Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les anciens prisonniers de guerre marocains en Algérie interpellent l'Espagne sur l'hostilité de certains milieux espagnols
Publié dans MAP le 12 - 12 - 2010

Les anciens prisonniers de guerre marocains en Algérie ont interpellé l'Espagne, gouvernement, parlement, partis politique et presse, sur l'hostilité de certains milieux espagnols contre le Maroc depuis les évènements du 8 novembre dernier à Laâyoune.
Dans une lettre adressée à l'ambassadeur de l'Espagne à Rabat, ces anciens prisonniers en Algérie ont dénoncé la campagne de désinformation menée par certains médias espagnols contre le Maroc, fustigeant leur alignement aveugle sur les thèses du polisario et de l'Algérie.
Etant donné qu'aucune violence n'a été commise contre la population civile et qu'il n'y avait pas d'images horribles à montrer à partir de Laâyoune pour corroborer leur part pris et convaincre les lecteurs et les téléspectateurs, certains médias ibériques se sont contentés à la falsification flagrante des faits, lit-on dans cette lettre.
Ainsi, la presse espagnole ne s'est pas gênée d'utiliser des photos de crimes commis par les israéliens contre des palestiniens à Gaza, de même qu'elle a utilisé des photos de faits divers qui se sont passés à Casablanca à une date bien antérieure aux événements de Laâyoune, soulignent-ils, avant de s'interroger: "si vous voulez vous prendre pour des protecteurs de l'humanité où étiez vous quand l'Algérie et le Polisario nous massacraient dans les camps de Tindouf.
Et de remarquer que "la manière avec laquelle les criminels ont tué leurs victimes est identique à celle que le Polisario utilisait contre nous dans les camps de Tindouf. C'est signe qu'ils sont formés à la même école algérienne de l'assassinat".
"Comme vous le savez sans doute, nous étions plus de trois milles prisonniers de guerre marocains et plus de mille prisonniers de guerre mauritaniens à souffrir le calvaire pendant plus d'un quart de siècle dans des prisons sur le sol algérien", rappellent-ils, notant que "seuls, deux mille deux cent cinquante deux ont survécu pour être libérés après un emprisonnement qui varie entre vingt-sept ans, pour ceux qui étaient capturés en 1976 et dix-huit ans pour les derniers capturés".
La lettre rappelle l'opinion publique espagnole que "plus de 800 prisonniers de guerre marocains sont morts en prison, dont certains d'épuisement aux travaux forcés et d'autres sous la torture. Il ya eu des éliminations physiques pour des raisons qui n'ont de raison que pour ceux qui ont donné l'ordre de tuer".
Après avoir rappelé les exactions commises contre les prisonniers de guerre marocains, dans la région de Tindouf et dans d'autres prisons algériennes, qui sont un véritable crime contre l'humanité, ces anciens prisonniers ont fait savoir que beaucoup de journalistes acquis à la cause algérienne, quelques délégations et beaucoup d'ONG (particulièrement espagnoles) venaient nous voir dans des situations inhumaines.
"Les journalistes espagnols écrivaient des articles qui ne servaient que l'intérêt de l'Algérie", ont-ils affirmé, notant que "les visiteurs des ONG se moquaient souvent de nous et parfois nous insultaient en espagnol".
"L'Espagne et toute l'Europe savaient ou tout au moins avaient la possibilité de connaître en détail le drame que nous vivions entre les mains de l'Algérie et le Polisario". Pourtant, "aucun pays européen n'a envoyé en Algérie une commission d'enquête pour nous protéger en exigeant l'application de la convention de Genève.
"En tant qu'anciens combattants et anciens prisonniers de guerre, nous disons au monde entier que nous avons récupéré notre Sahara et nous sommes prêts à tous les sacrifices pour que le Sahara reste pour toujours marocain", ont-ils conclut.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.