Lancement de l'opération Riaya en faveur des zones touchées par la vague de froid    Signature d'une convention et suivi de plusieurs projets : Aziz Akhannouch au chevet de l'Oriental    L'Afrique et le Maghreb ont leur TGV !    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Edito : Graine d'écosystème    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Maroc-Cameroun : Objectif, ne pas jouer la survie face au Malawi    PLF 2019. Le budget voté ce vendredi    Le Maroc nommé président de l'Observatoire Africain de Sécurité Routière    Santé. Le secteur attend un traitement de choc    Esbroufe    USA/UE: La coopération réglementaire au menu des discussions    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    News    Le développement humain au Maroc est loin d'être satisfaisant : Le classement PNUD en dit long    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    Les bénéficiaires d'un projet immobilier à Ben Slimane expriment leur ras-le-bol    L'armateur CMA CGM lance une caravane au profit des producteurs agricoles marocains    Organisation d'une journée "Jeunes leaders marocains" à la Faculté d'Aïn Sbaâ    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Démissions en série du gouvernement Theresa May    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    L'ATTRAIT DE LA METROPOLE    Deux fonctionnaires de police impliqués dans une affaire de corruption à Rabat    Khashoggi : Le procureur saoudien dédouane le prince héritier    Co-produit par la chaîne 2M et réalisé par Hind Bensari : Le documentaire «We Could Be Heroes» en avant-première à Casablanca    Theresa May lutte pour sa survie sur le Brexit    Pour favoriser leur accès au sport : TIBU et la MDJS partagent la passion du basket avec les jeunes ruraux    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit    Casablanca American School : Adoption d'un plan d'action pour les 3 années à venir    Maroc-Algérie: Le ministère fédéral des Affaires étrangères salue la proposition royale    Des réunions entre députés marocains et européens pour renforcer les relations        1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    Un pendentif de Marie-Antoinette adjugé 36 millions de dollars    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fil Direct SARDINE AUDIT HYPOTHÈQUES FINANCEMENT BRASSARD ÔTE-TOI DE LÀ
Publié dans MarocHebdo le 26 - 12 - 1998


Fil Direct rassemblé par Abdellah CHANKOU
SARDINE
Thami Khiari
Depuis le 11 décembre, selon des sources proches du ministre de la Pêche, Thami Khiari, tous grands sardiniers espagnols ont quitté les eaux territoriales marocaines. Ces derniers, au nombre de 11, jaugeaient en totalité 240.000 tonneaux, avec une capacité de pêche meurtrière. La sardine marocaine était traquée jusque dans ses zones de reproduction. Six senneurs marocains se sont pliés à la décision gouvernementale d'interdire la pêche à la sardine pour préserver la biomasse. Désormais, entre les parallèles 24 et 25, il n'y a pas le moindre sardinier de quelque nationalité que ce soit. Cette zone englobe les eaux territoriales marocaines de la hauteur de Dakhla à Boujdour. D'autre part, selon les mêmes sources, les accords de pêche avec la Russie et le Japon arrivent à échéance en même temps que ceux qui ont été signés avec l'Union européenne et ne seront pas reconduits. Le poisson, les pêcheurs, les professionnels marocains du secteur vont tous pousser un "ouf" de soulagement.
AUDIT
Séisme à la Chambre de commerce et d'industrie de Tanger. L'usfpéiste Taha Abaâkil qui a démissionné il y a quelques mois de la présidence d'une manière aussi brusque que surprenante est au cur d'un scandale financier lié à sa gestion de la chambre. En effet, le ministère du Commerce et de l'Industrie a soumis les activités de la CCIT à un audit qui a révélé des irrégularités dans les comptes. Un rapport accablant. Certains membres de la Chambre se demandent si cette affaire ne devrait pas avoir des suites judiciaires.
HYPOTHÈQUES
Mohamed M'barki
Cacophonie gouvernementale sous la coupole. Lors de la séance plénière du mardi 22 décembre, la deuxième Chambre a rendez-vous avec le vote d'un projet de loi sur le marché hypothécaire. Le secrétaire d'Etat chargé de l'Habitat, l'USFP Mohamed M'barki a interrompu subitement son intervention devant les conseillers pour "concertation" avec son collègue de l'Economie et des Finances Fathallah Oualalou.
Objet des conciliabules dans les coulisses, Oualalou veut que les conseillers votent le projet en question dans sa version initiale. Car une semaine auparavant, le texte a été amendé en commission par les membres d'un parti de la coalition gouvernementale, en l'occurrence le RNI. Propositions qui ont été acceptées. Or, M. Oualalou n'est pas de cet avis qui a finalement obtenu le vote du projet de loi dans le sens souhaité, c'est-à-dire sans les amendements des conseillers du Rassemblement.
FINANCEMENT
Pour le financement des assises de Marrakech sur l'emploi, le ministère du Travail a mis en uvre une méthode assez originale en mettant à contribution un certain nombre d'organismes. Ainsi, le Crédit immobilier et hôtelier a pris en charge les frais du Palais du congrès -où se sont déroulés les travaux- et ceux de l'hébergement à l'hôtel Mansour Eddahbi. Les deux établissements appartiennent au CIH suite à la procédure de mise en possession du groupe PLM de Abdelhadi Alami.
Le CNJA de Habib Malki, lui, a réglé la facture du séjour au palace la Mamounia des personnalités des assises. Quant à la CNSS, elle a participé à cette opération notamment par une contribution financière assez substantielle.
BRASSARD
Mohamed Tricha
Après 2M, la RTM. Comme annoncé, le personnel de la Radio et de la télévision marocaine a observé, jeudi 24 décembre, un mouvement de protestation contre la dégradation de leurs conditions professionnelles et matérielles.
Bravant la terreur et arborant un brassard en signe de protestation, 98% des 2300 journalistes et techniciens de la RTM ont observé un arrêt de travail entre 12 et 13 heures devant les locaux de la rue El Brihi. Absences remarquées: Mohamed Moudden, Mustapha Alaoui, Saïd Zaddouk ainsi que trois responsables de la rédaction de la radio, Abdelilah Kholti, Omar Yassine et Abdelaziz Hachimi, qui ont fait bloc derrière Mohamed Tricha et Mohamed Issari. Les manoeuvres visant à saboter cette grève n'ont entamé en rien la détermination des protestataires. Du spectacle en perspective !
ÔTE-TOI DE LÀ
Samir Sahraoui
Samir Sahraoui Kheldouni quitte malgré lui, la direction de l'ONMT. Sans savoir pourquoi. Tout ce qu'il sait c'est que dès l'arrivée de Hassan Sebbar à la tête du Tourisme, celui-ci a tout fait pour lui mener la vie dure et rendre les rapports exécrables entre le département de tutelle et l'Office du tourisme. C'est que le ministre USFP veut tout simplement virer Samir Sahraoui et mettre à sa place Redouane Reghaye, un homme qui a régné pendant plusieurs années sur la délégation du tourisme, à Paris. Et qui se présente comme un sympathisant du parti de Abderrahmane Youssoufi.
En dépit du comportement du ministre, Samir Sahraoui Kheldouni était fier de défendre, mardi 22 décembre, son bilan lors du conseil d'administration de l'ONMT. Depuis sa nomination il y a une année à la tête de l'office, Samir Sahraoui a réalisé des résultats probants, qui plaident pour sa compétence et son professionnalisme. Tout d'abord, les recettes de la taxe de la promotion touristique.
La comptabilisation de cette taxe a connu en 1998 un supplément de 13,9 millions de dirhams par rapport aux années précédentes. Ensuite, l'audit interne réalisé par un cabinet n'a pas révélé d'anomalies financières, sauf pour ce qui est des transferts de fonds de l'ONMT vers ses délégations à l'étranger entre 1983 et 1993 et qui ont porté sur une somme colossale de quelque 56 millions de dirhams. Enfin, la croissance de 10,6 % au cours des 10 premiers mois de 1998 des flux touristiques en direction du Maroc n'est certainement pas étrangère à l'action de l'office, centrée sur la publicité institutionnelle et la promotion. Le tourisme national renoue bel et bien avec la relance. Une chose est sûre: il est hasardeux de changer un homme qui mène une politique gagnante. Les mystères de l'alternance.