Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural    Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Coronavirus/Maroc: les dernières précisions du ministère    Les notaires se disent "ouverts" à un dialogue avec le gouvernement sur les honoraires    Insolite : Défi original    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Soufiane El Bakkali vise l'or aux JO de Tokyo    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Le MAT et l'OCS accrochés El Guisser voit rouge    Les syndicats en mal de syndiqués    Le coronavirus se répand dans le monde mais tue moins en Chine    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Nouvelle édition du Salon régional du livre et de l'édition à Laâyoune    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Maria Sharapova annonce sa retraite    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Basket-ball : La NBA s'invite en Afrique    Zouhair Feddal sur le point de rejoindre ce club    Abdelouahed Radi: “J'étais un disciple de Mehdi Ben Barka” (VIDEO)    Volvo Cars appelle à lutter contre les inégalités en matière de sécurité routière    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Salé sous le choc après un parricide    Coronavirus : Tanger Med muscle les contrôles    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    3e édition de l'Afrique du Rire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Association marocaine des Droits humains, membre du réseau de supervision des législatives de 2007, refuse tout financement américain ou britannique. Son président, Abdelhamid Amine, s'explique. "Les Etats-Unis cherchent à nous infiltrer"
Publié dans MarocHebdo le 02 - 02 - 2007

L'Association marocaine des Droits humains, membre du réseau de supervision des législatives de 2007, refuse tout financement américain ou britannique. Son président, Abdelhamid Amine, s'explique.
"Les Etats-Unis cherchent à nous infiltrer"
Propos recueillis par
Abdelhamid Amine, président de l'AMDH.
•Maroc Hebdo International: Pourquoi l'AMDH s'oppose-t-elle à tout financement américain ou britannique du réseau d'ONG marocaines constitué pour la superviser les élections de 2007?
- Abdelhamid Amine: Nous refusons effectivement tout financement américain ou britannique, surtout américain, par le truchement du National Democratic Institute (NDI), que celui-ci soit officiel ou para-officiel. Dans cette affaire, l'AMDH a une attitude qui date déjà du blocus américano-britannique imposé à l'Irak, en 1991, entraînant la mort de centaines de milliers d'habitants, surtout des enfants. Depuis, nous avons systématiquement refusé de collaborer avec un gouvernement qui viole de manière flagrante les droits les plus élémentaires des civils sous des prétextes politiques.
•MHI: Comment ce problème au sein du réseau d'ONG a-t-il commencé?
- A. Amine: Le comité de supervision avait en fait déjà reçu un financement de l'Union européenne, mais qui s'est avéré insuffisant. Des membres du réseau d'ONG constituant le futur comité de supervision des élections ont pensé à d'autres sources de financement, dont le NDI, institut proche du Parti démocrate américain, mais aussi de l'administration américaine au sens large. Le NDI s'est montré très enthousiaste à cette idée. Cela ne nous pas étonnés à l'AMDH, car, à nos yeux, l'administration américaine cherche par tous les moyens à s'infiltrer dans la société civile marocaine et, donc, implicitement, à obtenir les faveurs d'un peuple qui, dans son extrême majorité, est loin de partager sa politique extérieure. Nous nous sommes donc opposés au financement du NDI. Et si notre position n'est pas prise en compte, l'AMDH se retirera du comité de supervision. Et je peux affirmer sans hésiter que notre retrait ne sera pas sans conséquences.
• MHI:Etes-vous les seuls à monter au créneau?
-A. Amine: Non, nous avons aussi à nos côtés le Syndicat national de la Presse marocaine (SNPM), l'Union des Ecrivains du Maroc, l'Association marocaine de Soutien à la Lutte palestinienne (constituée notamment de partis de la Koutla et de syndicats), le Groupe d'Action national pour le Soutien à l'Irak et à la Palestine et, enfin, la Coalition marocaine pour la Culture et les Arts. Nous avons initié une pétition demandant à tous les démocrates marocains de boycotter les activités de l'administration et des institutions para-étatiques américaines.
•MHI:Pensez-vous que le financement des activités de votre comité suffira à garantir une transparence totale du processus électoral?
- A. Amine: Pas du tout, le financement n'est qu'un aspect de la question. Je m'explique. L'AMDH ne voit aucun problème à participer à la supervision des législatives de 2007, comme nous l'avons déjà fait en 2002. Même si nous avons émis des réserves très sérieuses quant aux conditions dans lesquelles le comité de supervision avait exercé son travail. Pour 2007, nous souhaitons que tous les moyens soient fournis au comité de supervision, afin qu'il puisse observer objectivement toutes les phases du processus électoral, de l'inscription sur les listes jusqu'à l'annonce des résultats finaux.
Ce n'est que dans ces circonstances qu'on pourra raisonnablement dire que le scrutin s'est déroulé de manière correcte et transparente.