Variole du singe : Baitas se prononce sur les mesures gouvernementales    Au Maroc, les réserves de sang couvrent à peine quatre jours !    La question taïwanaise dans le périple asiatique du président américain    Les Russes cherchent à s'emparer d'une ville de l'est de l'Ukraine    Tout ce qu'il faut savoir sur la billetterie    Tibu Africa et Decathlon Maroc pour une alliance sportive et humaine au profit des jeunes    La délégation égyptienne arrive au Maroc    «Un plaidoyer commun pour la défense de l'intégrité territoriale des Etats»    Un impératif et non une option pour le CESE    Un souffle de vie par l'image et l'échange    Entre défis de sauvegarde et enjeux de développement    Opéra NORMA de Bellini    Ligue Europa Conférence: revivez le sacre de La Roma (VIDEO)    Rabat: on connaît la date d'ouverture du nouveau « parking Bab El Had »    Marina Agadir accueille une grande chaine hôtelière internationale    Marrakech accueille le Festival aboudabien des courses de chevaux pur-sang arabe    Les changements climatiques augmentent les canicules    Maroc : La production locale d'électricité en hausse de 4,1% au 1er trimestre    Covid-19 : 239 nouveaux cas et zéro décès ce 26 mai    Canada: Le TSAF, une maladie évitable de malformations durant la grossesse    Le Suriname ouvre un Consulat Général à Dakhla    NMD : Nadia Fettah Alaoui sollicite l'appui de la BAD    Une grande éruption sous-marine visible depuis l'espace    CHAN Algérie 2022 : Le Maroc déja qualifié, tirage au sort des éliminatoires    Législatives : LREM exclut les «candidats dissidents» Mehdi Reddad et David Azoulay    Le port de Tanger Med dans le top 6 mondial (banque mondiale)    Au sommet Melipol22, le Président du Conseil des ministres de Qatar s'entretient avec Abdellatif Hammouchi    Covid-19: l'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 30 juin    Un virus « tueur de cancer » en test sur un patient    L'Algérie confirme avoir écarté des aéroports espagnols à cause de la question du Sahara    Energies renouvelables : en 10 ans, l'Afrique n'a attiré que 2% des investissements    Des arrestations suite à des émeutes ayant suivi le match de l'Ittihad Tanger et RSB Berkane    Taghazout Bay : l'humour à l'honneur les 27 et 28 mai    Voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    Leila Cherkaoui et Abderrahmane Ouardane exposent à «Dak'Art»    «Points de vue» : Treizephotographes marocains livrent leurs sensibilités autour du monde    Le Maroc, l'UA et l'ONU célèbrent l'Afrique de l'espoir, de la diversité et du dynamisme    Plus de 200 cas confirmés de variole du singe dans le monde    Afghanistan : 12 morts dans quatre attentats    Le Maroc et la Hongrie veulent inscrire le partenariat économique dans leur coopération    Suisse: Roche annonce des tests PCR de détection du virus de la variole du singe    Berrechid: l'agresseur de l'influenceuse Loubna Mourid écroué    Le cinéma marocain brille au festival de Cannes    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    La revue de presse du jeudi 26 mai    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    Météo au Maroc: les prévisions du jeudi 26 mai    Guerre en Ukraine : La Russie veut l'appui de l'Afrique pour la levée des sanctions occidentales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc
Publié dans Yabiladi le 22 - 01 - 2022

Le bout du tunnel pour une normalisation des relations entre le Maroc et l'Espagne est encore loin. Tel est le constat fait par le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares.
Pour la première fois depuis sa nomination, en juillet, à la tête de la diplomatie espagnole, José Manuel Albares modère son optimisme quant à une reprise des relations avec le Maroc. Le ministre des Affaires étrangères a admis que la résolution de la crise avec le royaume exige beaucoup du temps. «Je vais prendre le temps qu'il faut» pour une normalisation des relations, a-t-il reconnu, vendredi lors de sa participation à un forum organisé par l'agence Europa Press.
Les tensions persistent toujours avec Rabat. En témoigne, la non-programmation de son voyage, une tradition, à Rabat pour y rencontrer son homologue marocain, Nasser Bourita. Et il en est de même pour le retour à Madrid de l'ambassadrice du royaume, Karima Benyaich, rappelée pour consultations depuis mai dernier en plein affaire de l'hospitalisation, en catimini et sous une fausse identité, du chef du Polisario en Espagne.
Hier, Albares ne s'est pas aventuré à aborder l'organisation du sommet entre les deux pays, reporté en décembre 2020 pour des «raisons sanitaires» selon la version officielle. Il a également fait l'impasse sur la réunion tant attendue du côté ibérique entre Pedro Sanchez et le roi Mohammed VI. C'est dire que le dialogue maroco-espagnol fait face encore à des obstacles dont la question du Sahara.
Le bout du tunnel est encore loin
Mercredi 20 janvier, le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a invité les pays cherchant à nouer une alliance avec le Maroc à être «fidèles à la cause nationale du Sahara», reconnaissant qu'«il existe de nombreux Etats avec lesquels le ministère des Affaires étrangères accélère actuellement les relations». «Ceux qui n'ont pas compris mettront du temps à comprendre», a-t-il ajouté. Un message indirect adressé à l'Espagne, d'autant qu'il s'est félicité du changement de la position de l'Allemagne à l'égard de ce dossier.
Sauf que José Manuel Albares a estimé que le chef de l'exécutif marocain n'a pas mentionné l'Espagne. Néanmoins, le lendemain, le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustafa Baitas a été plus clair et plus direct que son supérieur hiérarchique. «L'ambition existe, et l'Espagne aussi a exprimé son ambition, mais pour que cette ambition soit renforcée, nous avons besoin de beaucoup de clarté», a-t-il précisé.
Pour mémoire, dans son discours du 6 novembre, le roi Mohammed VI a lancé une mise en garde «à ceux qui affichent des positions floues ou ambivalentes» sur la marocanité du Sahara. «Nous déclarons que le Maroc n'engagera avec eux aucune démarche d'ordre économique ou commercial qui exclurait le Sahara marocain», a déclaré le souverain.
Les messages d'Aziz Akhannouch et de Mustafa Baitas interviennent dans le sillage des déclarations faites par José Manuel Albares sur la question du Sahara au terme de sa réunion, tenue aux premières heures du mercredi à Washington, avec Antony Blinken. Le chef de la diplomatie d'Espagne a affirmé que son pays et les Etats-Unis «se sont mis d'accord pour unir» leur «forces pour résoudre ce conflit qui n'a que trop duré et pour lequel une solution doit être trouvée». Or, le Département d'Etat, dans sa communication sur la rencontre, n'a pas mentionné le dossier du Sahara.
Ceux qui croyaient chez le voisin du nord que le passage réservé au Maroc par Felipe VI dans son allocution, du lundi 17 janvier prononcée devant le corps diplomatique accrédité dans son pays, allait ouvrir une nouvelle page dans les relations avec le royaume, doivent s'armer de patience. Les différends existent et la partie marocaine ne se prive plus de les étaler sur la place publique. Une manière pour elle d'exercer une pression sur Madrid, d'autant que le contexte international lui y est favorable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.