Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poursuite du renforcement de notre identité et de notre humanisme à travers l'attachement aux valeurs et à la foi musulmane fondée sur le juste milieu et la modération
Communiqué final du 16ème Congrès du Parti de l'Istiqlal
Publié dans L'opinion le 05 - 07 - 2012

Faire des élections libres et honnêtes le meilleur moyen pour l'édification d'une authentique démocratie, arrêter le projet de parti dominant et cesser d'altérer le champ politique
Au terme de ses travaux dimanche dernier, le 16ème Congrès du Parti de l'Istiqlal qui s'est tenu à Rabat les 29, 30 juin et 1er juillet sous le signe : « Attachement aux constantes de la Nation et mobilisation pour une saine gestion de la chose publique », a rendu public un communiqué final général. Ci-après la traduction des volets relatifs aux domaines identitaire et politique. La suite dans notre prochaine édition.
Le 16ème Congrès du Parti de l'Istiqlal qui s'est tenu à Rabat 29, 30 juin et 1er juillet sous le thème : « Attachement aux constantes de la Nation et mobilisation pour une saine gestion de la chose publique », après avoir prié pour le repos des âmes du premier contingent de patriotes qui ont tracé la voie de la lutte pour la libération et furent un modèle d'abnégation et de sacrifice pour la liberté, la gloire et la dignité de la patrie et à leur tête le héros de l'indépendance SM Mohammed V, son compagnon de lutte, SM Hassan II, le combattant Abdelkrim Khattabi, le leader de la libération, Allal El Fassi, le leader de l'unité Abdelkhaleq Torrès et de nombreux autres vaillants et sincères patriotes ;
Après discussions et approbation du rapport moral du Secrétaire général, M. Abbas El Fassi, qui a explicité la portée et la signification du thème du congrès et réaffirmé les constantes du parti, son identité, son référentiel et ses orientations fondamentales, exposé l'évolution de la cause sacrée de notre intégrité territoriale, ainsi que la marche militante du parti en vue de construire une démocratie moderne et avancée, passé en revue le bilan très positif du gouvernement qu'il a conduit, salué le bond démocratique que notre pays vient d'effectuer, bond couronné par l'adoption d'une nouvelle Constitution, de même qu'il a passé en revue les péripéties qui ont amené le parti à participer à l'actuel gouvernement et sa mobilisation en vue d'en assurer le succès sur la base d'une saine gestion de la chose publique, dressé l'état des relations internationales du Maroc et ses positions à l'égard de diverses questions régionales et mondiales ;
Après avoir examiné le cheminement, l'évolution et le renouvellement de la marche militante du parti durant près de huit décennies, des années 30 du siècle dernier à ce jour, afin de concrétiser les objectifs de la pensée istiqlalienne en matière de libération, d'indépendance, de parachèvement de l'intégrité territoriale, de démocratie, de croissance et d'égalité sociale, sur la base de son référentiel doctrinal fondé sur l'Islam du juste milieu, la pensée humaniste, progressiste et éclairée et conformément à ses principes et à son identité démocratique, sociale et égalitariste puisée dans son patrimoine islamique et dans la pensée des pionniers istiqlaliens, à leur tête le leader Allal El Fassi et dans son environnement national, en rapport avec les fondements et dimensions multiples et variées de son humanisme qu'il a pu améliorer à la lumière de l'évolution de la société et en réponse aux revendications du peuple en matière de liberté, de démocratie, de progrès, d'égalité et d'équité ;
Tout en constatant, avec fierté, l'excellent rôle du parti et sa contribution efficiente, qu'il soit dans l'opposition ou au pouvoir, à l'accumulation des acquis du peuple marocain depuis l'indépendance et à ce jour, dans les divers domaines politique, économique, social, humanitaire et culturel, ce aux côtés des autres forces nationales et démocratiques et en parfaite harmonie avec le Trône, garant de l'unité et de la stabilité de la nation ;
Après avoir relevé que le gouvernement dirigé par le Secrétaire général, M. Abbas El Fassi, avec compétence et humilité, a contribué, toutes composantes confondues, les ministres istiqlaliens en premier, grâce à son bilan excellent et inédit, à sa fidélité à ses engagements et en dépit de son court mandat et d'une conjoncture internationale difficile et hostile, à ménager les conditions de la stabilité et de la poursuite des réformes, y compris la réforme constitutionnelle qui s'est faite dans un climat de mobilisation d'espoir et de sérénité et a confirmé l'exception marocaine en ce qui concerne la réforme démocratique volontariste et effective, ce qui a permis de réaliser 270 des 330 mesures promises dans le programme électoral du parti, soit 85 % de l'ensemble des engagements du parti ;
Après examen de la situation politique, économique, sociale, culturelle et environnementale au plan national, à travers les larges et profonds débats des rapports élaborés par les commissions sectorielles et thématiques spécialisées ;
Après avoir pris note de l'étape délicate où il se tient et des grandes interrogations qui se posent aux niveaux intérieur et extérieur, telles celles ayant trait à la crise économique mondiale et au défi que cela pose à notre économie ou au printemps des peuples et à la responsabilité de préserver la stabilité et de conforter l'exception marocaine ou encore à la mondialisation, à la crise des systèmes moraux et aux questions de l'identité et des valeurs, ainsi qu'au tournant que représentent la réforme constitutionnelle historique et le défi de la saine mise en œuvre de la nouvelle Constitution, de la participation du parti à l'actuel gouvernement et le souci d'honorer ses engagements, à ce que l'étape actuelle implique et soulève comme interrogations qui nécessitent des réponses nouvelles, un relecture du référentiel doctrinal, économique et organisationnel du parti de manière à ce qu'il demeure aux premières loges du champ politique marocain, principalement eu égard aux changements qu'a connus la carte des alliances partisanes, et de manière à permettre au parti de concrétiser son projet sociétal et égalitariste, au regard de l'évolution démographique et des mœurs que connait et connaitra la société marocaine dans les années à venir ;
Après avoir pris connaissance de l'évolution de la cause de notre intégrité territoriale et des complots et contrariétés dont elle fait l'objet de la part des adversaires du Maroc qui persistent à empêcher une solution définitive du conflit artificiel provoqué par l'Algérie, sur la base de l'autonomie dans le cadre de la souveraineté marocaine ;
Après examen des événements survenus dans la région maghrébine et au Moyen Orient et après analyse de la situation mondiale ;
Après avoir pris acte du fait que le congrès est une opportunité pour les militantes et militants d'évaluer l'action organisationnelle et politique du parti et de procéder à l'autocritique requise afin d'éviter son affaiblissement et de prévenir d'éventuelles carences et de repartir vers une nouvelle étape avec une forte volonté et un enthousiasme renouvelé, ainsi qu'une occasion pour le parti de clarifier ses positions envers certaines questions, de mettre à jour ses programmes et d'imaginer de nouvelles approches adaptées aux changements et à l'évolution de la situation aux plans national et international ;
Après discussion de toutes ces questions, le congrès conclut à ce qui suit :
Un : Dans le domaine
de l'identité
Le congrès réaffirme que l'identité et l'humanisme marocains constituent la pierre de voûte du projet social égalitariste ;
Note que l'humanisme marocain qui a su préserver son caractère spécifique et faire face, pendant des siècles et des siècles, aux vents de l'acculturation et du suivisme, tant ceux d'Orient que d'Occident, et qui a fondé sa particularité sur l'attachement aux racines, dans toute leur diversité et leur richesse, aussi bien que sur l'ouverture et l'acceptation de l'évolution de l'environnement extérieur, l'assimilation de ses changements et l'anticipation des nécessaires progrès et renouvellement en réponse aux exigences de l'avenir... fait face aujourd'hui à de nouveaux défis intérieurs et extérieurs imposés par la mondialisation éthique et culturelle, par le modèle unique de la pensée mondialisée et par l'existence de courants, quoique peu nombreux et faibles, qui prônent et défendent le sectarisme, le tribalisme et l'ethnicisme. Ce à propos de quoi le congrès réaffirme la détermination inébranlable du parti à poursuivre le renforcement de notre identité et de notre humanisme à travers l'attachement à la foi musulmane fondée sur le juste milieu et la modération et aux valeurs supérieures qu'elle prône, à lutter contre l'évangélisation des Marocains musulmans et à combattre les appels au libertinage et à la séparation de la religion et de l'Etat, et à œuvrer à faire de la Chariâ l'une des sources de la législation.
Le congrès insiste également sur la nécessité de faire prévaloir la raison et l'Ijtihad, le dialogue d'égal à égal avec les autres courants de pensée et systèmes culturels, et de l'ouverture sur les aspects positifs de la modernité dans les domaines scientifiques et de modernisation technique ainsi que sur le rôle d'éclaireur de l'élite au sein de la société et son aptitude à conduire le train du développement tout en luttant contre l'effacement culturel et spirituel.
Le congrès appelle à faire front aux discours racistes et à combattre toute tentative ou forme de dispersion tribale, ethnique ou communautaire, tout en affirmant qu'il s'oppose à l'instrumentalisation du pluralisme culturel et ethnique à des fins politiques en vue d'affaiblir la langue arabe. Il appelle à soutenir les langues arabe et amazighe dans le cadre d'une vision unitaire où toutes les composantes culturelles se complèteraient ainsi qu'à activer la mise en œuvre des dispositions de la nouvelle Constitution relatives au volet linguistique et à la culture nationale.
Deux : Dans le domaine
politique
1- Intégrité territoriale :
Le congrès réaffirme que l'Islam, l'intégrité territoriale et la monarchie constitutionnelle sont des constantes de l'action du parti et de ses luttes depuis sa création et est fier de constater qu'elle font présentement l'objet de consensus de la nation dans toutes ses composantes et sa diversité politique et sociale, que le parachèvement de l'intégrité territoriale a toujours été en tête des questions prioritaires pour le Parti de l'Istiqlal, que la marocanité des provinces du sud est irréversible et la proposition d'autonomie est la seule plate-forme pouvant mener à une solution politique définitive et le maximum que le Maroc puisse offrir.
Le congrès réitère la mobilisation totale et la détermination permanente du parti, dans le cadre du consensus national, à faire échec à toutes les formes des complots des adversaires du Maroc tendant à contrarier et à occulter son droit légitime et refuse toutes tentatives attentatoires à sa souveraineté sur ses provinces méridionales récupérées.
Le congrès salue la décision de retirer la confiance à l'envoyé spécial de l'ONU, M. Christopher Ross pour n'avoir pas respecté les conditions d'intégrité et de neutralité et outrepassé les limites et critères fixés par le Conseil de Sécurité afin de parvenir à une solution acceptée par tous dans un climat de réalisme et de consensus.
Le congrès appelle la communauté universelle à désigner et dénoncer les vrais responsables de la persistance de ce conflit artificiel et à faire la lumière sur la situation des Marocains séquestrés dans les camps de Lahmada à Tindouf et sur ce qu'ils subissent comme violations graves des droits humains par le Polisario ainsi qu'à activer leur recensement, à lever le siège qui leur est imposé et à garantir leur liberté de retourner vivre parmi les leurs au Maroc.
Le congrès salue le haut esprit patriotique dont font preuve les membres des Forces Armées Royales et de la Gendarmerie, à leur tête SM le Roi Mohammed VI, et salue sincèrement nos frères des provinces sahariennes récupérées pour l'attachement à l'unité et l'intégrité du territoire national qu'ils ne cessent d'exprimer à toute occasion ainsi que pour leur mobilisation constante à les défendre et pour leur implication enthousiaste dans la construction démocratique et la réalisation du développement global du pays.
Le congrès salue également le rôle des militants istiqlaliens, parlementaires, élus locaux et professionnels, dans les provinces de Dakhla et Oued Eddahab, pour l'encadrement des populations et pour leur contribution positive et efficiente au développement de la région, ainsi que pour leur rôle face aux adversaires de l'intégrité territoriale du Maroc et aux tenants des assertions hostiles à sa position.
Le congrès exprime sa fierté et s'enorgueillit des nombreux projets de développement et des réalisations grandioses que les provinces récupérées ont connus en peu de temps ainsi que des chantiers édifiants et structurants qui s'y poursuivent.
Le congrès réaffirme le droit inaliénable du Maroc sur Sebta, Mélilya, les îles avoisinantes et le Sahara oriental et insiste sur la nécessité de continuer à se mobiliser en vue de leur rétrocession à la patrie. Il engage, à ce sujet, l'Espagne à réactiver la cellule de réflexion commune à laquelle avait appelé feu SM Hassan II et relancée par SM Mohammed VI, en vue d'apurer le dossier de la colonisation espagnole des zones marocaines spoliées en Méditerranée, à consolider les relations bilatérales d'amitié, de coopération et de bon voisinage. De même qu'il invite l'Algérie à opter pour une normalisation globale de ses rapports avec le Maroc sur la base d'une solution intégrale de tous les problèmes en suspens y compris ceux à caractère territorial, à privilégier l'esprit de fraternité et de bon voisinage et de regarder vers l'avenir afin d'édifier l'union maghrébine au service de ses peuples et dans l'intérêt de la paix, la sécurité, la démocratie et du développement durable.
2- La réforme politique et la saine mise en œuvre de la Constitution :
Compte tenu de la délicatesse des circonstances nationales, régionales et internationales où se tient le 16ème congrès de notre parti, des mutations profondes que connait cette période aux plans politique, économique et social et qui soulèvent nombre d'interrogations essentielles pour le pays et le parti, lesquelles requièrent des réponses allant dans le sens des exigences de l'époque et de ses évolutions, surtout celles concernant l'évolution de la carte politique et électorale ; partant du diagnostic opéré par le congrès de la réalité des réformes politiques dans notre pays et de l'importance de la nouvelle Constitution pour ce qui est de la mise en place des mécanismes de séparation des pouvoirs et d'en faire un acquis palpable, et après s'être demandé jusqu'à quel point la nouvelle Constitution et la façon dont elle a été élaborée ont pu conforter et renforcer l'exception marocaine, avec tout ce que ce phonème implique comme plate-forme pour tirer les pratiques démocratiques vers le haut ;
Devant les défis de la mise en œuvre démocratique des dispositions de la nouvelle Constitution dont le congrès relève qu'elle procède d'une importante évolution de la volonté de réforme, le congrès recommande, globalement :
* Concernant les réformes politiques :
- De faire en sorte que des élections libres et honnêtes soient le meilleur moyen pour l'édification d'une véritable démocratie fondée sur la séparation effective et l'équilibre des pouvoirs ;
- Mettre fin au projet de parti dominant et cesser de phagocyter le champ politique et d'imposer la logique de l'autoritarisme;
- Donner un sens fonctionnel et opérationnel au processus de réformes politiques à travers des politiques publiques à même de renforcer la justice sociale et économique et qui placent le citoyen au centre de la politique;
- Mettre à niveau l'administration territoriale et l'habiliter à suivre le rythme des mutations politiques que connait notre pays, lesquelles doivent impérativement avoir un fond démocratique;
- Soutenir les partis politiques, les doter des ressources nécessaires à l'accomplissement de leur mission constitutionnelle et renforcer leur système de gouvernance interne;
- Consolider la position des conseils élus et leur ménager toutes les conditions et moyens qui font d'eux un vrai partenaire pour le développement et la démocratie;
- Prendre les initiatives nécessaires en vue d'unifier les forces démocratiques pour faire face à tous les dangers qui pèsent sur l'édification démocratique de notre pays;
- Renforcer le rôle de la femme et des jeunes dans la vie politique ;
* Concernant la mise en œuvre démocratique de la Constitution :
Le congrès recommande :
- De poursuivre la quête de réforme constitutionnelle;
- De réclamer l'élaboration d'un programme législatif clair pour ce qui est des lois organiques en accordant la priorité à celle dont la non promulgation altèrerait les droits et prérogatives des institutions constitutionnelles;
- De considérer le chantier des lois organiques consigné dans la Constitution de 2011 comme le prolongement du dialogue national au sujet de la Constitution;
- La mise en œuvre démocratique de la Constitution à travers une interprétation qui préserve l'équilibre des pouvoirs au sein de l'Etat, agir selon l'axiome qui veut que l'autorité limite l'autorité et honorer les engagements relatifs aux droits économiques, sociaux et politiques prévus par la loi;
- Renforcer l'indépendance du pouvoir judiciaire vis-à-vis des autres pouvoirs et veiller en permanence à protéger cette indépendance;
- Faire prévaloir le pouvoir législatif chaque fois que surgit un conflit concernant la législation et le considérer comme détenant la prérogative souche en la matière;
- Faciliter l'aspect procédural relatif au droit des citoyens de présenter des pétitions et de dénoncer l'inconstitutionnalité des lois devant les tribunaux du Royaume conformément à la nouvelle Constitution;
- Imprimer à la langue amazighe son cachet officiel, de manière juste et équitable, et de façon à renforcer l'union nationale et l'humanisme marocain basés sur le pluralisme et la diversité tout en hâtant la création de l'Académie Mohammed VI pour la langue arabe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.