Massacre des Algériens : la France commémore les 60 ans    El Othmani gouverne... son cabinet de psychiatrie    RDV de l'Ausim / Migration vers le Cloud : un impératif pour la transformation digitale des entreprises    L'Opinion : Le défi malien    Hydrocarbures : Une OPEP du gaz siérait bien à Moscou    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 octobre 2021 à 16H00    Alphabétisation dans les mosquées : Vers plus de bénéficiaires    Sidi Kacem : 35 bus pour le transport scolaire rural    Kénitra : un individu interpellé pour trafic de comprimés psychotropes    Meknès : Un patrimoine architectural et urbanistique à préserver    Le concours « Ana Maghribi.a » revient pour sa 8ème édition    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Quatre migrants morts et 13 autres interceptés au large de l'Algérie    Les Emirats Arabes Unis ouvrent la possibilité d'un visa de 5 ans pour les Marocains    La BM et le FMI célébrent le «Success story» de Tanger Med    OVH réussit son entrée à la Bourse de Paris    Eqdom: AGR reste à l'achat avec un cours objectif relevé    L'ADFM appelle à une réforme du code de la famille    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    Préparation du projet de loi de Finances 2022    Le CNDH discute des recommandations à présenter au gouvernement    Le Livre Blanc de la CGEM : 10 priorités pour l'opérationnalisation du « Nouveau modèle de développement »    Fathallah Sijilmassi en devient le premier Directeur Général    Des experts africains appellent à l'expulsion de la «rasd» de l'UA    Journalistes et youtubeurs analysent les extériorisations anti-marocaines de l'Algérie    Championnat d'Afrique de natation : Le Maroc récolte 10 médailles et finit 3ème    La RS Berkane bat l'US Ben Guerdane et met un pied en phase de poules    Le Comité international olympique inquiet    17 octobre 1961 : Valérie Pécresse évoque 22 policiers tués par le FLN, nœud de l'actuel régime algérien    L'Israélien Ratio Petroleum vient chercher du pétrole à Dakhla    Une ode à la grâce et à l'élégance    Clôture du FICAM 2021: une édition professionnelle qui a tenu toutes ses promesses!    Immobilier: une assurance pour les loyers impayés, pourquoi pas ?    Ligue des champions / Ce dimanche à16h00 : Oilers-Raja sur Al Maghribia et Hearts of Oak-Wydad sur Arriyadia    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Le Projet de Loi de Finances 2022 au menu du Conseil du Gouvernement de ce Samedi    Créer au pont de Saint-Ange    Contraception masculine : La pilule existe, mais elle a du mal à passer    Interview avec Sébastien Vaumoron : Télétravail, un mode alternatif à double face    Michel Barnier : élu, je ne «donnerais pas dans la repentance» sur les questions mémorielles avec l'Algérie    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    DHJ-JSS (3-2) : Les Jdidis caracolent en tête de tableau !    Migrants: au moins 8 victimes et 17 disparus au large de l'Espagne    Covid-19: le Maroc vaccine à toute allure, et appelle les réticents à se manifester    Bruits de bottes    FRMB : Abdeljaouad Belhaj réélu président pour un nouveau mandat    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Syrie : Les combattants soutenus par les USA passent à l'offensive
Publié dans L'opinion le 01 - 06 - 2016

Plusieurs milliers de combattants syriens soutenus par les Etats-Unis sont en train de lancer une offensive pour reprendre à l'Etat islamique la poche de Manbij, une zone clé située dans le nord de la Syrie, après plusieurs semaines de préparatifs discrets, apprend-on auprès de responsables américains.
L'opération, qui n'a commencé que mardi et pourrait durer des semaines, vise à couper l'accès de l'Etat islamique au territoire syrien le long de la frontière turque, que les djihadistes de l'organisation fondamentaliste utilisent traditionnellement comme une base logistique pour assurer la circulation des combattants étrangers venant d'Europe ou y repartant.
«Il est significatif que ce soit le dernier passage qu'il leur reste» vers l'Europe, déclare un responsable militaire américain.
L'offensive sera appuyée sur le terrain par quelques membres des forces spéciales. Ils sont présents en tant que conseillers et restent à distance de la ligne de front, précisent les responsables américains qui ont requis l'anonymat.
«Ils seront aussi près qu'il est nécessaire pour que l'opération puisse se faire. Mais ils ne s'engageront pas directement dans les combats», explique-t-on.
L'offensive sera également appuyée par les frappes aériennes de la coalition internationale contre la Syrie menée par les Etats-Unis, ainsi que par des positions de tirs basées au sol de l'autre côté de la frontière, en Turquie.
Les YPG ne resteront pas
Chose sans doute essentielle pour la Turquie, l'opération sera majoritairement menée par des Arabes syriens et non pas par les forces kurdes des unités YPG. Celles-ci ne représenteront qu'un cinquième ou un sixième de la totalité des effectifs.
Ankara considère les YPG kurdes, qui combattent l'Etat islamique en Syrie, comme des terroristes et est très en colère du soutien que leur accordent les Etats-Unis.
La Turquie a fait part de ses craintes face à l'avancée des forces kurdes le long de sa frontière et s'est dite opposée à l'idée que les combattants YPG prennent le contrôle de la poche de Manbij. Les YPG contrôlent déjà une bande de terre de 400 km le long de la frontière.
Les responsables ont dit à Reuters que les YPG se contenteront de chasser l'EI du secteur autour de Manbij et que les combattants arabes seront les seuls à stabiliser et sécuriser la zone après le départ de l'EI.
«Après la prise de Manbij, l'accord est que les YPG ne resteront pas (...). Aussi, vous aurez des arabes syriens occupant la terre traditionnelle arabe syrienne», a dit ce responsable. La Turquie soutient l'offensive, souligne-t-il.
L'opération intervient avant une éventuelle offensive sur la Rakka, capitale auto-proclamée de l'Etat islamique en Syrie et objectif premier de l'armée américaine sur le terrain. Priver l'EI de la poche de Manbij aidera à isoler encore un peu plus les djihadistes et affaiblira encore leur capacité à livrer des armes à Rakka.
Le président américain Barack Obama a autorisé 300 militaires des forces spéciales à opérer sur le terrain à partir de lieux tenus secrets en Syrie pour aider à organiser la lutte contre l'EI. Par ailleurs, deux militaires américains ont été blessés ce week-end en Irak et en Syrie, a fait savoir le Pentagone qui a précisé que les deux militaires ne se trouvaient en première ligne de combats.
«Ils n'étaient pas sur la ligne de front, n'étaient pas engagés dans des combats, mais ont tous deux été touchés par des tirs indirects», a précisé le capitaine Jeff Davis, porte-parole du département de la Défense, ajoutant qu'ils participaient à des missions de conseil et d'assistance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.