Covid-19: Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc (ministère)    Réforme de la santé : le gouvernement activera les ressorts la loi-cadre    Les enjeux de la visite annoncée de Yaïr Lapid au Maroc    ONU-Palestine : Appel pour une enquête sur le meurtre de trois Palestiniens    Brésil : "Monsieur l'agent, on n'a rien à manger"    CAF : Ce mercredi, lancement officiel de la '' Super League Africaine'' par Motsepe et Infantino    CAF/ CAN féminine : Le Maroc organisateur de la prochaine édition (2024)    Le Raja trouve des difficultés à se séparer de l'un de ses joueurs    Célébration de la « Journée du migrant » : Entre acquis et défis des temps futurs    Vague de chaleur attendue vendredi et samedi au Maroc    Vaccins contre le Covid: L'UE et Moderna anticipent les livraisons    L'Algérie et la Russie en exercices militaires près de la frontière avec le Maroc    Egypte : une nouvelle étudiante poignardée à mort par un camarade éconduit    Ukraine: La vente du cargo de céréales au Liban annulée    Bourse de Casablanca: Ouverture en légère hausse    Gravement malade, Brahim Ghali aurait été évacué à l'étranger    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    Cours des devises du mercredi 10 août 2022    USA: Comprendre la perquisition lundi au domicile de Donald Trump    Biden paraphe la ratification des adhésions de la Finlande et la Suède à l'Otan    Vidéo. Sebta: arrestation de 2 personnes à bord d'une embarcation avec 600 Kg de haschich    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    Réunion ce Mercredi pour Ziyech à Londres    Le détail des exportations marocaines au 1er semestre    Québec : La piste de meurtre privilégiée dans la mort d'un étudiant marocain    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    Vahid : « J'y suis, je reste ! »    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    Charte de l'investissement, réforme de la santé, PLF 2023 : Les dossiers chauds de la rentrée parlementaire    Budget 2022 : En l'absence de sortie à l'international, le Trésor poursuit le recours au marché intérieur    Dari Couspate s'implante en Europe    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Lutte contre les incendies : Le Maroc se dote de trois nouvelles Canadair    Interview avec Rita Al Khayat : Pour créer, le cinéaste a besoin de la liberté intérieure    Histoire : Les archives des Cahiers d'El Jadida remises aux Archives du Maroc    La Zaouia Habria Derquaouia tient son 120ème moussem    Un film marocain sorti en 2016 continue de reçevoir des prix    Le monde a soif    Météo: les prévisions du mercredi 10 août    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.210 blessés en une semaine    La revue de presse du mercredi 10 août    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'amélioration du pouvoir d'achat, cheval de bataille du gouvernement El Fassi
Publié dans L'opinion le 29 - 04 - 2010

L'actualité des dernières semaines a été belle et bien monopolisée par la hausse des prix des légumes. Il faut dire qu'un kilo de tomate en moyenne à 12dh/kg, culminant à 18dh/kg au mois de mars dernier, n'a pas manqué d'attiser la polémique au sujet de l'origine de la hausse qui a tout simplement résulté de l'affaiblissement de l'offre nationale sur ce produit, et ce, pour plusieurs raisons.
Tout d'abord, les inondations, survenues au premier trimestre 2010, ont très fortement endommagé une grande majorité des parcelles réservées à la culture sous serre des tomates avec une perte chiffrée à 60.000 tonnes. De plus, et pour un certain nombre de cultures non inondées dans les régions du Gharb et du Souss-Massa-Darââ, les difficultés d'accès aux exploitations ont entravé la cueillette à temps des tomates engendrant des pertes considérables. Un autre facteur, non moins important, s'ajoute à l'équation pour impacter la production nationale: la prolifération d'une variété de champignon qui prospère exclusivement sous serre, favorisée par l'humidité du milieu d'exploitation.
La concordance de ces éléments aggravants a été la principale raison de l'effondrement de l'offre nationale de la tomate qui, rappelons-le, a chuté de 2065 tonnes au mois de mars 2009 à 300 tonnes au mois de mars 2010 rien que pour le marché de gros de Casablanca, soit une dégradation de l'offre de plus de 300%. On connaît maintenant l'origine de la flambée du prix de ce produit.
Jusque là, les facteurs évoqués n'expliquent pas à eux seuls ce renchérissement sans précédent de la tomate. La spéculation constitue également un élément non négligeable qui a conduit à cet état de fait et auquel le gouvernement a répondu par un renforcement des opérations de contrôle des prix relevant plus de 411 infractions dont 10% au motif de non respect de la procédure de commercialisation via les marchés de gros. Cette politique de contrôle des prix commence aujourd'hui à porter ses fruits. Le nombre d'infractions enregistrées au premier trimestre 2010 représentant environ plus de la moitié des infractions constatées tout au long de l'année 2009.
Il faut dire que ces mesures ne sont qu'une partie d'un éventail d'actions plus large dans le cadre d'une politique plus globale de préservation du pouvoir d'achat du citoyen, priorité déclarée de ce gouvernement.
Il s'agit, en premier lieu, de sécuriser l'approvisionnement des marchés nationaux en produits alimentaires de base à travers la mise en œuvre du Plan «Maroc Vert». Cette stratégie agricole a notamment pour objectif d'améliorer la productivité agricole et de réduire la dépendance aux marchés internationaux dont l'offre s'est détériorée suite à l'impact des changements climatiques d'une part, et à la dissémination, d'autre part, de nouvelles variétés de maladies qui ont détruit bien des récoltes telles que la Tutta Absoluta dont on a connu les ravages l'année dernière.
En deuxième lieu, l'action du gouvernement a porté sur la restructuration de la gestion des marchés de gros afin d'optimiser le coût de l'approvisionnement par l'obligation des producteurs de fruits et légumes à y faire transiter leur offre, ce qui est de nature à favoriser une baisse sensible des prix et à endiguer le phénomène de la spéculation.
Il faut noter que ce chantier de modernisation de la gestion des marchés des gros revêt une importance particulière en termes d'optimisation de l'interconnexion entre l'offre et la demande. A cet effet, le gouvernement a entamé un travail de recensement des marchés de gros existants ; travail qui verra la création, à proximité des lieux de production, d'unités de collecte qui fourniront directement les marchés de gros. Cela aura pour effet la suppression de la chaîne des intermédiaires et des marchés informels qui, à l'heure actuelle, regroupent plus de 40% de la production nationale occasionnant une augmentation des prix des fruits et légumes préjudiciable au pouvoir d'achat du citoyen.
Enfin, et dans le cadre de cette politique de renforcement du pouvoir d'achat, le gouvernement a également modernisé un certain nombre de textes parmi lesquels la loi sur la concurrence et la liberté des prix ainsi que la loi sur la protection des consommateurs dont le but est respectivement d'améliorer la transparence des prix ainsi que la protection des droits des consommateurs.
On parle aujourd'hui de la cherté excessive de la vie. Que dire donc de l'inflation qui aurait pu atteindre des sommets en 2008 sans le soutien de ce gouvernement ?
Eh oui, le calcul est vite fait. Sans les subventions aux prix des produits compensés (blé, sucre et produits pétroliers), une inflation se situant à 3,9% en 2008 aurait dépassé les 8% et les produits alimentaires auraient enregistré une hausse de plus de 10%. On n'oserait pas imaginer quelles auraient été les conséquences sur le pouvoir d'achat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.