Espagne : Le Sénat rejette une proposition de Vox réclamant des sanctions contre le Maroc et l'Algérie    «Fournir au Maroc du GNL regazéifié en Espagne ne nuira pas à nos relations avec l'Algérie»    Maroc : Aziz Akhannouch préside une réunion consacrée à la relance du secteur touristique    Tourisme: Akhannouch et les acteurs se penchent les axes de la relance    Industrie. Le Maroc, un des pays les plus compétitifs au monde (Mezzour)    Pape François: "Le leadership spirituel et les Prières du Roi Mohammed VI nous sont précieux"    Coupe de la CAF (finale): RSB/Orlando Pirates, pour consacrer la suprématie des clubs marocains sur la scène africaine    Météo Maroc: temps chaud avec chergui local ce vendredi 20 mai    La place boursière casablancaise clôture à l'équilibre    Légalisation électronique: un projet de décret adopté    «Jaw Jab» de la troupe du théâtre national de Mohamed Eljam présentée en Italie    Ibenge « fier » de jouer la finale de la Coupe de la CAF avec Berkane    Coupe du monde 2022 / Arbitrage : Jayed et Zourak ''qualifiés'' au Mondial !    Elespanol.com révèle comment le Citizen Lab a utilisé de «faux positifs» pour provoquer le scandale «Catalangate»    Jeu d'échecs : Casablanca abrite bientôt la « Chess Week »    L'établissement de relations « stables et de confiance » avec le Maroc est « primordial » (ministre espagnol)    Blé: le stock national du Maroc couvre quatre mois    Covid-19 au Maroc: 124 nouveaux cas, aucun décès    Variole du singe: les Marocains doivent-ils s'inquiéter ?    Maroc: tout ce qu'il faut savoir sur le congé de paternité    Erdogan déterminé à contrer l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'OTAN    Liban: La BM et l'ONU accordent 10 millions de dollars pour le port de Beyrouth    Accès à l'information sur la migration: Bouayach met en avant à New York le rôle des institutions nationales des droits de l'homme    Gabon: Aubameyang annonce sa retraite internationale    MAS : Le bel hommage des Massaouis à leur joueur Djedje Franck Guiza !    Adhésion à l'UE: L'Ukraine dénonce un traitement dégradant de certains pays européens    Les opportunités d'affaires au Maroc dévoilées aux opérateurs sud-coréens    Palestine-Canada / ACIA : les vins fabriqués en Cisjordanie ne sont pas d'Israël    Achraf Hakimi se confie sur son amitié avec Mbappé (VIDEO)    Fusillade de Buffalo: Le parquet ouvre une enquête sur le rôle des réseaux sociaux    Direction de la prison locale Tiflet 2: « Le détenu (M.L.H) n'a déclaré aucune grève de la faim »    Le Maroc et la Belgique veulent renforcer leur coopération dans le domaine de l'emploi    [ Interview ] Tout sur le grand retour de Jazzablanca (vidéo)    Musique Andalouse. Un concert aux couleurs de l'Espagne et du Maroc    Inclusion économique des jeunes : L'INDH montre la voie à Boulemane    Pass vaccinal ou test PCR pour accéder au territoire    Interpellation du suspect impliqué dans le vol d'une agence bancaire à Casablanca    Douanes : Des recettes records de 111,2 milliards DH en 2021    Football : le Marocain Aymen Barkok remporte l'Europa League    Video : un lapsus de l'ex-président américain George W.Bush fait le tour de la toile    Jazzablanca 2022 : Le programme dévoilé    Rabat : Hommage à l'écrivain jordanien Mustafa Alqorna, pour son roman "Chaos dans le jardin du diable"    «Ateliers de l'Atlas» 2022 : Un appel à projets lancé    Michel Fugain en «Causerie musicale» à Casablanca    Exploration gazière: Chariot lève 25,5 millions de dollars pour son projet Anchois    Mise en place d'une plate-forme numérique destinée pour les étudiants de retour d'Ukraine    La Russie expulse 85 diplomates de France, d'Espagne et d'Italie    La 15ème édition de Jazzablanca Festival du 1er au 3 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Code pénal: La réforme qui peine à passer au Parlement
Publié dans L'opinion le 04 - 05 - 2021

Elaborée en 2016, la réforme du code pénal peine à voir le bout du tunnel de la Chambre des Représentants, au moment où les groupes de la majorité ne parviennent pas à s'entendre, à quelques mois de la fin de la législature. Eclairage.
Cela fait près de cinq ans que la réforme du code pénal traîne dans les tiroirs de la Chambre des Représentants sans aucun indice qu'elle sera votée alors que la présente législature touche à sa fin. Après que les députés se sont mis enfin d'accord pour voter la loi sur le blanchiment d'argent et de lutte contre le terrorisme, rien ne laisse présager qu'ils se soient accordés sur le reste de la réforme du code pénal, dont le texte a été soumis par le gouvernement Abdelilah Benkirane et notamment par l'ancien ministre El Mustapha Ramid. Maintenant que ce dernier occupe le portefeuille des relations avec le Parlement, il s'est efforcé de critiquer le retard du vote de cette réforme importante, appelant les députés de la commission de la Justice et de la législation à fournir plus d'efforts pour faire adopter le projet de loi 10.16 complétant et modifiant le code pénal dans les plus brefs délais. Ce texte y introduit des changements majeurs et vise à conformer la législation pénale marocaine aux normes internationales en matière de protection des droits de l'Homme, de garanties de la défense et de lutte contre la corruption, la torture et la discrimination.
Blocage au sein de la commission de Justice
En effet, la réforme ne parvient pas à sortir de la Commission bien que la discussion détaillée soit achevée en 2019. El Mustapha Ramid a rappelé, dans une note explicative, que les discussions ont eu lieu pendant douze réunions, tenues de 2017 à 2019. Quelle est donc l'origine du blocage ? Ce sont les amendements qui continuent de diviser les députés, surtout ceux de la majorité, sur plusieurs articles de la réforme. Premier point de la discorde est l'article pénalisant l'enrichissement illicite. Le dépôt des amendements a été reporté jusqu'à nouvel ordre, faute d'une entente entre députés de la majorité qui étaient censés présenter des amendements en commun. En réalité, le groupe parlementaire du PJD a retiré à la dernière minute un amendement. Ce geste a irrité leurs collègues de la majorité qui ont aussitôt demandé un report pour qu'ils puissent revoir leurs amendements.
Cette attitude n'a guère plu à l'opposition parlementaire, dont l'istiqlalien Omar Abassi, qui fait état d'une volonté de saboter la réforme. Sollicité par « L'Opinion », le ministre de la Justice et des libertés Mohammed Benabdelkader nous a précisé qu'il incombe à la commission de programmer l'adoption de la réforme dans sa totalité. Or, aucune date n'est encore dévoilée, quoique le président de la Chambre des Représentants Lahbib Malki ait fait savoir au gouvernement dans une lettre datant du 9 février 2021 que le bureau de la commission est disposé à fixer une échéance pour le vote de la loi. Par ailleurs, les obstacles se dressent également contre la proposition de loi du Parti de l'Istiqlal sur la pénalisation des conflits d'intérêts, déposée en septembre dernier. La discussion du texte n'est pas encore programmée, nous confirment des sources parlementaires, pointant du doigt les procrastinations de l'Exécutif.
Une réforme importante
Si les appels à l'adoption du projet de loi 10.16 avant la fin de la législature se multiplient, c'est parce que la réforme touche des articles sensibles qui divisent la société comme ceux relatifs à la peine de mort. Le texte réduit le nombre des crimes passibles de la peine capitale, en annulant cette peine pour les tentatives et participations aux crimes. Les articles 130 et 147 visent à substituer l'application de la peine de mort par une peine de réclusion à perpétuité, tout en la maintenant pour les crimes dangereux tels quelques types d'homicide. Pour harmoniser la législation nationale avec le droit international humanitaire, la réforme ajoute les génocides, les crimes de guerre, ceux contre l'humanité dans la liste des crimes dangereux. En plus de la pénalisation de la torture, le nouveau code pénal durcit les sanctions contre les actes de discrimination et des violences sexuelles contre les mineurs qui seront élevés au rang de crimes au lieu de délits.
L'une des mesures phares de la réforme est le changement de la procédure du code pénal avec l'introduction des peines alternatives. Le but est de baisser la pression sur les établissements carcéraux qui souffrent d'une surcharge infernale. Si la loi est adoptée, les juges auront un pouvoir discrétionnaire les habilitant à appliquer des sanctions non privatives de liberté pour les peines inférieures à deux ans. Il s'agit de la surveillance par bracelet électronique, des travaux d'intérêt général, les amendes, l'assignation à résidence, etc. Il en sera de même pour les poursuites judiciaires et les procédures d'instruction qui seront conduites plus souvent en état de liberté surveillée. Ceci dit, les juges d'instruction n'auront recours à la détention préventive qu'en cas d'extrême nécessité.

Trois questions à Nourredine Moudian

« Nous allons insister pour que notre proposition de loi sur les conflits d'intérêts soit discutée le plutôt possible »
Nourredine Moudian, président du groupe istiqlalien « Pour l'Unité et l'Egalitarisme » à la Chambre des Représentants, a répondu à nos questions sur la proposition du Parti de l'Istiqlal relative à la pénalisation des conflits d'intérêts.
- Le groupe que vous présidez à la Chambre des Représentants a déposé une proposition de loi sur les conflits d'intérêts dès septembre 2020. Pourtant, la loi n'est pas encore discutée, pourquoi ?
- En réalité, notre proposition n'a même pas été programmée dans la commission concernée pour qu'elle soit discutée. Nous ne savons pas encore ce qu'attend le gouvernement pour entamer la procédure législative. A chaque fois que nous proposons une date, le gouvernement ne réagit pas sous prétexte qu'il prépare un projet de loi similaire. Or, rien ne nous est parvenu jusqu'à présent, ce qui va nous pousser à insister davantage pour que le texte que nous avons soumis soit discuté dans les plus brefs délais.
- Quelques députés ont fait état d'une tentative d'obstruction, vous en convenez ?
- Pas tout à fait, mais nous avons les raisons de croire que les groupes parlementaires de la majorité comme le gouvernement ne prennent pas assez au sérieux notre proposition, aussi avant-gardiste soit-elle dans la lutte contre les conflits d'intérêts, vu les multiples procrastinations auxquelles nous assistons.
- Peut-on expliquer cela par des divergences sur le fond du texte ?
- Non, il est encore trop tôt de parler de divergences, étant donné que la discussion du texte que nous avons proposé n'a même pas été programmée à la Commission compétente. Ce n'est que durant les débats qu'on pourra déceler les différences de points de vue entre les formations politiques. Jusqu'à maintenant, le gouvernement tergiverse, et nous avons souligné à plusieurs reprises la nécessité d'entamer les discussions avant la fin de la législature.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.