Un danois faisant l'objet d'un avis de recherche international arrêté à Marrakech    Innovation: Le Maroc force d'inspiration pour les pays africains    Interdit en Turquie, Wikipedia porte plainte pour lever le blocage    CAN 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Ksar El Kebir : Un jeune homme tue son voisin et prend la fuite    Gestion des plaintes. L'Etat tente d'être plus réactif    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Protection du patrimoine culturel : La tutelle se penche sur un nouveau projet de loi    La Semaine du film arabe des droits de l'Homme à Rabat    ONSSA : Retrait de 143 tonnes de produits impropres à la consommation    Brexit : Theresa May repousse le vote sur son projet de loi    Huawei en passe de mettre au point son propre système d'exploitation    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    Youssef Chippo, un Lion d'une longue carrière    2002: Les Lions de l'Atlas toujours éliminés au premier tour    Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…    L'Arabie Saoudite prévoit l'exécution de trois importants prédicateurs    Personnes en situation de handicap. Un nouvel avis du Conseil supérieur de l'éducation    La CGEM veut assurer les arrières du secteur privé    Lipper Fund Awards : Valoris Management distinguée pour la 8ème fois    Les six mois qui vont changer la face de l'UE    La journée internationale de la biodiversité célébrée mercredi à Rabat : Pour l'appropriation de la biodiversité par les citoyens    Le secret du Progrès!    Qatar 2022. La Fifa renonce au schéma à 48    Constats chocs du PDG de la RAM    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Crise de transparence    Hervé Renard dévoile bientôt la présélection des Lions    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Bilan gouvernemental, les parlementaires partagés    « Darkweb »: Un réseau international de pédophiles tombe    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Atlantique Assurances se lance dans le coton    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nigéria: 700 otages de Boko haram libérés par l'armée
Publié dans L'opinion le 05 - 05 - 2015

L'armée nigériane a réussi à libérer 700 otages retenus par les islamistes. Selon Amnesty International, 2 000 femmes ont été kidnappées depuis un an.
Quelque 275 femmes et enfants, sur les 700 libérés cette semaine par les forces nigérianes dans le cadre de leur offensive contre les islamistes de Boko Haram, ont été recueillis dans un camp de réfugiés à Yola, dans l'est du Nigeria, a annoncé, dimanche 3 avril, un porte-parole de l'armée. Ces otages libérés, certains blessés, sont arrivés samedi soir dans ce camp géré par l'agence nationale nigériane des situations d'urgence (Nema), après plusieurs jours de voyage à bord de camionnettes. "Nous étions assis sous un arbre dans la forêt quand les soldats sont arrivés.
Il y a eu une fusillade avec les insurgés et beaucoup de blessés parmi nous", a raconté une femme, le bras droit portant un bandage.
Depuis mardi, près de 700 otages des islamistes détenus dans la forêt de Sambisa, dans le nord-est du pays, ont été libérés par les forces gouvernementales. Selon les premières indications, aucune des 200 lycéennes enlevées en avril 2014 à Chibok ne figure parmi les otages retrouvés. Selon Amnesty International, Boko Haram a enlevé plus de 2.000 femmes et jeunes filles depuis le début de l'an dernier au Nigeria.
L'armée nigériane a déclaré samedi avoir bon espoir d'acculer les islamistes de Boko Haram dans leurs derniers retranchements, mais l'offensive pour les chasser de leurs repaires dans les forêts du nord-est du Nigeria est rendue difficile par les mines disposées ici et là. "Les abords de tous leurs bastions ont été minés", a expliqué le général Chris Olukolade, porte-parole de l'armée.
Boko Haram s'est emparé en 2014 dans le nord-est du Nigeria d'un territoire plus vaste que la Belgique et a provoqué un tollé international en enlevant 200 lycéennes de la ville de Chibok. Après six années d'insurrection qui ont fait des milliers de morts et contraint plus de 1,5 million d'habitants à fuir, une contre-offensive a été lancée en janvier, trop tard cependant pour permettre au président sortant Goodluck Jonathan de se faire réélire en mars. C'est son principal adversaire, Muhammadu Buhari, qui l'a emporté.
Les jihadistes retranchés
dans une forêt
L'armée nigériane dit avoir repoussé Boko Haram dans la vaste forêt de Sambisa, dans l'État de Borno. Boko Haram n'a fait aucune déclaration publique depuis son dernier enregistrement audio, début mars, dans lequel il prêtait allégeance au groupe Da'ech. "La forêt de Sambisa est un de ces endroits qui sont fortement minés(...). Un obstacle majeur à toute avancée", a dit le général Olukolade. L'armée a lancé une offensive terrestre en avril contre Sambisa à la suite de bombardements aériens, et affirme que 13 camps de Boko Haram ont été démantelés depuis lors. "D'après les rapports des services de renseignement, il y a beaucoup d'autres (camps), qu'il va falloir éliminer", ajoute-t-il.
Boko Haram avait déjà été repoussé par le passé, mais le général Olukolade dit avoir bon espoir que l'armée réussisse cette fois à conserver les zones reconquises, grâce à des patrouilles et au soutien des troupes du Cameroun, du Niger et du Tchad, également engagées dans la guerre contre les islamistes. "Leur capacité (aux hommes de Boko Haram) à gagner des zones sûres en dehors du Nigeria se réduit fortement. La probabilité qu'ils survivent à cette offensive et reviennent sur le devant de la scène est faible", a conclu le général.
Par ailleurs, des soldats nigérians ont tué au cours d'un raid plusieurs personnes dans des communautés soupçonnées d'abriter des milices qui se livrent régulièrement à des violences dans le centre du pays, a déclaré dimanche un porte-parole militaire. "A la suite d'attaques fréquentes de miliciens contre des communautés dans la région de la frontière entre les États du Plateau et de Taraba, nous avons lancé une opération pour chasser les membres de ces gangs de meurtriers", a déclaré le capitaine Iweha Ikedichi. De violents affrontements se sont produits et ont fait plusieurs morts. "Je n'ai pas d'information sur le bilan exact mais plusieurs personnes ont été tuées", a-t-il dit. L'officier a toutefois souligné qu'"aucun civil n'avait été tué". Des médias locaux ont avancé qu'au moins 30 personnes avaient été tuées dans les raids sur les localités de Kadarko, Kurmi et Wadata entre vendredi et samedi, ajoutant que les militaires avaient brûlé des habitations et ouvert le feu de manière aveugle. Selon ces médias, les soldats venus à bord d'une quarantaine de camions ont voulu venger la mort de quatre d'entre eux tués par des miliciens à la frontière de l'État de Taraba. L'État du Plateau est l'un des États du centre du Nigeria où se rejoignent le Sud à majorité chrétienne et le Nord à dominante musulmane. La région, surnommée "Middle Belt", a été le théâtre de violences intercommunautaires et interconfessionnelles qui ont fait des centaines de morts au cours des années passées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.