L'oral d'El Othmani devant la 1re Chambre    Examen des projets de loi relatifs aux Soulaliyates    El Jadida: Projet de cimenterie à 2,6 milliards de DH    Erdogan craint la perte d'Istanbul    Succession de Juncker: Le casse-tête européen    L'UE intransigeante face au Brexit    Mawazine: Une programmation plurielle et un parterre de stars- Reportage photos, Abdelmajid BZIOUAT    Festival gnaoua et musiques du Monde: Un moment de grâce dans la ville des Alizés    Essaouira: Quand les gnaoua reçoivent le monde    QUEBEC : LA MAROCAINE MARWA RIZQY, REVELATION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    Plusieurs conventions signées en marge du Salon Bio Expo Maroc    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    S'énerver plus pour vivre plus    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    Divers Economie    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    Deuxième réunion de l'Observatoire des délais de paiement    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Maroc-OCDE : Le 2ème Programme Pays est lancé    GOUVERNEMENT : COMMENT COMBATTRE L'ENDETTEMENT    Casablanca : entrée en vigueur des nouveaux contrats    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Neymar. Blaugrana de nouveau ?    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste dans la région d'El Haouz    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Industrie du verre : les ophtalmologues montent au filet    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    30 kg de résine de cannabis saisies à Bab Sebta    La canicule s'installe sur l'Europe, records de chaleur attendus    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Mohamed Ali Bensouda : «Nous souhaitons aborder la question des retraites et de notre rapport aux jeunes et aux aînés»    Chambre des représentants. Les députés interpellés sur leur tenue vestimentaire    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    Bénin-Ghana. Match-test sans meneur pour les Ecureuils    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Neila Tazi : «Nous avons besoin d'un nouvel élan de la part des pouvoirs publics»    Edito : Bronzette    Insolite : Mis en examen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A la barre
Personne ne peut invoquer sa propre turpitude
Publié dans L'opinion le 24 - 10 - 2011

Se présentent à la barre K.M. cinquante-trois ans, mère de famille (plaignante) et F.D employée comme femme de ménage, cette dernière est poursuivie pour vol et abus de confiance. Pourtant La femme de ménage s'acquitte parfaitement de sa tache.
La maîtresse de maisons s'était aperçue de disparition d'objets de valeurs et même ds bijoux disparues. La femme de ménage n´avait jamais été soupçonnée. Les employeurs ne voulaient jamais soupçonner la femme de ménage! Et pourtant, cela est arrivé ! Le vol a eu lieu.
De précieux objets ont été volés, malgré la précaution prise par madame qui avait demandé conseil à une amie, l'amie conseilla à la dame de poser dans un meuble une somme d'argent, juste pour tester la femme de ménage. Cette dernière mord à l'hameçon et s'empare de la somme d'argent dissimilé, une fois le méfait accompli. L'amie des employeurs se présente dans le lieu du vol accompagnée d'un policier en tenue de ville.
La femme de ménage passa à table puis restitua le butin, après quoi les employeurs déposèrent une plainte chez le parquetier. Seulement voilà! Chez la police judiciaire, la dame déclara avoir perdu plus de cinquante mille dirhams, mais chez le procureur le manque à gagner de vingt mille dirhams.
La femme de ménage a certes, avoué ses méfaits tout au cours du procès, en avançant « Outre la somme restituée, je ne prenais que quelques billets, monsieur le président. Pour l'avocat de la femme de ménage, il y a un doute qui profite l'accusé.
Ainsi quand la dame de maison se présente devant les juges elle fut incapable de préciser la somme volée en déclarant : « Sincèrement Monsieur le président, je n'ai aucune idée des sommes volées, ni des bijoux disparus. »
Cette bévue de la plaignante inspira le conseil de la prévenue qui annonça « Messieurs les juges, la plaignante ne peut préciser la valeur de ses pertes, elle a récupéré une somme volée.
Pour le magistrat debout, il déclare : « Les familles confient enfants et biens à ces domestiques, mais elles ne sont pas dignes de la confiance, la punition de cette dame doit être exemplaire, il faut punir sévèrement pour prévenir ».
Apres le réquisitoire du parquet, l'avocat de l'accusée entama son bal : « Cette pauvre femme de ménage était une dame exemplaire des années durant chez les mêmes employeurs, seulement confrontée à des frais imprévus , elle profita de l'imprudence de la maitresse de maison qui aurait du fermer les tiroirs et les armoires, la prévenue a avoué ses méfaits, c'est une mère de famille au fichier judicaire vierge, cela fait deux mois qu'elle est privée de ses enfants , la laisser derrière les barreaux aurait des conséquences fâcheuses pour ses enfants , il y a un doute , la plaignante est incapable de préciser la somme perdue. En appliquant l'axiome suivant « nul ne peut invoquer sa propre turpitude »la prévenue est déjà punie, elle doit etre relaxée. »
Après le dernier mot de la prévenue, les juges se retirent pour une mise en délibéré, avant de sortir avec un jugement.
La peine de prison ferme est égale aux jours passés dans la maison d'arrêt, la pauvre femme retrouvera ses enfants après l'accomplissement des formalités nécessaires au centre pénitencier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.