Hervé Renard démissionne    Le message d'Hervé Renard au Roi Mohammed VI    Hervé Renard «clos» son parcours avec les Lions de l'Atlas    Prison à perpétuité pour «El Chapo»    L'exemple d'une région modèle!    Fouzi Lekjaa désigné 2ème vice-président de la CAF    CAN 2021: Le Maroc face à la Mauritanie, Centrafrique et Burundi    Hamzaoui Abdelmalek sort les maîtres de l'art de l'oubli    Samir Belhaouss expose ses inspirations marocaines à l'Espace Rivages    Lectures d'été 2019    El Jadida : 5 ans de prison pour un cambrioleur de commerces    Tanger : Un jeune de 19 ans tue son rival à coup de couteau    Laâyoune : La célébration de la victoire algérienne vire au drame    Maroc-Jordanie : Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Grogne à la CGEM    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Communiqué du Bureau politique du PPS    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Association marocaine des Droits humains, membre du réseau de supervision des législatives de 2007, refuse tout financement américain ou britannique. Son président, Abdelhamid Amine, s'explique. "Les Etats-Unis cherchent à nous infiltrer"
Publié dans MarocHebdo le 02 - 02 - 2007

L'Association marocaine des Droits humains, membre du réseau de supervision des législatives de 2007, refuse tout financement américain ou britannique. Son président, Abdelhamid Amine, s'explique.
"Les Etats-Unis cherchent à nous infiltrer"
Propos recueillis par
Abdelhamid Amine, président de l'AMDH.
•Maroc Hebdo International: Pourquoi l'AMDH s'oppose-t-elle à tout financement américain ou britannique du réseau d'ONG marocaines constitué pour la superviser les élections de 2007?
- Abdelhamid Amine: Nous refusons effectivement tout financement américain ou britannique, surtout américain, par le truchement du National Democratic Institute (NDI), que celui-ci soit officiel ou para-officiel. Dans cette affaire, l'AMDH a une attitude qui date déjà du blocus américano-britannique imposé à l'Irak, en 1991, entraînant la mort de centaines de milliers d'habitants, surtout des enfants. Depuis, nous avons systématiquement refusé de collaborer avec un gouvernement qui viole de manière flagrante les droits les plus élémentaires des civils sous des prétextes politiques.
•MHI: Comment ce problème au sein du réseau d'ONG a-t-il commencé?
- A. Amine: Le comité de supervision avait en fait déjà reçu un financement de l'Union européenne, mais qui s'est avéré insuffisant. Des membres du réseau d'ONG constituant le futur comité de supervision des élections ont pensé à d'autres sources de financement, dont le NDI, institut proche du Parti démocrate américain, mais aussi de l'administration américaine au sens large. Le NDI s'est montré très enthousiaste à cette idée. Cela ne nous pas étonnés à l'AMDH, car, à nos yeux, l'administration américaine cherche par tous les moyens à s'infiltrer dans la société civile marocaine et, donc, implicitement, à obtenir les faveurs d'un peuple qui, dans son extrême majorité, est loin de partager sa politique extérieure. Nous nous sommes donc opposés au financement du NDI. Et si notre position n'est pas prise en compte, l'AMDH se retirera du comité de supervision. Et je peux affirmer sans hésiter que notre retrait ne sera pas sans conséquences.
• MHI:Etes-vous les seuls à monter au créneau?
-A. Amine: Non, nous avons aussi à nos côtés le Syndicat national de la Presse marocaine (SNPM), l'Union des Ecrivains du Maroc, l'Association marocaine de Soutien à la Lutte palestinienne (constituée notamment de partis de la Koutla et de syndicats), le Groupe d'Action national pour le Soutien à l'Irak et à la Palestine et, enfin, la Coalition marocaine pour la Culture et les Arts. Nous avons initié une pétition demandant à tous les démocrates marocains de boycotter les activités de l'administration et des institutions para-étatiques américaines.
•MHI:Pensez-vous que le financement des activités de votre comité suffira à garantir une transparence totale du processus électoral?
- A. Amine: Pas du tout, le financement n'est qu'un aspect de la question. Je m'explique. L'AMDH ne voit aucun problème à participer à la supervision des législatives de 2007, comme nous l'avons déjà fait en 2002. Même si nous avons émis des réserves très sérieuses quant aux conditions dans lesquelles le comité de supervision avait exercé son travail. Pour 2007, nous souhaitons que tous les moyens soient fournis au comité de supervision, afin qu'il puisse observer objectivement toutes les phases du processus électoral, de l'inscription sur les listes jusqu'à l'annonce des résultats finaux.
Ce n'est que dans ces circonstances qu'on pourra raisonnablement dire que le scrutin s'est déroulé de manière correcte et transparente.