R-M® fête ses 100 ans avec la marque suédoise Volvo    Entretien Exclusif – Jo-Wilfried Tsonga : « Je suis heureux de jouer à Marrakech ! »    Mawazine vibrera aux sons du hip-hop US avec Black Eyed Peas    La 1ère édition du Festival du cinéma québécois à Rabat    Trophée Hassan II et Coupe Lalla Meryem de golf : C'est parti !    International: Maroc Telecom résiste à la conjoncture    Hervé Renard passe au confessionnal    Festival du cinéma africain de Tarifa-Tanger : Trois films marocains en lice    Repenser la chose migratoire!    Tennis : Le Maroc au Championnat africain U14 en Afrique du Sud    Said Amzazi suspend le dialogue avec les enseignants    Lever de rideau sur le 2e Festival national du rire «Comique Benslimane»    Afrique du Sud: 51 morts dans des inondations, le président Ramaphosa sur place    Ukraine: Le comédien Volodymyr Zelensky remporte la présidentielle    BCIJ: Démantèlement d'une cellule terroriste de six «Daechiens»    Commissions parlementaires : Les nouveaux présidents élus    Algérie: Le PDG de Sonatrach limogé, celui d'un groupe privé en détention provisoire    Abdennabaoui s'attaque à la traite des êtres humains    Edito : Ramed, mort clinique?    DGSN : Lancement d'une large enquête judiciaire sur des centres d'appels fictifs    Cinq Marocains légèrement blessés dans un accident de la route à Cuba    Casablanca : Le BCIJ met la main sur 7 tonnes de chira    Aziz Akhannouch dresse un premier bilan    ONCF: Al Boraq transportera bientôt son millionième voyageur    850.000 MRE y sont attendus…    Kim Jong Un espère un sommet « couronné de succès et utile » avec Poutine    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Vidéo-Trophée Hassan II de golf : Brillante entrée en jeu de l'équipe du Prince Moulay Rachid    Hakim Ziyech dans le viseur du Real Madrid    Le Maroc, une destination des plus dynamiques du moment    La Chambre des représentants exprime sa solidarité avec les détenus palestiniens    L'enfer tel que raconté par des Marocains de Syrie    La FDT boycotte le 1er Mai    Ces mystérieux objets au-delà de Neptune    Les chœurs de Notre-Dame, ces "orphelins" de la cathédrale    La grotte d'Ifri N'Abbou, un joyau naturel au potentiel touristique réel    Détenus d'Al Hoceima : Driss Lachguar reçoit une délégation d'ONG des droits de l'Homme    Poursuite de la généralisation du guichet numérique des autorisations    Le PDG du plus grand groupe privé algérien incarcéré    Après le titre, objectif Coupe de France avec Neymar pour le PSG    Chelsea manque l'occasion de monter sur le podium    Colloque international sur la "Digitalisation-numérisation au service de la gouvernance"    Fouad Laroui et Abdellah Dibaji présents aux journées culturelles d'Azemmour    Le long métrage marocain "Le Miracle du Saint Inconnu" en compétition à la 58ème semaine de la critique de Cannes    Sept tonnes de haschich saisies à Casablanca    Les avocats plaident pour une réforme de fond    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Association marocaine des Droits humains, membre du réseau de supervision des législatives de 2007, refuse tout financement américain ou britannique. Son président, Abdelhamid Amine, s'explique. "Les Etats-Unis cherchent à nous infiltrer"
Publié dans MarocHebdo le 02 - 02 - 2007

L'Association marocaine des Droits humains, membre du réseau de supervision des législatives de 2007, refuse tout financement américain ou britannique. Son président, Abdelhamid Amine, s'explique.
"Les Etats-Unis cherchent à nous infiltrer"
Propos recueillis par
Abdelhamid Amine, président de l'AMDH.
•Maroc Hebdo International: Pourquoi l'AMDH s'oppose-t-elle à tout financement américain ou britannique du réseau d'ONG marocaines constitué pour la superviser les élections de 2007?
- Abdelhamid Amine: Nous refusons effectivement tout financement américain ou britannique, surtout américain, par le truchement du National Democratic Institute (NDI), que celui-ci soit officiel ou para-officiel. Dans cette affaire, l'AMDH a une attitude qui date déjà du blocus américano-britannique imposé à l'Irak, en 1991, entraînant la mort de centaines de milliers d'habitants, surtout des enfants. Depuis, nous avons systématiquement refusé de collaborer avec un gouvernement qui viole de manière flagrante les droits les plus élémentaires des civils sous des prétextes politiques.
•MHI: Comment ce problème au sein du réseau d'ONG a-t-il commencé?
- A. Amine: Le comité de supervision avait en fait déjà reçu un financement de l'Union européenne, mais qui s'est avéré insuffisant. Des membres du réseau d'ONG constituant le futur comité de supervision des élections ont pensé à d'autres sources de financement, dont le NDI, institut proche du Parti démocrate américain, mais aussi de l'administration américaine au sens large. Le NDI s'est montré très enthousiaste à cette idée. Cela ne nous pas étonnés à l'AMDH, car, à nos yeux, l'administration américaine cherche par tous les moyens à s'infiltrer dans la société civile marocaine et, donc, implicitement, à obtenir les faveurs d'un peuple qui, dans son extrême majorité, est loin de partager sa politique extérieure. Nous nous sommes donc opposés au financement du NDI. Et si notre position n'est pas prise en compte, l'AMDH se retirera du comité de supervision. Et je peux affirmer sans hésiter que notre retrait ne sera pas sans conséquences.
• MHI:Etes-vous les seuls à monter au créneau?
-A. Amine: Non, nous avons aussi à nos côtés le Syndicat national de la Presse marocaine (SNPM), l'Union des Ecrivains du Maroc, l'Association marocaine de Soutien à la Lutte palestinienne (constituée notamment de partis de la Koutla et de syndicats), le Groupe d'Action national pour le Soutien à l'Irak et à la Palestine et, enfin, la Coalition marocaine pour la Culture et les Arts. Nous avons initié une pétition demandant à tous les démocrates marocains de boycotter les activités de l'administration et des institutions para-étatiques américaines.
•MHI:Pensez-vous que le financement des activités de votre comité suffira à garantir une transparence totale du processus électoral?
- A. Amine: Pas du tout, le financement n'est qu'un aspect de la question. Je m'explique. L'AMDH ne voit aucun problème à participer à la supervision des législatives de 2007, comme nous l'avons déjà fait en 2002. Même si nous avons émis des réserves très sérieuses quant aux conditions dans lesquelles le comité de supervision avait exercé son travail. Pour 2007, nous souhaitons que tous les moyens soient fournis au comité de supervision, afin qu'il puisse observer objectivement toutes les phases du processus électoral, de l'inscription sur les listes jusqu'à l'annonce des résultats finaux.
Ce n'est que dans ces circonstances qu'on pourra raisonnablement dire que le scrutin s'est déroulé de manière correcte et transparente.