Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Driouch : une secousse tellurique de magnitude 4,1 degrés    L'arganier présente une forte plasticité écologique et climatique (Spécialiste )    Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    France/Covid: Les députés valident une rallonge budgétaire de 7,2 mds d'euros    Nouvelle destination probable pour Mohamed Ihattaren    Le Maroc réitère son rejet des mesures israéliennes affectant le statut juridique d'Al-Qods    Driss Lachguar: L'USFP est depuis toujours un parti responsable qui place les intérêts du pays avant les siens    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région de Fès-Meknès    Les cours mondiaux des produits alimentaires poursuivent leur envolée    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Ce vendredi à 19h00, le WAC face au Mouloudia d'Alger : Le Wydad en mission pour assurer le retour    Livre. Danse avec les riches    Foot africain : Hector Cuper sélectionneur de la RDC    Equipe nationale : Deux matches de préparation en juin prochain    Corruption: La loi n°19-46 publiée au B.O    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    Coronavirus au Maroc: 238 nouveaux cas et 513 guérisons en 24H    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    La prestation d'Amine Harit contre le Herta Berlin    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    L'encours des bons du Trésor devrait s'établir à 617,5 MMDH au 19 mai    UEFA : La finale de la Ligue des champions déplacée d'Istanbul à Porto    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Marché des changes : le dirham se déprécie de 0,33% face à l'euro    Huawei : le Maroc favorable pour accélérer le développement de l'école numérique    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    Madaëf Eco6-Tamuda Bay: le CRI, l'APDN et Madaëf s'allient    Botola Pro: résultats, classement et buteur / 16ème journée    Prime 4-Replay: Voici le montant remporté par l'équipe de Hassan FOULANE...    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    BVC : la confiance envers les actions à un plus haut    Météo/Maroc: temps généralement stable ce jeudi 13 mai    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    «Aywad»: un hymne à la vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Betty Batoul, une romancière qui veut redonner espoir aux femmes maltraitées
Publié dans MAP le 11 - 10 - 2010

Rendre l'espoir aux femmes maltraitées, voila le mot d'ordre du roman " Un coquelicot en hiver? Pourquoi pas" de l'écrivain belgo-marocaine Betty Batoul, qui l'a présenté jeudi à la Villa des arts de Rabat.
Par Ilias KHALAFI
Une enfance très mal vécue
"Cet enfant qui est arrivé à l'âge adulte brisé en mille morceaux a pu se reconstituer et recouvrer son bonheur et son enthousiasme d'enfance", confie la romancière belgo-marocaine Betty Batoul à l'assistance avec des yeux étincelants de joie et de dynamisme.
Le roman de Betty, ou Batoul de son prénom marocain, est un récit poignant qui s'attarde sur les premiers pas difficiles d'une petite fille violée dans son intimité et raconte le parcours d'une jeune femme rongée par le désir de vivre, de réaliser des défis même des plus irréalisables, une jeune femme qui parle, sans tabou, de la maltraitance des enfants, de la violence conjugale, fléaux sociaux qui touchent encore beaucoup d'enfants, beaucoup de femmes et les condamnent à souffrir, la plupart du temps en silence.
"Pas facile d'être une petite fille". Dans ce chapitre, l'un des premiers de ce roman autobiographique, la petite fille qu'elle était va se rappeler les attouchements impudiques qu'elle a dû subir impuissante, la maltraitance dont elle a fait l'objet, et les railleries sans pitié dont la harassaient ses camarades de classe à cause de son origine ou de son handicap.
"Que faire quand l'ogre veut dévorer le petit oiseau qui apprend tout juste à voler?". Une interrogation par laquelle la romancière revient sur une scène où elle a fait sa première rencontre avec la violence.
Adolescente, c'est le démon du suicide qui va la hanter. Se sentant rejetée par tous, elle va noyer sa solitude dans l'alcool avant de connaître l'enfer de la violence conjugale, elle qui pensait enfin fonder une famille et mener une vie tranquille.
Et lorsqu'elle devient maman, c'est un nouveau choc qui l'attend.
Pourtant, elle s'accroche à son rêve. Le rêve innocent, le rêve légitime de fonder une famille, qui lui a semblé à un moment impossible à réaliser. Cependant, une nuit d'avril, un virage incroyable va changer le cours de sa vie.
Le bonheur enfin retrouvé
"Ce roman est avant tout un témoignage, pour dire à toutes les femmes, qui souffrent actuellement de ce que j'ai déjà vécu, qu'elles peuvent retrouver le bonheur et qu'il existe vraiment", a assuré Betty Batoul lors d'une rencontre avec la presse.
"Un coquelicot en hiver? Pourquoi pas..." est le premier d'une longue série, dont le concept sera de rendre espoir aux gens afin de réaliser les défis les plus excentriques, un peu comme un coquelicot qui pousserait en hiver.
Récemment primé en Belgique par le prix Condorcet-Aron, le roman relate dans sa deuxième moitié l'histoire singulière d'une vie qui basculera des profondeurs de l'obscurité vers les sommets de la béatitude. Un exemple concret d'espoir, de pardon et d'attachement à la vie.
La fin de l'ouvrage, essentiellement marquée par des moments de quiétude et d'enchantement, est toutefois ponctuée par des moments de combat et de lutte. On y retrouve des titres tels que "Quand les rêves prennent vie", "une victoire en appelle à une autre", "Le bonheur est fait de choses simples" ou encore "Un nouveau combat" ou "Apprivoiser la mort".
Diplômée en informatique, Betty termine actuellement une Licence Spéciale en Fiscalité. Elle est également diplômée du Conservatoire d'art dramatique. Mère de 4 enfants, elle est passionnée de psychologie.
"Un coquelicot en hiver ? Pourquoi pas", roman autobiographique en 279 pages, format: 14.85 x 21 mm, est imprimé par l'Imprimerie Al Najah Al Jadida, Casablanca.
Organisée par la Fondation ONA, cette rencontre a été introduite par Khadija Sansar, chargée de communication et des relations avec la presse et les médias au ministère chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.