2è sommet marocain du pétrole et du gaz à Marrakech    Un mirage F-1 des FAR s'écrase en mission d'entraînement près de Taounat    RDC: Le Washington Post décortique les contradictions de la présidentielle    Le Raja de Casablanca bat l'Africain Stars de la Namibie    Etat des lieux : Le sexisme fait des ravages en France    Le renouvellement des élites doit toucher tous les domaines    Point de vue : Naissance du label «Morocco L'ghedd»    Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise    Le pape invite les jeunes à prier en ligne avec l'application "Click to Pray"    Akhannouch met en avant le potentiel de la numérisation de l'agriculture marocaine    Coupe de la CAF : 3 clubs marocains dans un seul groupe !    Facturation électronique, aucune obligation en absence de l'ICE    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Youcef Drissi Anticonformiste, rebelle et décalé !    Rallier Auxerre à Bzou, le défi d'Abderrazak El Badaoui    Un symposium sur le management sportif à Agadir    Amzazi rencontre l'ambassadeur anglais    Sous le signe de l'excellence et de la diversité    Attaque israélienne à Damas : 4 soldats syriens morts    Pêche côtière et artisanale: Stagnation des débarquements en 2018    «France football»: Zyech 2e meilleur joueur maghrébin de l'année    Hamid Douieb : un retour aux racines…    Vidéo – Les images de la « super Lune » de sang    Classement «Times Higher Education» : L'Université Mohammed V en tête des universités marocaines    Brexit: Theresa May de retour dans l'arène du Parlement pour présenter son « plan B »    Londres ouvre la procédure pour les Européens souhaitant rester après le Brexit    Encadrement de proximité : L'ONCA lance «la contractualisation du Conseil agricole privé agréé»    Interview with Mr Adil Douiri, founder of Mutandis, following the company's very successful IPO    Edito : Partenaire fiable et utile    Casablanca : Un policier contraint d'utiliser son arme pour neutraliser un dangereux récidiviste    Un registre national des services médiatiques voit le jour    Daniel Salaverry : Les relations entre Rabat et Lima évoluent de manière constante    Lancement de la formation pour le programme Jeunes marocains ambassadeurs aux Nations unies    Divers    Rkia Derham reçue en audience par le Premier ministre indien    Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay    Tabac et alcool assurément dangereux    Il faut mettre fin à la stigmatisation des troubles mentaux    Liga : Le Real double Séville    Racisme : L'appel de Koulibaly rejeté    Le DHJ se renforce à 0 dirham    Habib El Malki a représenté S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de Madagascar    Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"    La "success story" du groupe OCP sous les feux de la rampe à Dakar    La musique classique arabe s'invite en Chine    «Il est important de laisser des écrits lorsque l'on dépose des projets»    SM le Roi Mohammed VI reçoit Mme Federica Mogherini    «Il faut récupérer tout ce qui est consommé à travers le monde»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Association marocaine des Droits humains, membre du réseau de supervision des législatives de 2007, refuse tout financement américain ou britannique. Son président, Abdelhamid Amine, s'explique. "Les Etats-Unis cherchent à nous infiltrer"
Publié dans MarocHebdo le 02 - 02 - 2007

L'Association marocaine des Droits humains, membre du réseau de supervision des législatives de 2007, refuse tout financement américain ou britannique. Son président, Abdelhamid Amine, s'explique.
"Les Etats-Unis cherchent à nous infiltrer"
Propos recueillis par
Abdelhamid Amine, président de l'AMDH.
•Maroc Hebdo International: Pourquoi l'AMDH s'oppose-t-elle à tout financement américain ou britannique du réseau d'ONG marocaines constitué pour la superviser les élections de 2007?
- Abdelhamid Amine: Nous refusons effectivement tout financement américain ou britannique, surtout américain, par le truchement du National Democratic Institute (NDI), que celui-ci soit officiel ou para-officiel. Dans cette affaire, l'AMDH a une attitude qui date déjà du blocus américano-britannique imposé à l'Irak, en 1991, entraînant la mort de centaines de milliers d'habitants, surtout des enfants. Depuis, nous avons systématiquement refusé de collaborer avec un gouvernement qui viole de manière flagrante les droits les plus élémentaires des civils sous des prétextes politiques.
•MHI: Comment ce problème au sein du réseau d'ONG a-t-il commencé?
- A. Amine: Le comité de supervision avait en fait déjà reçu un financement de l'Union européenne, mais qui s'est avéré insuffisant. Des membres du réseau d'ONG constituant le futur comité de supervision des élections ont pensé à d'autres sources de financement, dont le NDI, institut proche du Parti démocrate américain, mais aussi de l'administration américaine au sens large. Le NDI s'est montré très enthousiaste à cette idée. Cela ne nous pas étonnés à l'AMDH, car, à nos yeux, l'administration américaine cherche par tous les moyens à s'infiltrer dans la société civile marocaine et, donc, implicitement, à obtenir les faveurs d'un peuple qui, dans son extrême majorité, est loin de partager sa politique extérieure. Nous nous sommes donc opposés au financement du NDI. Et si notre position n'est pas prise en compte, l'AMDH se retirera du comité de supervision. Et je peux affirmer sans hésiter que notre retrait ne sera pas sans conséquences.
• MHI:Etes-vous les seuls à monter au créneau?
-A. Amine: Non, nous avons aussi à nos côtés le Syndicat national de la Presse marocaine (SNPM), l'Union des Ecrivains du Maroc, l'Association marocaine de Soutien à la Lutte palestinienne (constituée notamment de partis de la Koutla et de syndicats), le Groupe d'Action national pour le Soutien à l'Irak et à la Palestine et, enfin, la Coalition marocaine pour la Culture et les Arts. Nous avons initié une pétition demandant à tous les démocrates marocains de boycotter les activités de l'administration et des institutions para-étatiques américaines.
•MHI:Pensez-vous que le financement des activités de votre comité suffira à garantir une transparence totale du processus électoral?
- A. Amine: Pas du tout, le financement n'est qu'un aspect de la question. Je m'explique. L'AMDH ne voit aucun problème à participer à la supervision des législatives de 2007, comme nous l'avons déjà fait en 2002. Même si nous avons émis des réserves très sérieuses quant aux conditions dans lesquelles le comité de supervision avait exercé son travail. Pour 2007, nous souhaitons que tous les moyens soient fournis au comité de supervision, afin qu'il puisse observer objectivement toutes les phases du processus électoral, de l'inscription sur les listes jusqu'à l'annonce des résultats finaux.
Ce n'est que dans ces circonstances qu'on pourra raisonnablement dire que le scrutin s'est déroulé de manière correcte et transparente.