Énergie électrique: la production progresse à fin avril    Melilla : Les décès parmi les migrants atteignent 18, aucun mort au sein de la police (autorités)    Météo Maroc: temps assez chaud ce samedi 25 juin    Les jeunes astronomes à l'honneur lors de la 10e édition du festival d'astronomie d'Ifrane    Voici les déchets les plus fréquents sur les plages du Maroc    USA: la Cour suprême révoque l'arrêt sur l'avortement    C'est parti pour la première édition de l'évènement « Anfa Park en fête » (VIDEO)    Seul le courage paiera [Par Jamal Berraoui]    Soirée à Dublin sous le signe de la culture et de l'histoire du Maroc    «Première symphonie», la première exposition au Maroc de l'artiste peintre Chaimaa Mellouki    Festival des arts populaires : Participation de près de 600 artistes et 34 troupes folkloriques    Cinq migrants clandestins trouvent la mort dans une tentative d'assaut contre Mellilia    Fouzi Lekjaa réélu à la tête de la FRMF pour un troisième mandat    Coupe arabe de futsal : Le Maroc prend le dessus sur la Libye et se qualifie en demi-finale    Football : Match nul entre l'équipe nationale féminine et son homologue ivoirienne    Ouverture à Rabat du Bureau de formation de l'ONU contre le terrorisme    Maroc : Pour Aïd Al Adha, l'ONSSA renforce les contrôles des aliments pour animaux    Covid-19/Maroc : 33 nouveaux cas admis en REA en 24H    Abdellatif Hammouchi reçoit les membres de la Sûreté nationale se rendant à la Mecque    Féminicide : Après Nayira en Egypte, Wafaa en Jordanie    ONCF: un plan Eté 2022 avec une offre renforcée et des avantages tarifaires    Africa Motors -Groupe Auto Hall- lance officiellement la nouvelle marque automobile CHERY    Maroc – Algérie : RSF condamne l'expulsion de 9 journalistes venus pour les Jeux méditerranées    Mike Pence soutient l'opposition iranienne    Appel en Espagne à la mobilisation pour accompagner le retour des expatriés marocains    Insécurité alimentaire et guerre en Ukraine: lettre ouverte des ambassadeurs accrédités au Maroc    Tanger Med: Mise en échec d'une tentative de trafic d'environ 85.000 euros    Maroc PME a soutenu 2531 projets en 2021    Espagne: 7 Algériens arrêtés pour transport de migrants clandestins    Construction : Israël s'apprête à recevoir 15.000 travailleurs marocains    « Awrach »: plus de 30.000 bénéficiaires ont reçu leurs salaires    Jeux Méditerranéens : Après une séquestration qui a duré 30 heures, les journalistes marocains de retour    Le FMI se dit prêt à lancer des négociations avec la Tunisie    Billets d'avion: les étudiants marocains en Russie déplorent la cherté des prix    Qui est Zyad Bendourou, le Marocain qui s'apprête à gravir 10 sommets en 6 jours ?    Hausse des prix des manuels scolaires : le gouvernement a tranché    Frontières maritimes: Madrid se prépare aux négociations avec le Maroc    Mondial 2022 : La FIFA autorise 26 joueurs par équipe    BM-Maroc: Prêt de 250 millions $ en soutien au projet de développement économique de la région Nord-Est    Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU sur les silences, les mensonges et les obstructions de l'Algérie    Shireen Abu Akleh tuée par les forces israéliennes : bilan de l'ONU    Variole du singe : première réunion à Genève du comité d'urgence de l'OMS    Le comité d'audit de la CAF tient ses assises sous la houlette de Tariq Sijilmassi    Marché monétaire : allègement du déficit de liquidité bancaire (BKGR)    Nuit des musées et des espaces culturels : C'est parti pour la première édition !    Prix national du théâtre La valeur financière portée au double    Réhabilitation du Centre international du commerce extérieur de Dakar : Aziza Chaouni élabore le projet    Le Maroc propose d'installer une usine d'engrais au Guatemala    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



MoroccoTech : Un chantier embryonnaire...mais ambitieux
Publié dans L'opinion le 16 - 01 - 2022

Après la marque d'investissement et d'export « MoroccoNow », le Maroc a lancé, vendredi 14 janvier, l'initiative « MoroccoTech ». Une marque nationale qui vise à promouvoir le secteur digital marocain. Détails
Le renforcement du produit local marocain est sans doute l'enjeu de l'actuelle décennie. Cette dernière sera marquée par la relance post crise au niveau de tous les secteurs, notamment numérique. Bien qu'il ait joué un rôle névralgique durant la crise sanitaire pour la continuité des activités du citoyen et de l'Etat, le digital est perçu aujourd'hui comme étant un levier de changement transverse et une pierre angulaire de l'économie nationale.
Valorisation des atouts de « destination tech »
Penché depuis des années sur le développement des secteurs du textile et de l'agroalimentaire, le Royaume se fixe aujourd'hui le cap de la digitalisation « Made in Morocco », et ce, dans le cadre de la mise en place effective du Nouveau Modèle de Développement (NMD). Un choix, loin d'être anodin, qui s'est concrétisé, vendredi 14 janvier, par le lancement de la MoroccoTech dont le coup d'envoi a été donné par la ministre déléguée auprès du Chef du Gouvernement, chargée de la Transition numérique et de la Réforme de l'administration, Ghita Mezzour.
Ladite marque, issue d'une démarche partenariale « public-privé », ambitionne de promouvoir le secteur digital au Maroc, de renforcer sa position en tant que pôle numérique régional, de consolider son poids dans l'économie marocaine et d'amplifier son impact positif sur la société. Contacté par nos soins, Mehdi Alaoui, vice-président de la Fédération des Technologies de l'Information, des Télécommunications et de l'Offshoring (APEBI), a indiqué que « la MoroccoTech est bien plus qu'une marque, il s'agit d'un mouvement mobilisateur et fédérateur des différents acteurs de l'écosystème digital marocain ayant trois objectifs primordiaux ».
Le premier est de reconnaître et célébrer le talent marocain, spécialement dans le domaine de la technologie, tandis que les deuxième et troisième sont respectivement de promouvoir le label « made in Morocco », de donner un gage de confiance aux produits technologiques marocains, ainsi que de pouvoir les exporter à l'étranger.
Le Maroc, hub digital régional
Pour sa part, Mme Mezzour a indiqué que « MoroccoTech se veut une vision pour promouvoir le Maroc en tant que producteur de technologies premium et une destination d'investissement de premier plan, notant que cette initiative soutiendra les efforts phares, programmes, projets et communications autour du Maroc en tant que destination numérique premium ».
Relevant que le Royaume dispose de l'une des meilleures infrastructures des techniques d'information et de communication (TIC) du continent, un des viviers de talents les plus attractifs et des startups à succès, la ministre a affirmé que « le Maroc est déjà un hub digital régional majeur ». Ce dernier, selon ses dires, peut également reposer sur un nombre important d'entreprises innovantes qui accompagnent des clients au Maroc et dans le monde, notamment dans le domaine de l'offshoring, expliquant qu'il « démontre ainsi sa capacité à développer un écosystème digital compétitif à l'international, grâce à ses offres adaptées et à son accompagnement sur-mesure des investisseurs, permettant d'attirer plusieurs entreprises technologiques prestigieuses pour s'établir et investir au Maroc ».
Le digital, créateur de milliers d'emplois
De son côté, le ministre de l'Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l'Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri, a mis en exergue l'immense potentiel du secteur du numérique pour créer des emplois à la hauteur de la demande intérieure et de celle internationale. Un constat confirmé par Mehdi Alaoui qui a fait remarquer que 100.000 emplois seront créés d'ici 4 ans et que 25% de l'économie mondiale sera une économie numérique. Le vice-président de l'APEBI a ainsi chanté les louanges de l'écosystème du Royaume qui a de nombreux acquis, dont ses compétences humaines dans le domaine de la technologie.
Preuve en est le nombre des Marocains spécialisés en la matière, répartis sur les quatre coins du globe, qui est de 300.000. En dépit de cela, notre interlocuteur a précisé qu'«il est nécessaire de former au moins 200.000 personnes dans les technologies », tout en indiquant que « nous souhaitons aller encore plus loin et de nous améliorer, notamment dans le domaine des start-ups puisque nous sommes toujours loin dans les levées de fonds. Une problématique qui sera résolue par la MoroccoTech grâce à son ambition de mettre en place une startup action qui aide les petites et très petites entreprises dans tous les secteurs ».
M. Sekkouri a, in fine, exprimé sa volonté de travailler avec le ministère de la Transition numérique et de la Réforme de l'administration, afin de fournir les moyens nécessaires, notamment les budgets, les formations et les techniques alternatives de formation avec le soutien des différentes parties prenantes.
3 questions à Nasser Kettani
« Dans un monde en phase de transition numérique, nos réflexes sont devenus Digital 1st »
Nasser Kettani, expert en digital et membre du bureau de l'APEBI, répond à nos questions concernant la MoroccoTech.
- Pensez-vous que le Maroc a les compétences humaines et financières nécessaires pour réussir à devenir une « nation digitale » ?
- Tout à fait, nous avons une expertise digitale demandée par le monde entier. La preuve est le nombre de sociétés internationales qui viennent s'installer au Maroc grâce aux compétences humaines qui représentent le premier facteur clé de leur décision. Le Maroc dispose aujourd'hui d'une nouvelle génération de leaders dotés d'un savoir académique avancé dans le digital. Dans un monde en phase de transition numérique, nos réflexes sont devenus « Digital 1st ».
- Depuis des années, le Maroc souffre d'un énorme problème en matière d'immigration des cerveaux, y compris dans le domaine du digital. Dans quelle mesure ce genre d'initiative pourrait pallier cette situation ?
- S'il y a fuite des cerveaux, c'est bien la preuve que nos talents sont demandés. MoroccoTech va nous permettre d'intensifier la formation des talents dont nous avons besoin pour attirer davantage les investisseurs dans notre pays et réaliser notre transition digitale, et ce, en créant encore plus d'opportunités pour cette catégorie lui permettant de travailler sur des projets technologiques innovants.
- Comment la MoroccoTech pourrat-elle accompagner l'ensemble des écosystèmes marocains dans leur transformation numérique ?
- MoroccoTech va catalyser les efforts de l'écosystème Digital Tech au Maroc en joignant les efforts des divers acteurs des secteurs public et privé, à savoir le gouvernement, les grandes et petites entreprises, les innovateurs, les universités, etc. Ces derniers partagent tous les mêmes visions, passions et engagements sous le slogan commun : Travailler ensemble pour bâtir une société numérique innovante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.