Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 4 points clés    La prestation de Bounou , En-Nesyri contre la Real Sociedad    Le Bayern répond à Hansi Flick    Covid-19 : personnes porteuses de maladies chroniques, comment se faire vacciner    Santé : le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers    Revalorisation : La grogne monte chez les agents de la protection civile en Algérie    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Nucléaire iranien : Des avancées malgré la difficulté des négociations    Saisie de 2,5 tonnes de chira, interpellation d'un individu pour trafic international de drogue    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Le profond malaise qui demeure entre la France et l'Algérie s'exaspère    The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains    Ramadan: Une véritable aubaine pour l'activité commerciale à Souk « Tlat » d'Al Hoceima    Vaccination: Le FMI salue les efforts du Maroc    AFC Ligue des Champions :Le but de Hamdallah contre Al Sadd    Dématérialisation: le BAD électronique, un progrès pour le fret aérien    AMIC : Les levées de fonds pourraient atteindre 2,9 MMDH en 2021    Industrie pharmaceutique : bientôt un institut dédié à la formation professionnelle    Tous les ingrédients sont là pour mener à bien le chantier de généralisation de la protection sociale (Economiste)    Humeur : Ambiance à la foi menaçante    Finale de la Coupe du Roi : Le Real félicite le Barça après son 31ème sacre    OCS-RCOZ (2-1) : Les Messfiouis maîtres chez eux !    Botola Pro D1 « Inwi » (12è journée): Classement    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Maroc: L'indice de production des industries manufacturières en baisse de 6,3% en 2020    Maroc/Météo : Temps stable à passagèrement nuageux ce dimanche 18 avril    Hakim Ziyech : "Encore beaucoup à faire, mais je vais dans la bonne direction"    DHJ : Le comité directeur reste confiant et prône le maintien de la stabilité !    Tunisie : Durcissement des mesures sanitaires après la flambée des contaminations    Covid-19 : Le Canada recevra 8 millions de vaccins Pfizer supplémentaires mais moins de Moderna    Arrestation de cinq manifestants à Alger lors du 113e vendredi du Hirak    Au menu du Conseil de gouvernement prévu mardi prochain    La famille royale britannique rend un ultime hommage au prince Philip, époux de la reine Elizabeth II    Un énième préparatif pour le sommet Rabat-Madrid    Maroc: Secousse tellurique de 4,3 degrés dans la province de Driouch    Souad Jamaï "Le Serment du dernier messager" : Un conte du futur pour comprendre le présent    Culture : Lahcen Zinoun signe à Casablanca son autobiographie "Le rêve interdit"    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    Don Royal: Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires pour le Liban    Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires destinées aux forces armées et au peuple libanais    Affaire Omar Radi : les autorités marocaines déplorent que des ONG tentent d'influencer le cours de la justice    PDES, ONG Suisse : La généralisation de la protection sociale, une consécration de la dimension du développement humain    Indianapolis: l'auteur de la fusillade identifié    Les radios historiques de Fès et Tanger désormais en 24/24    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CESE : l'émancipation des femmes passe par "lever les contraintes culturelles qui peuvent être handicapantes"
Publié dans L'opinion le 04 - 03 - 2021

L'émancipation des femmes passe inévitablement par casser le "plafond de verre" que représentent les barrières sociétales et psychologiques et qui tendent à favoriser l'immobilisme féminin et renvoyer les femmes systématiquement à une position d'infériorité et de subordination, affirme le Conseil économique, social et environnemental (CESE).
"Un pays ne peut prétendre à un quelconque développement et progrès si la moitié de sa force vive– à savoir les femmes- en est exclue. A l'heure où le Maroc se mobilise pour aller vers un nouveau modèle de développement plus inclusif, il est inconcevable que des femmes subissent des violences et restent en marge des sphères de la vie socio-économique et civique", relève le CESE qui vient de publier une alerte à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes.
Malgré les avancées, des discriminations basées sur le sexe et des violations des droits des femmes subsistent encore et leur participation au développement demeure faible, déplore la même source, soulignant la nécessité d'opérer plusieurs changements pour promouvoir les droits des femmes.
Ainsi, il est pour l'accélération de l'harmonisation de la législation nationale avec les principes et dispositions de la Constitution et des Conventions internationales des droits humains ratifiées par le Maroc et portant sur la prévention et l'élimination de toutes les formes de discriminations à l'égard des femmes et des petites filles.
Dans ce sens, le CESE met l'accent sur l'importance de d'abroger les dispositions juridiques contenus dans un certain nombre de textes de lois dont l'application porte préjudice aux mères célibataires et à leurs enfants et qui font obstacle aux droits de porter plainte pour viols (Art.490 du code pénal), ajoutant qu'il convient également d'abroger les articles 21 ,20 et 22 du Code la Famille pour éradiquer le mariage des enfants.
Il s'agit aussi d'ériger la promotion de l'égalité et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et des filles (tolérance zéro), en cause nationale prioritaire traduite dans une politique publique globale et transversale, s'appuyant sur un budget clairement identifié et sanctuarisé, ainsi que d'assurer le respect de la dignité et de l'intimité de la femme, y compris dans le contexte des procédures judiciaires et médico-légales.
En outre, le Conseil recommande de conditionner une partie de la subvention publique accordée aux partis politiques, aux syndicats et aux associations à l'atteinte d'un niveau minimum de représentativité de 30% des femmes dans leurs instances dirigeantes.
S'agissant des changements opérationnels, le CESE juge nécessaire d'amorcer un plan national d'ouverture de crèches publiques ou en entreprises dans l'ensemble du territoire, et flexibiliser les horaires de scolarité des enfants et de mettre en place des mesures actives positives et ciblées pour garantir la parité dans l'accès aux postes de responsabilités dans la fonction publique.
Il est aussi pour davantage de flexibilité en matière du recours aux nouvelles formes de travail au sein des entreprises (télétravail, travail à mitemps, flexibilité des horaires...) et le renforcement du cadre juridique relatif à la lutte contre le harcèlement moral et sexuel des femmes dans les lieux publics et dans les espaces protégés, notamment les lieux de travail.
De même, le Conseil appelle à l'inscription de la sécurité des femmes, dans les transports publics et sur les lieux publics, au centre des préoccupations des politiques de la ville, des politiques de sécurité publique, des plans d'aménagement urbains et des programmes de logements et la promotion de l'accès de la femme rurale au travail rémunéré, et l'amélioration de son autonomie financière.
Côté socio-culturel, il est question de promouvoir le débat public pour faire évoluer les mentalités sur les questions liées au mariage des enfants, à l'interruption volontaire de grossesse, et aux procédures successorales.
Le CESE préconise également d'amorcer l'éducation sexuelle dans les écoles pour inculquer aux enfants les principes de l'égalité entre les femmes et les hommes, démonter les stéréotypes discriminatoires, ainsi que ceux tolérant la violence à l'égard des femmes, et les sensibiliser aux notions d'intégrité physique et de santé sexuelle, à travers le recours à des outils pédagogiques adéquats selon les tranches d'âge ciblées.
Et de conclure: "Tout cela ne peut se concrétiser sans lever les contraintes culturelles qui peuvent être handicapantes pour les femmes, car construire une société moderne et inclusive nécessite de lutter activement contre les stéréotypes, souvent dégradants et humiliants et consacrant une image négative des femmes".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.