Les frontlineuses à l'honneur    Sénégal : l'opposant Ousmane Sonko relâché, les blindés de l'armée investissent la capitale    Lamia Tazi : « Malgré toutes les avancées, la représentativité de la femme dans les organes de décision reste faible »    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mars 2021 à 18H00    Covid-19: le Maroc s'approche des 4 millions de personnes vaccinées    Interopérabilité : les marines Américaine et Marocaine conduisent un exercice militaire au large du Sahara    En attendant l'officialisation de la décision à Rabat, Patrice Motsepe serait le nouveau patron de la CAF    Le Raja tenu en échec par le CAYB    Vers le report ou l' annulation de la CAN U17    Les perspectives dans l'industrie s'améliorent en janvier    Une soixantaine de migrants franchissent la frontière à Melilla    Tollé en Grèce suite à une intervention de musclée de la police pour faire respecter le confinement    Le Royaume cherche-t-il d'autres fournisseurs de vaccins?    Manal Benchlikha: Quand pop marocaine rime avec féminisme    Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"    Aides alimentaires : 45 pays dans le besoin, selon la FAO    Usage licite du cannabis: l'examen du projet de loi se poursuit    Maroc : les femmes, encore trop peu présentes dans les médias    Banques participatives : un bilan encourageant en 2020    Adesanya défait pour la première fois, Nunes GOAT!    «La bonne gouvernance et l'importance de l'entraîneur»    Adil Rachid se dit marginalisé par la Fédération...    OCP et Crédit Agricole du Maroc s'allient pour offrir une panoplie de solutions aux agriculteurs    Marie Zular, une juive marocaine qui s'est faite ambassadeur de l'art culinaire et des valeurs de solidarité de sa mère patrie    Al Bayane fête le 8 mars    De la «Mounassafa Daba» en poste de décision avant les élections 2021 ! : Une première pétition lui est dédiée    Usage légal du cannabis au Maroc: ce qu'il faut savoir sur le projet de loi    N°1 mondial: Djokovic savoure «un grand jour»    Birmanie: L'armée tire à balles réelles sur les manifestants    Bris de silence de la poétesse des Doukkala    Le patrimoine millénaire du Royaume exposé au Musée des Confluences-Dar El Bacha    Une célébration de la créativité littéraire féminine    L'ambassadeur israélien en visite à Fès (PHOTOS)    Oussama Tannane dans le viseur de clubs allemands et italiens    Législatives en Côte d'Ivoire : le pouvoir et l'opposition se disputent l'annonce de la victoire    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Guelmim-Oued Noun : La réforme de l'enseignement, tributaire de l'appropriation des projets stratégiques    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    Ligue des champions (3è journée/Gr C) : Trois sur trois pour le Wydad    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    Hausse de plus de 17% du parc des abonnés Internet en 2020    50 femmes qui comptent : Saloua Belarbi, Directrice Communication, Sponsoring & Evénementiel chez Maroc Telecom    Le Maroc élu à la vice-présidence    France: un député tué dans un accident d'hélicoptère    Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    Exposition: sensualité et audace    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Scolarité des enfants : les conséquences de la pandémie relevées par la Fondation IPSOS
Publié dans L'opinion le 24 - 01 - 2021

La crise sanitaire n'a pas manqué d'avoir de lourdes conséquences sur la vie des familles et particulièrement sur la scolarité de leurs enfants, a fait savoir une étude réalisée par la Fondation IPSOS pour BIC. Détails.
Réalisée quelques jours avant la prolongation des restrictions du mois de novembre dernier, cette étude, menée auprès de 200 parents marocains d'enfants âgés de 7 à 17 ans, a relevé que «le premier défi concerne la limitation du temps passé sur les écrans pour 47% des parents, suivi de près par le maintien d'une vie «normale» pour 43% d'entre eux», soulignant que «l'équilibre à trouver entre toutes les responsabilités et les tâches quotidiennes représente également un important défi pour 41% des parents sondés».
L'étude a par ailleurs fait savoir que les parents ont dû faire face à d'autres difficultés, à savoir le fait de «trouver du temps pour aider les enfants dans leurs devoirs (36% des interrogés), garder les enfants occupés une fois les devoirs terminés (27%) et l'utilisation des nouvelles technologies et des plateformes digitales (14%)».
Quand les langues étrangères sont les plus difficiles à apprendre
Les langues étrangères figurent dans la première place du classement des matières les plus difficiles durant l'aide aux devoirs pour près d'un tiers des parents (33%), suivies des mathématiques pour 24% des parents, a indiqué l'IPSOS.
Et d'ajouter que les parents sont assez sévères envers eux même en tant que «professeurs» de leurs enfants et se donnent une note moyenne de 6,7/10.
L'étude a révélé également que le temps consacré par les parents aux activités éducatives de leurs enfants se situe pour la plupart entre 1 et 2 heures par jour. Selon les répondants, cette tâche a été assurée le plus souvent par les mamans (41%), les deux parents (38%) ou par les papas (20%).
Des frais supplémentaires à cause du Covid-19
Dans le contexte de la crise sanitaire, 21 % des parents ont donc vu leur liste d'achats de rentrée 2020 augmenter. A ce propos, 51% des parents ont déclaré qu'ils ont été contraints de dépenser plus pour acheter des ordinateurs et des tablettes afin de permettre à leurs enfants de suivre leurs cours à distance. Ils étaient en outre dans l'obligation d'investir dans du matériel de protection individuelle anti-Covid-19, tels que les masques et le gel hydroalcoolique. «Les parents qui ont dépensé plus lors de cette rentrée ont atteint en moyenne de 3.751 DH, alors que ceux ayant dépensé moins qu'habituellement ont réduit leurs dépenses de 1.022 DH en moyenne», a mentionné l'étude.
Les enfants passent plus de temps devant les écrans
70 % des parents, soit plus de deux sur trois, ont déclaré que leurs enfants passent plus de temps qu'avant devant les écrans depuis le confinement et 6% seulement constatent qu'ils passent leur temps à jouer dehors, et ce, selon l'étude, à cause des mesures de confinement. Malgré cela, 17% des parents ont indiqué que leurs enfants lisent davantage depuis le confinement, 31% ont déclaré que leurs enfants dessinent plus, et 25% ont affirmé qu'ils colorient plus, a conclu l'étude.
Des frais supplémentaires à cause du Covid-19
Dans le contexte de la crise sanitaire, 21 % des parents ont donc vu leur liste d'achats de rentrée 2020 augmenter. A ce propos, 51% des parents ont déclaré qu'ils ont été contraints de dépenser plus pour acheter des ordinateurs et des tablettes afin de permettre à leurs enfants de suivre leurs cours à distance. Ils étaient en outre dans l'obligation d'investir dans du matériel de protection individuelle anti-Covid-19, tels que les masques et le gel hydroalcoolique. «Les parents qui ont dépensé plus lors de cette rentrée ont atteint en moyenne de 3.751 DH, alors que ceux ayant dépensé moins qu'habituellement ont réduit leurs dépenses de 1.022 DH en moyenne», a mentionné l'étude.
Et d'ajouter que les parents sont assez sévères envers eux même en tant que «professeurs» de leurs enfants et se donnent une note moyenne de 6,7/10.
L'étude a révélé également que le temps consacré par les parents aux activités éducatives de leurs enfants se situe pour la plupart entre 1 et 2 heures par jour. Selon les répondants, cette tâche a été assurée le plus souvent par les mamans (41%), les deux parents (38%) ou par les papas (20%).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.