Exercice naval conjoint entre la Marine Royale et l'US Navy    Le rêve ou l'illusion sont forcément de l'autre côté    Bernard Casoni, nouvel entraîneur du MCO    Manifestation sportive au sein de l'UH2C pour inciter les jeunes à pratiquer le sport    Evolution du coronavirus au Maroc : 806 nouveaux cas, 459.671 au total, dimanche 17 janvier 2021 à 18 heures    Notre objectif est de retarder l' arrivée au Maroc de la nouvelle souche de la Covid-19 et de limiter sa propagation    Ben Affleck évoque les violentes critiques à l'époque de son couple avec Jennifer Lopez    Bong Joon-ho présidera le jury du Festival de Venise    Les employés du Groupe Sentissi en visite au passage d'El Guergarat    L'Opinion : Susciter l'adhésion des sceptiques    Achraf Hakimi vendu à crédit par le Réal, l'Inter en défaut de paiement !    Egypte 2021 : Le Championnat du monde de handball sous la pandémie    Yahya Abounizar, artiste peintre au parcours éloquent...    La Marine Royale avorte une opération de trafic de chira au large de cap spartel    3è réunion de la Commission nationale du suivi et de l'accompagnement    Pas de solution en dehors de l'initiative d'autonomie    Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces Sud    Agadir, à l'aune de génération de réformes!    Biden promet une série de décrets dès mercredi    WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    Azilal : campagne de chirurgie générale au profit des zones touchées par la vague de froid    Mondial de Handball : Face aux Islandais, dernière chance pour les Marocains, mais... difficile !    Fusion : PSA et FCA officiellement unis    Maroc : l'Ukraine pourrait détrôner la France comme premier fournisseur de blé    Une entreprise américaine investit dans le projet du développement du premier robot humanoïde marocain    Kerouac, Ginsberg, Burroughs... Le rêve tangérois des voyageurs américains dans l'âme    Confessions dominicales : Témoignage édifiant en réponse aux chantres du défaitisme    La jeunesse partisane appelle au renforcement de sa représentation politique    L'Agence marocaine antidopage tient à Rabat son premier conseil d'administration    Officiel: le Maroc désigné pays-hôte    Ronaldo: «Le Real a eu tort de laisser partir Hakimi»    Défis et perspectives de l'aménagement territorial post Covid-19    Agriculture-Pluies: l'année s'annonce prometteuse    Marc Thépot, une nouvelle vie    Vient de paraître : «Le Secret de la lettre» de Mohammed Ennaji    Les temps sont durs pour Mohamed Ismaïl!    Abdelkhaleq JAYED : Dans l'envers des pages une réflexion sur le temps, les sons, les couleurs et les signes    Bank Of Africa veut cofinancer l'investissement chinois en Afrique    La situation politique et sociale en Algérie est "désastreuse"    L'Arabie saoudite et le Qatar rouvriront leurs ambassades respectives «dans les prochains jours»    UGTM : Moulay Brahim El Othmani nouveau président du Conseil d'administration de la MGPAP    Covid-19 : 1 million de doses du vaccin chinois Sinopharm sont arrivées en Serbie    e-commerce : la Covid-19 dope le marché en 2020    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Confessions dominicales: Abu Wael al-Rifi se dévoile et dévoile la préférence identitaire de Moulay Hicham, ses virements et ses erreurs de jugement...
Publié dans L'observateur du Maroc le 04 - 10 - 2020

Dans ses nouvelles confessions dominicales, Abu Wael al-Rifi se présente à visage découvert à ses lecteurs. Rappelant que sa seule motivation dans ses écrits est son patriotisme absolu et sa vraie foi en «tamaghrabite», il ne ménage pas les donneurs de leçon...

Comme s'il répondait à ceux qui se demandent qui est Abu Wael al-Rifi, l'auteur de «Baou7 Al A7ad» (Confessions dominicales) leur répond qu'il le Marocain, fier de sa marocanité, dont chaque vrai patriote se reconnaît. «Je suis moi, toi, nous, eux», écrit-il. En se disant totalement imprégné de sa «tamaghrabite», il se présente comme étant l'incarnation du projet cher à tout marocain. Celui de voir le Royaume avancer vers davantage de développement et plus de démocratie garantissant la pluralité et le vivre-ensemble.
Dans ce Maroc de et pour tous les Marocain, cher à Abu Wael al-Rifi et tous ceux qui se reconnaissent en lui, le chroniqueur poursuit sa chasse aux prévaricateurs. Il affirme en avoir détecté quelques-uns au sein de la Commission spéciale sur le modèle de développement. C'est pour cela qu'il ne cache pas son pessimisme quant à l'issue des travaux de cette commission.
Autre prévaricateur à qui l'auteur des confessions dominicales donne une nouvelle volée de bois vert : Moulay Hicham. Le sachant d'habitude prolixe, Abu Wael al-Rifi lui demande les raisons de son mutisme face aux dernières révélations sur les montants faramineux des crédits qu'il avait contractés auprès de banques marocaines et qu'il a «virés vers le Liban». C'est ce qui lui permet d'entretenir son boy, Houssine El Majdoubi, basé provisoirement à Londres, révèle le pourfendeur des prévaricateurs.
Le chroniqueur suggère qu'une enquête soit ouverte pour faire éclater la vérité sur les virements déclarés et non déclarés de My Hicham. Sur la base des photos et posts publiés par ce dernier sur les réseaux sociaux, Abu Wael Rifi relève en lui un narcissisme exagéré et une préférence clairement affichée pour sa moitié libanaise. L'auteur remarque que même quand Moulay Hicham séjourne dans son palace à la plage de Mdieq en pleine crise sanitaire, il ne daigne ne daigne même pas publier une photo montrant quelque chose de marocain.

Pseudo analyses
S'arrêtant sur les «analyses» de celui qui se présente comme grand expert des monarchies arabes à travers la tribune qui lui est offerte par son cousin libanais, Abu Wael Rifi relève aussi chez Moulay Hicham une flagrante inexactitude de ses écrits. Il en donne pour preuve ce que «l'analyste» a commis à propos de Mohamed Ben Salman. L'une des flagrantes erreurs soulignées est la prédiction par Moulay Hicham d'un putsch qui devait vite cibler le prince héritier saoudien.
Pour éclairer la lanterne de «l'analyste», le chroniqueur livre des faits, montrant la montée en puissance de MBS et l'avenir prometteur auquel il est promis.
En rapport avec l'Arabie saoudite et ses voisins, Abu Wael Rifi met en exergue la pertinence du choix du Maroc de préserver ses bonnes relations avec les pays de la région après la crise qui les a opposés les uns aux autres. Maintenant que le calme est revenu, le Royaume se trouve en position de force, note-t-il.

Contre-exemple
Comme à son habitude, après avoir multiplié les exemples de prévarication, Abu Wael Rifi termine sa chronique en présentant un contre-exemple. Une manière de donner une leçon aux donneurs de leçon. Cette fois-ci, il rend hommage à un fils de peuple, connu par son parcours exemplaire et son patriotisme : Khalid El Houri. Racontant comment le rédacteur en chef d'Assabah a décroché son doctorat, le chroniqueur loue la combativité et l'intégrité à la fois de ce dernier et aussi de son père, Abbas. Assurant la fonction de gardien d'école au quartier Hay Hassan à Casablanca, ce dernier a vu son rêve se réaliser en voyant son fils, Khalid, devenir professeur universitaire. Abbas, qui vit aujourd'hui avec une pension de retraite de 800 dirhams, s'est dévoué toute sa vie pour assurer la meilleure éducation à ses 5 fils, rappelle le chroniqueur. Ce patriote a cru en l'école marocaine et elle le lui a bien rendu, poursuit-il.
En écrivant les grandes lignes de cette success story, qui est loin d'être un cas isolé, Abu Wael Rifi affirme ainsi vouloir contrecarrer l'esprit défaitiste qu'insuffle certains nihilistes en parlant de l'école marocaine. C'est cette école qui a formé le Roi Mohammed VI et forme aujourd'hui le Prince héritier, souligne le chroniqueur.
A la fin de ses confessions dominicales, Abu Wael Rifi s'intéresse au cas Maâti Mounjib. Comme de nombreux Marocains, il demande si des enquêteurs se penchent déjà sur son dossier.
بوح تمغرابيت: قضية خاشقجي و الوجه الآخر لمحمد بن سلمان، إنتماء م هشام للمغرب في الميزان و قصة نجاح ولد با عباس…
Publiée par Chouf TV sur Dimanche 4 octobre 2020


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.