Le pass vaccinal, une condition d'accès aux aéroports marocains    PLF 2022 : Hausse des subventions du gaz butane et des produits alimentaires    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Sahara : José Manuel Albares rectifie les duperies du Polisario    Equipement : Baraka annonce un grand chantier d'infrastructures    Déclarations de l'Algérien Mohamed Antar Daoud : la France enjoint au «respect» de sa souveraineté    Un homme retrouvé décapité et éviscéré dans le sud-est de la France, le suspect en fuite    Kénitra : trois interpellations dans une affaire d'escroquerie    Le prix Sakharov 2021 décerné à la bête noire de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny    Affaire Brahim Ghali: Les ingérences du gouvernement Sanchez dénoncées par le procureur général de Saragosse    Gazoduc Maghreb-Europe: Rabat étudie (déjà) les alternatives    En Espagne, le 40e congrès du PSOE prend fait et cause pour le Maroc, le Polisario choqué    Livres : Le chercheur Taib Ajzoul publie deux nouveaux travaux    Evolution du coronavirus au Maroc. 188 nouveaux cas, 942.967 au total, mercredi 20 octobre 2021 à 16 heures    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Selon la dernière note du HCP, la confiance des ménages s'améliore    Crise Maroc-Algérie : le nouvel ambassadeur d'Israël apporte son soutien à Rabat    Dell Technologies contribue à l'évolution du support informatique et de la sécurité    Ligue des Champions : Youssef En-Nesyri absent ce soir    Newcastle : Les Saoudiens arrivés, l'entraîneur limogé    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Sahara marocain : Le Mexique réaffirme son soutien à une solution juste et mutuellement acceptable    PLF 2022 : Net rebond des recrutements au sein de l'administration de la Défense nationale    Comment le Maroc se prépare pour exploiter son "or vert"    Décès d'Ahmed Snoussi, ancien diplomate, 92 ans    Pass vaccinal: un choix stratégique pour les Marocains    Abdulrazak Gurnah, prix nobel de littérature 2021    Impôt sur les sociétés: le PLF propose une nouvelle mesure    Liaisons aériennes : Suspension des vols avec trois pays européens    Covid-19: une nouvelle forme de variant inquiète le gouvernement britannique    Chine. Quatre propositions pour assurer la protection de la biodiversité    Urgent. Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni à compter de ce mercredi 20 Octobre    Latifa Akharbach: "La pandémie a rappelé la grande utilité sociale des médias"    LaLiga et le monde du football se préparent pour le premier ElClasico de la saison    Le FMI s'attend à un renforcement de la reprise post-Covid au Maroc    Le nouvel ambassadeur d'Israël au Maroc accorde un entretien à la chaîne i24news [Vidéo]    Marrakech : La Mamounia s'apprête à abriter une grande vente aux enchères organisée par Artcurial Maroc    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sahel : La mission Barkhane serait « de plus en plus difficile politiquement »
Publié dans L'opinion le 27 - 09 - 2021

récente mort d'un soldat français au Mali survient dans un contexte de négociations difficiles entre Bamako et Paris, compliquées par la décision des Maliens d'inviter les paramilitaires de Wagner.
Si du point de vue militaire il n'y a pas de regain de tensions dans la région où le caporal- chef Maxime Blasco a été tué le 24 septembre, la mission Barkhane est toutefois « de plus en plus difficile politiquement », car elle subit les difficultés des négociations entre Paris et le nouveau pouvoir malien, estime Dominique Trinquand, ancien chef de la mission militaire française auprès de l'ONU sur Europe 1.
« Parce que Bamako est en train, après le coup d'Etat, d'envisager un accord avec la société paramilitaire russe Wagner qui loue ses soldats et ses services. Cela poserait naturellement un problème important. Il n'y a pas de place possible pour ces mercenaires entre les soldats réguliers, comme les soldats français, européens et africains », a-til déclaré.
Samedi dernier à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga a accusé la France d'« abandon en plein vol », ce qui conduit le pays « à explorer les voies et moyens pour mieux assurer la sécurité de manière autonome avec d'autres partenaires ». Il n'a cependant pas cité l'entreprise russe Wagner.
L'officiel a déploré un « manque de concertation » de Paris et une annonce « unilatérale » sans coordination tripartite avec l'ONU et le gouvernement malien.
Une présence de mercenaires inconciliable
Le 13 septembre, Reuters, en se référant à sept sources diplomatiques et sécuritaires, a annoncé que Bamako était proche de conclure un accord avec la société Wagner, ce qui « permettrait à Moscou d'étendre son influence en Afrique de l'Ouest ».
En réaction, Jean-Yves Le Drian a annoncé que la France pourrait retirer ses troupes du Mali en cas de conclusion d'un tel accord, car il serait « absolument inconciliable » avec la présence militaire dans le pays. La ministre des Armées Florence Parly a également estimé qu'un tel accord « serait extrêmement préoccupant ». Le Kremlin avait alors tranché qu'il n'y avait « aucun représentant des forces armées russes là-bas » et qu'« aucune négociation officielle n'était en cours ».
Le 25 septembre, dans les couloirs de l'Assemblée générale de l'ONU, Sergueï Lavrov a d'ailleurs expliqué aux journalistes que Bamako s'est adressé à une société militaire privée russe parce que les soldats français ont échoué à faire reculer les terroristes et que la France voulait réduire considérablement son contingent.
En effet, mi-juillet, Emmanuel Macron avait annoncé une réduction progressive des effectifs militaires français au Sahel après huit ans de présence ininterrompue, au profit d'un dispositif allégé de 2500 à 3000 hommes « à terme ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.