Mohamed Jdira du PI, réélu à la tête du conseil communal de Benslimane    Un premier semestre dans le vert pour CIH Bank    Marché de change: Adjudications d'achat de devises à partir du 20 septembre (BAM)    Washington se félicite de la mort du terroriste et mercenaire du polisario Walid Al-Sahraoui    Exposition: horticulteur attentionné    Le Conseil national du PAM approuve la participation du parti au prochain gouvernement    Samir Goudar élu président de la région Marrakech Safi    Formation du gouvernement: le Parti de l'Istiqlal acceptera l'offre d'Akhannouch    Décès de l'ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika à l'âge de 84 ans    Afghanistan : Les collèges et les lycées rouvrent uniquement pour les garçons    Les ministres israéliens de la défense et de l'économie bientôt au Maroc    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    Derrière l'arrêt du « Doing Business », un rapport gonflé en faveur de la Chine    Prévisions météorologiques pour ce samedi    Washington : 6 lions et 3 tigres du zoo ont été testés positifs au Covid-19    Assouplissement des mesures restrictives au Maroc: ce qu'en pense un expert    Université Abdelmalek Essaâdi: Création de 10 nouvelles filières du Bachelor    Production des vaccins au Maroc: la fabrication des substances actives démarre dès le début 2022    Archives du Maroc signe un mémorandum de coopération    USA: un multimillionnaire reconnu coupable du meurtre de son amie    Abdelaziz Boutelfika est mort    Le torchon brûle : Paris rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie    Championnat arabe de judo : La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Coupe du monde de futsal : le Maroc se qualifie pour les huitièmes de finale    Archéologie : Découverte des plus anciens outils de confection de vêtements au Maroc    Bourita : La reprise des relations maroco-israéliennes se fera ressentir dans le futur    Deux Marocains remportent le prix « IEC 1906 Award» 2021    Elections communales 2021. Abdellah Hinti du RNI élu président du Conseil communal de Ouarzazate    Classement THE : 6 universités marocaines dans le top mondial    Une alliance entre le Parti de l'Istiqlal, le RNI et le PAM pour diriger les conseils élus    Nouveauté Volkswagen Golf 8. Elle prend de la hauteur    Exportations de fruits : Le Maroc devance l'Espagne dans la vente de pastèques dans l'UE    Exposition : l'art à travers trois générations    Mondial de futsal : le Maroc devant un exploit historique    Emprunts extérieurs: gare au revers de l'alourdissement de la dette    Stations-service : Yoom obtient la certification ISO 9001    Arrivée à Agadir des dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali    Imane Feriani dévoile sa nouvelle série à la galerie Bab El-Kebir    Maroc: des doses du vaccin Pfizer attendues cette semaine    Gouvernement: le groupe parlementaire du PAM charge Ouahbi de poursuivre les consultations    CIH Bank: l'activité repart de plus belle au premier semestre 2021    Prix de l'année 2021 / La championne Dina Asher-Smith et sa chronique gagnante sur le racisme : « C'est ma première médaille pour l'écriture »    Mise en échec d'une tentative d'immigration à Mellilia : l'Espagne loue les efforts du Maroc    Attente...    Cinéma : L'Institut Français du Maroc rouvre ses salles de projection    Festival : la 14ème édition du Festival national du Zajal se donne à voir en digital    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La mémoire vivante Les "Igoudars", sur la route du patrimoine universel
Publié dans L'opinion le 28 - 04 - 2021

Un projet d'inscription des greniers d'Agadir au patrimoine universel de l'humanité est en train de prendre forme. Mais qu'est-ce que les Igoudars ? Témoins de la richesse culturelle et architecturale amazighes, les "Igoudars", (pluriel d'Agadir), sont des greniers collectifs qui continuent à résister dignement au fil du temps.
Dotés généralement de deux ou quatre tours, les "Igoudars", hautement surveillés, disposent d'une seule porte d'entrée dont la clé est entre les bonnes mains d'un gardien des lieux, appelé "Lamin" qui signifie le "digne de confiance".
Derrière les portes fermées de ces greniers se cachent les biens les plus précieux de la population: Denrées alimentaires (Orge, dattes, figues séchées, miel, safran, huiles), bijoux en argent ou même des actes de vente, d'achat, de mariage et des titres de propriété gardés précieusement dans de petites boîtes.
"Perché sur des pitons rocheux, l'édifice de trois ou quatre étages comprend plusieurs cases de la même dimension. Chaque case est fermée par un portillon en bois et elle est la propriété d'un chef de famille qui veille à son entretien régulier", explique Khalid Al Ayoud, enseignant-chercheur et acteur associatif.
Les "Igoudars" comprennent une loge pour "Lamin", un moulin, une forge, une écurie, une chambre de réunion des notables et parfois même une petite mosquée, ainsi qu'un petit coin pour "le juif".
En effet, les amazighs de confession juive étaient connus par leur incontestable talent dans les domaines de l'apothicairerie, la joaillerie et l'artisanat. Ils passaient donc une ou deux semaines à "Agadir" pour commercialiser leurs produits, a souligné M. Al Ayoud, également, spécialiste et auteur de plusieurs études en la matière.
En plus de préserver les denrées alimentaires et les objets de valeur, les "Igoudars" qui ont une architecture défensive servaient également de refuge pour s'abriter contre d'éventuels périls, a fait remarquer le chercheur qui considère ces greniers collectifs comme "le plus ancien système bancaire qu'a connu l'humanité".
La richesse de ses greniers dépend des récoltes et des précipitations. Ces cellules ne sont ouvertes qu'en présence de "Lamin" et sont astucieusement aérées pour garantir la conservation des aliments et "laisser passer un chat qui s'occupe des souris" pour les protéger.
La gestion de cet établissement collectif est confiée à un Conseil du village ou de la tribu, nommé "Inflass", chargé d'établir une sorte de charte ou coutume écrite sur les "lohs" (des planches ou tablettes en bois), définissant droits et devoirs de chaque sociétaire.
Pour valoriser ce patrimoine culturel et le faire connaître mondialement, un atelier national a été organisé récemment à Agadir, en préparation de d'inscription des greniers collectifs "Igoudars" au patrimoine universel de l'Unesco.
De même, une convention a été signée pour la création d'un centre d'interprétation et de valorisation des "Igoudars" dans la commune d'Aït Baha.
Le centre se compose d'un pavillon pour l'exposition permanente de l'histoire et la technique de construction d'"Igoudars", une administration, une salle pour les expositions temporaires, une autre pour l'accueil des témoignages sur l'histoire et l'archéologie, une vidéothèque, un espace pour enfants , une bibliothèque privée, des sanitaires, et un appareil de surveillance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.