Le gouvernement examine les projets de loi sur la réforme du système de santé    Révision des listes électorales : Le dépôt des demandes d'inscription ouvert jusqu'à fin décembre    CTM améliore son CA consolidé de 17,1%    Une convention pour l'accès des industriels à l'électricité de sources renouvelables    Coupe du Monde 2022: 63% des Marocains regarderont les matchs (enquête)    Revue de presse quotidienne de ce vendredi 2 décembre 2022    WM Power ranking 2022 : Le Maroc 10è meilleure équipe au monde    Prévisions météorologiques pour le vendredi 02 décembre 2022    Mondial 2022. Les Lions de l'Atlas face aux Matadors espagnols en 1/8è    Maroc-Espagne : Convention sur l'appui à la consolidation des CTI    L'ouverture d'un consulat à Dakhla renforce les relations entre Guatemala et Rabat    Mort d'un homme en garde à vue : les précisions qui font taire définitivement les rumeurs    Canada – Maroc : Les 11 Lions de l'Atlas face aux Canucks    Soirée de folie dans les villes du Maroc après la qualif' des Lions (VIDEOS)    Conférence d'après match contre le Canada: Walid Regragui rend hommage à Hakimi    Mondial 2022 : l'Allemagne à terre, quitte la compétition    Mondial 2022 : Le Japon bat l'Espagne et termine premier de son groupe    Décès de Yassine Chibli : le Procureur général du Roi dévoile les résultats de l'enquête    Le roi ordonne l'augmentation progressive de l'allocation mensuelle des imams    Le prince héritier de Dubaï félicite chaleureusement les Lions de l'Atlas après leur qualification en 8ème    Mondial-2022 (3è journée/Groupe F): Le Maroc bat le Canada 2 à 1 et va aux 8-èmes de finale    15 morts et 27 blessés dans une attaque contre une école afghane    Le gouvernement déterminé à réussir le chantier de réforme du système national de santé    Palestine : Les USA s'engagent à rouvrir le consulat palestinien    Liberté de la presse : Mediapart obtient gain de cause auprès de la justice française    Covid-19/Maroc : 1.290 cas actifs à l'échelle nationale dont 7 cas admis en REA    Casablanca / Opéra Royal du Maroc : La métropole vibre au rythme du 1er Gala    Une nouvelle exposition de l'artiste Mahi Binebine    Le raï algérien désormais inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO    Le Maroc entend injecter 14 milliards de dollars dans « le Fonds Mohammed VI pour l'investissement » (ministre)    ADM: plus de 306.000 nouveaux Pass Jawaz vendus en 2021    Algérie: Un ancien ministre des travaux publics condamné à 12 ans de prison pour corruption    Espagne : Expulsé d'Allemagne, un Marocain arrêté pour endoctrinement djihadiste    La République du Guatemala ouvre un consulat général à Dakhla    Révision annuelle des listes électorales générales: le délai d'inscription expire le 31 décembre    L'UGTM appelle le gouvernement à préserver la dignité des travailleurs    Rabat : L'Espace Rivages accueille une exposition du Maroco-italien Abdelkader Meskar    Mariages des mineures: Ouahbi promet d'interdire les autorisations judiciaires    Afrique du Sud : le scandale du cambriolage agite le sommet de l'Etat, l'argent sale mis en cause    Inflation : impact négatif sur les salaires réels (OIT)    Sidaction : coup d'envoi de la campagne 2022    Alerte météo : Fortes averses parfois orageuses et chutes de neige ces jeudi et vendredi    Patrimoine culturel immatériel : Le Royaume immunise ses trésors humains    L'Association «Maroc Impact» lance son projet «Genious Medina»    Nouveau single: «Ha Mama» de Sabrina Belfkih récolte 2 millions de vues en peu de temps    L'Institut du Monde Arabe rend hommage à la grande cinéaste Izza Génini    Banques participatives: les financements augmentent de 23,8% à fin octobre (BAM)    A vos parapluies ; il va pleuvoir ce jeudi 1er décembre 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie: Une APN qui n'a rien de populaire
Publié dans L'opinion le 13 - 06 - 2021

On attendait quelque 24 millions d'Algériens aux urnes, à peine 8 millions d'entre eux se sont déplacés pour élire samedi les 407 députés de l'Assemblée Populaire Nationale. Cela ne dérange aucunement Tebboune qui ne croit pas à la légitimité du nombre.
D'échéance en échéance, la déchéance du système électoral algérien parait inéluctable. De là à ce qu'un jour plus personne ne se déplace pour mettre un bulletin dans une urne, il n'y a peut-être qu'un Hirak à franchir. Même si cela est déjà arrivé dans les fiefs Kabyles où le taux de participation, enregistré à la mi-journée, était quasi nul à Tizi Ouzou (0,47%), et si des Kabyles s'étaient déplacés aux bureaux de vote, c'était uniquement pour les saccager et y affronter les forces de l'ordre, selon des média locaux.
De presque 43% en 2012, à àpeine 37% en 2017, les législatives algériennes tenues samedi, ont enregistré leur participation électorale la plus faible en atteignant au forceps les 30,20%, selon l'Autorité électorale indépendante.
Le scrutin législatif du samedi est le premier depuis le déclenchement du Hirak, en février 2019, lequel a poussé vers la porte de sortie le président grabataire Bouteflika, après 20 ans de règne. Un Hirak qui se poursuit toujours avec pour objectif la démission de tous les cadors du pouvoir algérien.
Et depuis le déclenchement de ce soulèvement populaire, toutes les consultations électorales qui se sont déroulées en Algérie ont été marquées par la faiblesse inhabituelle de la participation des électeurs.
Pour la présidentielle de 2019, Tebboune a intégré la Mouradia avec la participation de 40% des inscrits, 77% des électeurs ont refusé de se déplacer aux bureaux de vote lors des consultations de 2020 pour la Constitution. Concernant le scrutin de samedi dernier, près des deux tiers des Algériens ont boudé les urnes.
Mais, parait-il, le président Tebboune n'en a cure.
70% d'Algériens ne constitueraient pas le peuple
Pour lui, « le taux de participation n'a pas d'importance ». Ce qui lui importe, « c'est que ceux pour lesquels le peuple vote aient une légitimité suffisante », a-t-il déclaré juste après avoir inséré son bulletin dans l'urne. On n peut être plus clair. Tebboune ne considère aucunement les Algériens qui ont boycotté les urnes comme faisant partie du peuple.
Et comme pour se rattraper, il a souligné, dans des déclarations à la presse, qu'il respecte la décision de ceux qui boycottent les élections, mais sans imposer leur opinion aux autres. Autrement dit, les deux tiers de la population algérienne doivent subir la tyrannie de la minorité. Drôle de concept démocratique. Mais qu'à cela ne tienne, le pouvoir s'en accommode fort bien, et pour lui les boycotteurs ont toujours tort.
Le pouvoir dénie ainsi toute légitimité à ce mouvement, qu'il accuse d'être instrumentalisé par des «parties étrangères» et reste déterminé à imposer sa «feuille de route» électoraliste, en ignorant les revendications du Hirak - Etat de droit, pouvoir civil et non militaire, transition démocratique, souveraineté populaire, justice indépendante
Considéré comme une façade civile de l'institution militaire, le gouvernement s'est efforcé ces derniers mois d'étouffer la contestation, interdisant les manifestations et multipliant les interpellations et les poursuites judiciaires visant opposants, militants, journalistes et avocats.
Le chef d'état-major, le général Saïd Chengriha, a même mis en garde contre «tout plan ou action visant à perturber le déroulement » du vote. Ce qui n'a pas empêché les deux tiers des Algériens de rester chez eux le jour du scrutin.
La Kabylie éternelle rebelle
En Kabylie (nord-est), la quasi totalité des bureaux de vote ont fermé à Béjaïa et Tizi Ouzou, les villes les plus peuplées de la région berbérophone, selon la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme et le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).
Des échauffourées ont éclaté dans plusieurs localités kabyles et les forces de l'ordre ont procédé à des dizaines d'interpellations, selon ces deux ONG.
Des images de bulletins de vote jonchant les rues en Kabylie ont circulé sur les réseaux sociaux.
Dans la région traditionnellement frondeuse, de nombreux bureaux de vote ont été fermés, selon les observateurs, et des images de bulletins de vote jetés en pleine rue ont largement circulé sur les réseaux sociaux.
Dans l'attente des résultats
Les résultats des élections législatives organisées samedi en Algérie, pour lesquelles moins d'un électeur sur trois a voté, seront annoncés dans les jours à venir, a déclaré le président de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE).
Le pouvoir en place espère que ces élections, conjuguées à une récente vague de répression, permettront de tourner la page de deux ans de contestation dans la rue, baptisée le «Hirak». Les partisans du Hirak considèrent pour leur part que ce scrutin, pour lequel des appels au boycott avaient été lancés, va prouver l'absence de légitimité des institutions actuelles.
Deux journalistes de premier plan, Khaled Drareni et Ihsane el Kadi, et l'opposant Karim Tabbou, figures du Hirak, ont été arrêtés la semaine dernière avant d'être libérés samedi.
«Les élections se sont déroulées dans de bonnes conditions. Les électeurs ont été en mesure de voter et de choisir les candidats les plus appropriés pour servir l'Algérie», a dit Mohamed Chorfi, le président de l'ANIE, dans une allocution télévisée samedi soir. Sur fond de difficultés économiques, le Hirak, né en 2019, a provoqué la chute du président Abdelaziz Bouteflika il y a deux ans.
Il a toutefois faibli en raison de l'épidémie de Covid-19 avant de reprendre en février dernier mais les autorités ont entrepris le mois dernier de réprimer les manifestations hebdomadaires de ce mouvement sans chef désigné. Pour de nombreux Algériens, le véritable pouvoir est entre les mains des militaires et de l'appareil sécuritaire qui dominent une élite politique sclérosée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.