Covid-19: Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc (ministère)    Réforme de la santé : le gouvernement activera les ressorts la loi-cadre    Les enjeux de la visite annoncée de Yaïr Lapid au Maroc    ONU-Palestine : Appel pour une enquête sur le meurtre de trois Palestiniens    Brésil : "Monsieur l'agent, on n'a rien à manger"    CAF : Ce mercredi, lancement officiel de la '' Super League Africaine'' par Motsepe et Infantino    CAF/ CAN féminine : Le Maroc organisateur de la prochaine édition (2024)    Le Raja trouve des difficultés à se séparer de l'un de ses joueurs    Célébration de la « Journée du migrant » : Entre acquis et défis des temps futurs    Vague de chaleur attendue vendredi et samedi au Maroc    Vaccins contre le Covid: L'UE et Moderna anticipent les livraisons    L'Algérie et la Russie en exercices militaires près de la frontière avec le Maroc    Egypte : une nouvelle étudiante poignardée à mort par un camarade éconduit    Ukraine: La vente du cargo de céréales au Liban annulée    Bourse de Casablanca: Ouverture en légère hausse    Gravement malade, Brahim Ghali aurait été évacué à l'étranger    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    Cours des devises du mercredi 10 août 2022    USA: Comprendre la perquisition lundi au domicile de Donald Trump    Biden paraphe la ratification des adhésions de la Finlande et la Suède à l'Otan    Vidéo. Sebta: arrestation de 2 personnes à bord d'une embarcation avec 600 Kg de haschich    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    Réunion ce Mercredi pour Ziyech à Londres    Le détail des exportations marocaines au 1er semestre    Québec : La piste de meurtre privilégiée dans la mort d'un étudiant marocain    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    Vahid : « J'y suis, je reste ! »    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    Charte de l'investissement, réforme de la santé, PLF 2023 : Les dossiers chauds de la rentrée parlementaire    Budget 2022 : En l'absence de sortie à l'international, le Trésor poursuit le recours au marché intérieur    Dari Couspate s'implante en Europe    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Lutte contre les incendies : Le Maroc se dote de trois nouvelles Canadair    Interview avec Rita Al Khayat : Pour créer, le cinéaste a besoin de la liberté intérieure    Histoire : Les archives des Cahiers d'El Jadida remises aux Archives du Maroc    La Zaouia Habria Derquaouia tient son 120ème moussem    Un film marocain sorti en 2016 continue de reçevoir des prix    Le monde a soif    Météo: les prévisions du mercredi 10 août    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.210 blessés en une semaine    La revue de presse du mercredi 10 août    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La fondation Konrad Adenaeur a tenu sa 7ème édition du réseau multipartite
Publié dans Maroc Diplomatique le 19 - 03 - 2022

A l'occasion de la journée internationale des droits de la femme, la Fondation Konrad Adenauer a organisé dans le cadre du projet « Engageons-nous » la 7ème édition du réseau multipartite, ce 15 mars 2022 à l'hôtel Tour Hassan de Rabat. Regroupant les différents partenaires dudit projet, cette rencontre a été tenue sous le thème » ODD 5 Egalités des sexes : la participation politique des femmes, un levier de durabilité ».
Depuis quelques années au Maroc et un peu partout dans le monde on note une véritable avancée de la participation politique des femmes. Partout dans le monde, les initiatives allant dans le sens de reconfigurer le paysage politique se font de plus en plus nombreuses. C'est louable et encourageant eu égard à la longue traversée du désert qu'ont connu les femmes leaders politiques et aux difficiles combats livrés depuis des siècles contre les idées rétrogrades et misogynes. Cependant, il serait naïf de considérer ces avancées comme des résultats réconfortants. Il faut noter qu'il existe une nette différence entre une avancée et un changement effectif et radical de paradigme. Et c'est là où le bât blesse. En effet, s'il est indéniable qu'il y a une avancée de la participation politique des femmes aux niveaux national et international, il faut tout de même reconnaître qu'il y a encore beaucoup de chemins à faire quant à l'accès des femmes sur les postes de responsabilité et de décision.
C'est dans ce cadre que s'inscrit cette édition du réseau multipartite qui a été très riche en audience comprenant des représentants de partis politiques, des experts et des participants du projet « Engageons-nous ». Elle visait à promouvoir le dialogue multipartite qui favorise l'émergence de plusieurs approches et de positions communes sur les questions de politique et de réforme du renforcement du rôle des femmes dans la sphère publique.
Les principales thématiques abordées durant cette rencontre s'articulent autour de la présentation du projet « Engageons-nous ! » et de ses résultats, de la démocratie représentative, du pluralisme politique, du renforcement des capacités des femmes etc...
Résultat du projet « Engageons-nous ! »
Après l'allocution d'ouverture M. Steffen Kruger, Directeur du Projet « Engageons-nous ! » et Représentant résident de la Konrad-Adenauer-Stiftung au Maroc, il s'en est suivi un exposé sur les résultats du projet « Engageons-nous ! » fait par madame Doris Pack, Présidente de EEP Women et par madame Badria Zeino-Mahmalat, Manager de Projet « Engageons-nous ! ».
Le Projet « Engageons-nous ! Pour plus de femmes en politique au Maroc et au Bénin » est un projet cofinancé par des organisations partenaires de société civile africaine. Lancé en Mars 2018, il vise à amener les partis politiques à faciliter aux jeunes femmes militantes des partis politiques de jouer un rôle actif et d'avoir une influence accrue au sein desdits partis politiques au Maroc et au Bénin. Ce projet qui a un aspect multipartite s'inscrit dans le domaine de la coopération Sud-Sud à laquelle nous souhaitons contribuer. Ce projet a pour principal objectif de soutenir la démocratie représentative et le pluralisme politique, et ce, dans le respect d'une approche multipartite et non partisane. Le projet « Engageons-nous ! », a pour principal cible :
– Les jeunes femmes membres des parti politiques et les femmes intéressées par la politique
– Les femmes et les hommes occupent de postes de responsabilités dans les partis politiques.
Ainsi, nous pouvons noter qu'à travers l'implémentation d'une série d'activités, le projet a pu atteindre des résultats qui peuvent être répartis en trois points.
Résultat 1 : les dirigeants politiques et d'autres hauts responsables des partis politiques prennent en considération la nécessité d'un rôle actif des jeunes femmes dans leurs partis et leur influence croissante au sein de ces derniers.
Résultat 2 : les jeunes femmes membres des partis politiques ont accru leur confiance en soi, leurs connaissances, leurs compétences et leurs influences pour faire progresser leurs carrières au sein de leurs partis.
Résultat 3 : un dialogue interpartis est établi entre les dirigeants jeunes, d'autres expérimentés et des membres des partis politiques pour échanger les meilleures pratiques, les connaissances et encourager les discussions sur l'autonomisation des jeunes femmes, au Maroc et au Bénin.
Tour d'horizons sur les expériences Marocaines et guinéennes
A l'occasion du panel de discussions et débats modéré par Madame Sanaa El Aji, sociologue et directrice de publication de Marayana, des experts et acteurs politiques se sont réunis autour d'une table afin d'échanger, de « benchmarker » et passer aux cribles l'ensemble des efforts et expériences qui sont en train d'être déployées un peu partout en Afrique. Ainsi, nous pouvons noter la participation de madame Fatou Hann, spécialiste en genre et développement pour témoigner de l'expérience de la Guinée Conakry sur participation politique des femmes.
Elle a exposé l'expérience des associations féministes de la guinée qui ont eu un certains nombre de résultats quant à la question de la parité surtout aux niveaux des instances étatiques et politiques, avant de souligner les lacunes et difficultés liées à ces initiatives féministes. Elle a également tenu à lancer un cri de cœur quant aux mécanismes de pensées misogynes et sexistes qui structurent la vision de plusieurs hommes n'hésitant pas à taxer les femmes incompétentes. Pour elle, il faut absolument rompre avec ce discours qui n'a d'égale que sa stupidité ; parce qu'affirme-t-elle, les femmes sont autant compétentes que les hommes. Par ailleurs, elle a salué les efforts qui se font en terres marocaines et à même tenter un parallélisme entre les deux pays quant aux remparts religieux notamment l'islam souvent brandis par les hommes comme bouclier. Pour elle, le Maroc est un exemple sur ce point comparé à la Guinée qui n'est pas d'ailleurs un pays 100% musulman. Elle en conclu que ce n'est pas donc l'Islam le problème, mais la lecture misogyne et sexiste que certains hommes en font.
Pour ce qui est du Maroc, c'est Madame Khadija Errebah, consultante en genre et développement territorial qui a été désignée pour peindre le paysage politique du Royaume, ses efforts et lacunes liées aux questions de la parité. Elle a par ailleurs insisté sur la nécessité de reconsidérer certains dispositifs législatifs qui manquent d'efficacité quant à la participation effective et égalitaire de la femme marocaine aux postes de responsabilité au même titre que les hommes. Parce que, soutient-t-elle, les lois organiques relatives à l'égalité des chances, la lutte contre toute discrimination en raison du sexe etc.., pour ambitieuses qu'elles soient ont besoin d'être traduites dans les faits, concrètement.
Au terme de ces discussions et débats, le projet « Engageons-nous » a réussi son pari, celui de remettre sur la table le thème de la participation politique de la femme sur le développement. A l'unisson, les participants sont tous convaincus, que pour réussir un impact réel et positif sur le développement, la participation politique de la femme est non négociable. La femme doit être aux commandes au même titre que les hommes ont-ils tous affirmés avec force. Il faut tout de même accompagner les femmes à travers un renforcement des compétences pour un leadership équilibré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.