SM le Roi a jeté les bases d'un partenariat plus étroit avec les Etats-Unis    Sahara : Le Togo exprime son "soutien total" à la souveraineté du Maroc    Le ministre de l'intérieur s'entretient avec son homologue israélien    L'Opinion : Crédibilité vs abstentionnisme    BAM : le dirham s'apprécie de 1,89% face au dollar en décembre 2020    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, lundi 18 janvier    Croissance économique en 2021: les scénarii du HCP    Devant la « perplexité vaccinale », diversifier les sources pour sortir de la dépendance    Les Lions de l'Atlas partent à la défense de leur titre    Coupe du Monde des clubs: Annulation du match d'ouverture    Championnat d'Allemagne: Le Bayern Munich champion d'hiver    Championnat d'Italie: L'Inter de Hakimi dompte la Juventus    Grande manifestation sportive au profit des étudiants    Boutaïb de retour avec le Havre    Agadir: mise en échec d'une opération d'émigration clandestine, 4 interpellations    La Marine Royale avorte une opération de trafic de chira    Vaccins: le monde fait face à un échec moral «catastrophique»    Narsa : les délais de rendez-vous largement réduits    Lancement d'un projet de mise à niveau urbaine de quartiers sous-équipés    L'ONEE et la FRDISI s'allient pour la réalisation d'un centre de technologie digitale intelligente    Deux ans et demi de prison pour le patron de Samsung, rejugé pour corruption    Une journée très particulière à Washington    L'Islam de France se dote d'une «charte de principes»    Digitalisation, Bank Of Africa passe à la vitesse supérieure    Envol et déploiement    Des nouveaux «trésors» archéologiques dévoilés au public    Valorisation du patrimoine culturel et soutien à la créativité des jeunes musiciens    Quand le PJD comparait les Juifs aux singes et aux porcs    Ramallah. Les chefs du renseignement égyptien et jordanien rencontrent Abbas    La CAF et StarTimes annoncent un accord pour diffuser le CHAN    Souss-Massa : Enactus vise le développement de 40 projets d'entreprises sociales    Accords d'Abraham. Que fera Joe Biden de l'héritage de Donald Trump?    La nouvelle ère en Europe    Jeunesses partisanes : Jamais sans ma liste nationale !    Inédit sur 2M : Découvrez qui sera «Ahssan Pâtissier» dès le 26 janvier    Coloration de l'eau de l'Oued Bouskoura : les précisions de Lydec    Avoirs en déshérence consignés chez la CDG : Près de 25.000 comptes et 330 millions DH en attente de restitution    Parc Industriel Aïn Johra (PIAJ) : Les travaux d'extension lancés    Edito : Loupé    Exercice naval conjoint entre la Marine Royale et l'US Navy    Le Maroc continue d' enchaîner les victoires sur les les ennemis de son intégrité territoriale    Ben Affleck évoque les violentes critiques à l'époque de son couple avec Jennifer Lopez    Bong Joon-ho présidera le jury du Festival de Venise    Yahya Abounizar, artiste peintre au parcours éloquent...    Pas de solution en dehors de l'initiative d'autonomie    Abdelkhaleq JAYED : Dans l'envers des pages une réflexion sur le temps, les sons, les couleurs et les signes    L'Arabie saoudite et le Qatar rouvriront leurs ambassades respectives «dans les prochains jours»    Le Royaume du Maroc...Horizon Vertical    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En violation flagrante de la loi et des sentiments des Marocains et des habitants du Rif
Passivité et neutralité négative des autorités
Publié dans L'opinion le 27 - 07 - 2011

Un groupe de diplômés chômeurs stipendiés entrave le déroulement normal d'un rassemblement en commémoration de la glorieuse bataille d'Anoual à Driouech
C'est une provocation gratuite et un défi inadmissible aux lois et aux sentiments des Marocains et des enfants des martyrs de la région du Rif dont un groupe de diplômés chômeurs stipendiés s'est rendu coupable en prenant d'assaut la salle de la maison des jeunes de Driouech, lors de la commémoration du 90ème anniversaire de la bataille d'Anoual que présidait M. Abdelilah Bouzidi, membre du Comité exécutif du Parti de l'Istiqlal, ce malgré les dispositions prises par le comité d'organisation auprès des autorités locales qui ont failli à leur devoir d'assurer la sécurité requise en pareille circonstances.
En effet, au moment où les invités représentant la société civile, les élus et les notabilités de toute la région commençaient à affluer vers la salle où devait se tenir la cérémonie, des diplômés chômeurs, munis de hauts parleurs, ont occupé le fond de la salle puis l'estrade, arrachant la banderole et scandant des slogans aux relents racistes sans aucun rapport avec les revendications de leur soi-disant association concernant l'emploi mais exclusivement dirigés contre le Parti de l'Istiqlal, ce qui indique que ces énergumènes sont manipulés à la solde de quelques milieux occultes. Mais le plus grave, c'est la passivité des autorités provinciales que l'on ne peut, objectivement, assimiler qu'à de la complicité et à un encouragement à peine voilé en faveur de ces milieux aux fins de perturber l'encadrement politique pour des raisons obscures.
A rappeler, à ce sujet, que ce groupe a déjà usé du même procédé sauvage lors d'une précédente cérémonie commémorative du même événement en date du 21 courant, sous la présidence du Haut commissaire aux anciens combattants et anciens membres de l'armée de libération et en présence du Secrétaire général de la province, allant jusqu'à empêcher le petit-fils d'Abdelkrim Khattabi de prendre la parole à moins de s'exprimer en rifain, alors que l'homme ne parle pas ce dialecte pour être né et avoir vécu en Egypte.
A signaler aussi que le pachalik de Driouech avait contacté les organisateurs vers midi pour leur demander de prendre les mesures nécessaires afin de parer à toute éventualité, sans pour autant faire lui-même le nécessaire en vue d'assurer la sécurité et l'ordre.
Devant cette situation, l'envoyé du Comité exécutif a essayé d'entamer le dialogue avec les assaillants et de les ramener à la raison mais sans succès. Ce qui a obligé les militants istiqlaliens à quitter la salle pour se diriger vers le bureau, tout proche, de l'adjoint du pacha et demander à ce dernier de prendre les mesures qui s'imposent, lequel a simplement répondu qu'il était en contact permanent à ce sujet avec la préfecture qui, à son tour, l'était avec le ministère de l'Intérieur. De là, le cortège s'est dirigé vers le siège de la préfecture où il a demandé à voir le Secrétaire général qui n'y était pas, ce qui ne peut être interprété que comme de la négligence et de l'irresponsabilité face à la passivité et à la neutralité négative de l'administration. Suite à quoi, M. Bouzidi et l'inspecteur du parti ont prononcé des allocutions devant le siège même de la préfecture, entrecoupées par la déclamation de l'hymne de l'Istiqlal et clôturées par la récitation de la « Fatiha » à la mémoire des martyrs tombés lors de la bataille d'Anoual et tous ceux qui ont sacrifié leur vie pour l'indépendance et l'intégrité territoriale du Maroc.
A signaler, enfin, que de tels agissements ne sont ni spontanés, ni exempts d'arrières-pensées mais bel et bien le fait de certains milieux hostiles à l'Istiqlal. Ce qui est à craindre le plus est que cela pourrait dégénérer en conflits où le dernier mot reviendrait à ceux qui ont les moyens d'engager des gangs et des milices, surtout à l'approche d'échéances électorales décisives nécessitant l'organisation de meetings et de rassemblements qui risquent alors de se transformer en arènes de batailles rangées nullement profitables à l'unité, à la stabilité du pays et à la démocratie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.