Le tribunal administratif de Rabat destitue le président du conseil communal de Harhoura    Paiement mobile: 6 millions d'utilisateurs et 1,3 MMDH de transactions visés d'ici 2024    Le maintien de l'heure d'été ou son retrait dépend des résultats    À Singapour, Poutine et Abe parlent d'un traité de paix    Les Etats-Unis nomment un nouvel ambassadeur en Arabie saoudite    Journée mondiale du diabète: Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    Brexit : Le projet d'accord « répond au vote des britanniques », soutient May    Italie : Salvini accueille 51 migrants en provenance du Niger    « We Could Be Heroes », le documentaire poignant de Hind Bensari primé au Canada    Le Maroc abrite la 4ème édition du Sommet Humanitaire Panafricain    Debdou célèbre le patrimoine juif marocain    Les Ateliers de l'Atlas, nouveau programme d'aide au développement de talents du MENA    Une nouvelle liste du Patrimoine culturel national    L'urgence d'un Observatoire africain pour la sécurité routière    "Les hommes meurent, mais ne tombent pas" bientôt à Rabat    Une enquête sur le recrutement de deux joueurs mineurs par l'AS Monaco    Fintech Challenge. BCP lance son programme d'innovation dédié aux startups    Kénitra: Kromberg & Schubert investit 450 millions de dirhams et promet 3.000 emplois    L'Algérie au pied du mur    Afrique du Sud : Un scandale à la sex-tape emporte le ministre de l'Intérieur    Nuit des galeries 2018 : Appel à candidature    Akhannouch : Un début prometteur pour la saison agricole    Hémodialyse : Seulement 36 centres créés en 6 ans    Assises nationales sur la protection sociale : Les recommandations des intervenants    Climat, coût du voyage, hôtels classés : Ce qui motive les Italiens à visiter le Maroc    L'accord de Skhirat: le seul cadre viable offrant une voie inclusive et durable vers la stabilisation de la Libye    Le Conseil de gouvernement reporte sa réunion    Addis-Abeba: Le Maroc appuie la réforme institutionnelle de l'UA    GFi Informatique intègre Value Pass    Arrestation de quatre personnes impliquées dans l'affaire : Saisie à Marrakech d'une importante quantité de drogue    Fiscalité des associations. Une profonde réforme s'impose    Treize bases de missiles non déclarées identifiées en Corée du Nord    Habib El Malki reçoit les membres de la commission des pétitions à la Chambre des représentants    "Le serviteur du Roi", cinquième tome des mémoires de Mohamed Seddik Maaninou    Limiter l'abandon scolaire à défaut de pouvoir l'éradiquer    Divers    C'en est trop !    La Ligue des nations, rapidement adoptée    D'Ifrane à Tokyo : Le VTT marocain en bonne voie pour se qualifier aux prochains Jeux olympiques d'été    WAC-Girard : Le divorce ?    Entre le marteau du refoulement et l'enclume du déplacement    Insolite : Une Lamborghini et un lionceau    Conférence sur l'architecture espagnole à l'Institut Cervantès de Rabat    Plaidoyer à Rabat pour la promotion des investissements étrangers dans le domaine cinématographique au Maroc    Stan Lee, légende de la bande dessinée, n'est plus    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    L'art martial et la manière    Mondial 2022.. La main tendue de l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Association marocaine des Droits humains, membre du réseau de supervision des législatives de 2007, refuse tout financement américain ou britannique. Son président, Abdelhamid Amine, s'explique. "Les Etats-Unis cherchent à nous infiltrer"
Publié dans MarocHebdo le 02 - 02 - 2007

L'Association marocaine des Droits humains, membre du réseau de supervision des législatives de 2007, refuse tout financement américain ou britannique. Son président, Abdelhamid Amine, s'explique.
"Les Etats-Unis cherchent à nous infiltrer"
Propos recueillis par
Abdelhamid Amine, président de l'AMDH.
•Maroc Hebdo International: Pourquoi l'AMDH s'oppose-t-elle à tout financement américain ou britannique du réseau d'ONG marocaines constitué pour la superviser les élections de 2007?
- Abdelhamid Amine: Nous refusons effectivement tout financement américain ou britannique, surtout américain, par le truchement du National Democratic Institute (NDI), que celui-ci soit officiel ou para-officiel. Dans cette affaire, l'AMDH a une attitude qui date déjà du blocus américano-britannique imposé à l'Irak, en 1991, entraînant la mort de centaines de milliers d'habitants, surtout des enfants. Depuis, nous avons systématiquement refusé de collaborer avec un gouvernement qui viole de manière flagrante les droits les plus élémentaires des civils sous des prétextes politiques.
•MHI: Comment ce problème au sein du réseau d'ONG a-t-il commencé?
- A. Amine: Le comité de supervision avait en fait déjà reçu un financement de l'Union européenne, mais qui s'est avéré insuffisant. Des membres du réseau d'ONG constituant le futur comité de supervision des élections ont pensé à d'autres sources de financement, dont le NDI, institut proche du Parti démocrate américain, mais aussi de l'administration américaine au sens large. Le NDI s'est montré très enthousiaste à cette idée. Cela ne nous pas étonnés à l'AMDH, car, à nos yeux, l'administration américaine cherche par tous les moyens à s'infiltrer dans la société civile marocaine et, donc, implicitement, à obtenir les faveurs d'un peuple qui, dans son extrême majorité, est loin de partager sa politique extérieure. Nous nous sommes donc opposés au financement du NDI. Et si notre position n'est pas prise en compte, l'AMDH se retirera du comité de supervision. Et je peux affirmer sans hésiter que notre retrait ne sera pas sans conséquences.
• MHI:Etes-vous les seuls à monter au créneau?
-A. Amine: Non, nous avons aussi à nos côtés le Syndicat national de la Presse marocaine (SNPM), l'Union des Ecrivains du Maroc, l'Association marocaine de Soutien à la Lutte palestinienne (constituée notamment de partis de la Koutla et de syndicats), le Groupe d'Action national pour le Soutien à l'Irak et à la Palestine et, enfin, la Coalition marocaine pour la Culture et les Arts. Nous avons initié une pétition demandant à tous les démocrates marocains de boycotter les activités de l'administration et des institutions para-étatiques américaines.
•MHI:Pensez-vous que le financement des activités de votre comité suffira à garantir une transparence totale du processus électoral?
- A. Amine: Pas du tout, le financement n'est qu'un aspect de la question. Je m'explique. L'AMDH ne voit aucun problème à participer à la supervision des législatives de 2007, comme nous l'avons déjà fait en 2002. Même si nous avons émis des réserves très sérieuses quant aux conditions dans lesquelles le comité de supervision avait exercé son travail. Pour 2007, nous souhaitons que tous les moyens soient fournis au comité de supervision, afin qu'il puisse observer objectivement toutes les phases du processus électoral, de l'inscription sur les listes jusqu'à l'annonce des résultats finaux.
Ce n'est que dans ces circonstances qu'on pourra raisonnablement dire que le scrutin s'est déroulé de manière correcte et transparente.