L'ASADEH appelle les autorités espagnoles à arrêter Brahim Ghali    Le Conseil de Sécurité désavoue le Polisario (papier d'angle)    Sidi Mohamed Abouchikhi, DG de Créditinfo Group : « Les usagers du service de centralisation des chèques irréguliers constateront rapidement une diminution du nombre d'impayés »    Entrepreneuriat : Bank Of Africa signe un partenariat avec Technopark    Une vingtaine de protestataires devant le siège du FUS: "Nous voulons des changements !"    Botola Pro D1 / 13ème journée: FAR-HUSA et RCAZ-MAS en ouverture    Foot français : Les Girondins de Bordeaux menacés de faillite    Espagne : Démantèlement d'une organisation criminelle exploitant des immigrés marocains    Vaccin russe anti-Covid : Berlin envisage de commander 30 millions de doses    "Allayla Sahratena": Du gharnati au Chaâbi, une belle soirée musicale vous attend samedi à 23h00    Maroc Telecom: Le nombre de clients en hausse de 6,8%    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité condamne le blocage à Guergarate    Le président du Sénat mexicain salue la qualité des relations entre Mexico et Rabat    Maroc/Israël : Une conférence de haut niveau à l'ONU, sur la sécurité alimentaire et l'agriculture innovante    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de 8,9 MMDH au au premier trimestre de 2021    Commission interministérielle : Un approvisionnement abondant durant le Ramadan    Look et Forme : Prendre soin de ses dents    Inzegan : un incendie ravage dix magasins dans deux souk    McDonald's Maroc relance l'opération #Mta7dine    Le DG de la SFI réitère son soutien à la dynamique du secteur privé marocain    L'hospitalisation du chef des séparatistes en Espagne vue par un politologue    Chelsea: Ziyech encensé par son coéquipier    2020, année la plus chaude jamais enregistrée en Europe    Secousse tellurique de 4,4 degrés au large d'Essaouira (Bulletin)    Sahara Marocain : Réactions aux consultations semestrielles du Conseil de Sécurité (vidéo)    Reportage/Tourisme : L'ONMT dévoile son nouveau plan pour la promotion de la destination Maroc    L'Institut CDG entame son cycle de webinaires pour la saison 2021 [Vidéo]    Mohammédia : Interpellation de deux Subsahariens pour faux et usage de faux    Direction de l'éducation d'Ain Chock : Convention pour promouvoir l'apprentissage du français et de l'anglais    Sahel : de no man's land à no man's power    Maroc/Météo: Temps nuageux ce vendredi 23 avril    Interview avec Safaa Baraka, réalisatrice    La Liga présente son dictionnaire espagnol-arabe de football    Laila Aziz, la styliste marocaine qui habille les stars hollywoodiennes (Forbes)    Sommet sur le climat : le chef de l'ONU appelle à l'action (Vidéo)    La Super Ligue se déballonne, le foot européen reprend son souffle    Des appels à changer « véritablement » l'Amérique    En-Nesyri relance FC Séville dans la lutte pour le titre    «Les femmes du pavillon J» élu meilleur long-métrage    Une exposition célèbre la calligraphie arabe    Le Maroc perd l'une de ses plus belles plumes    Kate Winslet se confie sur les débuts de sa fille Mia Threapleton en tant qu'actrice    Etat islamique : prison à vie pour l'auteur d'un attentat manqué à Manhattan    Le champ miné du Sahel    Urgent : Brahim Ghali, président de la rasd, hospitalisé en Espagne    Fouzi Lekjaa : "Prochain défi, la qualification pour la Coupe du monde"    Infosoir/ Entretien avec Soumaya Akaâboune, actrice émérite et star du feuilleton "Bab Lbhar" (vidéo)    Brexit : le Parlement européen se prononcera le 27 avril sur l'accord commercial UE-Royaume-Uni    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mise en place d'un système national d'alerte précoce contre les tsunamis
Publié dans L'opinion le 25 - 09 - 2014

L'Institut national de Géophysique (ING), relevant du Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST), a entrepris lors des dernières années des efforts visant la contribution à la mise en place d'un système d'alerte précoce contre les tsunamis, ce qui lui a permis d'enregistrer des avancées considérables en la matière, a indiqué mardi à Rabat, le responsable de la cellule d'alerte et de gestion des crises à l'ING, Abdelouahed Birouk.
Des données historiques et scientifiques et des études de modélisation numérique démontrent que la Maroc n'est pas à l'abri des tsunamis, a souligné M. Birouk, à l'ouverture d'un atelier régional sur l'alerte aux tsunamis et l'intervention d'urgence pour l'atlantique Nord-Est, la Méditerranée et les mers adjacentes (NEAMTWS), faisant observer que la forte densité de population et le niveau élevé d'exposition le long des côtes peut accentuer l'impact dévastateur des tsunamis.
Il a ajouté que la mise en œuvre d'un système d'alerte précoce contre les tsunamis, se fait en coordination avec les pays pionniers dans ce domaine, pour le partage en temps réel des données sismiques et des données sur le niveau de mer, précisant que l'ING est actuellement en train d'élargir son réseau national de surveillance sismique en créant de nouveaux marégraphes dotés d'équipements numériques de dernière génération.
Dans ce sens, M. Birouk a fait savoir que deux nouveaux marégraphes à Agadir sur la côte atlantique et à Saidia sur la côte méditerranéenne verront le jour avant la fin de 2014, rappelant que l'ING et le centre JRC (Joint Research Center) de la Commission européenne dans le domaine des systèmes d'alerte précoce contre les tsunamis, viennent de signer un accord de coopération sur la recherche dans le domaine du risque Tsunami.
Selon l'expert, cet accord permettra à l'ING de bénéficier d'une licence pour la mise en œuvre à l'Institut du Tsunami Analysis Tool (TAT), qui est un outil d'analyse en temps réel du risque dans l'Atlantique Nord et la Méditerranée et d'envoi d'alertes précoces.
De son côté, le directeur général de l'Organisation islamique pour l'éducation, les sciences et la culture (ISESCO), Abdelaziz Ben Othman al-Touijri a affirmé dans une allocution lue en son nom, que les changements climatiques et les catastrophes naturelles qui en découlent constituent aujourd'hui, une source de préoccupation majeure, rappelant les efforts mis en œuvre par l'Isesco pour lutter contre les dégâts des catastrophes naturelles dans les pays islamiques.
Cet atelier de deux jours, organisé par la commission intergouvernementale océanographique (COI) de l'UNESCO, en partenariat avec l'Isesco, le Bureau multipays de l'Unesco pour le Maghreb à Rabat et le CNRST, connait la participation de responsables gouvernementaux et d'experts des pays du Maghreb, en plus d'experts italiens, turcs, français et des représentants de l'Union Européenne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.