Et d'ajouter : «Omar Radi redescend, et joue de la guitare». Le360 souligne avoir visionnée la vidéo qui immortalise ce moment. Les choses ne s'arrêtent pas là, d'après le récit de H. Boutahar reproduit ci-après avec les commentaires du 360 qui l'a interrogée :
«Ils sont ensuite descendus au sous-sol pour travailler», se souvient Hafsa Boutahar qui, quant à elle, s'installe pour la nuit sur un canapé dans le salon, car sa «chambre habituelle est alors occupée par un invité de la famille».
Lorsqu'ils remontent du sous-sol, Hafsa Boutahar dit être au téléphone, en appel vidéo avec son fiancé qui se trouve à San Francisco.
Omar Radi s'allonge alors sur un canapé, et Imad Stitou (un journaliste arabophone du Desk) sur un autre canapé. Le temps passe et la jeune femme, toujours au téléphone, affirme avoir entendu des ronflements. «Pendant que je parlais à mon fiancé, j'entends Omar, que je pensais endormi, me dire que je suis belle», se souvient la jeune femme. Elle lui répond par des émoticônes, via son smartphone, en guise de remerciement à son compliment.
Puis, Omar Radi lui envoie un message: «je viens ou tu viens?», ce à quoi elle lui répond de venir une fois qu'elle aura terminé sa conversation.
«Je pensais qu'il voulait discuter, c'est tout», soutient-elle, catégorique, bien consciente que ses détracteurs pourraient voir dans ce message, publié par les soutiens de Omar Radi sur Twitter, une invitation à la rejoindre au lit, comme cela a été avancé par certains.
Rapport consenti ?
Y a-t-il eu un rapport sexuel entre Omar Radi et Hafsa Boutahar ce soir-là? La réponse est oui, les deux parties s'accordent là-dessus. En revanche, les versions divergent quant au déroulement des faits et surtout quant à la notion du consentement. L'enquête étant toujours en cours, il nous est impossible de relayer la version apportée par Omar Radi lors de son interrogatoire, mais ce qui en résulte toutefois, c'est que celui-ci argue que le rapport sexuel était consenti.
De son côté, Hafsa Boutahar affirme le contraire. «Il s'est jeté sur moi. Il portait un tee-shirt, et rien en bas. Il s'est mis à me toucher partout. J'ai essayé de lui parler, de le dissuader. Je me disais que c'était impossible qu'il tente une chose pareille avec tout ce qui lui arrivait, il fallait être fou pour oser faire ça, alors qu'il avait les flics sur le dos. Je me suis dis qu'il n'était pas dans son état normal, qu'il avait trop bu... Il était brutal, il me reniflait comme un animal sauvage qui a attrapé une proie», se souvient-elle, décrivant en partie la scène, livrant quelques détails scabreux, s'arrêtant quand l'émotion la submergeait.
Il est 2 heures du matin, et la jeune femme, pendant cet acte qu'elle décrit comme un viol, bascule dans un état de semi-conscience, sous le choc, alors que son visiteur la pénètre de force.
Elle dit avoir repris ses esprits quand celui-ci lui dit: «laisse-toi faire, je vais appeler Imad pour qu'on fasse un plan à trois». Imad Stitou, pense-t-elle, est endormi, car à aucun moment il n'a bougé pendant l'acte, bien que celui-ci ait déclaré aux autorités «qu'il était bien éveillé, qu'il regardait la scène et qu'il a affirmé que la relation était consentie», nous explique la jeune femme.
«Je me suis débattue de toutes mes forces et j'ai réussi à me dégager de son emprise», poursuit-elle, avant de courir se «réfugier pendant près d'une heure dans les toilettes», où elle a tenté d'appeler son fiancé, qui ne lui a pas répondu. «J'ai pleuré, j'ai réfléchi, j'ai essayé de reprendre mes esprits», poursuit-elle avant d'aller «dans la cuisine» puis de «retourner sur le canapé», après s'être assurée que les deux hommes dormaient.
Elle parvient à s'endormir un peu au petit matin et lorsqu'elle se réveille, les deux hommes sont partis. Elle a croisé Omar Radi un peu plus tard dans la même journée et a difficilement caché sa colère, nous explique-t-elle. Colère qui s'est renforcée quand elle a appris de la part d'amis que Omar Radi s'était vanté trois jours après les faits, alors qu'il était dans un bar
Une autre victime ?
Hafsa Boutahar a révélé au 360 avoir été contactée, suite à la médiatisation de l'affaire, par une jeune femme qui aurait, elle aussi, été victime du duo. «Elle m'a affirmé que Omar Radi et Imad Stitou avaient pour habitude de pratiquer des relations sexuelles à trois, et que je n'étais pas seule à avoir subi cela de force», déclare la plaignante qui devra confronter son violeur présumé le 22 septembre, date de la première audience.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.