Abdessamad Kayouh s'entretient à Paris avec le président du Sénat    New-York. Un ancien ambassadeur marocain poursuivi pour "fraude sur les visas"    Meknès. Arrestation d'un partisan de Daesh qui planifiait un attentat-suicide    Le roi Mohamed VI félicite Abdelmadjid Tebboune    Découvrez les vainqueurs de la 8ème Course de Tafilalet    Plus de 25 entreprises portugaises en mission d' affaires multisectorielle au Maroc    La torture est-elle toujours de rigueur ?    Volonté du Maroc de renforcer sa coopération avec les Parlements d'Amérique latine et des Caraïbes    L'ONU réaffirme son soutien au processus politique en cours au Sahara    Omar El-Béchir, l'autocrate déchu aux multiples visages    Pompeo promet une réponse ferme si l'Iran nuit aux intérêts américains en Irak    Les mesures restrictives prennent de l' ampleur au niveau du commerce mondial    Signature à Montréal d' un accord de partenariat entre Attijariwafa Bank et la Banque nationale du Canada    Klopp : Le projet d'expansion de la Ligue des champions à 32 clubs est du grand n 'importe quoi    Tokyo dévoile son stade olympique conçu pour affronter la chaleur    Un camion douche pour voir la vie sous un nouveau jour    Oujda aura son Centre d' accueil des enfants et adolescents autistes    Divers    L'USFP démarre les "Forums Socialistes " par la question économique sous le thème    "Un autre ciel" de Mohammed Al Horr présentée Journées Théâtrales de Carthage    Le public rbati découvre l'Amazonie brésilienne à travers la musique et le cinéma    Mordu par un chat au Maroc, il succombe quelques jours après en Espagne    L'Assemblée générale du Royal Golf Anfa Mohammedia est reportée    Casablanca. Rencontre-débat sur la promotion du don d'organes    Communiqué du Cabinet Royal    Agadir, un paradis de retraite où il fait bon vivre    Enseigner autrement!    Entretien avec le cinéaste et romancier Atiq Rahimi    Botola Pro D1: Les mises à jour se poursuivent    Un site structurant à dimension internationale    Météo : Fortes vagues attendues sur l'Atlantique    Skhirat: Deux médecins chercheuses marocaines en diabète primées par SANOFI    Oujda. Formation sur la gouvernance au profit des conseillères communales    Abdennabaoui insiste sur le rôle « central » du corps du Secrétariat-greffe    HCP : Les solutions à la réduction des inégalités, selon les Marocains    Inde: 200 millions de musulmans, une minorité indésirable?    L'APSB s'associe à la naissance de l'Association des sociétés de bourse africaines    L'olive tient salon à Taourirt    Les Gnaoua au patrimoine de l'Unesco salués par André Azoulay    Cinéma et migration : « Rafaël » remporte le grand prix du Festival d'Agadir    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Majid" de Nassim Abassi : L'orphelin qui ne voulait que se souvenir du visage de ses parents
Publié dans MAP le 23 - 09 - 2011

Les cinéphiles étaient au rendez-vous, jeudi soir à Salé, avec la projection du long métrage "Majid" du réalisateur marocain Nassim Abassi, en lice pour la compétition officielle de la 5-ème édition du Festival international du film de femmes (FIFFS) qui se déroule dans la cité corsaire.
-Par Maria Laaroussi-
Le film (116 minutes) relate l'histoire d'un orphelin de dix ans, Majid, qui a perdu précocement ses parents dans un incendie. L'enfant héro, au visage angélique et gracieux, s'est trouvé livré à lui même et contraint de gagner sa vie en se donnant à des petits métiers de la rue avant de devenir cireur de chaussures à Mohammedia.
L'histoire rapportée par le long métrage a sensiblement séduit le public, de tout âges, qui a afflué sur le complexe culturel Mohamed Hajji à Sala Al Jadida, retenu parmi les sites abritant les actes de cette manifestation cinématographique dédiée à la gente féminine.
La prestation talentueuse des deux acteurs en herbe Brahim Al Bakali et Lotfi Saber ayant magistralement interprété les rôles de Majid et Larbi, a impressionné l'assistance qui a largement applaudi l'évolution sur grand écran des deux enfants.
Après avoir perdu ses parents, Majid s'est trouvé face à une obligation le contraignant à vivre désormais avec son frère ainé Driss, devenu subitement son unique parent et avec lequel il sera appelé à partager une modeste et exigüe chambre dans un quartier populaire de Mohammedia.
Autoritaire et protecteur, Driss, le frère, décida du jour au lendemain de se dérober à ses obligations familiales et fuir ses responsabilités en abandonnant son petit frère livré à un orphelinat pour aller en Norvège.
Majid qui n'a qu'un seul souci et rêve: se souvenir de ses parents, n'a absolument pas accepté ce placement et décida de quitter son petit monde vers la grande Casablanca, accompagné par Larbi, un vendeur de cigarettes au détail croisé dans les rues de Mohammedia.
Les deux amis prennent la route à destination de la capitale économique, à la quête d'une photo de parents de Majid, que le jeune orphelin espérait trouver chez un ancien ami de la famille.
De là, commença une vraie aventure parsemée de péripéties et de suspens relaté sobrement à travers les séquences du long-métrage.
A travers cette fiction, Nassim Abassi a réussi à mettre en valeur les talents de ces enfants, a confié à la MAP le critique de cinéma marocain, El Mokhtar Ait Omar, soulignant que le réalisateur a gagné le pari en dépit de "la difficulté et de la complexité de diriger des enfants sur un plateau de tournage".
L'objectif de Nassim Abassi était d'attirer l'attention du public sur la question des enfants de la rue et de rectifier le regard sévère et intolérable de la société envers eux, a-t-il dit.
Pour le critique, Ahmed Boughaba, le long métrage +Majid+ marque l'avènement de Abassi dans le monde du cinéma narratif après des expériences sur le petit écran, des court-métrages et des documentaires.
Il a également rappelé que ce film traite d'un phénomène sociétal aussi épineux à savoir les enfants de la rue et les problèmes sociaux rencontrés par les orphelins, estimant que le réalisateur a réussi la tâche délicate de travailler avec des enfants acteurs.
Originaire de Temsamane (ouest de Nador), Nassim Abassi s'est intéressé dès son jeune âge à la lecture et à la création des bandes dessinées. Il découvre très tôt que le cinéma demeure le moyen le plus efficace et le plus magique pour raconter une histoire.
+The winter sun is a lie+ (le soleil de l'hiver est un mensonge) est son premier long-métrage anglais qui a remporté le Prix du meilleur film au Festival international du film à New Delhi (2005).
Son deuxième long-métrage +Bila Houdoud+ met en scène une femme de la région du Rif, ex-championne de karaté, qui mène un combat sans merci contre des barons de la drogue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.