Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie : Les Kurdes de Kobané soulagés par les armes larguées par les Américain
Publié dans L'opinion le 22 - 10 - 2014

Les Kurdes qui défendent Kobané ont accueilli avec soulagement les premières armes larguées par les Etats-Unis sur cette ville syrienne frontalière de la Turquie où ils réussissent à freiner l'avancée du groupe Etat islamique (EI) grâce aux frappes aériennes de la coalition.
Par ailleurs, la Turquie a pris des mesures pour aider les combattants kurdes d'Irak à rejoindre, via son territoire, la ville syrienne kurde de Kobané assiégée par les jihadistes, a annoncé lundi le ministre turc des Affaires étrangères, Mevul Cavusoglu.
Les armes larguées vont être «d'une grande aide» pour les combattants des Unités de protection du peuple (YPG), le groupe kurde qui lutte depuis plus d'un mois contre les jihadistes de l'EI, a déclaré leur porte-parole, Redur Xelil.
Ces armes ont été larguées à l'aube, avec des munitions et du matériel médical, par trois avions cargos C-130 au dessus des positions des YPG, qui contrôlent encore environ 50% de Kobané. L'armée américaine avait auparavant annoncé que ces équipements étaient fournis par les autorités kurdes d'Irak. Ils sont «destinés à aider à la poursuite de la résistance aux tentatives de l'EI de s'emparer de Kobané», selon le Centre de commandement américain pour le Moyen-Orient et l'Asie centrale (Centcom). Ces dernières semaines, les Kurdes avaient multiplié les appels aux pays de la coalition à renforcer les moyens des combattants des YPG, moins nombreux et moins bien armés que ceux de l'EI qui veulent conquérir la troisième ville kurde de Syrie.
A la lumière des derniers développements, «l'équilibre des forces peut basculer à tout moment», a estimé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Avant d'effectuer ces larguages, le président Barack Obama a informé ce week-end son homologue turc Recep Tayyip Erdogan «de l'intention» des Etats-Unis et de «l'importance» de fournir des armes, selon un responsable américain. L'EI est «un ennemi commun» aux Etats-Unis et à la Turquie, a souligné cette source.
M. Erdogan a encore rejeté dimanche les appels à ce que son pays fournisse des armes aux combattants kurdes en Syrie. Il accuse le principal parti kurde en Syrie, le PYD dont les YPG sont la branche armée, d'être une «organisation terroriste» liée aux rebelles kurdes turcs du PKK. Le département d'Etat a récemment révélé que des responsables américains avaient rencontré le week-end dernier pour la première fois des Kurdes syriens des PYD.
Abadi en Iran
La coalition lutte également contre l'EI en Irak, où les avions américains ont frappé ce week-end des positions jihadistes près de Baïji (nord), non loin de la principale raffinerie de pétrole du pays, et autour du barrage stratégique de Mossoul (nord). Les forces gouvernementales irakiennes peinent à reprendre le terrain perdu face aux jihadistes, qui contrôlent de larges pans du territoire notamment dans le nord et l'ouest du pays et ont revendiqué plusieurs attentats meurtriers dans la capitale au cours des derniers jours.
Le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi s'est rendu lundi à Téhéran pour tenter d'»unir les efforts de la région et du monde pour aider l'Irak dans sa guerre contre le groupe terroriste». L'Iran chiite, très hostile aux extrémistes sunnites de l'EI, ne fait pas partie de la coalition multinationale anti-jihadiste mais il a admis avoir envoyé des armes et des conseillers militaires en Irak pour aider les forces gouvernementales et les combattants kurdes irakiens dès le début de l'offensive des jihadistes début juin. Des responsables iraniens et kurdes irakiens ont également évoqué la présence de forces des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite iranienne, sur le sol irakien.
Nouvel assaut
des combattants
de l'Etat islamique
Le groupe Etat islamique (EI) a lancé lundi 20 octobre au soir un nouvel assaut sur la ville syrienne de Kobané défendue par les Kurdes, qui ont bénéficié pour la première fois d'un largage d'armes et attendent des renforts du Kurdistan irakien via la Turquie. En Irak voisin, où l'EI a lancé une vaste offensive début juin et contrôle de vastes secteurs, les djihadistes ont attaqué la ville de Qara Tapah (nord, à 50 km de la frontière iranienne), provoquant la fuite de milliers d'habitants. Après deux attaques suicide dans le nord de Kobané en fin de journée, les djihadistes ont lancé un assaut «sur tous les fronts de la ville», a déclaré le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.
De violents combats se déroulaient dans la soirée alors que les Kurdes avaient réussi ces derniers jours à freiner l'avancée des djihadistes, grâce notamment à l'intensification des raids aériens de la coalition internationale.
Ces dernières heures, trois avions américains ont largué pour la première fois des armes, des munitions et du matériel médical sur les positions des Unités de protection du peuple (YPG), qui défendent la troisième ville kurde de Syrie depuis plus d'un mois.
«Les soldats sur le terrain ont commencé à manquer d'approvisionnement pour continuer le combat, c'est pourquoi nous avons autorisé» ce largage, a expliqué la porte-parole du département d'Etat américain, Marie Harf. «Nous continuerons à les aider à repousser l'EI», a-t-elle dit en reconnaissant qu'il y avait «toujours un risque que Kobané tombe» entre les mains des djihadistes.
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a affirmé qu'il serait «irresponsable» pour les Etats-Unis «de tourner le dos à une communauté combattant» l'EI.
Les armes, fournies par les autorités kurdes d'Irak, vont être «d'une grande aide», s'est félicité le porte-parole des YPG, Redur Xelil. Autre bonne nouvelle pour les Kurdes, qui avaient multiplié les appels à renforcer les moyens de leurs combattants, Ankara a annoncé qu'elle autorisait désormais les «peshmergas kurdes» d'Irak «à franchir la frontière pour aller à Kobané», une décision saluée par Washington.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.