Affaire Brahim Ghali : un appel urgent exhorte la justice espagnole à mettre fin à l'impunité    Marché des changes (3-7 mai): l'écart de liquidité à son plus bas historique    Messagerie : WhatsApp largement en tête au Maroc    African Lion 2021 : les préparatifs s'enchaînent avant le grand exercice    Donald Trump conforte son emprise sur sa famille politique    Journée Internationale de l'Arganier: La recherche scientifique sur l'arganier dans l'agenda de la FSR    D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse    Témoignage: Kacem Bellouchi, le médecin passionné de littérature    Un allègement contrôlé des mesures restrictives est envisageable    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    Aid El Fitr 2021: voici la date de la fin du Ramadan au Maroc    Gloire au peuple palestinien    L'ONMT publie son premier bulletin bimensuel dédié à la relance du tourisme [document]    Elections 2021: Le Mouvement populaire, le pivot de la majorité    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour mercredi 12 mai    M. Bourita s'entretient avec son homologue ivoirienne    Tan-Tan: Saisie de plus de 6,5 tonnes de Chira, cinq personnes interpellées    Covid-19 : l'Unesco appelle à une science ouverte des brevets sur les vaccins    DGAPR : Une légère baisse des contraventions notifiées au ministère public    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Samir Kheldouni Sahraoui: "Le tourisme marocain 2.0 post Covid nécessite une offre labellisée Covid Free"    Pourquoi il faut réhabiliter le tourisme culturel    Indices PMI : les tensions inflationnistes continuent de se renforcer dans le secteur manufacturier    Echec d'une manœuvre grossière du polisario au Parlement européen    Lutte contre la production de sacs en plastique interdits : Démantèlement d'un atelier clandestin à Benslimane    Edito : Data cash    MCO-RCOZ (0-0) : Un nul et beaucoup de regrets !    IRT-HUSA (1-1) : Le Hassania n'a pas volé le nul !    Covid-19 : le variant indien détecté dans 44 autres pays    DHJ-OSC (0-1) : La rechute jdidie, l'arrêt de l'hémorragie mesfouie !    Météo/Maroc : Temps stable avec ciel dégagé ce mercredi 12 mai    Maroc/Conseil de gouvernement : L'ordre du jour de la réunion de ce mercredi 12 mai    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Le Groupe socialiste dénonce un agissement allant à l'encontre de toutes les normes diplomatiques et qui doit interpeller les forces vives d'Espagne    Botola pro D1 : Le Raja lorgne de nouveau la pole position    Akid sanctionné par l'OCK    Report de la séance mensuelle de politique générale de la Chambre des conseillers    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Chelsea : Des changements contre Arsenal avant la finale de FA Cup    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    Botola Pro D1: le classement provisoire (16e journée)    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    Le Maroc réitère son rejet catégorique des violations qu'a connu Al Qods    Fatima Tabaamrant : la voix engagée !    Patrimoine: la Villa Harris fait peau neuve    L'ONU "profondément préoccupée" par la violence à Al Qods-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Santé-Virus Zika: L'OMS annonce une réunion d'urgence le 1er février
Publié dans L'opinion le 30 - 01 - 2016

L'OMS a annoncé jeudi une réunion d'urgence le 1er février sur l'épidémie de Zika, soupçonnée de provoquer de graves malformations congénitales, alors que le virus se propage "de manière explosive" sur le continent américain, avec 3 à 4 millions de cas attendus cette année.
Inquiète de "la possibilité d'une propagation au niveau international" et face à une "association probable de l'infection avec des malformations congénitales et des syndromes neurologiques", l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a convoqué un comité d'urgence pour le 1er février afin de décider si l'épidémie constituait "une urgence de santé publique de portée internationale".
"Le virus a été détecté l'an dernier dans la région des Amériques, où il se propage de manière explosive. Le niveau d'alerte est extrêmement élevé", a déclaré à Genève la directrice de l'OMS, Margaret Chan.
Déjà, la France, le Canada ont fait état jeudi de cas de voyageurs ayant contracté le virus pendant des séjours dans des zones touchées par cet agent infectieux à l'étranger. Aucun des patients n'a présenté de forme grave de l'infection, ont cependant précisé les autorités des deux pays.
Trois personnes à New York, dont une femme enceinte, ont aussi été infectées par le virus lors d'un voyage dans un pays touché, ont annoncé les autorités sanitaires de la plus grande ville américaine.
L'agence spécialisée des Nations unies est particulièrement préoccupée en raison du "manque d'immunité" des populations "dans les régions nouvellement infectées" et "de l'absence de vaccins, de traitements spécifiques et de tests de diagnostic rapides".
Pour ce qui est d'un vaccin, il n'y en aura probablement pas de sûr et efficace contre le virus avant plusieurs années, a estimé le directeur de l'Institut américain des allergies et maladies infectieuses, le Dr Anthony Fauci, même si les recherches semblent prometteuses.
La directrice de l'OMS a par ailleurs souligné que "la situation découlant d'El Nino (phénomène climatique particulièrement puissant depuis 2015 et qui favorise le réchauffement climatique) devrait cette année accroître le nombre des moustiques".
Comme la dengue et le chikungunya, le Zika, qui tire son nom d'une forêt en Ouganda où il a été repéré pour la première fois en 1947, se transmet par une piqûre de moustique du genre Aedes aegypti ou Aedes albopictus (moustique tigre).
1,5 million de cas au Brésil
"Des épidémies majeures peuvent se produire dans des villes à l'échelle mondiale", a alerté l'OMS sur son compte Twitter.
Par ailleurs, deux cas d'infection par le Zika laissent penser qu'une transmission par contacts sexuels serait possible, a indiqué une haute responsable sanitaire américaine.
De tels cas "rendent biologiquement plausible une transmission par contacts sexuels mais la science est très claire à ce stade, à savoir que le virus Zika se transmet essentiellement par la piqûre d'un moustique infecté", a souligné la Dr Anne Schuchat, directrice adjointe des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC).
En Amérique latine, le pays le plus touché par le Zika est le Brésil, avec environ 1,5 million de cas, selon l'OMS. Jeudi, le Honduras a annoncé avoir enregistré plus de 1.000 cas de Zika depuis décembre.
"On peut s'attendre à trois à quatre millions de cas" sur le continent américain, a déclaré à Genève un responsable de l'OMS pour cette région, Marcos Espinal.
Ces chiffres devraient être atteints sur une période d'un an, mais l'OMS estime que l'épidémie reste largement sous-évaluée car la majorité des cas sont bénins.
Même si le lien causal direct entre virus et complications, comme la microcéphalie et le syndrome de Guillain-Barré, n'a pour le moment pas été établi, il a été recommandé aux femmes de ne pas tomber enceintes dans plusieurs pays et territoires tels que la Colombie, le Salvador, l'Equateur, le Brésil, la Jamaïque et Porto Rico.
Aux Etats-Unis, les Instituts nationaux américains de la santé (NIH), ont indiqué sur la foi d'une étude que le virus pourrait se propager le long des côtes est et ouest des Etats-Unis pendant les mois chauds, et atteindre même le Midwest.
Et deux compagnies aériennes d'Amérique latine, dont la plus importante, Latam, et Sky, ont proposé de rembourser les femmes enceintes ayant acheté des billets vers des zones touchées par le virus.
Des décisions similaires avaient été annoncées mercredi par les compagnies américaines Delta et American Airlines.
A l'OMS, la prudence reste de mise. "Nous ne savons pas si ce virus peut franchir la barrière du placenta", a relevé M. Espinal. Et le Dr Bruce Aylward, numéro deux à l'OMS, a expliqué aux médias que l'organisation ne pouvait pas recommander aux femmes de ne pas tomber enceinte car il s'agissait d'un choix personnel.
Si les syndromes sont le plus souvent de type grippal (fièvre, maux de tête, courbatures), chez les femmes enceintes le Zika peut être transmis au foetus et entraîner des malformations congénitales, telles que la microcéphalie, une diminution du périmètre crânien qui altère le développement intellectuel, voire cause la mort.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.