Officiel: un pass vaccinal « provisoire » dès la première dose    La RAM reprend ses vols à destination du Canada dès le 29 octobre    Le Maroc autorise les vols exceptionnels vers le Royaume-Uni    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 octobre 2021 à 16H00    Sahara Marocain: Alger doit prendre part aux tables rondes, tranche l'ONU    Chambre des représentants : séance plénière le 25 octobre consacrée aux questions orales    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Botola Pro D1 / WAC-OCS (1-0) : Le Wydad vainqueur en fin du match!    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Zoom: La guerre du football    Moscou dément tout «refroidissement» dans les relations avec Rabat    Sahara : Le Qatar réitère son soutien à la souveraineté marocaine    Gouvernement régional andalou : « Le Maroc, un partenaire privilégié de l'Espagne »    Vaccination : Les personnes souffrant d'allergies peuvent recevoir un certificat de contre-indication    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Les députés obligés de présenter le pass vaccinal pour accéder au Parlement dès lundi    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Le Maroc d'aujourd'hui n'est pas le Maroc d'hier    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Reprise des vols vers le Canada en provenance du Maroc dès le 29 octobre    Trafic international de drogue : Interpellation de 4 individus à Errachidia    Université dans les prisons: La 9ème édition lancée à Salé    INDH : Remise de bus scolaires à Taza    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Nigéria : 30 élèves enlevés libérés    France : Le complotiste Rémy Daillet en garde à vue pour projets de coups d'état et d'attentats    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Egypte: face aux juges, Morsi appelle à poursuivre la «révolution»
Publié dans L'opinion le 24 - 02 - 2014

Le président égyptien destitué Mohamed Morsi a appelé depuis le box des accusés ses partisans à poursuivre la «révolution», alors que la mobilisation en faveur de son retour s'affaiblit face à une répression brutale.
«La révolution du peuple ne s'arrêtera pas, continuez votre révolution pacifique», a lancé M. Morsi, qui comparaissait samedi pour des évasions de prison et des attaques de commissariats lors de la révolte ayant chassé Hosni Moubarak du pouvoir en 2011. Les Frères musulmans, confrérie dont M. Morsi est issu, manifestent presque chaque jour, et surtout le vendredi, depuis la destitution et l'arrestation du président islamiste par l'armée en juillet, mais la mobilisation faiblit face à une campagne de répression qui a fait plus de 1.400 morts.
Affirmant qu'il était encore le président de l'Egypte, M. Morsi a lancé «Je suis ici par la force», avant d'entamer une diatribe contre le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, ministre de la Défense et nouvel homme fort du pays. «Le chef du coup (d'Etat, ndlr), le ministre de la Défense, a tué plus de 3.000 personnes dans les rues. C'est lui qui les a tués, et aucune enquête n'a été menée, mais il sera tenu pour responsable», a lancé M. Morsi derrière la vitre du box des accusés.
Ses avocats ont poursuivi cette ligne de défense, demandant à ce que le maréchal Sissi, dont la candidature à l'élection présidentielle est attendue, soit mis en examen pour avoir «renversé le régime» de M. Morsi et pour l'avoir emprisonné.
L'audience a été ajournée au 24 février dans cette affaire, l'une des quatre procédures judiciaires visant le président déchu. Il s'agissait de la deuxième audience dans ce procès, où M. Morsi est jugé au côté de 130 autres accusés, dont des activistes palestiniens et libanais. Les accusés présents ont scandé «Fin aux militaires» en levant quatre doigts en l'air, signe de ralliement des pro-Morsi.
Policiers acquittés
M. Morsi, premier président élu démocratiquement d'Egypte, a été évincé par l'armée le 3 juillet 2013, à la suite de manifestations monstres réclamant son départ. Depuis, ses partisans et les Frères musulmans font l'objet d'une violente répression et sont accusé d'être responsables des violences ayant marqué le soulèvement populaire contre Hosni Moubarak en 2011.
Près de 850 personnes ont été tuées durant les 18 jours du soulèvement, nombre d'entre elles devant des commissariats attaqués par les manifestants qui conspuaient la police, considérée comme le symbole du règne autocratique de Moubarak.
Une douzaine de policiers ont été traduits en justice pour certaines de ces morts, dont des officiers de haut rang, mais la plupart ont été acquittés.
Samedi encore, six officiers de police, inculpés pour le meurtre de 83 manifestants devant des commissariats d'Alexandrie (nord), ont été acquittés, dont l'ancien chef de la police d'Alexandrie. Les six hommes ont lancé «vive la justice» à l'énoncé du verdict.
Début février, un autre tribunal avait annulé en appel une condamnation à cinq ans de prison contre un policier accusé d'avoir tué 18 manifestants devant un commissariat le 28 janvier 2011. M. Moubarak lui-même a été condamné à la prison à vie pour son implication dans la mort de manifestants, mais la Cour de cassation a ordonné un nouveau procès, qui s'éternise.
Au cours de trois années ayant suivi le renversement de M. Moubarak, la responsabilité présumée des meurtres commis lors du soulèvement s'est déplacée, et les Frères musulmans, qui ont remporté toutes les élections organisées entre 2011 et la destitution de M. Morsi, se retrouvent pointés du doigt tandis que la police a redoré son image dans l'opinion publique.
Samedi, un autre tribunal a ainsi condamné 15 membres des Ultras, un groupe de supporteurs du club de football Al-Ahly du Caire, à 2 ans de prison, selon une source judiciaire.
Ces 15 hommes, présentés comme pro-Morsi, étaient accusés d'avoir attaqué l'emblématique place Tahrir au Caire et d'avoir perturbé le référendum constitutionnel en janvier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.