Le polisario sèchement recadré en Nouvelle-Zélande    Ramadan: Kaïs Saïed écrit au roi Mohammed VI    Le Maroc suspend les liaisons aériennes avec la Tunisie    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    Joe Biden retirera toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici le 11 septembre    La haute précision marocaine mondialement reconnue    Messages du roi Mohammed VI aux chefs d'Etat des pays musulmans    SM le Roi félicite les Chefs d'Etat des pays islamiques à l'occasion du mois sacré de Ramadan    La FRMVB adopte ses rapports moral et financier lors de son AGO à Marrakech    Liverpool-Real, la magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    Ventre vide, tables garnies    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Votre livre de poche motivateur    Couvre-feu à Casablanca: le tramway adapte ses horaires    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    Démantèlement d'un réseau d'immigration clandestine opérant dans le nord du Maroc    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    Golf : Hideki Matsuyama, soleil levant à Augusta    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Tayeb Hamdi: Sans respect strict et généralisé, les mesures restrictives ne seront jamais suffisantes    Des chiffres alarmants de demandes de mariages des mineures (Président du ministère public)    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    Ramadan/Maroc: Le renforcement des mesures restrictives dicté par la nature imprévisible du virus (El Otmani)    La Bourse de Casablanca débute en légère baisse    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Officiel: le Tunisien Lassaad Chabbi nouveau coach du Raja Casablanca    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Casablanca : le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    M. Rabbah : Le système électrique de la prochaine décennie sera basé sur des énergies propres et renouvelables    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





USA : Un second « Impeachement » pour Trump
Publié dans L'opinion le 14 - 01 - 2021

Donald Trump est le premier président de l'histoire des USA à être mis en accusation une 2ème fois par la Chambre des représentants.
La Chambre, où les démocrates disposent d'une courte majorité, s'est prononcée à 232 voix contre 197 (dix élus républicains se sont joints aux démocrates) en faveur de la mise en accusation du président républicain après ce que certains ont dénoncé comme un assaut meurtrier contre la démocratie américaine la semaine dernière à Washington.
Il apparaît peu probable que cette procédure en destitution, promptement lancée, mène à l'éviction de Donald Trump avant la fin de son mandat de quatre ans et l'investiture du président élu démocrate Joe Biden, le 20 janvier.
Le chef de la majorité au Sénat, le républicain Mitch McConnell, a repoussé les appels des démocrates à la tenue rapide d'un procès, déclarant qu'il était impossible de boucler un procès avant que Donald Trump quitte le pouvoir.
Cependant, si le Sénat venait à reconnaître la culpabilité de Donald Trump après la fin de son mandat, un vote pourrait être organisé pour empêcher l'ancien magnat de l'immobilier de se présenter à nouveau à une élection.
Joe Biden a déclaré qu'il était important qu'un procès en destitution au Sénat durant les premiers jours de son mandat ne retarde pas les travaux sur ses priorités législatives, notamment les confirmations de nominations au sein de son administration. Le président élu a appelé les chefs de file du Congrès à trouver un moyen de gérer ces questions en parallèle. Un seul acte d'inculpation a été voté par la Chambre, pour «incitation à l'insurrection», en lien avec le discours incendiaire que Donald Trump a prononcé le 6 janvier devant des milliers de partisans rassemblés près de la Maison blanche, peu avant que ceux-ci pénètrent de force au Capitole.
«Danger manifeste»
Dans une vidéo diffusée mercredi après le vote à la Chambre des représentants, le président sortant n'a fait aucune mention de l'»impeachment» et n'a pas admis la responsabilité de son discours dans les incidents, mais il a condamné les violences. «Aucun de mes véritables partisans n'approuve la violence politique. Aucun de mes véritables partisans ne viole la règle de droit», a dit Donald Trump, appelant ceux ayant soutenu sa politique à chercher des moyens d'apaiser les tensions.
Plusieurs milliers de soldats armés de la Garde nationale assuraient la sécurité à l'extérieur du Capitole et à l'intérieur du bâtiment, alors que les débats à la Chambre des représentants se déroulaient dans une atmosphère pleine d'émotion sept jours après que les élus ont dû se coucher au sol puis se réfugier quand les émeutiers sont arrivés.
«Le président des Etats-Unis a incité à cette insurrection, cette rébellion armée contre notre pays», a déclaré la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, aux élus avant le vote. «Il doit partir. Il est un danger manifeste et immédiat pour cette nation que nous aimons tous», a-t-elle ajouté.
Lors d'une cérémonie organisée par la suite, Nancy Pelosi a signé le texte de mise en accusation afin qu'il soit transmis au Sénat. Elle a dit l'avoir fait «avec tristesse, le cœur brisé pour ce que cela signifie pour notre pays».
Aucun président américain n'a été destitué à l'issue d'un procès. Trois locataires de la Maison blanche ont été mis en accusation par la Chambre puis acquittés par le Sénat - Donald Trump en 2019, Bill Clinton en 1998 et Andrew Johnson en 1868.
Un jugement à la hâte
Le parlementaire démocrate Joaquin Castro a décrit Donald Trump comme «l'homme le plus dangereux ayant jamais occupé le Bureau ovale», tandis que l'élue Maxine Waters a accusé le président républicain de vouloir la guerre civile.
Plusieurs républicains ont avancé que cet «impeachment» découlait d'un jugement à la hâte et faisait fi du processus traditionnel de délibérations - dont des auditions -, et ils ont appelé les démocrates à abandonner cette démarche pour le bien de l'unité nationale et de la guérison
«Ce serait une erreur d'inculper le président dans un laps de temps si court», a déclaré le chef de la minorité républicaine à la Chambre, Kevin McCarthy. «Cela ne signifie pas que le président est exempt de toute faute. Le président porte la responsabilité de l'attaque de mercredi contre le Congrès par une foule d'émeutiers», a-t-il ajouté.
Les plus proches alliés de Donald Trump, comme Jim Jordan, sont allés plus loin en accusant les démocrates d'agir de manière irresponsable uniquement par intérêt politique. «Il s'agit de faire tomber le président des EtatsUnis (...) C'est une obsession», a déclaré l'élu de l'Ohio.
Dix républicains ont voté en faveur de la mise en accusation de Donald Trump, dont Liz Cheney, numéro trois dans la hiérarchie du parti à la Chambre des représentants.
«Je ne choisis pas un camp, je choisis la vérité», a dit la républicaine Jamie Herrera Beutler en annonçant qu'elle était favorable à une destitution, provoquant les applaudissements des démocrates. «C'est le seul moyen de vaincre la peur».
Marquant une rupture avec les procédures habituelles, les chefs de file des républicains à la Chambre s'étaient abstenus de donner une consigne de vote, indiquant qu'il s'agissait d'une question de conscience personnelle.
Le Capitole transformé en camp retranché
Dans l'attente de ces cérémonies de l'investiture de Joe Biden et après les événements au Capitole, Washington est littéralement en état de siège. La ville est barricadée par la police et l'armée. Jusqu'à 20.000 réservistes de la Garde nationale vont être mobilisés pour assurer la sécurité de cette investiture. Et scène absolument surréaliste, le Congrès des Etats-Unis a été transformé en camp retranché, où vivent et dorment désormais ces soldats venus de quasiment tout le pays. En treillis et rangers, entre deux tours de garde, on les voit déambuler sous la rotonde, sous la coupole, dans le couloir qui mène au Sénat et la Chambre des représentants, comme impressionnés par ces lieux du pouvoir.
Le Capitole ressemble maintenant à une caserne, où les soldats dorment à même le sol de marbre ou de carrelage, avec leurs armes à côté d'eux. Manu Raju est le correspondant au Congrès de la chaîne CNN : «C'est surréaliste. Jamais cet endroit n'a autant ressemblé à une forteresse. Quand vous entrez dans ces lieux, on croirait un champ de bataille». Dans la salle des statues, ces réservistes souvent jeunes, venus de chacun des 50 Etats américains, croisent la speaker de la chambre Nancy Pelosi et un groupe de neuf représentants démocrates qui viennent de voter la mise en accusation de Donald Trump. Parmi eux, le représentant de Californie Eric Swalwell : «Ça me brise le cœur, de voir ces soldats de la Garde nationale ici, au Capitole. Ils sont des milliers autour de nous. Et ce sont des héros. Mais ce n'est pas à cela que l'Amérique devrait ressembler».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.