Melilla : Le CNDH crée une mission d'information à Nador et environs    Affaire Fadel Breica contre Brahim Ghali : Le juge de l'Audience nationale rejette la demande loufoque de Ghali concernant ce qu'il nomme « un plan marocain pour « faire pression » sur l'Espagne », car sans preuve judiciaire    Maroc. Africa Motors lance officiellement la marque automobile Chery    Algérie: Oran frappée par un séisme    Une ministre israélienne brille en caftan marocain (PHOTOS)    African Lion 2022: une haute délégation maroco-américaine visite l'hôpital de campagne à Taliouine    Colombie : Des morts dans l'effondrement d'une tribune d'arène de corrida    Journée internationale contre la torture : Un fléau toujours présent    Migration illégale: Pedro Sanchez a évoqué le Maroc    Covid-19 au Maroc: pourquoi les cas vont continuer de grimper    Khouribga / 21ème édition du Festival des Abidat Rma : Art vivant et patrimoine éternel    El Jadida / Moussem Moulay Abdellah Amghar : 3600 cavaliers et 500.000 visiteurs sont attendus    Voici le prix de la dernière tenue de Saad Lamjarred (PHOTO)    Infrastructure: Biden annonce une initiative mondiale de 200 milliards $    Le CFCM 20 ans après : l'institution ressemble davantage à une vitrine qu'à une réalité    Migration illégale: Sanchez qualifie le Maroc de "partenaire stratégique" qui se bat contre les mafias internationales    Coupe arabe U20 : Les Lionceaux de l'Atlas hérite du groupe 6    Oran. Des boxeurs croates victimes d'intoxication alimentaire    Migration: Des ambassadeurs africains expriment leur disposition à collaborer avec le Maroc    Maroc : Mise en échec d'une opération collective d'immigration près de la clôture de Ceuta    Allemagne/aéroports: des travailleurs étrangers pour pallier la pénurie de mains-d'œuvre    HealthTech: Southbridge A&I lancent I3, en faveur des startups africaines    L'ANRE et la PUA d'Israël jettent les bases d'une forte coopération dans le domaine de la régulation de l'électricité    Maroc : Six nouveaux monuments historiques d'El Jadida inscrits patrimoine national    Latifa Akharbach plaide pour un dialogue inclusif et égalitaire à Sofia    Le cri d'alerte de la société civile    Rapport : La baignade déconseillée sur 23 plages au Maroc    Centre national de l'arganier: Sadiki donne le premier coup de pioche    Tourisme : Rabat mise sur son attractivité culturelle    Festival Gnaoua : La 24ème édition à partir du 22 juin 2023 à Essaouira    6,17 millions DH accordés à 14 festivals    Marathon de pétanque de Casablanca: Le Stade Marocain (hommes) et Chabab Khénifra (dames) remportent le titre    RNI : les membres du parti de la colombe réitérent leur soutien à Aziz Akhannouch    BAM: Les exportations de la construction automobile prévues à 52,6 MMDH en 2022    Baccalauréat : 573 individus interpellés pour leur implication présumée dans des actes de fraude (DGSN)    Botola: résultats complets et classement (28ème journée)    Classement mondial futsal : le Maroc se hisse à la 10e place (VIDEO)    Jeux Méditerranéens : La sélection marocaine de football U18 s'incline devant la France (1-0)    JM Oran 2022 : Les Lionceaux de l'Atlas battus par les Bleuets (vidéo)    À quoi s'attendre du sommet de l'OTAN à Madrid    L'AMIC publie son rapport sur l'impact du capital-investissement au Maroc    Des députés marocains arrivent en Afrique du Sud pour une session du Parlement panafricain    Cannabis médicinal: l'expérience israélienne rayonne à Casablanca    La récession serait inévitable pour certains pays, prévient la Banque mondiale    Météo: les prévisions du lundi 27 juin    TPME: Plus de 2.500 projets appuyés par Maroc PME en 2021    Drame migratoire : Accusé par l'Algérie et le Polisario, le Maroc communique avec des ambassades africaines    Quand Rabat vibre aux rythmes de Gnaoua et Musiques du monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Réduction des risques : le Manifeste
Publié dans Maroc Diplomatique le 29 - 07 - 2021

Les Editions Orion publient un ouvrage collectif très actuel, avec plus de 25 spécialistes, dans des domaines divers allant de la santé publique à l'anthropologie sociale en passant par différentes disciplines médicales, de la philosophie, de la sociologie, de l'analyse macro-économique.
Nous sommes là face à un ouvrage très attendu et qui tombe à point nommé. Certes, cet ouvrage est initié et édité au Maroc, mais il s'adresse à la communauté mondiale quelle que soit la région, la langue et l'identité. Le but est de s'inscrire dans l'universalité du propos en traitant de la réduction des risques dans tous les domaines de la vie humaine en proposant des réflexions humaines qui peuvent résonner au Maroc comme aux USA, en Grande-Bretagne ou en Afrique, en Asie et ailleurs.
L'autre point important de cet ouvrage, est l'exigence de qualité et l'harmonie des points de vue pour réaliser un livre cohérent sur une question cruciale qu'est la réduction des risques dans la société humaine aujourd'hui. Dans ce sens, de nombreuses personnalités ont apporté ici leurs points de vue, leur analyse, leur approche et leur lecture de la situation mondiale actuelle en ballottement entre certitude scientifique et scepticisme des populations frappées de plein fouet par une crise sanitaire sans précèdent. C'est dans cet esprit que cet ouvrage de référence initié par le Maroc pour réfléchir les politiques de santé publique de demain.
Cet ouvrage dirigé par Abdelhak Najib ,Imane Kendili et Jallal Toufiq réunit des figures comme David Gruson, Martin De Duve,Peter Harper, David Khayat, Jean-Marie Heydt, Jean-François Clément, Zeina Moukarzel, Abdelaziz Alaoui, Gabriel Malka, Chakib Guessous, Myriam Bahri, Raja Aghzadi, Fabien Brisard, Anass Doukkali, Youssef Mohi, Fares Mili, Amahdou Mahater Ba, Anaïs Fossier, Mohamed Ibrahimi, Najib Bensbia, Saâd Taoujni et Mustapha Souieh.
Ce sont là plusieurs sensibilités, chacune dans son domaine, chacune selon son expérience et son expertise qui sous-tendent ce projet pour soulever d'autres aspects de la réduction des risques, des intellectuels, des philosophes et des économistes qui décortiquent les urgences du monde dans lequel nous sommes obligés de vivre aujourd'hui, avec des menaces sanitaires, sociales, économiques et humaines de grande envergure qui peuvent remettre en cause tout notre système de valeurs et tout ce que nous considérons comme acquis dans un monde en profonde mutation chancelant dans un déséquilibre qui fragilise les assises fondamentales de notre société humaine.
→ Lire aussi : [Vidéo] Réduction des risques : le Manifeste
En effet, et pour axer l'analyse sur le Maroc, ce que notre pays traverse depuis plus d'un an et demie, suite à cette pandémie planétaire qui frappe de plein fouet le monde entier, nous montre à quel point un ouvrage détaillé, sérieusement documenté, faisant intervenir les médecins les plus chevronnés sur la réduction des risques au Maroc et dans le monde, est d'actualité pour ne pas dire urgent. Aujourd'hui plus que jamais, nous avons besoin de nous pencher, avec rigueur, avec détermination et avec profondeur sur tous les aspects sanitaires dans notre pays pour faire le point de la situation actuelle, faire le diagnostic des urgences à mettre en place et surtout apporter des éléments de réponse concrets et fiables pour préparer le royaume à faire face à des situations sanitaires de crise qui impliquent une meilleure gestion des risques en amont pour éviter certains ratages, certaines hésitations voire même certaines précipitations et surtout certaines dérives illogiques qui peuvent avoir de graves conséquences.
Nous l'avons vu et vécu, depuis le déclenchement de la pandémie au Maroc, il a fallu revenir sur ce qui nous semblait relever des évidences : l'hygiène au quotidien, la propreté des mains, la propreté du corps et la propreté des lieux et des espaces communs, une véritable hygiène draconienne de tous les instants pour lutter efficacement contre un virus mortel et invisible. Ceci, sans entrer dans d'autres détails plus pointus qui relèvent de la médecine préventive à proprement dite dans des domaines divers comme le traitement des cancers, la lutte contre le tabagisme, la virologie, les médecines préventives, la psychiatrie et les pathologies associés... etc.
C'est dans cet esprit que cet ouvrage collectif donne la parole à de nombreuses sensibilités médicales, riche chacune de son expérience, pour traiter des problématiques primordiales, et ce par rapport à différents types de pathologies. Cela va de la pneumologie aux cancers les plus graves en passant par les problèmes respiratoires, les maladies sexuellement transmissibles, les différents types de diabète, les pathologies métaboliques, l'addictologie, la sexologie, la cardiologie, les maladies gastriques et la traumatologie. L'objectif de cet ouvrage est de répondre à de nombreuses questions que non seulement les malades se posent, mais également les spécialistes, chacun dans son domaine de maîtrise. À cette réflexion s'ajoutent le point de vue philosophique, l'analyse sociologique, l'aspect culturel et humain, la réflexion économique et financière, dans un monde en profondes mutations.
Nous sommes là face à une sélection de plusieurs compétences dont le savoir-faire et l'expertise sont avérées, et qui signent une série d'études à travers des textes fouillés, explicatifs, parfois didactiques, dans un langage simple, pour toucher le plus grand nombre possible de lecteurs au Maroc et à l'étranger. Sur des centaines de pages, c'est un tour d'horizon complet sur les réductions des risques dans le domaine de la santé (dans toutes ses ramifications) qui est proposé à la fois au corps médical et aux citoyens, soucieux aujourd'hui d'avoir sous la main des livres de référence à même de les aider à mieux se protéger et à traverser les lourdes crises sanitaires et humaines qui nous menacent. Le tout avec un long chapitre dédié aux recommendations pour avoir une carte claire avec des données précises pour apporter des solutions à des problématiques ardues par temps de grave crise.
Réduction des risques : le Manifeste. Ouvrage collectif. Editions Orion. 400 pages. Août 2021.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.